« Save Série-All, save the world ! » Heroes  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Et après Six Feet Under ?


Pour célébrer les 10 ans de la fin de la série culte, un bilan post-SFU des acteurs principaux.


Six Feet Under
Genre :
Drame
Série américaine
Année : 2001
Format : 42 min
HBO Jimmy

 

Ce 21 août 2015, cela fait pile-poil dix ans que l’ultime épisode de Six Feet Under a été diffusé. Non, ça ne nous rajeunit pas. À ceux qui ne connaissent pas cette série culte et qui me demandent ce que j’en pense, je réponds systématiquement et invariablement : Six Feet Under (SFU pour les intimes), c’est la meilleure série du monde.

Tout simplement. (*)

Et si vous voulez un avis plus construit et complet sur le pourquoi de cette affirmation, je ne saurais que trop vous conseiller cet excellent article : Six Feet Under, la série parfaite ?

Six Feet a donc quinze ans d’existence et nous aura régalés pendant cinq saisons avec des rires, des pleurs, de la passion, des personnages inoubliables, des drames et des morts, plein de morts (la famille Fisher tient une société de pompes funèbres, donc forcément).

Pour fêter dignement cet anniversaire, Série-All inaugure sa nouvelle rubrique : Et après ?

Cette rubrique proposera de faire un bilan de la suite des carrières des acteurs ayant joué dans une série renommée. Que sont-ils devenus, une fois le show fini ? Leur carrière a-t-elle été lancée grâce à la série ? Ou ne l'a-t-elle pas été et sont-ils pompistes dans une station essence du Delaware ?

Quel suspense…

Et pour la première, honneur donc à Six Feet Under !

 

 

et_après_sfu_pochette

Oui, bah, ne faites pas trop les malins, parce c'est pas toujours glorieux.

 


Celui qui n’échappe pas à la famille : Peter Krause (Nate Fisher)

 

et_après_sfu_nate

Parenthood. L'air de chien battu qui a fait craquer pas mal de mes amies.

 

Après la fin de Six Feet, Peter joue dans la mini-série fantastique The Lost Room où il tient le rôle d’un inspecteur de police. Ce sera sa seule incartade d’un genre qui va vite le rattraper : la saga familiale. Ensuite, il devient l’avocat de la famille Darling dans le gentiment déjanté Dirty Sexy Money (annulé faute d’audience) puis redevient un fils aîné d’une fratrie dans Parenthood (six saisons). Malgré un fort capital sympathie, Peter semble être l’exemple de l’acteur à jamais associé à un type de personnage qui lui colle à la peau.

 

 

Celui qui a réussi sa reconversion : Michael C. Hall (David Fisher)

 

et_après_SFU_Dexter

Dexter. "C'est fou le nombre de criminels impunis à Miami."

 

Car oui, avant de devenir le serial killer le plus connu et le plus aimé (!?) de toute la planète, Dexter jouait un homosexuel qui apprenait, avec le temps, à s’affirmer et à fonder une famille. La différence abyssale des deux rôles démontre le talent de Michael. Après avoir lutté contre une maladie et avoir joué dans huit saisons de Dexter (dont quatre assez dispensables ; en tout cas, c’est ce que disent les mauvaises langues), Michael semble prendre un peu de repos bien mérité.

 

 

Celle qui guest à fond : Frances Conroy (Ruth Fisher)

 

et_après_sfu_ruth

American Horror Story. Ruth se cherche encore niveau look.

 

A l’image de Ruth, Frances semble après 2005 avoir du mal à se poser, et papillonne de séries en séries, le temps de quelques épisodes (Desperate Housewives, How I Met your Mother, Grey’s Anatomy ou Nip/Tuck). Elle finit quand même par se poser et avoir une « place » récurrente (car elle joue un nouveau personnage à chaque saison) dans American Horror Story, où, dans la première saison, elle allume son monde en mode soubrette en porte jarretelle. Bah alors, Ruth, c’est bien sérieux tout ça ?

 

 

Celle qui disparaît du radar : Lauren Ambroise (Claire Fisher)

 

et_après-sfu_claire

Torchwood. De Shakespeare à T. Davies, ou l'art du grand écart.

 

Lauren se consacre essentiellement au théâtre où elle reprend des grands classiques : Roméo et Juliette ou Hamlet. Côté petit écran, à peine la remarque-t-on dans sept épisodes de la série Torchwood, Miracle Day (soit la saison 4 de Torchwood), le spin-off de Doctor Who (vous suivez ?). Cependant, elle devrait tenir un rôle récurrent dans le revival de X-Files en 2016.

 

 

Celle qui n’échappe pas à la famille (part 2) : Rachel Griffiths (Brenda Chenowith)

 

et_après_sfu_brenda

Brothers and Sisters. Depuis SFU, je me méfie toujours de ce sourire.

 

Quasiment dans la foulée, Rachel retourne, elle aussi, dans une saga familiale au titre explicite : Brothers and Sisters. Après les cinq saisons, elle apparaît ici et là, dans des productions peu marquantes. En 2015, elle commence sa carrière de réalisatrice en shootant trois épisodes de Nowhere Boys.

 

 

Celle qui avait déjà une carrière avant : Lili Taylor (Lisa Kimmel-Fisher)

 

et_après_sfu-lisa

Dans Conjuring. Méfiez vous de ce sourire aussi.

 

Lili, avant SFU, avait déjà joué dans de nombreux films indés (Mystic Pizza, Arizona Dream, Short Cuts). Et quasiment à chaque fois, son intensité de jeu a marqué les esprits. SFU, au final, ne sera pour elle qu’une passade et elle continuera sa filmographie de boulimique au cinéma (Conjuring entre autres) comme sur petit écran (American Crime, Almost Human). Au final, une carrière tellement hétéroclite que c’est une des seules (avec C. Hall) dont le nom ne sera pas éternellement associé à SFU.

 

 

Celui qu’on voit partout mais dont on ne sait jamais le nom : Richard Jenkins (Nathaniel Fisher)

 

et_après_sfu_nathaniel

Olive Kitteridge. "Hé, mais on ne l'a pas déjà vu ailleurs, lui ?"

 

Il serait laborieux de citer tous ses films, mais Richard, c’est l’archétype de l’acteur passe-partout qu’on ne remarque pas, jusqu’à ce qu’on voie SFU et qu’après on le retrouve dans quasiment tous les films et séries américaines (j’exagère légèrement), sans jamais bénéficier du premier rôle (ou rarement). Niveau série, il est réapparu dans la mini-série HBO : Olive Kitteridge.

 

 

Celui qu’on voit partout mais dont on ne sait jamais le nom (part 2) : James Cromwell (George Sibley)

 

et_après_sfu_george

Halt And Catch Fire. George, la plus grosse erreur de Ruth.

 

Le même. À part qu’il ne joue pas dans Olive Kitteridge, mais qu’il tient des rôles mineurs dans 24, American Horror StoryBoardwalk Empire ou Halt And Catch Fire

 

 

Celui qui joue toujours le flic dans des procédurales : Mathew St. Patrick (Keith Charles)

 

et_après_sfu_keith

Son Of Anarchy. "Chienne de vie."

 

Le petit (façon de parler) ami de David va être victime de l’esprit un peu réducteur des directeurs de casting. Le bestiau fait 1m80 et plus de 100 kilos, donc il sera éternellement le flic guest dans des séries procédurales (New York Unité Spéciale, les deux NCIS et Private Practice). Chien de destin. Sinon il apparaît en skit (petit dialogue entre deux chansons) dans l’album Relapse d’Eminem.

 

 

Ceux qui ont disparu dans des productions de moindre notoriété : Freddy Rodriguez (Frederico Diaz) et Jeremy Sisto (Billy Chenowith)

 

et_après_sfu_ricoet_après_sfu_billy

Rico dans The Night Shift et Billy dans Suburgatory. "À votre bon coeur, Madame."

 

Ce n’est pas manquer de respect aux deux acteurs (peut-être que si), mais la suite de SFU n’a pas été très glorieuse. Les deux ont multiplié des seconds ou troisièmes rôles dans des films peu connus ou des séries de moindre intérêt. Faut bien payer les impôts ma petite dame…

 

 

Celui qui a changé, beaucoup changé : Alan Ball (le créateur de Six Feet Under)

 

et_après-sfu_alan_ball

Alan Ball dans le rôle de sa vie : le sien.

 

Honnêtement, j’ai longtemps cru qu’Alan Ball avait un homonyme. Car après avoir écrit le scénario d’American Beauty puis avoir donné naissance à SFU, Alan Ball a créé True Blood puis est devenu le producteur de Banshee. De la finesse d’écriture et la subtilité des dialogues, il est passé au cocktail sexe racoleur + violence gratuite + divertissement décérébré. Attention, les deux séries ont de vraies qualités, mais c’est tellement à l’antipode de SFU, que j’ai longtemps eu du mal à croire qu’il s’agissait bel et bien du même homme.

 

 

Au final, comme beaucoup de séries cultes, SFU n’aura été qu’une gloire éphémère pour la grande majorité des acteurs ou juste une ligne de plus dans un CV impressionnant de petites apparitions diverses.

Seul Michael C. Hall a sorti son épingle du jeu, en ayant eu l’intelligence (l’opportunité, la chance ?) de changer totalement de registre et d’éviter les comparaisons avec David Fisher.

Et pour finir, et ceci fera guise de conclusion : si vous n’avez jamais vu Six Feet Under, bah c’est le moment.


Pour lire d’autres articles qui déchirent consacrés à la série, voici les liens :

 

(*) Ma liste de « la meilleure série du monde » comprend une bonne dizaine de noms. Elle change aussi de numéro 1 selon mon humeur du moment. 




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

nicknackpadiwak nicknackpadiwak
2026 avis
2519 notes
Moyenne : 12.95

 Visioneur raffiné

ne restez pas dehors, profitez pour regarder la télé!!!

8 commentairessur cet article


gravatar
#1
Altair a écrit le 21/08/2015 à 13h25
Pour compléter cet article, quoi de mieux que de lire les souvenirs et anecdotes des acteurs et du réalisateur ? http://www.rollingstone.com/tv/news/six-feet-under-the-oral-history-of-hbos-beloved-masterpiece-20150820?page=11
gravatar
#2
Manoune398 a écrit le 21/08/2015 à 14h24
Petite pensée pour tous ces gens qui ont regardé cet ultime épisode et ont mis au moins quatre mois à s'en remettre : et même après dix ans, on est toujours aussi marqués !
gravatar
#3
MembreSupprime2 a écrit le 21/08/2015 à 21h42
Bon article (même si je n'ai pas tenu plus de 2 saisons de SFU), par contre, je ne suis pas d'accord avec "lui, c'est pareil" pour James Cromwell. Il n'est clairement pas aussi passe-partout que Richard Jenkins. Il a vraiment une présence impressionnante qui fait qu'on (enfin moi, déjà) le remarque et se souvient toujours de lui dans ses rôles !
gravatar
#4
Jo_ a écrit le 22/08/2015 à 11h48
Je fais parti des gens qui ne s'en sont jamais remis.
Magnifique série, magnifiques acteurs, pour beaucoup injustement sous estimés !
gravatar
#5
nicknackpadiwak a écrit le 23/08/2015 à 22h35
Pour répondre à Manoune398 et attention SPOIL SPOIL SPOIL

je suis quand même assez déçu par le dernier épisode, notamment les 20 dernières minutes. Pas pour l'idée, mais du peu originalité dans les morts. Pour une série qui a été si inspirés, les voir quasiment tous (à part Keith) d'une crise cardiaque ou de vieillesse dans leur lit, c'est décevant. Notamment Brenda ! Merde, un tel personnage, la faire mourir en vieille célibataire dans les bras de son frère. C'est limite une injure.

@ Maxou140. Tu as raison, il est moins passe partout, mais c'est dans SFU que je l'ai vraiment remarqué pour la 1er fois. Après ça, j'ai eu l'impression de voir Georges apparaître dans toute les autres séries ou films du monde.
gravatar
#6
Manoune398 a écrit le 23/08/2015 à 23h44
Au contraire, j'ai trouvé que ces morts, plus ou moins stupides, les rendaient encore plus humains... La plupart des gens meurent comme eux, même si j'avoue que celle de Brenda m'a mis un putain de coup quand même !
gravatar
#7
Jo_ a écrit le 24/08/2015 à 12h11
C'est drôle de voir l'ensemble des réactions, car pour ma part, c'est vraiment celle de Keith que j'ai trouvée décevante. J'imagine que je voulais un happy ending pour tous les personnages restants, et que sa mort est tellement fataliste, tellement... bête finalement, qu'elle ne m'a pas contenté.

Par contre, je trouve celle de David vraiment magnifique !
gravatar
#8
nicknackpadiwak a écrit le 24/08/2015 à 14h38
@ joe, effectivement, c'est drôle de voir ça, car c'est justement ma préféré, car injuste. Il est juste au mauvais moment, au mauvais moment. Comme ça arrive souvent.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


14.33

1391 notes

Dernières notes :



  • 20 par NoeGLC - 5.12
  • 17 par NoeGLC - 5.11
  • 18 par NoeGLC - 5.09
  • 19 par NoeGLC - 5.10
  • 14 par NoeGLC - 5.08
favorables
5 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cette série



thib2703 - favorable
Cette série hors-normes possède probablement le meilleur épisode final qui ait jamais été réalisé. Unique en son genre

Puck - favorable
Une très grande série, qui se regarde comme on lit un immense roman, et dont on sort différent, soufflé, mais plus ...

» Donner votre avis      » Tous les avis


  • Diffusion US : 03 June 2001 (HBO)
  • Diffusion FR : 06 December 2001 (Jimmy)

Créateurs : Alan Ball

Réalisateurs : Kathy Bates, Jeremy Podeswa, Michael Cuesta

Scénaristes : Kate Robin, Alan Ball, Rick Cleveland

Générique : voir