Image illustrative de Doctor Who
Image illustrative de Doctor Who

Doctor Who

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps originaire de la planète Gallifrey, qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction ...

Lire le résumé complet >

Terminée Anglaise 25 minutes
Science-Fiction, Fantastique, Historique, Action, Adventure BBC One, Youtube, BBC, Global 1963
12.75

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 24.04 - Time and the Rani (4)

Time and the Rani (4)

The alien world of Lakertya. With the aid of the savage Tetraps, the Rani has conquered this planet to allow her to continue her depraved biochemical experiments. But she finds herself needing the Doctor's assistance...

Diffusion originale : 28 septembre 1987

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 28 septembre 1987
Réalisat.eur.rice.s : Andrew Morgan
Scénariste.s : Jane Baker, Pip Baker , Jane Baker , Pip Baker
Guest.s : Jacki Webb , Mark Greenstreet , Peter Tuddenham , Richard Gauntlett

Tous les avis

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 19 juillet 2021 à 13:05

DOCTOR: This monstrosity will give you the ability to change the order of creation.
RANI: Creation's chaotic. I shall introduce order.

Le plan ambitieux de manipuler toute la création colle au personnage de la Rani et augmente l’intensité des enjeux très vite, ce qui n’est pas une mauvaise idée. La Rani a encore une réplique cool :

DOCTOR: Keeping quiet, isn't it?
RANI: Perhaps, unlike you, it only speaks when it has something intelligent to say.

C’est très typique du fait que la Rani est toujours ultra calculatoire, froide, bref, classe ! et ne fait des choses maléfiques que quand nécessaire pour elle.

J’aime aussi l’idée du Docteur qui force la Rani à le retirer du cerveau commun des génies en faisant des blagues irrationnelles ce qui court-circuite le cerveau. Ca colle bien au personnage de Seven en plus à ce stade :

WOMAN [OC]: It is stated in the special theory and has been demonstrated that an increase in velocity will increase matter.
DOCTOR [OC]: Exactly. The faster a fat man runs, the fatter he will get.
RANI: I'll kill him !

Dommage que cette idée ne soit pas mise en scène plus visuellement (avec des pseudos visages qui flottent ou des plans sur les génies dans leurs capsules, que sais-je). Là c'est un peu toujour à l'état de script et tu sens l'exécution nulle.

Enfin, un fait extrêmement important : la musique n’est pas bonne mais pas aussi insupportable que sa réputation, je trouve.

Bon ça y est, je suis à court de choses positives à dire. Je l'ai quand même trouvé plus digne/plus remplie que la partie 3.

On a un bon condensé de tout ce qui n’allait pas dans ce sérial avec une réal abyssale. Tout n’est que blabla et cheapness. On a du bric à brac de pacotille vraiment ridicule (les bracelets mortels ptdr, les vitres en plastique des cellules). Le budget est à la ramasse et on dirait qu’ils n’essaient même plus vraiment de faire illusion. Ce qui est aussi prodigieux dans ce sérial c’est que souvent, les persos doivent accomplir des actions ultra importantes et sont juste toujours à être debout, face caméra, à attendre qu’on leur donne la réplique. Tout sonne faux et est terriblement mal dirigé - les acteurs devraient prétendre être vraiment occupés et pas attendre leur réplique.

Le scénario devient totalement incohérent sur le timing, les motivations des personnages, les besoins initialement établis (comme le cerveau du Docteur). Le Doc entre dans la fameuse pièce secrète après 100 minutes d’épisode, et ne commente même pas sur l’immense cerveau géant au milieu de la pièce, attendant que la Rani arrive pour lui révéler tout le plan.

L’ultime problème de taille c’est que McCoy est caractérisé comme un bouffon et ça ne marche pas du tout. C’est un acteur surtout connu pour faire rire les enfants et cela envoie clairement le mauvais message pour ce début d’ère : le ridicule de l’histoire l’emporte trop. Il a bien deux répliques drôles (“tout est relatif” à Einstein, ou bien quand il ne peut s’empêcher de corriger une erreur de maths et aider la Rani malgré lui - dans une scène autrement ultra débile), mais ça ne vole pas haut. Son costume est une version adoucie hybride de Five et Six. Son gimmick des cuillères, ça ne sert à rien je trouve, ça casse le côté alien.

Sa présence à l’écran est vraiment minime - il a à peine plus de charisme que Davison, mais tu sentais que Five était le “Docteur gentil” entouré par un groupe de compagnons attachants. Alors que pour Seven, sa relation avec Mel est inexistante et ne se limite qu’à elle qui le corrige sur des expressions humaines qu’il emploie mal, comme “avoir une mémoire de kangourou” au lieu d’éléphant, mdr docteur lol. Pas la meilleure idée de JNT, celle-là.

Tout ça s’explique, comme d’autres aberrations du sérial (comme la régénération express), par le fait que le couple de scénaristes a écrit l’épisode en n’ayant aucune foutue idée d’à quoi ressemblera le 7ème Docteur. Laissant McCoy et le personnage en totale roue libre, très générique.

L’équipe de production savait que l’épisode était un échec. Pip et Jane Baker ne seront jamais rappelés et c’est probablement pour le mieux. Pas car ils sont totalement incompétents. Ils ont de bons concepts sur le papier, mais semblent condamnés à toujours devoir écrire super vite des scripts que personne ne veut et qu’on n’aura pas le temps de relire. Et clairement, ce script final n’aurait jamais dû passer la phase de relecture. Ce n’est donc pas uniquement de leur faute. Le nouveau showrunner Cartmel vient de débarquer et n’a sûrement pas le temps ou l’envie de se battre avec un script archaïque quand il sait qu’il ne recontactera plus les scénaristes.

Mais il y a vraiment un manque de soin dans le scénar qui laisse à désirer. C’est un détail mais à un moment, le Doc cite Pasteur parmi les génies qui ne naîtront jamais si la Rani exécute son plan de ramener la Terre à l’ère du Cétacé pour laisser les Dinosaures évoluer - putain que c’est con en fait… - sauf que Pasteur fait partie des cerveaux qui aideront à ce plan… peut-être que McCoy s’est mélangé dans les noms et que personne ne l’a corrigé, mais il m’a tout l’air d’être un acteur compétent qu’on dirige mal.

Un sérial qui a deux ou trois idées au début, mais qui n’en fait rien. Tout finit par être mauvais. Ce n’est pas le pire épisode de la série comme on peut le lire, il a trop de passages “rigolos” et de tentatives d’idées pour cela, et il a Kate O’Mara ce qui le rend “mémorable”. Mais il n’est pas bon du tout, et je pourrais imaginer que rien que la première scène du sérial rende caduque tout le reste pour un fan de Six.

La Rani méritait mieux pour son premier épisode solo. Les fans méritaient mieux. La série méritait mieux. Colin Baker méritait mieux. Par contre je ne suis même pas sûr que McCoy méritait mieux, cela dit, c’est le plus triste.

MEL: You're certainly going to take a bit of getting used to.
DOCTOR: I'll grow on you, Mel. I'll grow on you.

Espérons. Car au moins ce qui me rassure, c’est qu’entre Colin Baker, le couple Baker, JNT, Cartmel et la BBC, absolument personne n’avait envie de cet épisode ni en est fier. Espérons donc que Time and the Rani a crystalisé toute la merde due à la transition et qu’on puisse avoir une nouvelle ère sereine : vu la réputation de ce Docteur et de sa dernière saison, et le jeu de McCoy pendant ce sérial, je me dis qu'il y a eu une grosse amélioration, ce qui m'intrigue.

Note moyenne du serial : 9/20


Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 02 novembre 2020 à 16:40

Le délire autour des cerveaux est amusant mais incroyablement nanardesque. Dommage car la première partie avait cette idée amusante de jouer sur le trouble post-régénération du Docteur, mais tout s'est malheureusement effrité au fil des épisodes pour laisser place à une parodie de parodie de Doctor Who.

Un bien mauvais début, donc. McCoy fait le job, bien que comme le dise Koss, on est face à une incarnation plutôt générique, pas particulièrement charismatique. Mais il se dégage un petit côté "Mr Bean de l'espace" qui est plaisant. Mel, par contre, est une très mauvaise compagne dans cet arc, juste une demoiselle en détresse générique. La Rani, enfin, est une adversaire plutôt amusante qui, de ce que j'en ai compris, n'aura malheureusement jamais trouvé d'épisode à sa hauteur dans les Classics.


Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 10 juin 2020 à 10:58

Un final à la rue et le pire épisode des quatres. On se contrefout complètement de ce qui arrive.

Le pire, c'est qu'au bout du chemin, Seven n'est pas vraiment caractérisé. Là aussi comme sa compagne, c'est vraiment un Docteur super générique, il est intelligent-loufoque-rigolo, assez lambda quoi, à part le coup des cuillères (que j'aime beaucoup, mais qui est une impro de dernière minute). Par rapport à ce personnage gothico-sombre que j'ai vu dans le téléfilm, on est à des années lumières. Curieux de voir ce qu'il a pu faire dans les dernières saisons des classic.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 01 novembre 2018 à 01:02
Spoiler

Fin de la purge. Maintenant peut débuter (ENFIN) l'une des meilleures ères de la série classique !

(+1 parce que la fin est amusante)


6

4 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 6
02 nov. 2020
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 8
19 juil. 2021
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 5
10 juin 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 5
01 nov. 2018

Derniers articles sur la saison

Aucun article similaire.