Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Dernier descendant des Seigneurs du Temps et âgé de plus de 900 ans, le Docteur parcourt l'espace et le temps dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space). Amoureux de la race humaine, il se fait régulièrement accompagner par une femme ou un homme. Partagé entre folie et génie, insouciant mais ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 45 minutes
Fantastique, Science-Fiction, Adventure, Drama BBC One, France 4 2005
13.23

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 5.01 - Le prisonnier zéro

The Eleventh Hour

Lieu : la Terre Époque : présent Ennemis : le Prisonnier Zero, les Atraxi Le Docteur se régénère, ainsi que son TARDIS, quant à son tournevis sonique, il déraille de plus en plus. Pour couronner le tout, il n'a que 20 minutes pour identifier un prisonnier alien en cavale, faute de quoi la Terre sera détruite. Une seule personne peut l'aider : Amy Pond.

Diffusion originale : 03 avril 2010

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 03 avril 2010
Réalisat.eur.rice.s : Adam Smith
Scénariste.s : Steven Moffat
Guest.s :

Tous les avis

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 25 juillet 2018 à 23:31

Un opener absolument génial mais surtout décisif, puisqu'il ancre la série dans une autre approche que celle que le show a eu pendant quatre saisons. Et en fait y'a pleins d'approches possibles de Doctor Who.

Russell T. Davies par exemple il a fait le choix d'une approche assez humaine et engagée, et du coup l'imaginaire très anticapitaliste de Rose a dicté les impératifs esthétiques et narratifs de quatre saisons.

Moffat comme RTD il part du « banal » (une fissure dans mur) mais là où le « banal » de RTD ancre la série dans la réalité du monde ouvrier Moffat ici ouvre un imaginaire plus proche des contes.

Et cet imaginaire de contes, qui impacte la caractérisation (sublime ici) du Docteur, il recentre aussi le show un peu plus sur les enfants. Les enfants sont et seront essentiels dans le Doctor Who de Steven Moffat

De ce fait c'est toute la série qui prends un autre sens, un autre imaginaire. Mais ici c'est tellement bien écrit, tellement jouissif et tellement doux, que clairement, même 10 ans (!!!) après, The Eleventh Hour fait toujours le même effet : Un nouveau départ


Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 05 mai 2015 à 15:49

Marrant de penser que, à peu près, l'inspecteur Hardy et Ellie Miller aurait pu se rencontrer bien avant Broadchurch....

Nouveau Docteur, nouveau logo, nouveau générique, nouveau showrunner, nouvelle compagne, nouveau tournevis et nouvelles aventures!!!!

Je me frotte les mains de l'arrivée de Moffat au commande, car il excelle dans le genre SF-Horreur (souvent les meilleurs épisodes de DW).

Par contre, il ne s'est pas totalement débarrassé des résolutions alambiquées (tel ce visiophone à 8 et ses horloges à 00:00, auxquels j'ai rien compris du tout).

D'autant plus dommage que l'idée d'un monstre piégé dans sa propre apparence, à cause d'un rêve est belle et poétique....


Avatar arnoglas arnoglas
Membre
Avis favorable Déposé le 09 avril 2015 à 22:09

Avis modéré par la rédaction de Série-All.


Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 09 novembre 2014 à 23:06

Contrairement à pas mal de monde je ne suis pas un grand fan de cet épisode. Il est très bon (je lui mets 17) et possède un début et une fin merveilleuse mais j'ai un peu de mal avec le milieu .

Ça marque quand même le début d'une grande aventure avec notre cher onzième Docteur, Amy, Moffat et les superbes nouvelles musiques de Murray Gold qui bercent mon sommeil le soir !


Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 23 mars 2014 à 17:40

Maintenant que Eleven est parti vers d'autres cieux, il est temps de se faire une petite rétrospective d'une des ères les plus mouvementées de la série.

Et si on reprochera souvent à Moffat par la suite de n'en faire qu'à sa tête, en dépit de ses collègues scénaristes et des fans, il faut ici saluer la grande classe du bonhomme, qui introduit son Docteur tout en finesse, sans jamais faire de l'ombre à ses prédécesseurs, comme le prouve la séquence finale sur le toit, et en racontant une histoire en définitive assez simple (oui oui, Moffat sait être simple !)

En fait, l'épisode va vraiment à 100 à l'heure, enchaîne les excellentes idées, introduit un superbe background pour Amy, pose les éléments de la saison, voire même de tout l'arc du Silence, sans jamais vraiment perdre le spectateur.

Finalement, que pourrait-on reprocher à cet épisode ? Un léger bémol pour le bad guy. Olivia Colman est excellente, et aurait mérité plus de temps d'antenne. Oui, c'est maigre, mais c'est tout ce que je trouve à reprocher à cet épisode. Le reste est parfait.

En me retournant vers l'ère de Matt Smith, je me rends compte que Moffat a plus d'une fois frôlé la perfection durant son run, mais qu'à partir de la mi-saison 6, son écriture perd un peu de sa pureté et de sa simplicité pour s'engoncer dans des rouages pas toujours bienheureux (même si j'adore beaucoup de ses épisodes post-saison 6B)

Mais pour une introduction, le monsieur a fait très très fort. Moffat - Matt Smith - Murray Gold. La sainte trinité qui me faisait trépigner, en ce mois d'avril 2010 ...


Avatar MarieJeanne MarieJeanne
Membre
Avis favorable Déposé le 22 février 2014 à 02:15

Wouah! Excellent début de saison j'ai tout simplement ADORER! Surtout le début qui était pour moi le plus réussit avec d'excellents dialogues et répliques, la scène où le Docteur découvre ses gouts est hilarante et sa continue avec ses vêtements, son tournevis et j'aime l'idée de changer l'intérieur du TARDIS, là on voit clairement que la série devient beaucoup plus moderne sans pour autant y changer l'esprit complètement fou. Beaucoup d'humour, de l'émotion (Amy enfant qui attend désespérément le Docteur fait de la penne), des surprises (la robe de marié à la fin, hâte de voir se que ça va donner) et le scénario est bien, avec la fissure. Ce qui rassure le plus c'est que le nouveau docteur et Amy sont tout deux d'excellents et charismatiques personnages, on s'y attache déjà et dès le début, une grande complicité s'installe entre eux et leur relation est très forte. Un très très bon épisode qui donne plus qu'envie de voir la suite. J'aurais mis 17 à la première partie et 15 à la seconde donc 16 à l'épisode.


Avis favorable Déposé le 12 février 2014 à 11:11

Un très bon début de la période Moffat, notamment avec l'introduction de l'épisode, absolument magnifique entre Amelia et le nouveau Dr, campé par un Matt Smith vraiment excellent (on ne pense déjà plus à David Tennant :'(

Pour le reste de l'épisode, même si la réalisation Mofattienne (quand le Dr analyse la scène dans le parc, on se croirait vraiment dans Sherlock) nous tient vraiment en haleine et les bonnes idées fusant (croire que ce n'est que la maison d'Amy qui est menacée pour que ça soit finalement la Terre, par exemple), le scénario est assez basique (on chasse un alien qui se planque).

J'ai jamais particulièrement aimé Amy (pas autant que Donna en tout cas) mais j'ai adoré l'idée qu'elle ait attendu 12 ans au lieu de 5 minutes (même si ça fait un peu redite du retour de Rose, de retour vers sa mère 2 ans après au lieu de 5 minutes, on ne se lasse pas de ce qu'implique les voyages dans le temps)

Bref, une tout de même belle intro à ce qui sera, dans mes souvenirs, la meilleure saison de la série, version XXIème siècle !


Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis favorable Déposé le 24 janvier 2014 à 22:14

Cet épisode, en fait, c'est l'incarnation même du pilot parfait pour un nouveau Docteur.

Tout va très très vite, Matt Smith s'installe et fait effet très rapidement (alors que j'ai eu du mal avec Tennant sur ses premiers épisodes de la saison 2)

Amy a autant de caractère que Donna (même si elles sont tout de même bien différentes), la mise en scène est toute nouvelle et géniale (j'ai presque sauté sur place quand on nous présente la méthode de réflexion d'Eleven), les idées sont toutes très bonnes tout en gardant un scénario très simple, et la fin est juste parfaite, avec Matt Smith monstrueusement classe et son fameux "Hello. I'm the Doctor. Basically...run.".

Jouissif, maitrisé, amusant, surtout très drôle, Moffat commence extrêmement fort sa propre saison.


Avatar Puck Puck
Membre VIP
Avis favorable Déposé le 09 octobre 2013 à 18:41

Alors c'est peut-être le fait de l'avoir vu sans sous-titres aucun alors qu'il n'y a pas de temps mort et que les dialogues sont sur un rythme soutenu. Ou est-ce d'avoir quitté Tennant les larmes aux yeux, de connaître bien les trucs et astuces de Moffat sur les petits détails (déjà expérimentés dans Coupling et Sherlock) ? Toujours est-il que je ne le trouve pas si dingue que ça, ce (presque) pilot.

Très bien, oui. Mais pas dingue. Matt Smith est chouette, Amy est chou et elle a du caractère, l'intrigue est sympa, il y a une part de mystère et ça vaut bien 15.

Après peut-être que je réviserai ma note une fois que j'aurai regardé la saison dans son intégralité et dans l'ordre. Mais c'est un bon début !


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 24 août 2013 à 21:56

"Hello. I'm the Doctor. Basically... run."

C'est le pilot parfait de la série. Voire l'épisode parfait tout court ?

Parce que Matt Smith, Steven Moffat et Murray Gold sont géniaux.

Parce qu'il réunit à la fois toute l'essence du show en renouvelant complètement ce dernier, que ce soit au niveau de l'ambiance, du ton, du message.

C'est à la fois la naissance d'une nouvelle ère, celle des contes de fée, mais également les bases de ce qui est l'une des meilleures saisons de Doctor Who, et aussi un épisode en soi excellent, avec plein d'idées dans la mise en scène, dans le scénario, jusque dans sa résolution ingénieuse. L'épisode pourrait se faire appeler "Doctor Who - The Episode" facilement. Quiconque regarde cet épisode et n'accroche pas directement à la série, et bien, je n'ai plus aucun espoir pour cette personne.

Qu'on le prenne comme un épisode de Doctor Who, un opener d'une saison dantesque, ou un bouleversement complet du show, The Eleventh Hour est un petit bijou de télévision qui possède énormément de niveaux de lectures, que l'on soit amateur, connaisseur, fan lambda, fan d'une ère, fan d'un Docteur, fan d'un scénariste ou fan tout court, vieux de la vieille ou enfant à émerveiller.

Il y a tellement de scènes qui ont un sens en ayant vu le passé de la série, notamment cette suite épique sur le toit de l'hôpital. Mais en même temps il y a tellement d'éléments qui sont déterminants pour toute la suite de la saison/ère Eleven/série.

Le tout dans une histoire tantôt intimiste - le premier quart d'heure de l'épisode constitue en un jeu d'acteurs à 2 entre le Docteur et Amelia, tantôt démesurée avec le passage Prisonner Zero has escaped. Jamais un épisode n'aura aussi bien défini son Docteur immédiatement.

"I am definitely a madman with a box"

Toutes les scènes et tous les dialogues possèdent cette sorte de poésie que Steven Moffat a apporté au show. Parfois, cela sert un propos scénaristique ("There's a crack in my wall."), parfois cela tient de la métaphore (l'épisode prend le temps de s'arrêter sur une marre au canard qui n'a pas de canards), parfois cela est directement destiné au spectateur. Ce dernier point est encore une autre nouveauté apporté par cet épisode : l'intégration claire et nette du méta dans la série. Un des exemples les plus évidents est la façon dont le Onzième Docteur promet de ramener les fans de la première heure qui ont grandi et qui n'ont plus l'esprit à voyager avec ce nouveau Docteur, avec ce fantastique dialogue :

Amy : "I grew up."

Doctor : "Don't worry. I'll soon fix that."

Et par ce biais, l'épisode réalise également probablement la plus belle introduction de toutes les compagnes, avec une idée pourtant si simple : celle de faire rencontrer le Docteur d'abord du point de vue de la jeune Amelia, avant de la faire grandir. Amy connaît donc déjà le Docteur puisqu'elle a rêvé de lui toute son enfance. Mais d'un autre côté, elle ne sait encore rien du nouvel homme en face d'elle, qu'elle n'a connu que quelques heures. Exactement comme le spectateur, qui pense à la fois déjà tout connaître du personnage, mais ne sait encore rien d'Eleven. En trente minutes, Steven Moffat créé toute une mythologie autour de son Docteur, sa compagne, son ère. Magistral.

The Eleventh Hour peut paraître banal comme ça. Il est vrai qu'au premier abord on voit peu de choses qui justifierait une note le hissant parmi les meilleurs épisodes de l'histoire. Pourtant, rétrospectivement, il apporte tellement de choses à la série. Ce n'est pas le genre d'épisodes à nous foutre une claque dès qu'on le voit. C'est le genre d'épisodes à nous foutre une claque plus tard, quand on réalise de tout son génie.


15.82

28 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 18
11 mai 2019
Avatar de ClaraOswald
ClaraOswald a noté cet épisode - 19
02 sept. 2016
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 19
15 oct. 2015
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 14
05 mai 2015
Avatar de arnoglas
arnoglas a noté cet épisode - 15
10 avril 2015
Avatar de 4evaheroesf
4evaheroesf a noté cet épisode - 12
07 oct. 2014
Avatar de MembreSupprime2
MembreSupprime2 a noté cet épisode - 16
04 sept. 2014
Avatar de jujuramp
jujuramp a noté cet épisode - 14
17 avril 2014
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 18
23 mars 2014
Avatar de Dreamsteam
Dreamsteam a noté cet épisode - 15
14 mars 2014
Avatar de MarieJeanne
MarieJeanne a noté cet épisode - 16
22 févr. 2014
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 17
24 janv. 2014
Avatar de ndanan2212
ndanan2212 a noté cet épisode - 17
24 nov. 2013
Avatar de oberown
oberown a noté cet épisode - 15
09 nov. 2013
Avatar de Puck
Puck a noté cet épisode - 15
09 oct. 2013
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 15
28 avril 2013
Avatar de Cannibal
Cannibal a noté cet épisode - 14
18 juin 2012
Avatar de dewey
dewey a noté cet épisode - 15
04 mars 2012
Avatar de Herisson
Herisson a noté cet épisode - 13
25 janv. 2012
Avatar de Tan
Tan a noté cet épisode - 17
15 janv. 2012
Avatar de louna69
louna69 a noté cet épisode - 18
21 déc. 2011
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 19
16 oct. 2011
Avatar de sin
sin a noté cet épisode - 16
11 oct. 2011
Avatar de Aureylien
Aureylien a noté cet épisode - 16
09 août 2011
Avatar de elpiolito
elpiolito a noté cet épisode - 15
16 mai 2011
Avatar de Gouloudrouioul
Gouloudrouioul a noté cet épisode - 15
10 févr. 2011
Avatar de sanschiffre
sanschiffre a noté cet épisode - 15
18 oct. 2010
Avatar de tortor
tortor a noté cet épisode - 15
06 avril 2010

Derniers articles sur la saison

Bilan : Doctor Who (2005) saison 5

Tout nouveau, tout beau, Doctor Who s’est refait une beauté pour sa cinquième saison. Alors, lifting réussi ?