Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube, BBC 1963
12.68

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 19.06 - Four to Doomsday (2)

Four to Doomsday (2)

The Doctor and his companions explore Monarch's vessel. But what is the secret of the ancient Earthlings aboard?

Diffusion originale : 19 janvier 1982

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 19 janvier 1982
Réalisat.eur.rice.s : John Black
Scénariste.s : Terence Dudley
Guest.s : Annie Lambert , Bisi Pedro , Burt Kwouk , Nadia Hammam , Paul Shelley , Philip Locke , Stratford Johns

Tous les avis

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 04 juin 2020 à 23:39

TEGAN: But that's mad.
DOCTOR: Yes, so you keep saying, Tegan. Is anyone saying you're wrong?
ADRIC: I am. I think it's brilliant.
NYSSA: So do I. Pure logic.

Là voici, la scène qui m’a définitivement convaincu de la team TARDIS de Five. Tout l’épisode est vraiment bien pensé pour faire réagir chacun de ses personnages dans des sens différents. Nyssa éduque Adric tandis qu’ils vagabondent comme des enfants en forêt, Tegan se plaint (beaucoup) et le Doc sourit hypocritement en attendant d’essayer de donner un sens à l’histoire du vaisseau. Il fait beaucoup plus “Docteur” que dans sa première histoire et cela se ressent très vite.

DOCTOR: She didn't talk of people, she talked of population.
ADRIC: Comes to the same thing.
DOCTOR: Sloppy thinking, Adric. Do you know there are at least three billion bacteria in this chamber alone?

Il ne se passe pas grand-chose de l’épisode et pourtant on est scotché tout du long. C'est vachement bien.

Les trois chefs dégagent une aura de dingue, le Monarque par son omniscience, Illumination par sa prestance et Persuasion par son absence totale d’émotion. Les dialogues sont assez dingues et traduisent tout à fait la sensation qu’ils sont des être supérieurs qui se sont détachés de l’être humain (“They have lungs.”). Leur salle de trône est super impressionnante et pourtant ils passent presque tout l’épisode à regarder notre groupe découvrir le vaisseau. Il y a un côté mise en abyme super bien géré, et toujours d’excellents dialogues :

ENLIGHTENMENT: Such a being prefers mental anarchy. They call it freedom.
MONARCH: What nonsense, the pair of you. I have eliminated the concept of opposition.

MONARCH: He's a philosopher, a doubter. We need doubt. It's the greatest intellectual galvaniser.

Et même si je trouve que Tegan se plaint beaucoup, c’est un véritable mood ce personnage. Elle contrebalance toute la dynamique des trois autres et est le coeur de la team. Son franc-parler et le fait qu’elle prenne tout au premier degré donne des choses vraiment hilarantes :

TEGAN: What machines? I've seen three large frogs and four very peculiar human beings.

Ou cette réplique qui m’a fait poufé de rire :

DOCTOR: How's your ancient history, Tegan?
TEGAN: Like I feel, awful.

(un vrai mood purée <3)

J’aimerais qu’elle soit malgré tout un poil plus enthousiaste avec ce qu’elle découvre, mais je comprends la prise de position du personnage. Et après tout, elle n’a clairement jamais souhaité venir à bord du TARDIS.

Tout au long de l’épisode, j’ai peu à peu senti venir le “twist” qui est classique de chez classique : “ce sont tous des robots”. Cela a beau être peu original sur le papier, l’exécution est si moderne et maîtrisée que je ne peux que m’incliner. C’est vraiment prenant de tenter de démêler toutes les incohérences du vaisseau et tout l’historique, et pour une fois l’épisode semble faire de son pitch sur les machines son propos tout entier. Trop souvent Doctor Who balance des robots à toute les sauces, c’est facile, ça évite de s’emmerder avec des personnages complexes, c’est une valeur sûre, même si le lore nous est parfois balancé en trois secondes et demi (The Androids of Tara, The Androids Invasion…). Ici, on a l’air d’avoir un vrai message sur ce que ça fait d’être humain, pourquoi sont créés les robots, sur la survie d’un peuple et le transhumanisme.

J’a-dore ce thème et même si ce n’est pas traité de façon révolutionnaire ici, j’aime la simplicité avec laquelle le scénario traite ce sujet, et en fait toute son histoire.

Enfin, je suis archi mais archi an de tous les passages “spectacle mise en abyme” avec les culture des humains à bord du vaisseau. Cela me rappelle un peu The Talons of Weng-Chiang, et ça sert à nouveau le propos de l’épisode. Il y a un vrai côté jouissif à être assis à regarder des êtres (cyborgs, du coup ?) impériaux sur un trône, assis à regarder le Docteur et Tegan, assis à regarder un spectacle de loisir du peuple terrien primitif. C’est un triple enchaînement de mise en abyme où on part du divertissement le plus pur et instinctif, pour progressivement monter au plus complexe, et où les spectateurs sont de plus en plus omniscients de toute l’action.

Allez, malgré la modernité de l’ensemble des décors (je ne l’ai pas mentionné mais je suis impressionné depuis la première partie par le réalisme de la “caméra drone” qui me fait penser à celles de Silence in the Library), je concède tout de même que le coup d’épée dans la poitrine, ou la transition visage humain/androïde du philosophe, ce ne sont pas les montages les mieux réalisés de la planète, mais au moins c’est une tentative, et ce n’est pas fait en hors-champ. Finalement ça ne fait que renforcer le côté si atypique de l’épisode.

Je suis fan. Je peux comprendre encore qu’on trouve l’épisode trop mollasson, toute l’intrigue de Nyssa et Adric consiste à en apprendre un peu plus sur le vaisseau par exemple, et aurait pu être traité différemment. Mais c’est le fait que l’épisode choisisse de présenter toute l’histoire de ce point de vue, de nous placer vraiment dans la peau des compagnons et du Docteur, qui donne tout son charme et son message à l’épisode.

Il n’y a pas de vraie forme de suspens et pourtant je meurs d’envie d’en apprendre plus sur le voyage du peuple d’Urbanka, qui ils sont réellement et pourquoi ils font ce qu’ils font.


13.5

2 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 16
04 juin 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 11
30 avril 2020

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.