Image illustrative de It’s a Sin
Image illustrative de It’s a Sin

It’s a Sin

It's a Sin

Ritchie, Roscoe, Colin et leurs amis s'installent à Londres en 1981. Ils sont homosexuels et vont être frappés de plein fouet par le sida, qui se propage dans la communauté gay.

Terminée Pas de nationalité 46 minutes
Drama, Mini-Series Channel 4, Youtube 2021
15.93

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Avis sur l'épisode 1.01

Avatar Jo_ Jo_
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 15 mai 2021 à 22:05

Ok. J'ai adoré ce premier épisode, et ce, dès les premières secondes (en même temps, compte-tenu de la BO et de mes goûts musicaux, ça ne pouvait que fonctionner). Je pense que je vais adorer cette série, et qu'il est fort probable que je pleure d'ici un (ou deux) épisode.

En quelques minutes, on arrive tout de suite à s'attacher à l'ensemble des personnages. Ils sont plein de vie, pétillants. C'est super beau à voir. Et c'est d'autant plus tragique qu'on sait ce qui va se passer par la suite. Le virus est là, de plus en plus présent et incidieux, par le biais des rumeurs, des amis que l'on voit s'en aller (superbe Neil Patrick Harris d'ailleurs, j'étais ravie de le revoir), et par les journaux qui détournent le vrai problème.

Je redoute autant que je suis pressée d'avancer dans le scénario.

3 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 04 avril 2021 à 22:07

C’est tout vivant, joyeux, et coloré, on nous fout tout de suite le sourire aux lèvres. Mais la mort rode. La société invisibilse et tue. Et tout devient plus vain, plus tragique.


Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 26 mars 2021 à 10:42


Après Years and Years, Russell T Davies prouve une fois encore la pertinence de son écriture en revenant sur un événement douloureux qui a frappé sa génération : l'apparition du VIH et ses conséquences sur la communauté homosexuelle. L'exposition est aussi rapide qu'efficace, 15 minutes pour nous faire le portrait des protagonistes, de leur rapport à leur sexualité, et des motivations qui vont les pousser à se rendre à Londres, El Dorado qui leur promet de pouvoir s'assumer pleinement.

Mais dès la scène sur le ferry où Ritchie jette la boîte de préservatif, le drame qui s'apprête à les frapper assombrit l'apparente frivolité des premiers pas dans l'âge adulte. Le choix de Smalltown Boy en générique de fin est d'autant plus douloureuse qu'elle avait déjà été utilisée dans le film 120 battements par minute de Robin Campillo, révélant qu'au-delà d'un combat contre le virus, c'est celui de toute une communauté qui doit avancer malgré le regard que lui porte la société.

Bref, RTD confirme qu'il a un bel avenir à la télévision anglaise avec ce format de mini-séries. Ah, revoir Neil Patrick Harris - en vendeur de costumes évidemment - c'était chouette aussi.

2 réponses
Voir les réponses

Liste des épisodes

Episode 1.01
Épisode 1
Episode 1.02
Épisode 2
Episode 1.03
Épisode 3
Episode 1.04
Épisode 4
Episode 1.05
Épisode 5