« Le site dont VOUS êtes le héros ! »  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Hannibal: cinq raisons de persévérer, malgré l'annulation


Retour sur les trois premiers épisodes de la saison 3


Hannibal
Genres :
Drame, Thriller
Série américaine
Année : 2012
Format : 42 min
NBC

 

La nouvelle est tombée, ce mardi 23 juin. Hannibal rejoint le cimetière des "séries annulées trop tôt" de Bryan Fuller, aux côtés de Dead Like Me (que je n'ai pas vue), Wonderfalls (non plus !) ou la plus récente Pushing Daisies (ah, elle si !). Si l'avenir de la série est encore incertain, et que celle-ci pourrait connaître une seconde vie sur de nouvelles plateformes, la saison 3 est toujours à l'antenne, et n'en est pour l'instant qu'à son quatrième épisode. Certes, il faudra attendre que les treize chapitres de cette nouvelle fournée soit diffusés afin de se faire une idée précise sur la cohérence de cette troisième saison. Néanmoins, à l'aube de cet hypothétique dernier repas en compagnie du cannibale le plus élégant du petit écran, voici cinq raisons essentielles qui devraient vous pousser à persévérer le temps d'une dernière saison.

 

Fresh Fell from Hell

 

 

Une série qui flatte la rétine


Alors certes, ce doit être l'argument le plus suranné autour de la série, mais le fait est là : Hannibal est l'une des plus belles choses qu'il m'a été donné de voir sur petit écran. Cependant, cette quête perpétuelle de la stylisation est progressivement devenue un la bête noire de certains spectateurs, qui voyaient dans cette surenchère visuelle une belle coquille vide tournant à vide.

Que ces derniers se rassurent: la saison 3 ne change absolument pas de direction. Tout y est visuellement outré, baroque, grandiloquent. Cependant, si on excepte quelques rares passages (la séquence d'introduction à moto du season premiere, très "Dior Homme"), le visuel n'a jamais autant été au service du récit. Le season premiere et son ambiance ouatée, quasi-fantastique, nous perd dans les rues de Florence en compagnie de Bedelia du Maurier. L'absence de tous le cast traditionnel de la série, qui représentait jusqu'alors la part "rationnelle" du show, renforce cette impression de douce irréalité, comme un cauchemar qui ne voudrait pas se finir.

 

"J'ai touché le fond de la piscine" 

 

 

 

Un conte de fées macabre

 

 La saison 1 était un procedural horrifique, la saison 2 un thriller cauchemardesque. La saison 3 opte pour le conte de fées, et ce n'est pas une mauvaise idée. La série semble enfin s'être débarrassée de tout souci de vraisemblance, qui représentait un de ses points faibles lors de la seconde saison. En acceptant la part quasi-fantastique du personnage d'Hannibal Lecter, tour à tour Il Mostro, Dieu, Satan ou Faust, la série accorde enfin au personnage le statut mythique qui lui revient de droit. En ce sens, la découverte du manoir Lecter en Lituanie lors de l'épisode 3 n'est pas sans rappeler les diverses représentations du manoir de Dracula au cinéma, renforçant ainsi l'impression que nous sommes à présent entré dans une véritable théogonie du personnage éponyme.

 

Le palais de l'ogre 


La série se joue donc de sa propre mythologie, Hannibal Lecter brisant lui-même le quatrième mur lors du season premiere en entamant le récit par un réjouissant "Let it be a fairy tale, then !". Le déplacement géographique de la série, à Florence et en Lituanie (pour le moment) contribue aussi au dépaysement du spectateur, et change du Minnesota neigeux des deux premières saisons, étendant la toile d'araignée du docteur Lecter à une échelle beaucoup plus impressionnante.

 

 

Un duo délicieux


 Bedelia du Maurier a toujours fait partie de mes personnages préférés de la série. Peu dupe du jeu d'Hannibal, elle est l'unique protagoniste qui n'hésite pas à s'adresser à lui sans fard, en le confrontant à ses propres contradictions. Son absence durant la saison 2 a considérablement alourdi la série, ne laissant pour seul interlocuteur à Hannibal qu'un Will Graham beaucoup trop sérieux et mélodramatique.

 

Beauty and the Bath


Le retour de Bedelia, lors de la scène post-generique du season finale de la saison 2 était surprenant, voire quasiment out-of-character dans ce contexte. Cependant, cette saison 3 offre un nouveau regard sur le couple Bedelia/Hannibal. Séduisant et vénéneux, amants et ennemis, complices et rivaux, cette relation est un vrai vent de fraîcheur, porté par deux acteurs qui s'amusent visiblement beaucoup à jouer La guerre des roses, version cannibale. La scène du dîner de l'épisode 3, par exemple, représente un petit bijou d'écriture, alternant le rire et l'effroi en l'espace d'une réplique. 

 

 

Festin(a) Lent(e) 


La saison 2 avait démarré sur les chapeaux de roues, pour peu à peu perdre en force et en cohérence, jusqu'à un final magistral, mais hélas moins percutant que prévu, la faute aux errements qui avaient précédé. Arrivé au troisième épisode de cette saison, il est encore difficile de savoir ce que veut nous raconter la série. Débarrassé de son aspect procedural, la série peut enfin prendre le temps de raconter ce qu'elle veut, et de développer ses personnages sans introduire un nouvel assassin tordu à chaque épisode. Nul doute que ce virage quasiment contemplatif dans l'écriture  n'a pas dû aider à attirer de nouveaux spectateur outre-mer, mais il est aussi le bienvenu pour le spectateur assidu, tant la formule un assassin/un épisode tirait la série vers le bas lors des saisons précédentes. Hannibal Lecter se suffit bien à lui-même.

 

 Will et son coeur brisé

 

De même, la réintroduction progressive des personnages secondaires au fil des épisodes évite la surcharge et permet à chacun d'entre eux d'être traité avec le soin nécessaire. Si on peut encore se questionner sur la nécessité de ramener autant de personnages vivants après le massacre du season finale précédent, l'ensemble est fait avec un véritable traitement des conséquences, comme on le constate lors de l'épisode 2 et de son twist très astucieux.

 

 

Une saison pleine de promesses


Que ce soit le traitement du passé d'Hannibal, qui sera bien différent des Origines du mal (selon Fuller himself), l'adaptation de l'intrigue du Dragon Rouge (interprété par Richard Armitage), le retour des Verger, la possible arrestation d'Hannibal, Bryan Fuller a promis une saison riche en rebondissements et en surprises, mais toujours fidèle à l'univers créé par Thomas Harris. A l'origine prévue sur 7 saisons, le créateur d'Hannibal a dû revoir ses attentes à la baisse sur cinq saisons. Néanmoins, le finale de la saison 3 pourra tout autant servir de series finale que celui de la saison 1 (une fin pleine d'ironie qui renversait les rôles entre Hannibal et Will) ou de la saison 2 (une fin nihiliste, absolue qui célébrait la toute puissance d'Hannibal). Mais voir la série se terminer sans adapter Le silence des agneaux, ce serait tout de même un peu triste, non? 

  

 Mads et ses yeux de biche

 


Cette troisième saison a été, jusqu'à maintenant, un sans-faute. L'annonce de l'annulation de la série alors qu'elle est parvenue à un sommet qualitatif ne peut dès lors qu'être un crève-coeur pour moi. Que ce soit dans ses défauts comme dans ses qualités, j'aime Hannibal, car elle a le mérite de proposer quelque chose de différent, d'audacieux, et d'infiniment intéressant en terme de visuel et d'écriture. Si l'aventure s'arrête ici, nul doute que nous retrouverons Bryan Fuller sur de nouveaux projets tout aussi intéressants, notamment l'adaptation d'American Gods, actuellement en discussion. Mais le plus élégant des cannibale me manquera, tout comme ses vestes à carreaux...





Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Gizmo Gizmo
957 avis
1767 notes
Moyenne : 12.7

 Visioneur raffiné

I will always remember when the Doctor was me ...

9 commentairessur cet article


gravatar
#1
nicknackpadiwak a écrit le 24/06/2015 à 18h49
J'avais laissé tomber très vite lors de la saison 1(je ne sais plus pourquoi), mais ton papier me donne envie de reprendre.

Quand j'aurais le temps.....
gravatar
#2
Gizmo a écrit le 24/06/2015 à 21h53
Comme je le dis souvent, Hannibal est une série très inégale, mais ce qu'elle tente me charme beaucoup. La saison 2, typiquement, alterne le pire et le meilleur. Par contre, pour le moment, la saison 3 est un sans-faute à mes yeux.
gravatar
#3
Stean a écrit le 25/06/2015 à 02h27
Espérons que Netflix reprenne la série, comme The Killing avec sa saison 4 !
gravatar
#4
Galax a écrit le 25/06/2015 à 13h47
Tout comme nick j'avais abandonné à la moitié de saison 1 mais ton papier m'a intrigué. Une ambiance qui passe d'un mauvais gore (pour moi) à un compte de fée macabre et plus de format procédural ? Ça serait peut-être le signe d'une saison 3 de qualité. Je vais peut-être reprendre cet été du coup...
gravatar
#5
Antofisherb a écrit le 25/06/2015 à 14h04
Le format procedural s'arrête même au début de la saison 2 à vrai dire ;)

En tout cas, au moins l'annulation a été annoncée tôt, ça devrait permettre une fin de saison et série en apothéose !
gravatar
#6
Gizmo a écrit le 25/06/2015 à 16h41
Mmmoui...
Y'a quand même quelques "meurtres de la semaine" dans la saison 2, mais ils sont intégrés plus fluidement à la narration globale. Mais bon, je me remettrait pas de sitôt des mecs dans les chevaux et de l'homme-bête, qui étaient bien lourdingues.
gravatar
#7
nicknackpadiwak a écrit le 25/06/2015 à 19h10
je me souviens d'un coup, pourquoi j'avais arrêté : à cause du procédural et des résolutions de meurtres plus que tiré par les cheveux. Je me rappelle dans le pilote ou le numéro deux, où ils fouillaient des dossiers du personnel, et comme dans l'un, il manquait des renseignements (numéro de téléphone ou adresse), ils étaient sûr que c'était le coupable!!!
Et effectivement!!!
.....
gravatar
#8
Gizmo a écrit le 25/06/2015 à 19h33
Perso, sans les encouragements d'une amie, je n'aurais pas dépassé le troisième épisode. La saison 1 était lourdingue sur l'aspect procédural, et Bryan Fuller reconnait dans pas mal d'interviews que c'était une exigence de la chaine, quine l'a jamais motivé vraiment.
gravatar
#9
Antofisherb a écrit le 30/06/2015 à 02h36
Je veux pas dire, mais pour l'instant ce début de saison 3 me plaît moins que toute la saison 2 et la deuxième partie de la saison 1... Forcément le côté procédural a totalement disparu mais il y a quand même quelque chose qui manque à cette saison. La séparation géographique des deux personnages se ressent trop.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Hannibal


3 saisons
  Saison 1
  Saison 2
  Saison 3

Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :



Moyenne


13.88

809 notes

Dernières notes :



  • 15 par Antofisherb - 3.13
  • 14 par Antofisherb - 3.12
  • 13 par Antofisherb - 3.11
  • 15 par Jo_ - 3.13
  • 14 par Jo_ - 3.12
favorables
2 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cette série



atreides64 - favorable
Super serie ! Un casting brillant, des personnages charismatiques, un coté gore rejouissant, bref, de la bombe !

sylevain - favorable
une série qui dérange a coup sûre! a ne pas mettre entre toute les mains dans certains épisodes ils se sont ...

» Donner votre avis      » Tous les avis


  • Diffusion US : 04 April 2013 (NBC)
  • Diffusion FR : 01 January 2000 ()

Créateurs : Bryan Fuller

Réalisateurs :

Scénaristes :

Générique : voir