« Je ne vais pas à Série-All pour mourir. J'y vais pour me prouver que je suis encore en vie » Cowboy Bebob  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Over The Garden Wall, un conte et un voyage merveilleux


Il était une fois, deux enfants perdus dans la forêt, dans un monde appelé Inconnu. Découvrez Over the Garden Wall, un dessin animé qui se révèle être un chef-d'œuvre d'animation.


Over The Garden Wall
Genres :
Fantastique, Animation
Série américaine
Année : 2014
Format : 11 min
Cartoon Network Cartoon Network

 

Qu'y a-t-il de l'autre côté du jardin ? Puisque les rêves ne se réalisent jamais, et si on prétendait ? Quelque part perdu dans l'Histoire, repose un lieu que peu ont vu, appelé l'Inconnu, où les histoires ressurgissent du passé, pour ceux qui s'aventurent dans la forêt.

 

C'est ainsi que débute le récit de ce conte merveilleux. Un conte qui nous transportera dans une forêt mystérieuse et qui nous fera passer du rire aux larmes et de la contemplation à l'émerveillement en un éclair. Over the Garden Wall est une mini-série d'animation produite par la chaîne Cartoon Network et constituée de 10 épisodes de 11 minutes chacun, formant au final un long-métrage d'1h50. Si déjà dans la forme la série se révèle novatrice, il ne faut pas longtemps en s'y plongeant pour comprendre que nous avons en face de nous un petit bijou.

Diffusée en 2014 et ayant reçu un excellent succès critique, dont une récente consécration aux Emmy Awards, la série Over the Garden Wall est malgré tout restée discrète, la faute à une diffusion quotidienne étalée sur moins d'une semaine et la volonté de la part de son créateur de se limiter à raconter une histoire de 10 épisodes. Il n'y aura donc, logiquement, pas de saison 2. Pourtant, ce n'est pas une raison pour continuer à passer à côté de ce cartoon.

Car c'est bien simple : il s'adresse à tout le monde. Petits et grands, jeunes et moins jeunes. Il suffit de se laisser porter par l'histoire, ni plus ni moins. Ce dessin animé aurait mérité d'être plus connu. C'est ainsi que je vais essayer, en quelques paragraphes, de vous convaincre de lui laisser sa chance.

 

 

Sur le papier, magnifique

 

Commençons par la forme. Visuellement, le dessin animé est à tomber. Vraiment, le style graphique est un élément subjectif, certes... mais ici il est tout simplement magnifique. A la longue on dirait presque une toile artistique. Le coup de crayon est fantastique.  Les décors sont ravissants et les arrière-plans extrêmement travaillés, que ce soit au niveau des détails ou des références et indices qui s'y cachent. Pourtant la série sait rester sobre et simple, la preuve avec le trait pour les personnages somme toute classique qui fonctionne diaboliquement bien.

 

Over the Garden Wall - Nuit

Le jeu d'ombre et de lumière est saisissant.

 

L'ensemble forme vraiment une œuvre d'art. Chaque chapitre se savoure comme un roman illustré, comme une galerie de tableaux que l'on contemple avec émerveillement. Il y a, de plus, une véritable mise en scène. Contrairement à pas mal de cartoons, ce n'est pas seulement une suite de plans d'ensemble, de travellings suivant les personnages pendant qu'ils marchent et de champs/contre-champs quand deux personnages se parlent. Il y a une véritable recherche dans la réalisation et dans les angles de "caméra" - mot bien sûr incorrect, justement, c'est l'idée qui s'en rapproche le plus. Par exemple, certaines utilisations de la 3D sont exemplaires :

 

 "The Highwayman Song", de l'épisode 4 : Songs of the Dark Lantern

 

Du coup, Over the Garden Wall adopte tout de suite une certaine patte graphique très atypique. Elle instaure une ambiance certainement sombre et qui varie selon le degré de sérieux de l'histoire. Du noir le plus complet quand les personnages sont perdus, au blanc immaculé de la neige quand le dénouement final pointe le bout de son nez, en passant par des tons aux couleurs automnales, l'ambiance est tantôt oppressante, tantôt fantaisiste, mais colle la série à la peau du début à la fin.

Cela va de paire avec les musiques. Vous en avez un aperçu juste un peu plus haut. Elles sont plutôt spéciales, à l'image de la série. Certaines sont bon-enfant et ont une mélodie restant dans votre tête, d'autres plus étranges et dégageant parfois un sentiment inquiétant. Elles sont centrales dans la série - il y en a 10, une par épisode - et ne sont pas simplement là pour meubler : elles font partie intégrante de l'histoire et leurs paroles nous révèlent parfois des choses, si tant est que l'on y prête l'oreille...

 

Over the Garden Wall - Chanson sous le crépuscule

Un des nombreux instants musique, ici lors de la croisière de l'épisode 6 : Lullaby in Frogland 

 

Cette série reste visuellement gravée dans votre mémoire. Vous savez, ce genre de séries dont l'empreinte artistique est tellement soignée qu'on associe immédiatement des plans, des couleurs et des formes dans sa tête quand on pense à elle ? Over the Garden Wall fait cet effet-là.

 

 

Dans le fond, une aventure riche et extra-ordinaire

 

Alors, l'aventure est bien emballée et vous en mettra plein la vue. Et pas seulement. Elle vous marquera aussi émotionnellement, du moins c'est ce que j'espère.

Le scénario est fantastique. Avec un pitch aussi vague, je n'imaginais pas qu'une mini-série d'animation puisse être aussi dense. Préparez-vous à une avalanche de twists. Du simple rebondissement concernant le scénario du premier épisode, à la claque remettant en cause tout ce qu'on sait du fil rouge, les surprises s'enchaînent et nous amènent toujours à vouloir voir la suite. Si la série abuse parfois de l'effet "standalone" et choisit de ralentir un peu son récit, tout finit par ressurgir et on ne s'ennuie jamais. Quant à la fin de la série, n'ayez crainte. Over the Garden Wall est conçue comme un film qui n'est pas destiné à avoir une suite. Le season-finale boucle son histoire et nous réserve une fin à couper le souffle, qui sait nous apporter des réponses satisfaisantes, ne laissant que très peu de choses inexpliquées. Petit plus : la série s'achève avec suffisamment de matière pour nourrir théories et interprétations en tout genre. Si vous êtes encore du genre à théoriser sur Lost, vous ne trouverez que du bonheur.

 

Over the Garden Wall - la "Bête"

Le fil rouge est surprenant et très bien géré.

 

Ce qu'il y a de fantastique en plus du bon scénario, c'est qu'absolument TOUT était planifié. Il faut savoir que la série a été imaginée en 2004 et pitchée à la chaîne Cartoon Network en 2006. Cela faisait 10 ans que Patrick McHale, le créateur de la série, l'avait conçue. C'est plus que la majorité des films, alors qu'OTGW dure bien moins longtemps qu'un gros long-métrage. Forcément, cela se ressent, et la densité et la richesse de l'Univers créé n'ont plus rien d'étonnant, même si cela reste extraordinaire. Car quand je dis que tout était planifié, c'est vraiment au point où une semaine après avoir visionné l'entièreté de la série et pendant toute la rédaction de cet article, je continue de découvrir des indices manqués, des références et "easter-eggs" prémonitoires, des liens là où on ne les avait pas remarqués, des détails pouvant conduire à toute une réinterprétation du cartoon entier, des secrets et des mystères pouvant apporter des explications supplémentaires sur des intrigues secondaires qu'on pensait avoir oubliées...

Vous savez, ce genre de séries qui vous donnent envie de les revoir immédiatement ensuite, ce genre de séries ou d'œuvres visuelles en général qui, à partir d'un certaint point, font constamment référence à un nouvel élément de leur récit presque à chaque nouvelle scène ? Over the Garden Wall tombe dans cette catégorie, haut la main.

 

Over the Garden Wall - le Bûcheron et la Lanterne

Le bûcheron de la forêt, doublé par Christopher Lloyd (le Doc dans Retour vers le futur), l'une des nombreuses guest-stars de la série.


Alors attention, la série reste très accessible. Elle se situe certes un peu au-dessus du niveau des cartoons habituels et ne pourrait pas être tout à fait comprise ni appréciée avant un certain âge pour les enfants, mais elle reste très simple et précise dans sa narration. Exemple avec les personnages : ils sont très bien écrits et tous humains, ils ont tous une part de gris, néanmoins ils sont en apparence simplets. Pourtant, plus l'intrigue avance, plus nous découvrons une backstory pour tous. Chaque trait des personnages principaux, physique ou caractériel, est là pour une raison que l'on comprend par la suite. Même les secondaires sont un peu développés, dans la mesure du possible. Même la grenouille aura un rôle ! Bien sûr, il y a des personnages "one-off" avec une unique apparition, présents dans un standalone en particulier. Et il y a des figurants. Mais beaucoup moins que vous ne pensez.

C'est aussi ce qui fait toute sa beauté en fin de compte : en pensant suivre quelque chose de très simple et de très limpide, on découvre petit à petit la richesse du scénario d'ensemble. Pour ceux cherchant des choses faisant réfléchir, sachez que derrière ce cartoon se cachent des thèmes hyper intéressants. Des métaphores pleuvent souvent, la subtilité est reine et la fin, sans donner de spoiler, contient une part de symbolisme assez marquée et fait vraiment émerger un nouveau regard sur toute la série, comme toute excellente fin digne de ce nom devrait le faire.

 

Over the Garden Wall - Champ de citrouilles

Quand un plan ne cache aucun détail en particulier, il est juste beau.

 

La série dans son ensemble n'a pas pour moi de message en particulier à faire passer. Elle a juste quelque chose à raconter : une histoire. Elle nous raconte une histoire, un conte, puis nous laisse méditer là-dessus. Avec cette histoire, elle veut nous faire ressentir des choses, ce qu'elle réussit merveilleusement bien. Cette histoire nous touche. Elle peut vous faire ressentir de la peur, de la joie, de la tristesse, de la nostalgie, elle peut sans doute en mettre certains mal à l'aise même, je suppose. Ce qui pourrait être malheureusement motif pour ne pas regarder. Pour ma part, ce fut surtout de l'émerveillement et de l'admiration. Et je pense que cela peut être différent pour tout le monde. C'est aussi pour cela que je disais plus haut que la série s'adresse à tous : je pense qu'elle éveille en chacun des choses différentes. Elle a quelque chose à transmettre, quoi précisément, je ne sais pas, mais vous le saurez probablement en regardant.

 

 

Over the Garden Wall, c'est quoi en fait ?

 

Alors finalement, qu'est-ce qu'Over the Garden Wall ? Difficile de le définir précisément. C'est avant tout un conte, des signes évidents ne trompent pas. La scène d'introduction nous donne l'impression de plonger dans un livre, des références à plusieurs classiques sont disséminées un peu partout, l'ambiance très "vieille Amérique du Nord" réunit plusieurs époques à la fois.... De quel type de conte s'agit-il exactement ? Ce dessin animé fait tout : merveilleux, histoire d'épouvante, comédie, il verse dans le symbolisme. Ce qui est sûr, c'est qu'il va plus loin qu'un simple conte pour enfants. Il devient par moment le conte des contes, celui qui raconte l'histoire que l'on aimerait tous vivre. C'est un OVNI dans le paysage des cartoons/des séries/des films d'animation - la preuve : on ne sait même plus !

 

Une seule chose importe : c'est qu'Over the Garden Wall est l'une des plus belles œuvres d'animation qu'il m'ait été donné de voir dans ma vie.

 

Over the Garden Wall - Wirt, Greg et Beatrice

~~~

 

En résumé, pourquoi tu te DOIS de regarder Over the Garden Wall ?

 

 

  • Un conte mélangeant les genres et les époques, tout en gardant une touche singulière.
  • Visuellement irréprochable, possédant une patte graphique et magnifique.
  • Des musiques qui apportent quelque chose à chaque épisode.
  • Un scénario captivant avec une très bonne gestion des personnages et des mystères.
  • Une écriture subtile, dévoilant peu au début pour nous subjuguer vers la fin, le sens du détail est ahurissant.
  • Un format jamais-vu de plusieurs segments formant un long métrage d'1h50. 1h50 de sa vie, ça vaut le coup, non ?
  • Que ce soit un sentiment de gêne et d'angoisse, d'émerveillement ou de retour en enfance, Over the Garden Wall ne vous laissera pas indifférent.

 

 

Alors, tu es chanceux. Oui, toi, lecteur. Par rapport à moi et à une poignée d'autres, tu as encore un magnifique dessin animé à découvrir. Je crois qu'il n'y a jamais rien eu de semblable et il sera sûrement la seule chose de son genre dans le paysage de la télévision pendant longtemps. Ce chef-d'œuvre t'attend. Et toi, qu'attends-tu ? Fonce !




Autres articles sur cette série :



Aucun article pour le moment.

Dernières critiques de cette série :



Aucune critique pour le moment.


A propos du rédacteur

Galax Galax
2663 avis
3232 notes
Moyenne : 13.18

 Visioneur raffiné

Listen !

9 commentairessur cet article


gravatar
#1
Maxou140 a écrit le 07/08/2015 à 17h34
Aaah... Je me demandais si t'allais en faire un ! :D
gravatar
#2
Galax a écrit le 07/08/2015 à 17h51
Je ne pouvais pas ne pas en faire ! ^^
gravatar
#3
Koss a écrit le 09/08/2015 à 22h29
MEGA SPOILERS:






"Alors finalement, qu'est-ce qu'Over the Garden Wall ? Difficile de le définir précisément. C'est avant tout un conte, des signes évidents ne trompent pas. La scène d'introduction nous donne l'impression de plonger dans un livre, des références à plusieurs classiques sont disséminées un peu partout, l'ambiance très "vieille Amérique du Nord" réunit plusieurs époques à la fois..."


=> La vraie question est qu'est-ce que le monde Unknown. Là dessus pour moi, la série ne laisse que peu de doute dans sa réponse et c'est un peu dommage. Vous en pensez quoi ?
gravatar
#4
Galax a écrit le 09/08/2015 à 23h45
[GROS SPOILERS SUR LA FIN EGALEMENT]

En effet la réponse est plutôt claire. A la base le monde s'appelait "In-Between" donc c'est clair qu'il s'agit de l'explication officielle.
Ce n'est pas comme si la série ne laisse RIEN sur quoi avoir des doutes. Principalement pourquoi à la fin la grenouille de Greg semble encore avoir avalé la cloche de Auntie Whispers si rien ne tout ça n'est arrivé ? Bon, ça c'était plus pour l'effet "toupie de Inception" histoire de ne pas faire quelque chose de complètement fermé.

Après c'est maigre. Je pense que la série a voulu donné une explication claire dans le but de satisfaire son public et de boucler son récit. Elle a donc privilégié de nous faire réfléchir sur toute l'aventure en général et aux petits détails en rapport avec la fin, plutôt que de laisser planer un énorme doute sur la fin elle-même, ce qui serait frustrant, façon Lost.

Donc parmi tout ce qui reste en suspend, on peut se demander : Wirt et Greg se sont-ils vraiment réveillés en fait ? On n'a jamais su comment ils sont sortis de l'Inconnu. Si oui pourquoi dans la ville d'un autre cartoon ? Ce ne serait pas le signe qu'il rêve encore La question du monde de the Unknown qui existe ou pas n'est d'ailleurs jamais posée (principalement car ça n'aurait pas de sens dans une série merveilleuse). Mais pour moi ça serait plutôt ça la vraie question : est-ce que tout ceci est bien arrivé ou pas.
Alors ça existe bel et bien et tout le monde s'y retrouve, ou c'est juste l'expérience de Wirt ? C'est ce que les nombreux indices entre sa vie personnelle et The Unknown nous laisserait penser. Mais si ce n'est que l'expérience de Wirt, pourquoi voit-on la suite des événements de the Unknown après son départ ? Que vient faire la Bête dans tout ça, l'incarnation traditionnelle du démon ? Ou juste l'incarnation de la peur, nous poussant à nous surpasser, et les deux archetypes qui en découlent (le héros plein d'espoir un peu crédule - Greg, et le héros qui se dévalorise sans cesse, Wirt) ? Que penser de la fin où le bûcheron retrouve sa fille, il n'y aura plus de Bête ?
Pour moi c'est de tout ça dont il faudrait questionner et parler plutôt que de l'explication sur le monde inconnu.
gravatar
#5
Koss a écrit le 10/08/2015 à 10h08
TOUJOURS SPOILER SUR LA FIN :






Pour moi la série répond clairement à la question : il s'agit bien du monde entre les morts et les vivants. Plusieurs indices poussent à ça :

- L'ancien titre dont tu parles : "In between".
- Le fait qu'il y ait une tombe portant le nom d'un personnage qui apparaisse dans le Unknown.
- Le nom du cimetière.
- Le sifflement du train à chaque début de générique.



gravatar
#6
Galax a écrit le 10/08/2015 à 15h32
[SPOILERS]

Oui là-dessus on est d'accord. Il y a aussi le fait que tous les personnages de the Unknown semblent venir de plein d'époques différentes ou le champ "Pottsfield" qui fait référence aux cimetières où on enterre les morts et les soldats et qui apparaît en seconde position dans la série.
gravatar
#7
PuckyPotts a écrit le 12/08/2015 à 19h45
Merci Galax de m'avoir fait découvrir ce petit (gros) bijou, je viens à l'instant de le dévorer. J'ai été complètement transporté, comme toi apparemment.

Je suis encore vraiment à chaud, je n'ai pas eu le temps de repenser à la série, mais j'ai presque eu l'impression d'avoir fait face à un merveilleux mélange d'un Myasaki et d'un Don't Starve !
gravatar
#8
Galax a écrit le 13/08/2015 à 00h03
Ravi de voir que tu as été autant emballé ! En plus si tu viens de la finir, tu as probablement encore plein de trucs à découvrir, le meilleur reste à venir :)
gravatar
#9
yannick511 a écrit le 14/08/2015 à 14h28
Ca donne super envie, je vais m'y mettre, merci car je ne connaissais pas du tout.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



  Saison 1

Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :



Moyenne


13.29

78 notes

Dernières notes :



favorables
0 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Pas encore d'avis



» Donner votre avis


  • Diffusion US : 03 novembre 2014 (Cartoon Network)
  • Diffusion FR : 26 octobre 2015 (Cartoon Network)

Créateurs :

Réalisateurs :

Scénaristes :

Générique : voir