Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube 1963
12.73

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 19.23 - Time-Flight (1)

Time-Flight (1)

A Concorde loaded with passengers and crew vanishes into thin air. The still-grieving TARDIS crew arrive at Heathrow Airport in 1981 as the Doctor volunteers his services to solve the mystery.

Diffusion originale : 22 mars 1982

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 22 mars 1982
Réalisat.eur.rice.s : Ron Jones
Scénariste.s : Peter Grimwade
Guest.s : Hugh Hayes (Anithon) , John Flint (Captain Urquhart , Judith Byfield (Angela Clifford) , Keith Drinkel (Flight Engineeer Scobie) , Michael Cashman (First Officer Bilton) , Peter Cellier (Andrews) , Peter Dahlsen (Horton) , Richard Easton (Captain Stapley)

Tous les avis

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 29 juin 2020 à 16:51

Belle ironie que lorsque Tegan ne veut plus rentrer à l’aéroport d’Heathrow, elle s’y retrouve finalement !

DOCTOR: Now listen to me, both of you. There are some rules that cannot be broken even with the Tardis. Don't ever ask me to do anything like that again. You must accept that Adric is dead. His life wasn't wasted. He died trying to save others, just like his brother, Varsh. You know, Adric had a choice. This is the way he wanted it.

Le début de l’épisode avec l’avion qui disparaît dans un crash temporelle, le Docteur et Nyssa/Tegan encore choqués par la mort d’Adric, le Doc qui utilise UNIT et le Brigadier comme argument d’autorité et qui fait quelques références sympathiques (l’écharpe de Tom Baker). Nyssa est toujours charmante avec trois fois rien comme temps d’écran, un exploit, et Tegan a toujours autant de bonnes répliques :

TEGAN: 1851. The Great Exhibition?
DOCTOR: All the wonders of Victorian science and technology.
TEGAN: Well, the Tardis should feel at home.

TEGAN: This is the 1980s, Nyssa. Police boxes went out with flower power.

Comme dit Tegan, c’est presque étrange de revenir sur la Terre moderne après toute cette saison qui n’y a pas posé les pieds une seule fois, ce qui changeait bien. Et baser tout un épisode autour d’un aéroport et d’un avion n’est pas une mauvaise idée, ça donne au début de l’épisode une vraie ambiance atypique, en plus de constituer un mystère très intrigant (comment la faille temporelle est-elle là ?)

TEGAN: Kinda feel at home, getting in and out of aircraft. It's all a bit unreal after the Tardis.

Tout va relativement très vite, si vite que certains raccourcis me dérangent : c’est un peu dommage de ne parler d’Adric que trois minutes, même si c’est la série qui veut ça. Aussi, le Docteur est vraiment trop mou du genou. Enfin, les pilotes qui sont franchement ultra ouverts sur le concept de faille temporelle et de TARDIS pour ne pas ralentir le Docteur… le scénario facilite donc vachement l’avancée de la team TARDIS, là où Tom Baker se serait lui-même frayé un chemin et aurait tout exploré direct. Mais dans l’ensemble la grande partie de cette introduction est réussie.

On retourne ensuite dans le passé vers ce qui va sans doute être le coeur de l’histoire, après une révélation sur l’illusion des alentours qui m’a beaucoup plu. Le fond vert très voyant du lieu n’est pas si dégueu et surtout s’explique plutôt bien de façon diégétique vu que c’est censé être une illusion, comme un oasis dans le désert. Il y a donc pas mal d’idées, et une bonne continuité aussi avec l’épisode précédent où on évoquait déjà l’ère jurassique puis glaciaire.

Et puis…

Et puis ça part un peu en vrille avec ce méchant qui prononce du charabia devant une boule de cristal, qui hypnotise les passagers de l’avion et qui fait apparaître des Zygons tout poussiéreux qui téléportent des victimes avec un effet visuel assez moche. La série se prend 10 ans dans la gueule (on dirait un effet spécial tout droit sorti du début de l’ère Baker) et l’ensemble ressemble à des prémisses de Charmed si la série avait été crée dans les années 80.

Pas un super bon signe pour le reste de l’histoire qui va sans doute être destinée à patauger un peu. J’ai peur que la première partie ait grillé toutes ses bonnes cartes.

Malgré tout, ça reste une introduction décente et surtout avec un rythme tout de même très soutenu. En jugeant seulement sur cette introduction pour le moment, Time-Flight ne mérite en rien sa mauvaise réputation. Pour le moment...


11

2 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 12
29 juin 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 10
30 avril 2020

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.