« J'aime Série-All. Je l'aime plus que les requins aiment le sang » House of Cards  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Focus sur You're The Worst (2014)


Retour sur une des meilleures nouveautés de l'an dernier


You're The Worst (2014)
Genre :
Comédie
Série américaine
Année : 2014
Format : 30 min
FX

Les sitcoms parlant d’amour sont souvent pleines de bons sentiments, à l’opposé du subversif. Il s’en dégage un certain confort lorsqu’on les regarde. On connaît déjà la fin, le but c’est de profiter du voyage et de l’histoire que l’on nous raconte. Pas la dernière à mettre les pieds dans le plat, You’re the Worst a l’ambition de raconter une histoire d’amour…sur des gens incapables de croire en l’amour. Alors ? Niais ou pas niais ?   

 

You’re the Worst est une série diffusée sur FX depuis juin 2014. Elle présente deux personnages : Jimmy, écrivain prétentieux ne connaissant plus le succès et Gretchen, responsable de com’ plus babysitteuse qu’autre chose. Ils sont râleurs, égoïstes et cruels. Tellement centrés sur eux-mêmes qu’ils n’accordent quasiment aucun intérêt à leurs meilleurs amis, Lindsay et Edgar. Tellement effrayés par la vie adulte et ce qu’elle demande qu’ils n’osent pas s’engager et faire des efforts.  

 

You're the worst

 

Néanmoins Stephen Falk aime ses personnages. Ils ne sont finalement qu’humains, dans leurs qualités comme dans leurs défauts. Ils se rencontrent au mariage de Becca, l’ex de Jimmy. Lui fumant sa cigarette, elle un food processor mixeur (volé) dans les mains. Une discussion, un long regard, coupure au montage et retour au loft de Jimmy où on les retrouve en plein acte. Ils discutent, se révèlent tous leurs secrets, font l’amour, rigolent, font l’amour et finissent pas s’endormir. Tous les deux attendaient une relation sans lendemain. Tous les deux vont devoir gérer bien plus.  

You’re the Worst raconte plus de choses sur l’amour qu’elle veut bien nous le faire croire. Tout au long de la première saison on va voir des couples se faire et se défaire, de Becca et Vernon au couple rencontré lors du traditionnel Sunday Funday. Tous sont là pour donner à Gretchen et Jimmy – et ainsi aux spectateurs – une nouvelle clef pour comprendre comment fonctionne une relation.   

L’amour peut prendre des formes diamétralement opposées, avec des résultats qui le sont tout autant. La série se rapproprie donc le schéma classique de l’amour dans les séries télévisées : d’habitude il y a le choix entre la passion et la sûreté, ces deux notions se retrouvant incarnées par une personne. Ici nos deux poisons doivent choisir entre plonger tête la première dans leur relation ou revenir à la vie qu’ils possédaient avant, aussi sûre pour eux que destructrice pour les autres. Ils vont se mettre ensemble sur un coup de tête, bien que déjà submergés par leurs sentiments, se refusant juste à se l’avouer.

La série est lancée et on va suivre les péripéties d’un couple qui ne veut pas en être un. Ils ne sont pas normaux, ils ne sont pas comme les autres. Arrogants certes mais tellement sensibles derrière bien plus que cinquante nuances de cynisme. On regarde avec plaisir ces deux personnages fondamentalement toxiques suivre leurs propres chemins, même lorsqu’ils devraient être à deux. Leur relation, bien que pour eux entièrement différente qu’une « normale », suit les mêmes étapes et les mêmes codes que la banalité. Ils vont connaître des hauts et des bas, ils vont avoir peur, se fuir mais ils sont faits l’un pour l’autre, malgré la souffrance qui les attend. La scène de fin de la première saison rappelle d’ailleurs celle de fin du Lauréat, et nous annonce des turbulences à venir. 

 

 

You're the worst

 

L’amour se retrouve donc dans You’re the Worst l’allégorie du passage à la vie adulte. Il ne suffit plus de faire des choix dénués de conséquences ; il faut désormais prendre en compte que les gens qui nous entourent peuvent souffrir de nos choix. Que ce soit Edgar maltraité par la méchanceté de Jimmy ou Lindsay blessée que Gretchen l’abandonne dès que cette dernière est à un moment important de sa vie, le couple qui ne veut pas en être un prend conscience de ce que demande la vie adulte, ce qui ne les empêche pas continuer à se comporter de façon égoïste, Jimmy remportant ici la palme.  

Si l’on s’investit tellement dans le couple, c’est grâce aux deux acteurs. Aya Cash et Chris Geere sont juste parfaits. Si l’on apprécie autant la série, c’est grâce aux meilleurs amis de chacun, Lindsay et Edgar. La première est coincée dans un mariage qui ne lui correspond pas, obsédée par les PTSD (non, pas ce genre de PTSD). Caricaturale mais au bon cœur, elle ne sait pas comment vivre normalement, se sent abandonnée par Gretchen, est égoïste, ne s’en rend pas compte. À la fin de saison elle récolte ce qu’elle a semé et on ne peut qu’espérer qu’elle apprenne de ses erreurs. Edgar lui représente le cœur de You’re the Worst. Souffrant de PTSD (cette fois, le vrai PTSD), ancien militaire tentant de reprendre une place dans la société, il apporte une vraie touche d’humanité, comme si la bonté dans le monde brutal et égoïste de Jimmy et Gretchen était néanmoins possible. 

 

 

You're the worst

 

 

You’re the Worst est cynique, intelligente et par-dessus tout moderne. C’est un véritable ouragan de talent. Parlant d’amour et d’amitié, elle dépeint très justement ses personnages, ne tombant jamais dans les clichés et montre ainsi qu’il est possible de faire une comédie romantique dans un monde moderne où la tendance est de plus en plus à l’individualisme. Jimmy et Gretchen en sont la parfaite illustration : autant faits l’un pour l’autre que déconseillés pour le reste de l’humanité. La série surprend par ailleurs par sa maturité et son regard sur les relations de couple, elle se permet énormément d’excentricités mais ces dernières semblent naturelles dans le monde de ses personnages.

 

You’re the Worst se retrouve alors au même point que Jimmy et Gretchen : renouvelée pour une deuxième saison qui comportera 13 épisodes, elle va désormais devoir confirmer et montrer dans la durée qu’elle sera capable de garder son côté pétillant et impertinent, de façon à éviter la routine, toujours là à attendre, tapie dans l’ombre. Connaissant les deux protagonistes, il y a des chances que cela soit brutal, lâche et néfaste pour eux et les personnes autour, amis ou ennemis.   

Une chose est sûre néanmoins, cela ne sera pas niais.




Autres articles sur cette série :



Aucun article pour le moment.

Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

RasAlGhul RasAlGhul
329 avis
896 notes
Moyenne : 13.46

 Visioneur raffiné

Lundi : Supergirl. Mardi : The Flash. Mercredi : Arrow. Jeudi : Legends of Tomorrow. Je vis un rêve éveillé sur la CW.

3 commentairessur cet article


gravatar
#1
Dyce a écrit le 08/06/2015 à 13h10
Clairement l'une des meilleurs séries sorties l'année dernière et passée totalement inaperçue.
C'est drôle, décalé, ironique, sarcastique....
gravatar
#2
Koss a écrit le 09/06/2015 à 13h18
Beau focus pour une série qui le mérite. Et ton parallèle avec le Lauréat est très juste. Bien joué.

J'espère que vous me rejoindrez cet été dans la notation de la série, histoire que je me sente moins seul ^^
gravatar
#3
Altair a écrit le 09/06/2015 à 15h09
J'ai pas vu la série mais très chouette article.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



  Saison 1
  Saison 2
  Saison 3

Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :



Moyenne


13.21

165 notes

Dernières notes :



  • 16 par Koss - 3.13
  • 17 par Koss - 3.12
  • 15 par ndanan2212 - 3.12
  • 12 par RasAlGhul - 3.08
  • 16 par RasAlGhul - 3.12
favorables
0 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Pas encore d'avis



» Donner votre avis


  • Diffusion US : 17 juillet 2014 (FX)
  • Diffusion FR : 01 janvier 2000 ()

Créateurs : Stephen Falk

Réalisateurs :

Scénaristes :

Générique : voir