Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube 1963
12.68

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 17.05 - City of Death (1)

City of Death (1)

Paris, 1979. The Doctor and Romana are here on holiday, but something is disturbing the flow of time. Could the time travel experiments of Count Scarlioni be to blame?

Diffusion originale : 29 septembre 1979

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 29 septembre 1979
Réalisat.eur.rice.s : Michael Hayes
Scénariste.s : Douglas Adams, Graham Williams
Guest.s : Catherine Schell , Kevin Flood , Pamela Stirling

Tous les avis

Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 22 mai 2020 à 12:11

Doctor Who peut tout.

Cette simple croyance, cette absolue foi dans la flexibilité de la série, se mesure avec ce formidable épisode qui mixe la série avec... De la comédie. Je crois que, à part Community, seule Doctor Who est capable d'une telle plasticité. Le mélange inattendue fonctionne à merveille grâce au sens de l'écriture de Douglas Adams qui transforme n'importe quelle scène banale en ping pong verbal. Cette première partie donne l'occasion de visiter Paris, dans une sorte de caméra embarquée, qui donne l'impression que ces scènes ont été faites à l'arrachée. Cela renforce l'aspect touristique pour le spectateur et ça fonctionne très bien.

Et gros, mais alors gros point positif : Romana ! Enfin, bon sang, enfin, une compagne qui sait des trucs. Qui n'est pas largué dans le Docteur se lance dans une explication. 1979, les gars... Il n'était pas trop tôt.


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 14 janvier 2020 à 23:53

DOCTOR: The Mona Lisa.
ROMANA: It's quite good.
DOCTOR: Quite good? That's one of the great treasures of the universe and you say quite good?!
ROMANA: The world, Doctor, the world.
DOCTOR: What are you talking about?
ROMANA: Not the universe in public, Doctor. It only calls attention.
DOCTOR: I don't care. It's one of the great treasures of the universe!

Le fameux City of Death, réputée pour être probablement la dernière histoire qui fait autant l’unanimité dans le run de Four, et la dernière avant The Caves of Androzani. Une histoire qui détient encore à ce jour le record absolu d’audiences (certes fortement aidée par la grève de la chaîne concurrente de la BBC à l’époque). Une histoire qui témoigne de l’apogée du Doctor Who de l’ère Adams et Williams, plus fun que sombre mais diaboliquement inventive et divertissante.

Et également une de mes histoires préférées.

Cette première partie… est en effet du lourd. Ok, je suis français, je connais bien Paris, je suis méga biaisé comme beaucoup je pense mais : purée que c’est jouissif ! Le Docteur et Romana qui courent dans les rues, des décors vraiment magnifiques pour l’époque avec du budget - même la scène introductive avec la maquette d’un vaisseau sur une planète est bien plus réussie que bon nombre d’épisodes futuristes de la série. Les cafés, la section aérienne du métro 6 entre Troca et Pasteur, la Tour Eiffel, les boulevards Haussmanniens, Notre-Dame, le Louvre… L’épisode coche un à un tous les landmarks. On a même la Joconde au centre d’une histoire bourrée de mystères ! L'épisode sait très bien qu'il envoie du pâté et il l'avoue sans modestie :

DOCTOR: It's the only place in the world where one can relax entirely.
ROMANA: Mmm. That bouquet.
DOCTOR: What Paris has, it has an ethos, a life. It has...
ROMANA: A bouquet?
DOCTOR: A spirit all of its own. Like a wine, It has...
ROMANA: A bouquet.
DOCTOR: It has a bouquet. Yes. Like a good wine. You have to choose one of the vintage years, of course.

C’est parti pour un autre listing de toutes les idées/éléments d'intrigues de l'épisode : un alien qui s’échappe d’une planète, vraisemblablement pour sauver son peuple, qui débarque dans Paris et se dissimule dans la peau d’un Comte, avec un scientifique qu’il exploite, sa femme et ses hommes de main, il est la cause de boucles le temps et provoquer des sensations de déjà-vu, et le Doc et Romana s’en rendent compte (car étant des voyageurs dans le temps, ils sont "spéciaux" et ont acquis une sensibilité aux distorsions), le tout avec un détective anglais sur leurs traces et une histoire de commerce d'art bien étrange. C’est quand même relativement dense et super créatif, en plus d'être très moderne dans la SF.

L'introduction est vraiment idéale, avec un scénario déjà intrigant en soi et porté par un pitch original ("un alien symbole de l’espoir de sa race débarque dans Paris et fait des boucles temporelles”, on est bien loin d’une traditionnelle invasion, conflit ou autre), et diaboliquement fun car bourrée d’humour, avec Tom Baker et Lalla Ward qui s’éclatent. Douglas Adams prend aussi son pied dans les dialogues et ça se sent, et c’est contagieux.

DOCTOR: Patron, three glasses of water. Make them doubles.

Certains gags font très "modernes" car ils ont été repris plein de fois dans la nouvelle série (le Doc qui lit un livre entier en deux secondes et en fait une critique amusée). D'autres sont juste délicieusement absurdes et décalés (le peintre qui est frustré que Romana bouge et ruine son inspiration surréaliste, et qui lui chiffonne le papier d'un air énervé). Il faut d'ailleurs saluer Baker qui est dingue dans l'histoire, comme à son habitude.

DOCTOR: There we are, the Louvre. One of the greatest art galleries in the whole galaxy.
ROMANA: Nonsense! What about the Academia Stellaris on Sirius Five?

Et surtout, la production la plus belle de la série à ce jour avec tellement peu de fonds verts et d’effets spéciaux que c’en est extrêmement rafraîchissant. C’est fou comme rien que le fait de filmer à Paris à l’époque, ça enterre tout le reste et donne un contexte vivant avec des tas de lieux naturels et de figurants. L’ère de Tom Baker est extrêmement moins centrée sur Terre/sur l’Angleterre/sur Londres que celle de Three, ce qui est bien sur le papier pour la diversité des histoires, mais bon sang, avec City of Death je réalise à quel point un simple environnement humain m’a manqué et fait vraiment du bien, après cet enchaînement sans fin d’histoires sur des planètes vides, avec 3 figurants et des vaisseaux spatiaux métalliques tous plus identiques les uns que les autres !

Il s’avère que cet épisode a été filmé sans droits à Paris, clairement en soumsoum : on le voit à travers les angles de prise de vue… originaux, dirons-nous (à travers des barreaux, à travers un promontoire à cartes postales, discrètos dans le métro - il y a même une voyageuse qui regarde la caméra avec amusement !). Cela ne fait en réalité que décupler le charme de l’épisode, cela a même parfois du sens (donnant l'impression de filature après la scène du Louvre), et voir de vrais passants/figurants aussi réalistes, ça change de tous les autres épisodes de l'époque. La bande-son est aussi pour une fois remarquable, je ne la mentionne littéralement jamais dans les classics car ça se résume aux “tin tiiin” de l’époque dès qu’il y a du suspens, mais ici il y a une vraie mélodie lorsque le Doc et Romana vagabondent, ça contribue à créer une atmosphère singulière et faire vibrer de vie le sérial. Le Docteur le dit bien : balek de l'intrigue pour le moment ! L'heure est au tourisme, les problèmes auront le temps de les rattraper.

DOCTOR: Never mind about the time slip. We're on holiday!

En termes de première partie, on peut difficilement faire mieux, en grande partie grâce à l'ambiance, mais également parce que le script est juste super propre et que les dialogues sont modernes et très bien écrits.

DOCTOR: Are you talking philosophically or geographically?
ROMANA: Philosophically.

Ps : damn, en 1979 il n’y avait vraiment aucune voiture dans Paris, le champ de Mars n’a rien à voir c’est dingue.

Pps : première mention de l'histoire de la série du mot "Time Lady". Romana a enfin fait changer les choses !

10 réponses
Voir les réponses

15

2 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 14
22 mai 2020
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 16
14 janv. 2020

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.