Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Doctor Who (1963)

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube, BBC, Global, ABC (AU) 1963
12.68

1 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 1.36 - A Desperate Venture (6)

A Desperate Venture (6)

Trapped on the Sense-Sphere, the Doctor and his companions find three deranged human survivors who have been fighting a guerilla war against the Sensorites.

Diffusion originale : 01 août 1964

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 01 août 1964
Réalisat.eur.rice.s : Frank Cox
Scénariste.s : Peter R. Newman
Guest.s : Anthony Rogers , Arthur Newall , Eric Francis , Giles Phibbs , Ilona Rodgers , Joe Greig , Martyn Huntley , Peter Glaze , Stephen Dartnell

Tous les avis

Avatar Mmaginère Mmaginère
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 10 août 2022 à 02:35

Un final mauvais, une résolution traitée de manière brouillonne et une incohérence totale sur ces humains dans cet aqueduc. Dommage, les Sensorites sont un peuple intéressant avec qui la série aurait pu faire quelque chose de vraiment bien.


Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 21 décembre 2018 à 23:47
Spoiler

Six parties c’est vraiment trop long, mais The Sensorites tire au moins son épingle du jeu avec un chouette travail sur Susan et des aliens créatifs. On oublie donc la fin nulle, et franchement ça passe à peu près. 

11/20


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 26 décembre 2014 à 19:34

ELDER SENSORITE: Outrageous. This Sensorite will die for this.
SUSAN: Yes, but what about Grandfather and Ian?

Non mais visez-moi ce niveau de caractérisation et de dialogues…

Peut-être bien la pire partie du serial, qui n’a fait qu’empirer depuis le début. Barbara revient comme un cheveu sur la soupe et ne bonifie pas l’intrigue. L’histoire du Sensorite traître est traitée par-dessus la jambe.

Je suis particulièrement peu fan de la morale “les humains viennent éduquer les Sensorites sur le fait qu’il faut toujours se méfier d’autrui” :

SUSAN: So why trust your people blindly?
1ST ELDER: When I listen to you, you who are so young among your own kind, I realise that we Sensorites have a lot to learn from the people of Earth.

Cela me semble être juste à l’encontre de ce que la série veut véhiculer comme messages. Certes dans cette histoire il y a bien des Sensorites traîtres dissidents, dont il fallait se méfier… mais c’est une question de tournure. N’est-ce pas tout aussi vrai que c’est en apprenant à faire confiance aux humains que le chef Sensorite a pu résoudre l’enquête ? Dommage car les Sensorites ont la particularité d’être la première race d’aliens non-humanoïdes gentils, de la série, contrairement aux Daleks et aux Voords de Marinus. Il y avait quelque chose à dire sur la paix ou la confiance entre les peuples, que le sérial ne saisit pas.

Et puis, dans les dix dernières minutes du sérial, c’est juste incompréhensible. On rencontre les anciens humains visiteurs de la planète qu’on avait assez brièvement évoqués. On t’explique que ce sont eux à l’origine de l’empoisonnement de l’eau. On est censé s’impliquer dans leur conflit, comprendre ce qu’ils ont fait, voir les enjeux, et admirer comment la team TARDIS les expose. C’est absolument nul d’introduire une rencontre aussi importante avec tout un nouveau groupe d’acteurs, à 10 minutes de la fin d’un serial de 120 minutes.

Les mensonges dans les dialogues sont pétés, visuellement cela n’a aucun intérêt, en termes de lore ou d’imaginaire c’est zéro (comment ont-ils survécu dans les cavernes, etc.). Ces péripéties foutent juste en l’air toute la cohérence du serial. A la fin, les Sensorites vont même entrer dans l'aqueduc pour capturer les humains - ce qu’ils font en deux secondes sans aucune résistance de la part de ceux-ci - mais l’épisode a vraisemblablement oublié que les Sensorites sont censés ne rien pouvoir voir dans ces tunnels et craindre beaucoup de s’y rendre…

Je ne comprends pas pourquoi avoir rajouté cette partie. Si l’auteur voulait vraiment dire quelque chose à propos de soldats qui veulent continuer un conflit par-dessus tout, soit, mais il aurait fallu le faire, je sais pas, dans les cinq précédentes parties qui sont censés construire le message ?

Et le pire dans tout ça, c’est que ça entraîne la fin la plus rushed de toute la série à ce stade, qui ne traite aucune problématique des enjeux précédemment posés. C’est hallucinant : on ne revoit JAMAIS le Sensorite traître qui s’est fait démasqué car “on a trouvé ses fausses cartes”. Son exil est raconté par le Sensorite chef, tout s’effectue en HORS-CHAMP. Idem, Carol et John, deux personnages avec lesquels on a passé beaucoup de temps pendant ce serial, font leurs adieux à Ian et Barbara EN HORS-CHAMP.

C’est un des épilogues les plus pétés et mal calibrés que j’ai pu voir. Et pour couronner le tout, l’ultime "chamaillerie" entre Ian et le Docteur est naaaaze, c’est un conflit artificiel incompréhensible, je croyais que c’était fait de façon humoristique mais non, ça finit vraiment par jeter un froid en guise de cliffhanger parce qu’ils n’avaient pas d’autres idées, peut-être pas encore les décors de prêt pour la suite. C’est abyssal: 

IAN: Well, at least they know where they're going.
DOCTOR: Implying I don't?
IAN: I didn't mean anything
DOCTOR: So, you think I'm an incompetent old fool, do you?
IAN: Now, Doctor, I never said that.
DOCTOR: Since you are so dissatisfied, my boy, you can get off the ship. At the very next place we stop, I shall take you off myself, and that is quite final. Carry on.

Il y a tout de même UNE partie positive dans tout cet épisode, ce qui le sauve du naufrage total : le petit développement de Susan, qui aura été étonnamment au beau fixe durant le serial. Elle affirme enfin une bonne fois pour toute que son grand-père et elle ne viennent pas de la Terre, mais d’une planète “au ciel orangé, aux arbres argentés”. Mais surtout, on aborde un peu le fait qu’elle aimerait bien finalement ne pas vagabonder pour toujours et avoir le sentiment d’appartenance à quelque chose, quelque part.

C’est joliment dit, on se prépare doucement mais sûrement à son inévitable départ à venir.

Reste que The Sensorites est un serial qui a largement dépassé son temps d’écran : on aurait dû avoir un épisode rapide et inquiétant dans un style huis-clos comme la première partie, on termine par des péripéties ennuyantes, mal finies, le tout dans une écriture assez nauséabonde, que ce soit les dialogues pétés ou la morale douteuse. La pire histoire de cette première saison, sans aucun doute.

Note moyenne : 10.67/20 (merci les premières parties)


8

3 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Mmaginère
Mmaginère a noté cet épisode - 6
10 août 2022
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 11
21 déc. 2018
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 7
25 juil. 2022

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.