Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube, BBC, Global 1963
12.69

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 20.00 - The Five Doctors

The Five Doctors

Gallifrey, planet of the Time Lords. The Death Zone, where the ancient Gallifreyans once staged gladiatorial games between alien races from throughout the universe, has been reactivated. No less than three of the Doctor's former incarnations and several of his companions are brought here. But why? And who is the Player in the Game of Rassilon?

Diffusion originale : 23 novembre 1983

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 23 novembre 1983
Réalisat.eur.rice.s : Peter Moffatt
Scénariste.s : Terrance Dicks
Guest.s : Carole Ann Ford , Caroline John , Dinah Sheridan , Elisabeth Sladen , Frazer Hines , John Tallents , Jon Pertwee , Keith Hodiak , Philip Latham , Ray Float , Richard Hurndall , Richard Mathews , Stephen Meredith , Tom Baker , Wendy Padbury , William Kenton

Tous les avis

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 27 juillet 2020 à 12:05

20 ans pour Doctor Who, célébrés comme jamais. The Five Doctors n’est clairement pas un spécial parfait, mais c’est le spécial qu’il fallait à la série à mon sens. Ils sont tous là ! (ou presque)

Tout le début est dingue. C’est du fanservice à tout bout de champs mais tout est fait avec soin. On a vite fait de critiquer l’approche de l’auto-référence mais il faut se rappeler qu’à cette époque sans internet, avec quelques cassettes et romans et avec encore plus d’épisodes perdus, il fallait littéralement engager des personnes pour trouver les références, vérifier la continuité et extraire des archives dans la continuité. Un simple “Oh you’ve redecorated? I don’t like it” qui peut paraître usé aujourd’hui, qui ici fait référence à The Three Doctors, a demandé du boulot derrière.

Il faut comprendre que personne n’avait jamais travaillé sur l’intégralité de la série et c’est d’ailleurs pour cela que les deux seuls scénaristes considérés pour l’épisode (Robert Holmes qui a lâché l’affaire - heureusement vu l’horreur de son scénario sur le papier, et Terrance Dicks, qui est ici scénariste) sont des vétérans qui étaient à l’aise avec la plupart des Docteurs.

Le fait que The Five Doctors existe est une vraie prouesse de base. Et encore aujourd’hui, c’est la réunion la plus grande en termes de personnages et de lore que la série n’ait jamais fait, plus ambitieuse encore que The Day of the Doctor je trouve.

DOCTOR 5: Well, the Tardis is more than a machine, Tegan. It's like a person. It needs coaxing, persuading, encouraging.
TEGAN: You mean it's just as unreliable.

Le début est vraiment bien écrit. Toutes les scènes s’enchaînent à merveille pour nous replonger dans l’ambiance des ères respectives. Il faut saluer à quel point des acteurs qui n’ont pas joué dans la série depuis des années (voire jamais pour Richard Hurndall) se remettent aussi bien dans la peau de leurs personnages. Il y a des répliques méta assez fameuses :

BRIGADIER: That's Colonel Crichton, my replacement.
DOCTOR 2: Ah. Yes, mine was pretty unpromising, too.

Et plus globalement, toute l’idée de représenter les personnages par des figurines qu’une figure masquée déplace pour former un scénario, c’est extrêmement méta : c’est littéralement la main du scénariste qui place ses pions. Le concept du Time Scoop (du Dorito magique tmtc Koss) pour sortir tout le monde de sa timeline est très malin et moderne - Moffat n’en fera qu’une version actualisée avec le Moment en 2013.

Contrairement à la croyance populaire, je trouve que quasiment chaque réf est méga utile et apporte un truc. K9 avec Sarah Jane, ça canonise le spin-off sur le petit chien en métal, K9 and Compagny, et il n’y aurait clairement jamais eu K9 dans la nouvelle série avec celle sans cela. Le Dalek qui fait un caméo pour les retrouvailles de One et de Susan, contribue totalement à crédibiliser la Death Zone au départ. Idem avec le Yéti de Two.

CRICHTON: What the blazes is going on? Who was that strange little man?
SERGEANT: The Doctor.
CRICHTON: Who?

En moins d’une demi-heure, l’épisode nous assène par tous les côtés et en rajoute une couche avec Gallifrey, les Seigneurs du Temps et le Maître. Si cela avait été un épisode sérial divisé en “parties”, j’aurais sûrement mis 18 à la première.

On sent très vite quelques limites évidentes à l’épisode : la réalisation est faiblarde. Le passage où Sarah Jane glisse sur une pente est tristement célèbre pour être horrible, à raison. A la base, il devait s’agir d’une attaque d’Autons (ce qui aurait vraiment été cool car le Troisième Docteur n’a pas d’ennemi propre dans l’épisode, par rapport au trio Dalek/Yéti/Cybermen pour 1/2/5). Puis il devait s’agir d’une vraie falaise. Et finalement d’un simple bas-côté pété. Le budget est donc techniquement en cause, mais le manque de créativité évidente du réal n’aide pas, qui aurait dû intervenir pour changer la scène. Cela cause beaucoup de tort à Sarah Jane qui méritait beaucoup mieux et qui est quasiment massacrée dans l'épisode...

D’autres plans sont franchement douteux. On a un beau plan “dégustation de sandwich” inutile, des moments où les personnages s’arrêtent dans la plaine, et l’un d’eux voient un truc remarquable pas loin (le TARDIS, les Cybermen…) alors que c’est littéralement dans leur champ de vision depuis des minutes, etc. Tout est malheureusement assez statique, là où il y avait possibilité de s’amuser avec les décors dans la Death Zone (j’irai même jusqu’à dire que ça manque d’une clairière pour diversifier ! Peut-être ont-ils souhaité ne pas être trop ressemblant à The Three Doctors ?)

Ensuite, l’épisode se calme un peu sur la quantité de réfs avec laquelle il nous a assommé au départ et se divise en différentes intrigues selon les Docteurs pour diluer au mieux l’intrigue sans perte de rythme (au départ). J'ai découpé chaque partie sous spoilers pour rendre mon avis plus digeste.

  • 1. The Original
Spoiler

One est une franche réussite. Je trouve que cet épisode contribue énormément à l’héritage de l’ère du premier Docteur dans le reste de la série, la plus vieille et probablement la plus méconnue du public anglais à l’époque. Il faut se rappeler que la grande majorité de son ère (et l’intégralité du run de Susan) n’avaient pas d’éléments basiques tels que le fait que le Docteur soit un alien ou l’existence de Gallifrey. Susan qui reconnaît sa planète par exemple, c’est très bien vu. Le fait que One et Susan retrouvent leur dynamique grand-père/petite fille est aussi cruciale car à des années-lumières de l’esprit de la série à l’heure de la saison 20 : Carol Ann Ford a dû insister pour qu’on rappelle ce lien de sang tabou (car hihihi ça veut dire le Doc se reproduit hihihi) qui a donc failli être décanonisé. Plusieurs procédés qui avaient été utilisés pour Two dans The Three Doctors (qui lui aussi, avait eu un rapport maigre à la mythologie Time Lord) sont utilisés ici avec intelligence.

Le sérial a le bon goût également de mixer très vite One et Susan avec d’autres personnages afin de ne pas garder les réunions QUE pour la fin. L’ultra bonne idée de cette partie de l’épisode, c’est One et Tegan.

TEGAN: Come on, Doc. You can make it.
DOCTOR 1: Well, of course I can, young woman. And kindly refrain from addressing me as Doc.

(meilleur échange de l'épisode)

C’est pareil avec Susan : c’est vraiment le clash des deux ”ères”, celle où il était de coutume de gambader dans des prairies pendant des heures en se tordant les chevilles sur des cailloux (un élément clairement fait exprès au second degré pour Susan, puisque ça n’impacte pas du tout la suite), par rapport à l’ère de Tegan qui est plus experte dans l’art de se plaindre et de confronter le Docteur. Je caricature un peu l'ère de One, que j'aime beaucoup par ailleurs, mais la différence est bien là :

SUSAN: I'm finding this quite exhilarating.
TEGAN: I wish I were.

Tegan plus globalement retrouve son génie d’antan ici. Superbe compagne toujours. 

TEGAN: And I'm Tegan Jovanka. Who might you be?
DOCTOR 1: I might be any number of things, young lady. As it happens, I am the Doctor. The original, you might say.

(phrase culte reprise à fond ensuite pour désigner One)

Il s’agit sans aucun doute du meilleur duo typiquement parce qu’il incarne une rencontre inédite et improbable entre deux caractères qui n’iraient pas du tout ensemble (ce que même The Day of the Doctor a un peu loupé à mon sens). La dynamique entre One et Five aussi est très bien rendue. Et j’aime beaucoup le fait que dès 1973 on reconnaisse que One avait son caractère, ses défauts, ses limites d’esprit. Comme quoi, Twice Upon a Time n’a rien inventé, et je suis sûr que ça a fait couler moins d’encre en 1973 qu’en 2017, n'en déplaise aux réacs.

Surtout que Five résume finalement tout en une seule phrase qui pardonne sans cautionner ni manquer de respect, en disant : “on s’adoucit avec l’âge”.

DOCTOR 1: Now look, young lady. Make yourself useful. This young fellow looks as though he needs some refreshment and I know that Susan and I do, too.
TEGAN: Hang on a minute.
DOCTOR 5: Tegan, Tegan, Tegan. Humour him. You know, I sometimes used to get a little tetchy. Fortunately one mellows with age.

One n’est pourtant pas traîné dans la boue avec cet épisode, au contraire. Il a de bonnes répliques et est montré comme plus vif que tout le monde à la fin pour comprendre ce qu’il se passe, ce qui était le meilleur move possible (Two et Three se livrant une petite guerre d’égo, et Five venant de débarquer).

TEGAN: How?
DOCTOR 1: Fear itself is largely an illusion. And at my age, there's little left to fear.

(belle ref à son premier épisode comme l'a ensuite fait Listen).

  • 2. The Scarecrow
Spoiler

Two est de loin le Docteur le plus drôle et celui dont le duo fonctionne le mieux. Lui et le Brigadier sont comme deux copains d’enfance un peu devenus papis, qui se retrouvent ici plongés dans le feu de l’action de la jeunesse et contemplent un peu leurs habitudes passées. Leurs échanges sont extrêmement bien écrits, Patrick Troughton et Nicolas Courtney sont absolument oufs, et globalement tu rigoles à chacune de leurs apparitions car ils se roastent mutuellement.

DOCTOR 2: I was recalling, in point of fact, an old nursery rhyme about the Dark Tower.
BRIGADIER: Does it help?
DOCTOR 2: Considerably more than you do.

DOCTOR 2: Brigadier, I think our past is catching up on us. Or maybe it's our future. Come on, run!
BRIGADIER: Doctor, I'm too old for this sort of thing.

BRIGADIER: Damn it, Doctor, I'm just not built for this kind of thing any more.
DOCTOR 2: You never were.

DOCTOR 2: Have faith, Brigadier. Have I ever led you astray?
BRIGADIER: On many occasions.
DOCTOR 2: Yes, well, this will be the exception.

Sa joute verbale avec Three reprise de The Three Doctors n’est pas mal non plus et fait référence à The Three Doctors :

DOCTOR 2: Goodbye, fancy pants.
DOCTOR 3: Scarecrow.

 Ce n’est pas que pure comédie non plus car Two et le Brig illustrent bien je trouve tout un rapport à “l’âge” et au fait de vieillir, qui parcourt tout l’épisode et qui reflète bien l’idée des 20 ans de célébrer le passé de la série.

BRIGADIER, ironically: Charming spot, Doctor.
DOCTOR 2: My dear Brigadier, it's no use blaming me.
BRIGADIER: You attract trouble, Doctor. You always did.

Ce discours sur le vieillissement est abordé par beaucoup de persos : Two, le Brig, One et Five en parlent tous. Cela renvoie je trouve à Peter Davison qui est de loin le plus jeune des Docteurs, et cela lui donne une place au sein des incarnations justement. Ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée d’avoir fait un Docteur plus jeune pour justement le montrer plus doux mais aussi plein de vie ? Ce qui n’en fait pas un Docteur incroyablement réussi, car si le côté “doux” est un succès, je trouve qu’en termes de vivacité et de "plein de vie", Tom Baker l’était bien plus, même fatigué, que Davison sur ses meilleurs jours.

Mais l’intention est plus claire après cette saison. Toute cette jeunesse renvoie aussi au thème de l’immortalité au centre du scénario, certes classique, de The Five Doctors. C’était aussi clairement le thème de la saison à mon sens, avec Omega, la Mara et Mawdryn qui cherchaient tous l’immortalité, maintenant Borusa, et les Éternels qui le sont vraiment. Sans parler du Maître. Je reparlerai un peu du scénario séparément mais même s’il est assez basique, il est loin d'être si simplet et est quand même plutôt cool et riche en lore. Il continue aussi de perpétuer l’idée que les Seigneurs du Temps ne sont pas tout roses.

Un peu comme One, c’est aussi Two qui passe le plus de temps à expliquer la mythologie derrière la Death Zone, la tour de Rassilon, les jeux des Seigneurs du Temps, etc. C’est un très bon point car cela crédibilise à nouveau son passé et son lien avec Gallifrey.

BRIGADIER: You know this place?
DOCTOR 2: To my shame. Yes, mine, Brigadier, and that of every other Time Lord. In the days before Rassilon, my ancestors had tremendous powers which they misused disgracefully. 

Bref, toujours une furieuse envie de me faire l'ère de ce Docteur que je n'ai jamais vraiment vue. A ce propos, The Five Doctors est un épisode assez cool en ayant quelques "bases" de la série classique et en ne sachant trop vers quelle ère aller ensuite, car il donne un bon aperçu de tout.

  • 3. The Ego
Spoiler

Three est sans surprise, le pire, de base étant celui que j’aime le moins. Tu sens tout son paternalisme avec Sarah Jane, la dynamique éclatée que cela constitue (qui tranche radicalement avec son duo excellent avec Tom). Tu sens que Pertwee serre les dents pour avoir accepter de diminuer son salaire pour revenir, tu sens qu’il veut prendre de la place, il vole littéralement une réplique du script à Elisabeth Sladen sur Tom Baker alors que ça n’a aucun sens qu’il sache sa future apparence :

SARAH: No, you changed remember? You became all, er...
DOCTOR 3: Teeth and curls?
SARAH: Yes.
DOCTOR 3: Yes, well, maybe I did, but I haven't yet.
SARAH: Oh, I see. No, I don't. Never mind.

(gros con un peu, non ?)

Ils essayent quand même de lui filer quelques répliques un peu  “méta” pour décrire le Docteur en tant que symbole :

SARAH: What can we do against it?
DOCTOR 3: What I've always done, Sarah Jane. Improvise.

Mais même là, on note quand même le changement de “nous” en “je”... pff…

Objectivement Three reste bien dépeint et ce n’est en rien la faute de Five Docs. On lui donne Bessie par exemple (ce qui ne fait que renforcer l’impression d’avoir un Inspecteur Maigret en guise de Docteur je trouve - il fait MARCHE ARRIÈRE pour aller parler au Maître qui est littéralement à 10 mètres de lui, jpp... bref). Après, comme je l’ai déjà évoqué, il lui manque un ennemi phare qui revient à ses côtés. On lui colle à la place un androïde repeint d’Earthshock qui sort tout droit des scènes de bonding de American Horror Story, qui détruit tous les Cybermen en lançant des aiguilles, saute plus ou moins haut selon que l’acteur soit fatigué ou pas, et qu’on peut battre en jouant à 1, 2, 3 soleil. Un ennemi ridicule à souhait, totalement filler, mais au moins inédit, ce qui est rare dans ce spécial, et puis finalement assez représentatif de la diversité de la série je pense. Je l’aime bien en vrai.

Bref, pour finir sur Three, il a tout de même ses bons moments et ses bonnes répliques, lorsque son égo est inclus dans le script, ce qui est déjà un bon point. Pas de quoi me donner envie de regarder son ère, mais cela me semble fidèle.

DOCTOR 3: You'll have to excuse me, old chap. We've got a very important inscription to translate and I think they'll get it all wrong without me.

  • 4. The Missing Part
Spoiler

Four est malheureusement absent au grand regret de tout le monde, Tom Baker le premier. Il s’agit de loin de mon Docteur préféré et son absence reste un manque… mais à bien y réfléchir, aurait-on vraiment voulu d’un Tom Baker en plus dans l’intrigue ? Aurait-on vraiment voulu un Tom Baker qui partage l’écran avec quatre autres Docteurs - dont un qui n’est pas l’original, un pitre, un autre déjà très narcissique et un déjà assez à l’écart et effacé ? Lui qui est déjà un peu "l'original" dans nos coeurs, lui qui faitle pitre mieux que personne et lui qui a déjà une haute estime de soi ?

No offense à tous les autres, mais je ne vois pas comment mon attention aurait pu être portée sur quelqu’un d’autre que lui, et il aurait probablement desservi l’épisode en faisant mieux que tout le monde. La plupart des personnages ici doivent se retenir de parler face à d’autres parfois, et ce n’est juste pas quelque chose que Four ferait.

A noter d’ailleurs que si l’intrigue fait le choix de séparer les Docteurs et de ne les faire se rencontrer qu’à la toute fin, c’était aussi pour une question de lutte d’égo et d’éviter que les acteurs ne commencent à se plaindre de ne pas avoir assez de lignes et à tout réécrire (ce qui n’a pas empêché Jon Pertwee de faire des siennes comme déjà évoqué…).

Il y a tout de même un excellent truc avec Tom Baker, c’est cette idée de bug lors de son transfert, et l’utilisation d’une scène de Shada. Non seulement cela permet de faire apparaître Romana dans le spécial (et autant j’ai parfois été assez dur avec elle, autant en voyant les compagnons qu'on a eu depuis, on ne peut que s’incliner face au charisme qu’elle avait), mais en plus cela laisse toujours de la place au canon de Shada puisque tout le statu quo est conservé. Certains disent qu’il aurait mieux valu ne pas nous rappeler constamment que Tom Baker est “là mais bloqué”, je trouve au contraire que c’est un très bon choix.

  • 5. The Time Lord
Spoiler

Five est à mon sens ici à son meilleur depuis le début de son run. Ce qui est un peu triste car il est malgré tout bien effacé par le charisme de One et Two (et même Three que je n’aime pas reste plutôt imposant). Mais l’épisode fait un très bon move de le séparer vite des autres pour lui donner des choses à faire dans “son” environnement Gallifreyien, très similaire à Ark of Infinity plus tôt dans la saison, avec encore une histoire de traître. Peter Davison joue bien et je trouve sa retenue efficace ici, permettant de laisser transparaître de bonnes répliques :

DOCTOR 5: I am being diminished. Whittled away, piece by piece. A man is the sum of his memories, you know. A Time Lord even more so.

Il est, contrairement à son habitude, plutôt actif, il a aussi de très très bons dialogues avec le Maître :

MASTER: I know this is going to be hard to believe, Doctor, but for once I mean you no harm.
DOCTOR 5: Like Alice, I try to believe three impossible things before breakfast. Go on.

MASTER: As you see, I'm armed. I could easily kill you if I wanted to.
DOCTOR 5: And not humiliate me first? Oh, that isn't your style at all.

MASTER: Be reasonable, Doctor.
DOCTOR 5: I am. I listened.

C’est aussi d'ailleurs le meilleur épisode d’Anthony Ainley en tant que Maître. Il est plus dans la retenue (relative), souhaite sincèrement aider le Docteur au départ, n’est pas le méchant principal de l’épisode, se fait un peu massacrer pour mon grand plaisir, tout en démontrant son intelligence. Il rencontre quasiment tous les Docteurs, notamment One ce qui était impossible avant et ce qui est assez cool.

Il a un passage absolument POURRAVE (la salle de l’échiquier électrique avec “Pi” comme solution, ce qui n’a aucun foutu sens et qui est ridiculement réalisé), mais c’est plus un problème d’écriture de la péripétie que du personnage.

Globalement Anthony Ainley m’a vraiment plu ici, dans son rapport avec les Time Lords aussi :

MASTER: Ah. Why me?
BORUSA: Because we need someone determined, experienced, ruthless, cunning.
MASTER: And disposable?

BORUSA: The Death Zone.
MASTER: Ah, the black secret at the heart of your Time Lord paradise.

Et il était assez drôle par moments :

DOCTOR 3: You? Help me? Rubbish. This is some kind of a trap.
MASTER: I knew this was going to be difficult, but I didn't realise that even you would be so stupid as to make it impossible.

Il finit par être vexé d’avoir vu son aide refuser et se fait simplement assommer hors de l'histoire.

Bref, la partie Five globalement est une des mieux gérées surtout car contrairement aux trois autres, c'est ce Docteur qui bouge le plus : il lâche ses compagnons, les retrouve, puis va voir le Maître, puis va sur Gallifrey, etc. Il fait vibrer l'intrigue et heureusement qu'il est là.

Bref, les 30-45 premières minutes sont dingues.

Mais ensuite ça met quand même un peu de temps au milieu à s’installer. On comprend vite que l’accès à la Tour de Rassilon va prendre du temps et que ça va être le but ultime de l’épisode. On nous expose les trois entrées : au-dessus, en-dessous, la principale, on comprend que chaque groupe en empruntera une différente et qu’ils ne se rencontreront qu’une fois à l’intérieur (à noter que Two prend les souterrains et finit dans une sorte de huis-clos, Three traverse une sorte de clairière et doit faire un peu d’action à base de cordes, et One prend l’entrée principale où il doit déjouer des pièges à énigmes - le tout pendant que Five essaye de résoudre le complot à Gallifrey et se téléporte directement dans la salle : chaque Docteur se voit attribué un chemin assez représentatif de son ère).

Comme je l’ai déjà évoqué, l’idée d’un jeu de Rassilon est un bel élément méta qui justifie à peu près tout ce que tu veux : la présence des Cybermen, le fait qu’ils trouvent toujours le Docteur facilement, le fait que les personnages débarquent plutôt loin de la Tour, etc. Five dit clairement que l’ensemble sonne comme une gigantesque parade organisé par quelqu’un qui voulait causer du drama avec les personnages, et c’est plutôt malin :

DOCTOR 5: Then there's this. You know, the Death Zone is a large place, and yet the Cybermen found us very quickly. Almost as if they were supposed to.

BORUSA: I gave you companions to help, an old enemy to fight. Well, it's a game within a game.

On peut d’ailleurs entendre le thème de la série quand Borusa manipule les figurines et donc, les timelines.

Il y a tout de même un recours aux “[object] of Rassilon” dans le scénario qui devient un vrai running-gag involontaire un peu ridicule. C’était déjà chaud dans The Invasion of Time avec l’écharpe, le sceptre, les chaussettes rouges et jaunes à petit pois de Rassilon, et là c’est pire. Petit listing de tous les artefacts “... de Rassilon” de l’épisode :

  • La Tombe
  • Les Jeux
  • Le Sceau
  • Les Parchemins Noirs (lol)
  • Le Domaine
  • La Harpe
  • La Couronne
  • L’Anneau…

Je crois que c’est avoué à demi-mot par le script à ce moment-là : 

BORUSA: You have no choice, Doctor. I wear the crown of Rassilon.
DOCTOR 5: And very captivating it is, too.

La partie sur Gallifrey est assez prévisible, vu qu’il y a exactement trois personnages Gallifreyiens on se doute bien vite de qui est le traître. Mais d’une part cela reste toujours sympa de voir cette intrigue dans la série, d’autre part ici tous les personnages étaient déjà connus (on devait même revoir Colin Baker en tant que chef de sécurité à la base si l’acteur avait pu), notamment Borusa qui est apparu 4 fois sous 4 visages différents et qui a connu une évolution à chaque fois, et évolue ici en tant qu’antagoniste principal, ce qui est intéressant. La fin où Flavia veut embrigader le Docteur en tant que Président et où celui-ci fuit ses responsabilités est assez amusante ; et même si je ne suis pas fan du canon Big Finish et univers étendu, le fait que ce soit Flavia, une femme, qui finisse dans les faits à la tête du conseil de Gallifrey, fait gentiment le pont et ouvre bien la porte à Romana qui plus tard, siègera au Conseil.

A noter la petite citation culte "No, not the mind probe".

Le reste se déroule de façon assez classique. On ajoute des Jelly Babies, du reverse the polarity, des caméos de Liz, Jamie, Zoe (en expliquant vite fait la fin de War Games), c’est pas mal (j’aurais aimé du Ian/Barbara aussi ! L'ère de One n’a eu aucun caméo). Les Docteurs se rencontrent enfin.

Ne pas se faire rencontrer les Docs avant qu’il ne reste 20 min, je sais toujours pas si c’est du génie ou une idée de merde, reste que c’est très sympa quand ça arrive, avec le Brigadier également qui fait bien tous les liens entre toutes les ères (c’est ouf ce perso). Les compagnons aussi échangent et on a droit à nouveau à de très bonnes vannes :

SARAH: Oh, I know, I know. Drag you through time and space without so much as a bye or leave, then leave you out when things get interesting.
TEGAN: My version isn't any better.
SARAH: Which one's yours?

Il n’y a guère que Turlough qui ne sert littéralement à rien, mais étant le plus récent, dans un épisode dédié au passé, ça peut se comprendre.

Les Docteurs s’unissent contre Borusa, celui-ci se fait piéger, Rassilon (au look trop ridicule, un faux pas de la réal encore une fois) replonge dans son sommeil et tout le monde rentre chez soi.

DOCTOR 1: Out of the question.
DOCTOR 3: You're hardly a suitable candidate.
DOCTOR 2: For anything.

La fin manque un peu de folie même si elle est sympathique et établit des choses utilisées par la suite. Tout le thème sur Rassilon qui a souhaité atteindre l’immortalité, c’est encore la preuve d’un épisode dont la cohérence est grandement bonifiée par l’existence de The Timeless Children (tut tut les rageux). Et d’ailleurs, les Cybermen qui accèdent à l’immortalité en extrayant l’ADN du Doc, c’était un pitch du script original “The Six Doctors” par Robert Holmes. Le script en soi aurait sans doute été nul pour plein de raisons, mais l’idée des Cybermen qui accèdent à la régénération est belle et cohérente… et inutile d’aller très loin pour voir ce qui a inspiré Chris Chibnall dans son enfance.

Pour conclure. On dit souvent que la qualité est supérieure à la quantité… mais The Five Doctors vient et te dit : “non, pas quantité, Q U A N T I T É” et tu ne peux que t’incliner.

Certes, contrairement à d’autres spéciaux par la suite comme The Day of the Doctor, qui lui reste bien supérieur, le sérial n’a que faire du futur et se contente de faire une célébration du passé… Il y aura beaucoup de continuité est extraite de cet épisode : Rassilon, les alliances Maître/Cybermen, beaucoup d’extraits vidéos… mais c’est plus dû au statut gagné par l’épisode a posterori, qu’une vraie volonté de l’épisode de préparer la suite. Cela aurait même pu faire une très belle fin de série, avec une superbe réplique de fin.

The Five Doctors est une parenthèse dans le passé, il a été conçu comme un spécial à part entière et il suffit de voir les génériques pour s’en rendre compte : c’est l’arrangement rétro initial de Delia Derbyshire utilisé, qui, sur le générique de fin, “redevient” le générique au synthétiseur actuel de Davison, marquant la fin de la pause nostalgie et le retour aux 80’s. La musique est d’ailleurs plutôt cool dans le sérial, avec un thème principal un peu égyptien qui colle bien à l’ambiance des énigmes dans la pyramide de Rassilon et un thème métallique creux pour les Cybermen (j’ai l’impression qu’il a inspiré le thème d’Akinola par la suite). Comme beaucoup de choses de l’épisode, difficile de savoir pour sûr mais The Five Doctors a indéniablement contribué à façonner l’image de Doctor Who pour ses futurs créateurs.

Et même si l’épisode ne l’avait pas anticipé, le fait qu’il ait influencé autant de choses par la suite reste un énorme plus quand on le regarde aujourd’hui. Je pense qu’on sous-estime la quantité ahurissante de difficultés rencontrées et évitées pour aboutir à ce festival que personne n’aurait imaginé possible quelques années avant. The Five Doctors est un épisode imparfait mais plus qu'important. Et quelle célébration !

TEGAN: You mean you're deliberately choosing to go on the run from your own people in a rackety old Tardis?
DOCTOR 5: Why not? After all, that's how it all started.

2 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 02 avril 2020 à 10:39

Je crois que c'est le même problème avec la série classique : 20-25 bonnes premières minutes intriguantes, une bonne purge de 50 minutes au milieu et un final à la hauteur du début. On perd des plombes sur chacun des personnages qui mettent un temps fou à arriver au château de Rasilon. La mauvaise idée de cet épisode est d'avoir séparée les Docteurs qui ne se retrouvent malheureusement que à la fin. Et quand ils se retrouvent, on a l'impression qu'ils ne savent pas trop faire entre deux. On est bien loin de la dynamique entre les personnages (la scène de la prison) entre les 3 Docteurs dans The Day of the docteur. Les deux duo Teegan et One d'un côté et le Brigadier et Two fonctionnent vraiment bien, bien aidés par les 4 interprètes. La palme du chiant revient à Three (un docteur extrêmement agaçant) et à une Sarah Janes, assez gourde, bien loin de celle que j'ai vu dans d'autres épisodes. L'actrice qui fait Susan joue très mal.

L'épisode reste quand même assez amusant à voir après Timeless Children. Tout le final où Rasilon promet une fausse immortalité et refuse d'en expliquer la source, alors que 4 Docteurs sont présents dans la même pièce, reste assez savoureux.

Sympathique, mais vraiment trop long.

11 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 13 janvier 2019 à 18:29
Spoiler

Un épisode anniversaire là-aussi très sympathique grâce au retour des anciens Docteurs, mais pas non plus très renversant .. Le tout fonctionne en effet un peu trop en automatique, et si le fan-service fait toujours plaisir (la « dead zone » sert à ça après tout ..), l'alchimie entre les personnages est assez limitée de par leur trop grand nombre et certains retours (Susan) sont donc un peu trop mal gérés


13.67

3 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 15
27 juil. 2020
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 14
02 avril 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 12
13 janv. 2019

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.