« Pop Pop Série-All ! » Magnitude  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Les méchants dans The Walking Dead


L’arrivée de Negan a créé l’évènement dans le monde des séries. L’occasion pour nous de faire un point sur les méchants dans The Walking Dead.


The Walking Dead
Genres :
Fantastique, Thriller
Série américaine
Année : 2010
Format : 42 min
AMC Orange Ciné Choc

ATTENTION : ce dossier contient de monstrueux spoils. Nous vous conseillons de ne le lire qu'après avoir vu l'épisode 7.03 : The Cell.

 

Qu’est-ce qu’un bon méchant ?

Voilà une question bien difficile. Pour certains, il se doit d’être effroyable, cruel, sans état d’âme. En résumé, un méchant caricatural qui doit être tout le contraire du héros, souvent vertueux et prodiguant la bonne parole. Pour d’autres, le bon méchant doit être ambivalent, un être aussi détestable que sympathique, à la fois monstrueux et profondément humain. Dans ce cas, la frontière entre lui et le héros est beaucoup plus ténue et c’est ce qui le rend si intéressant. Quoi qu’il en soit, les méchants ont toujours su fasciner le public, même les pires d’entre eux. Il n’y a qu’à voir les passionnés de slasher movies ou les  mordus de faits divers sanglants pour s’en convaincre : les mauvais garçons (ou les mauvaises filles d’ailleurs) attirent autant qu’ils effraient.

Ce n’est donc pas un hasard s’ils sont présents dans toutes les histoires existantes, des textes mythologiques aux textes religieux, en passant par les contes de fées ou les films pour enfants. Toute fiction a besoin d’un antagoniste, c’est une règle de base. Celui-ci doit venir perturber le protagoniste principal, le confronter à des obstacles, le pousser à réfléchir… c’est ce qui fait qu’un méchant ne se définit pas uniquement par ces actes, mais aussi par ce qu’il représente et le message qu’il véhicule auprès du spectateur.

Les séries télévisées n’ont pas échappé à cette règle, et cela fait maintenant des années qu’elles nous servent à tour de bras des méchants aussi divers que variés. Dans certaines séries, les Bad Guys comme certains les appellent sont devenus l’un des fondements même de leur narration. C’est clairement le cas de The Walking Dead qui, depuis six ans maintenant, ponctue son récit de personnages machiavéliques et détestables pour venir rythmer son récit. Le dernier en date s’appelle Negan et risque bien de marquer durablement le monde des séries. En témoigne d’ailleurs les nombreuses réactions, parfois positives, souvent négatives, mais toujours excessives qui ont accompagné son apparition.

À Série-All, on s’est dit que c’était peut-être l’occasion de faire un point sur ces figures terrifiantes qui ont donné du fil à retordre à nos survivants d’AMC. Et comme nous sommes sympas, on a même décidé d’attribuer à chacun d’eux un "taux de monstruositude", afin de différencier les méchants les plus terrifiants de la série de ceux à qui on offrirait éventuellement un petit pardon. Attention, ce taux n’a rien à voir avec un quelconque jugement de valeur concernant les protagonistes : il a pour seul objectif de déterminer lequel est le plus monstrueux, et non de savoir lequel est le plus réussi.

Ceci étant dit, place maintenant aux héros de ce dossier…

 

 

SOMMAIRE

(Pour lire le paragraphe consacré à l'un des méchants de la série, il suffit de cliquer sur son nom ci-dessous.)


 

 

LES WALKERS

 

Les Walkers

 

FICHE IDENTITÉ :

NOMS : SMITH, JOHNSON, WILLIAMS et j’en passe…

Prénoms : Emily, Matthew, Hailey, Christopher et cie…

Interprètes : Emily, Matthew, Hailey, Christopher et cie…

Moment culte : Attaque de la ferme des Greene (Beside the Dying Fire, 2.13)

Première apparition : Days Gone Bye (1.01)

Dernière apparition : Lors du dernier épisode... sans doute...

Statut : Morts-vivants

Victimes notables : Amy (morsure), Sophia (morsure "présumée" et transformation), Dale (morsure), T-Dog (morsure), Andrea (morsure), Tyreese (morsure), Noah (morsure), Deanna (morsure), Sam (morsure), Jessie (morsure), Emily, Matthew, Hailey, Christopher et cie…

Méfaits les plus marquants : Ils ont attaqué nos survivants à plusieurs reprises, semant derrière eux une multitude de cadavres.

Devise : Garrgh !!

 

Parcours : Les Walkers sont partout dans le monde de The Walking Dead. Anciens être vivants transformés en monstres pour on ne sait quelle raison, ils se déplacent généralement en groupe à la recherche de chair fraîche. C’est eux qui ont poussé les humains à fuir leurs habitations afin qu’ils puissent survivre, les contraignant ainsi à une errance sans fin.

La première rencontre de Rick avec des morts-vivants remonte à son réveil à l’hôpital, mais depuis le shérif n’a eu de cesse d’en rencontrer sur son chemin. Parmi toutes les apparitions de zombies, il y en a des plus marquantes, comme l’attaque du camp dans la saison 1 au cours de laquelle ils tuent Amy, l’attaque de la ferme à la fin de la saison 2 où ils feront plusieurs victimes, l’attaque de l’entrepôt dans la saison 5 qui causera la mort de Noah, ou encore l’attaque d’Alexandria dans la saison 6.

 

Mon avis : Comme c’est ironique de constater que les véritables monstres de la série (les Walkers, donc) sont finalement moins monstrueux que les humains. Tout l’intérêt de la série repose sur ce paradoxe qui consiste à montrer qu’il n’y a finalement pas plus monstrueux que les humains eux-mêmes, qui, en temps de crise, n’hésitent pas à faire appel à leurs plus bas instincts pour assurer leur survie. Cela est d’autant plus intéressant qu’il faut avoir en tête que le zombie symbolise aussi un retour de l’homme à son état primitif, dont l’objectif de base consiste à se nourrir. D’ailleurs, nos survivants sont souvent associés aux Walkers, comme si finalement ils étaient eux-mêmes devenus des morts-vivants à force de survivre dans un monde où il est justement difficile de rester humain. À plusieurs reprises dans la série, les déplacements de Rick et ses amis sont mis en parallèle avec ceux des Walkers. Comme les infestés, ils donnent l’impression d’errer, se déplaçant constamment d’un endroit à l’autre sans jamais savoir précisément où ils vont. Selon moi, le titre de la série est même davantage une allusion aux survivants plus qu’aux morts-vivants eux-mêmes.

De plus, comme chez George A. Romero, maître incontesté du genre au cinéma, les morts-vivants chez Kirkman sont un moyen pour lui de développer aussi un discours social : celui de faire des Walkers une communauté soudée, qui vit et marche ensemble, en opposition aux humains, une espèce éparpillée qui a fait le choix de se diviser et de s’entretuer pour survivre. Un discours très subtil, puisque The Walking Dead reste avant tout une série humaniste, mais une série humaniste qui a fait le choix de dénoncer l’inhumanité et la division pour faire prendre conscience de l’importance d’une cohésion sociale. Cela donne des séquences particulièrement réussies, comme lorsque les Walkers attaquent Alexandria et que les survivants sont obligés d’unir leurs forces et aussi leurs faiblesses pour les combattre. L’union par la division, tel pourrait être l’adage paradoxal de la série. Une ligne directrice  qui prend forme à travers ces affrontements entre humains ou avec les morts-vivants.

Tout ceci pour dire que les zombies dans The Walking Dead sont une véritable réussite. Même s’ils ne sont pas les monstres assoiffés de sang que certains fans aimeraient qu’ils soient, leur utilité est ailleurs : mettre en évidence l’inhumanité des humains, qui finissent par agir pire que des monstres. Pour ceux qui auraient néanmoins des doutes concernant l’aspect menaçant et dangereux de nos créatures préférées, dois-je rappeler que parmi tous les méchants présents dans ce dossier, les Walkers sont ceux qui ont fait le plus de victimes parmi nos survivants ? Amy, Sophia, Dale, T-Dog, Andrea, Tyreese, Noah, Deanna, Jessie… tous ont été victimes de nos copains zombies. Dois-je aussi ajouter que même si elles ont été assez rares dans la série, leurs scènes d’attaque ont souvent été spectaculaires et mémorables ? En réalité, les Walkers représentent une menace invisible et surtout imprévisible, une menace que l’on a appris à maîtriser, la rendant moins effrayante, mais qui pourtant peut faire des dégâts à tout moment.

En outre, s’il y a bien une chose sur laquelle la série a réussi à mettre tout le monde d’accord, c’est bien sur la qualité esthétique de ces créatures. L’aspect physique des Walkers est une véritable réussite et contribue grandement à la création de ce monde cruel et terrifiant. Et rien que pour ça, ils méritent largement de ne pas être oubliés…

 

Taux de monstruositude : 56%

 

 

SHANE WALSH

 

Shane Walsh

 

FICHE IDENTITÉ :

Nom : WALSH

Prénom : Shane

Interprète : Jon Bernthal (The PacificShow Me a HeroDaredevil…)

Moment culte : Face à face avec Rick (Better Angels, 2.12)

Première apparition : Days Done Bye (1.01)

Dernière apparition : Made to Suffer (3.08)

Statut : Décédé (tué par Rick)

Victimes notables : Lori (tentative de viol), Otis (meurtre), Randall (meurtre) et Rick (tentative de meurtre)

Méfaits les plus marquants : Il a tenté de violer Lori alors qu’il était sous l’emprise de l’alcool, il a tiré sur Otis afin de pouvoir échapper à une horde de zombies, il a tué Randall qui avait été fait prisonnier par son groupe, il a tenté de tuer Rick.

Devise : Des règles y’en a plus mon gars, c’est l’anarchie !

 

Parcours : Au début de la série, Shane est le meilleur ami du shérif Rick Grimes. Il est aussi son collègue puisqu’il officie auprès de lui comme adjoint. Lorsque l’épidémie commence, le shérif est dans le coma suite à une arrestation qui a mal tourné. Shane décide à contrecœur d’abandonner son ami sur un lit d’hôpital pour se rendre à Atlanta, où il espère pouvoir mettre en sécurité Lori et Carl, la femme et le fils de Rick. Il rejoint alors un groupe de survivants au sein duquel il parvient à s’imposer comme leader. Dans le même temps, il entame une relation amoureuse avec Lori.

Sa nouvelle vie se retrouve bouleversée le jour où son meilleur ami refait surface et retrouve ses proches. Shane doit alors faire face au rejet de celle qu’il aime et accepter le retour de ce leader naturel. Très vite, il est rongé par la jalousie et devient de plus en plus violent, allant jusqu’à commettre une tentative de viol sur Lori et envisager de tuer son meilleur ami.

C’est surtout dans la deuxième saison que le destin de Shane bascule. Alors qu’il envisage déjà de quitter le groupe, il commet l’irréparable lors d’une expédition au cours de laquelle il décide de sacrifier Otis afin de pouvoir échapper à une horde de zombies. Dès lors, il perd peu à peu le contrôle, se rase la tête et se renferme sur lui-même. Sa relation avec les autres survivants se détériore d’épisode en épisode, à mesure qu’il prend des décisions de plus en plus radicales. Rick, au contraire, s’impose comme le nouveau leader du groupe.

Supportant de moins en moins cette situation, se sentant rejeté et incompris, Shane tente d’abattre son meilleur ami. En vain. Rick, qui a compris ce qui se passait, le tue juste avant. Shane se réveille zombie quelques temps plus tard, et alors qu’il est sur le point de mordre Rick, Carl intervient à temps pour sauver son père en tirant sur celui qu’il considérait comme son oncle.

 

Mon avis : Shane est de ces personnages qu’on aime détester. Contrairement à la plupart des autres "méchants" de la série dont la cruauté apparaît de manière quasi évidente et dont la psychologie reste finalement assez limitée, voire parfois caricaturale, Shane a le droit à une véritable évolution psychologique. Au cours des deux premières saisons du show, nous assistons progressivement à sa descente aux enfers et à son basculement du côté obscur. Gentil, bienveillant et plutôt attentionné à ses débuts, quoique toujours un peu autoritaire, il commence à se renfermer sur lui-même au retour de Rick et au moment où Lori, Carl mais aussi les autre survivants se détournent peu à peu de lui. Ayant le sentiment d’être exclu et incompris du groupe, il finit par s’isoler et par ruminer sa colère, faisant de lui un personnage souvent détestable et à l’origine de bien des conflits. C’est bien simple, on pourrait dire qu’il y a deux Shane dans la série : le Shane de la première saison, un brave gars qui assure la survie d’un groupe, et le Shane de la deuxième saison, un homme détruit par la jalousie et souffrant d’un sentiment d’exclusion de plus en plus prononcé.

Cette évolution psychologique permet de nuancer clairement le personnage et de ne pas le ranger automatiquement dans la catégorie des grands méchants, encore que son statut au sein de la série a toujours plus ou moins divisé les fans du show. D’un côté, il y a ceux pour qui Shane sera toujours un mec mauvais qui aura terrorisé de pauvres survivants innocents. De l’autre, il y aura ceux qui seront plus nuancés à son propos, ceux qui auront fait le choix de se souvenir aussi d’un Shane capable du meilleur : un Shane qui a pensé à barricader la porte de la chambre d’hôpital de Rick afin que son pote ne finisse pas en casse-dalle pour morts-vivants, un Shane qui a pris soin d’éloigner et de protéger Lori et Carl pendant l’invasion des zombies, un Shane capable de protéger Carol lorsque cette dernière se faisait taper dessus par son mari…  Shane, c’est aussi le gars qui prenait de vraies décisions pour assurer la survie de ses proches et la sienne par la même occasion, n’hésitant pas à tuer Randall qu’il considère comme dangereux pour son groupe, allant jusqu’à forcer la porte de la grange d’Hershel afin de supprimer tous les zombies amassés à l’intérieur et qui représentaient une menace évidente, renonçant aussi à rechercher la petite Sophia qu’il sait déjà morte. Si on prend un peu de recul et qu’on analyse les actes du personnage aujourd’hui, on se rend bien compte qu’il est assez difficile de totalement le détester, et ce malgré ses frasques et ses écarts…

Shane est aussi le premier ennemi de Rick dans la série, son premier véritable antagoniste. En cela, son statut est assez particulier par rapport aux autres méchants de la série. On ne peut pas analyser ce personnage sans s’intéresser davantage à la relation et à l’opposition liant ces deux hommes. Selon moi, si Shane fut aussi mal perçu à l’époque, c’est qu’il est intervenu dans un cadre où le shérif incarnait encore le rôle de justicier, le mec droit, exemplaire et irréprochable qui ne voulait pas commettre de bavures injustifiées. Shane, pour sa part, avait déjà une vision et une conception différente de la survie, beaucoup plus radicale que celle de Rick. Tandis que le premier a fait le choix de la diplomatie, essayant de toujours arrondir les angles et de ne jamais froisser personne, le second est plus pragmatique et réaliste. Au-delà du fait qu’il est rongé par la jalousie et que cela l’amène à commettre des actes moralement répréhensibles, notamment lorsque sous les effets de l’alcool, il tente de violer Lori, Shane prend très vite conscience de la dureté de ce nouveau monde et des règles qui vont avec. Quelque part, on peut même dire qu’il était en avance sur les autres survivants et sur Rick en particulier, en acceptant assez rapidement des règles que le shérif mettra un temps fou à comprendre et à accepter.

D’une certaine manière, c’est sa capacité d’adaptation et d’anticipation qui le fait basculer dans la folie. C’est en cela qu’il se retrouve très vite en décalage avec les autres membres du groupe qui lui font de moins en moins confiance. Il faudra attendre la mort du personnage et plusieurs autres méchants pour comprendre que Shane, malgré quelques actions discutables et un caractère parfois exécrable, n’avait pas toujours tout à fait tort dans ses choix et dans son discours. À méditer…

 

 Taux de monstruositude : 55%

 

 

LE GOUVERNEUR

 

Le Gouverneur

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM : BLAKE

Prénom : Phillip

Interprète : David Morrissey (The Driver, Extant…)

Moment culte : La décapitation d'Hershel (Too Far Gone, 4.08)

Première apparition : Walk With Me (3.03)

Dernière apparition : What Happened and What’s Going On (5.09)

Statut : Décédé (laissé pour mort par Michonne et tué par Lilly)

Victimes notables : Andrea (séquestration et torture), Milton (torture et meurtre), Merle (meurtre), Glenn (séquestration et torture), Maggie (séquestration et torture), Michonne (tentative de meurtre et séquestration), Daryl (séquestration), Hershel (meurtre)…

Méfaits les plus marquants : il a tué des militiaires pour récupérer leurs armes et leurs provisions, il a conservé les têtes zombifiées de ses victimes, il a forcé Maggie à se déshabiller devant lui, il a torturé Glenn pour obtenir des informations, il a poussé Daryl et son frère Merle à s’affronter dans une arène, il a abattu ses propres hommes suite à un accès de colère, il a décapité Hershel sous les yeux de ses propres filles…

Devise : Dans ce monde, tu tues ou tu meurs. Ou tu meurs et tu tues.

 

Parcours : Philip Blake, alias le Gouverneur, dirige d’une main de maître la communauté de Woodbury, une ville fortifiée apparemment idyllique où de nombreux survivants y viennent chercher refuge et sécurité. C’est le cas d’Andrea et Michonne au début de la troisième saison de la série. Si la première a envie de croire aux bienfaits de cette communauté, la deuxième se méfie directement de ces nouveaux hôtes.

Et Michonne a bien raison d’être si méfiante : si le Gouverneur se présente comme un homme attentionné, il cache bien son jeu puisqu’en secret il n’hésite pas à tuer d’autres survivants pour récupérer leurs vivres et leurs armes. Le tout sans se faire démasquer par les autres habitants, qui ne voient en lui que leur sauveur.

Il faut dire que Philip Blake est un vil manipulateur. Très charismatique, il sait toujours trouver le mot qu’il faut pour convaincre ceux qui l’entoure de la pertinence de ses choix. Pourtant, au fur et à mesure des épisodes, son masque tombe et il révèle peu à peu sa véritable personnalité et ses sombres secrets. Et quels secrets ! Non seulement il tue des innocents pour assurer sa survie, mais on découvre plus tard qu’il se détend en admirant sa collection de têtes zombifiées constituée de ceux qu’il a tués. En outre, il garde enfermée sa fille Penny, transformée en zombie mais qu’il continue de traiter comme une petite fille, et organise des affrontements entre humains et zombies dans des arènes. Autant dire que l’homme ne paraît pas du tout équilibré.

Et le groupe de Rick va vite en faire les frais. Après avoir capturé Glenn et Maggie, il fait subir aux deux jeunes gens un véritable calvaire en les torturant physiquement et psychologiquement. Le shérif n’a d’autres choix que d’organiser un assaut sur Woodbury pour secourir ses deux compagnons de route. C’est lors de cet assaut que Michonne, qui depuis a rejoint le groupe de Rick, affronte le Gouverneur pour la première fois. Après avoir tué sa fille, elle lui sectionne un œil et l’homme ne doit sa survie qu’à l’intervention d’Andrea qui s’est entichée de lui. Suite à ces événements, la guerre entre les deux groupes est officiellement ouverte et il n’aura de cesse de vouloir se venger…

Le Gouverneur organise une première attaque contre la prison où sont réfugiés Rick et sa bande. Déterminé, il supprime quiconque vient s’opposer à ses plans : ses anciens alliés Merle, Andrea et Milton en feront les frais. Malheureusement pour lui, lors de cette attaque, Rick et sa bande ont décidé de déserter temporairement leur lieu de survie. Le Gouverneur tombe dans un piège et est contraint de reculer. Suite à cette opération ratée, il tue la plupart de ses hommes et disparaît un temps…

On le retrouve en effet des semaines plus tard, seul et abandonné, errant sur les routes. Il trouve alors refuge auprès d’une famille de survivants : Lily, sa sœur Tara, sa fille Megan et son père. Il vient en aide aux jeunes filles et apprivoise la petite Megan. Après la mort du père de Lily et Tara, Philip – qui se fait désormais appeler Bryan – décide de reprendre la route avec elles et retrouve Martinez, son ancien allié de Woodbury devenu le chef d’un petit groupe. Et alors que l’on pensait l’homme assagi, il retrouve vite ses mauvaises habitudes et décide de s’imposer. Il tue l’un après l’autre les leaders de ce nouveau groupe, y compris Martinez.

Toujours rongé par la vengeance et à la recherche d’un endroit pour constituer sa nouvelle communauté, il porte son dévolu sur la prison où vivent toujours Rick et ses compagnons de survie. Pour faire craquer le shérif et le pousser à abdiquer, il prend en otage Hershel et Michonne et parvient à convaincre son nouveau groupe d’attaquer celui de Rick. Une nouvelle attaque de la prison a lieu et cette fois elle sera fatale : après avoir sauvagement assassiné Hershel, l’affrontement tourne au massacre et le Gouverneur tombe sous les coups de Michonne qui le laisse pour mort. C’est pourtant Lily, dont la fille Megan a été mordue entre temps, qui lui donne le coup de grâce en lui tirant une balle dans la tête.

 

Mon avis : Le Gouverneur est l’un des méchants dont l’arc narratif a été le plus développé. Apparu au début de la saison 3, l’intrigue le concernant sera traitée jusqu’au milieu de la saison 4. Contrairement à de nombreux autres antagonistes présentés dans ce dossier et dont l’apparition se limite à quelques épisodes, Philip Blake représente vraiment une part importante de la série. On pourrait même dire qu’il en constitue à lui tout seul un chapitre.

En soi, le personnage du Gouverneur est assez difficile à cerner, mais c’est aussi ce qui le rend si fascinant. Son côté manipulateur lui permet de dissimuler sa part d’ombre aux yeux de tous et principalement des habitants de Woodbury, qui ont en lui une confiance aveugle. Seule Michonne, dont les conditions de survie lui ont appris à se méfier des autres, ne se laissera pas embobiner par le charisme de cet homme. Quant au téléspectateur, il n’a même pas besoin d’être méfiant, puisqu’il est très vite mis au courant des sombres secrets de ce protagoniste, notamment le fait qu’il est capable d’abattre froidement des militaires pour récupérer leurs armes et leurs provisions, ou qu’il cache dans ses appartements les têtes zombifiées de ses victimes. Le Gouverneur nous apparaît alors avec deux personnalités : d’un côté, il y a le leader charismatique qui souhaite assurer la survie de sa communauté tout en venant en aide à d’autres survivants. De l’autre, il y a un homme déséquilibré, violent et prêt à tout pour asseoir son autorité, préserver son pouvoir et dissimuler ses secrets.

Cette double personnalité est très importante, car elle permet aussi de nuancer ce personnage dont on découvre, au fur et à mesure des épisodes, aussi bien les forces que les faiblesses. Exemple avec Penny, sa fille dont il a conservé la version zombifiée, et qui est sans doute sa plus grosse faille. À son contact, on observe le Gouverneur dans un autre rôle : celui de père aimant qui a du mal à se remettre de la perte de sa famille. Un aspect de sa personnalité qui sera confirmé plus tard lors de son rapprochement avec la petite Megan et sa famille dans la saison 4.

Cette personnalité nuancée et cette psychologie tourmentée du personnage est l’une des réussites de la série par rapport à sa version comics, un peu plus caricaturale et surtout moins développée. Mais c’est aussi peut-être l’un de ses plus gros défauts. À force de vouloir approfondir et nuancer ce méchant, les scénaristes ont aussi fini par le rendre beaucoup moins terrifiant et un peu plus fade que la version originale, s’attirant par la même occasion les foudres des lecteurs de la BD qui attendaient énormément de la venue de ce personnage culte. Il faut dire que le Gouverneur de la série TV est un enfant de chœur à côté de son modèle qui, lui, prend un malin plaisir à torturer et violer ses victimes.

Pourtant, David Morrissey fait le job et se révèle même convaincant dans ce rôle. Seulement, sa prestation n’a pas permis de dépasser les erreurs scénaristiques concernant son personnage. Parmi elles, son histoire d’amour bidon avec Andrea est sans doute la pire chose qu’ils pouvaient lui faire subir, tout comme le fait de retarder son véritable affrontement avec Rick en usant de batailles bâclées et d’intrigues secondaires pas toujours pertinentes. Malgré ce sentiment de gâchis par rapport à la version comics du personnage, le Gouverneur reste malgré tout l’un des ennemis les plus terrifiants que Rick a dû affronter, offrant par la même occasion des scènes d’anthologie qui lui ont permis de devenir l’un des méchants les plus mémorables de la série. D’autant plus que sa rencontre avec Rick aura laissé des traces et aura marqué un tournant dans l’évolution psychologique du shérif.

Pas de doute là-dessus : il y a eu un avant et un après Gouverneur. Un après qui fut d’ailleurs très difficile à gérer pour les scénaristes, qui auront beaucoup de difficulté à passer à autre chose. À ce propos, il est intéressant de constater qu’après une assez longue période creuse, la série a fini par regagner l’intérêt de ses téléspectateurs au milieu de la saison 5 avec l’arrivée des survivants à Alexandria, peu de temps après avoir offert une dernière apparition à Phillip Blake sous forme d’hallucinations. Une façon pour les scénaristes de définitivement clôturer ce chapitre, avant d’entamer le suivant.

 

Taux de monstruositude : 79%

 

 

LES CLAIMERS

 

Joe

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM DU LEADER : INCONNU

Prénom du leader : Joe

Interprète : Jeff Kober (Sons of Anarchy, New Girl…)

Moment culte : Affrontement avec la bande de Rick (A, 4.16)

Première apparition : Claimed (4.11)

Dernière apparition : A (4.16)

Statut : Décédé (sauvagement tué par Rick)

Victimes notables : Carl (menace, agression et tentative de viol), Rick (menace et agression), Michonne (menace et agression), Daryl (agression) et sans doute d’autres survivants rencontrés sur leur route

Méfaits les plus marquants : Ils ont tué l’un des leurs en le ruant de coups, ils ont menacé Rick, Michonne, Carl et Daryl. L’un d’eux a tenté de violer Carl.

Devise : Quand des hommes comme nous suivent des règles et coopèrent un peu, ce monde devient le nôtre.

 

Parcours : Joe est le chef d’un petit groupe de vagabonds. Ils n’ont pas vraiment de règles précises si ce n’est la revendication. Toute personne qui rejoint ce groupe doit en effet dire "c’est à moi" pour pouvoir posséder n’importe quelle chose (nourriture, lit, territoire…). La première personne à les rencontrer, c’est Rick. Ils avaient alors pris possession d’une maison abandonnée dans laquelle le shérif s’était installé pour reprendre des forces après son affrontement avec le Gouverneur et la chute de la prison. Du reste, il avait réussi à leur échapper en tuant l’un des leurs.

La deuxième personne à rencontrer ce groupe, c’est Daryl. Il tombe sur eux alors qu’il erre seul sur les routes après l’enlèvement de Beth. Joe lui propose de les rejoindre et Daryl accepte, ignorant alors que ces hommes traquent Rick pour venger leur allié. Cette association sera de courte durée, mais donnera tout de même l’occasion à Daryl de découvrir la règle de la revendication et l’exécution de l’un des hommes de Joe, qui avait voulu faire passer Daryl pour un voleur. On découvre à cette occasion que Joe est un homme de principe et qu’il n’hésite pas à punir ses propres compagnons de route lorsque ces derniers ne respectent pas les règles.

Peu de temps après cet évènement, les Claimers tombent sur Rick, Michonne et Carl. Daryl tente alors de convaincre Joe de ne pas s’en prendre à ses amis, mais le chef de la bande n’a que faire de ces recommandations et est bien décidé à se venger de Rick. La rencontre entre les deux groupes ne tarde pas à déraper : alors que Joe menace Rick, Carl et Michonne, certains de ses hommes se mettent à tabasser Daryl. Lorsque l’un d’eux décide finalement de s’en prendre à Carl en essayant de le violer, Rick est pris d’un accès de colère. Il arrache la gorge de Joe avec ses dents et massacre celui qui avait essayé de s’en prendre à son fils en lui assénant de multiples coups de couteau. Il est aidé de Daryl et Michonne qui se débarrassent des autres assaillants. Suite à cette confrontation terrible, Carl est traumatisé et Rick transformé.

 

Mon avis : Les Claimers ne sont pas les méchants les plus mémorables de la série. Pour être honnête, certains de nos rédacteurs ne se souvenaient même plus d’eux. De là à dire que le passage de ces méchants dans The Walking Dead est passé inaperçu, il n’y a qu’un pas. Pourtant, la rencontre entre Rick et ces Claimers marque un tournant sinon décisif, au moins important pour le shérif. C’est elle qui a permis de sortir Rick de sa torpeur et de permettre aux spectateurs de le découvrir sous un nouveau jour. Il faut dire que cette rencontre, même si elle est vraiment très courte, n’en demeure pas moins sanglante et fait basculer notre héros dans la monstruosité. La manière dont il arrache la gorge de Joe et la fureur avec laquelle il s’acharne sur le corps de l’un de ses assaillants témoignent de l’évolution psychologique du personnage principal de la série. Lui qui autrefois était un digne représentant de la loi, lui qui avait tendance à parlementer, négocier et finalement subir les évènements, se met à agir comme un monstre, allant même jusqu’à effrayer son propre fils. Cela est d’autant plus intéressant que cette rencontre avec les Claimers a lieu juste après son ultime affrontement avec le Gouverneur et l’assassinat d’Hershel, et juste avant son arrivée au Terminus. Cette rencontre est une transition et permet de faire le point sur l’état psychologique de Rick, tout en nous préparant à la suite. C’est aussi pour cela que les Claimers n’ont pas su marquer durablement les fans. Situés entre le Gouverneur et les cannibales du Terminus, deux grands monstres de la série, ils ne font office que de remplissage et paraissent finalement bien gentils par rapport à ce que Rick a déjà dû affronter et ce qu’il affrontera ensuite…

 

Taux de monstruositude : 49%

 

 

LE TERMINUS

 

Gareth

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM DU LEADER : Inconnu

Prénom du leader : Gareth

Interprète : Andrew J. West (Under the Dome, Dead of Summer…)

Moment culte : La séquence de la bassine (No Sanctuary, 5.01)

Première apparition : A (4.16)

Dernière apparition : Four Walls and a Roof (5.03)

Statut : Décédé (tué par Rick)

Victimes notables : Rick (séquestration), Daryl (séquestration), Glenn (séquestration), Bob (séquestration, cannibalisme), Maggie (séquestration), Michonne (séquestration), Carl (séquestration), Rosita (séquestration), Abraham (séquestration), Eugène (séquestration), d’autres survivants…

Méfaits les plus marquants : Les habitants du Terminus ont séquestré, torturé, abattu au Terminus plusieurs survivants et ont pratiqué des actes de cannibalisme.

Devise : Plus jamais faire confiance. Nous en premier, toujours.

 

Parcours : En s’échappant de la prison suite à l’attaque du Gouverneur au milieu de la saison 4, nos survivants se retrouvent dispersés en plusieurs petits groupes. La plupart d’entre eux tombent sur un panneau leur indiquant une destination pleine de promesses : Le Terminus, "Sanctuary for all. Community for all. Those who arrive survive" (Terminus : un sanctuaire pour tous. Une communauté pour tous. Celui qui arrive survit). Ils décident donc tous d’avancer en direction de ce nouveau lieu où ils espèrent retrouver les autres membres de leur groupe initial.

À leur arrivée, ils tombent pourtant dans un traquenard organisé par Gareth et les autres habitants du Terminus. Ils sont désarmés puis enfermés dans des containers où Rick commence déjà à préparer la riposte de son groupe. Le shérif va très vite découvrir les sombres secrets de cette communauté en assistant en direct à une séance de boucherie, au cours de laquelle sont alignés plusieurs survivants (certains étant de simples inconnus) qui se font assommer avant d’être égorgés et vidés de leur sang dans une bassine. Le tout dans l’unique but d’être ensuite découpés pour servir de repas.

Heureusement pour Rick, alors que ça allait être au tour de son groupe de passer à l’abattage, Carol restée à l’extérieur organise leur fuite à coup de bazooka et d’infiltration/exfiltration. Le groupe, sain et sauf, se retrouve ensuite dans une forêt où ils font la rencontre de Gabriel, un prêtre qui accepte de les accueillir dans son église le temps de mettre au point une nouvelle stratégie. Malheureusement pour eux, ce temps est de courte durée et Gareth refait surface, prêt à venger sa mère tuée lors de l’assaut de Carol. Il kidnappe Bob, lui coupe une jambe qu’il déguste avec ses derniers compagnons, et le dépose encore vivant devant l’église où sont réfugiés la bande de Rick. Le but de cette manœuvre : pousser le shérif a quitter ce lieu, et pendant ce temps attaquer ceux qui seront restés à l’arrière. Son plan se retourne contre lui lorsque Rick, ayant compris la combine, prend Gareth par surprise et lui tend un guet-apens à l’intérieur de l’église. Le chef du terminus et ses hommes passent alors un sale quart d’heure… le dernier de leur vie.

 

Mon avis : Gareth et son groupe sont avant tout des victimes de ce nouveau monde cruel où chacun survit à sa manière. Alors qu’ils étaient autrefois gentils et bienveillants et qu’ils proposaient leur aide à d’autres survivants, ils ont dû faire face à des événements tragiques qui les ont poussés à se transformer en monstres. Au cours de plusieurs flash-backs, on découvre en effet qu’un groupe a abusé de leur gentillesse en les séquestrant et en les torturant. Gareth, dont la mère fut  violée durant cette attaque, avait alors décidé de se révolter contre leurs ennemis et poussé ses alliés à devenir les bouchers plutôt que le bétail. Depuis, ce groupe de survivants s’était fait la promesse de faire de leur survie une priorité et ce au détriment de leur humanité (d’où le fameux "Never Again. Never Trust. We First, Always."). C’est ainsi que Gareth, sa mère, son frère et les autres habitants du Terminus sont devenus des cannibales se nourrissant de survivants qu’ils attiraient vers eux.

Mon résumé pour expliquer leurs agissements est aussi expéditif que le traitement qui leur a été offert dans la série. C’est dommage, parce que cette exploration de leur passé aurait pu vraiment être intéressante si elle n’avait pas été  amenée de manière si maladroite et bâclée. Car très honnêtement, ces deux scènes de flash-back au cours desquelles nous avons droit à un aperçu très bref de ce qu’ils ont vécu, n’aura pas suffi à offrir davantage de profondeur à ces protagonistes. De plus, le discours sur leur transformation en monstres tombe finalement à plat et ne fait qu'être survolée.

Pourtant, ce discours aurait pu vraiment être pertinent, si la série avait su pleinement profiter de l’effet miroir entre ce groupe et celui de Rick. Car oui, tout l’intérêt de cette intrigue, outre le fait d’offrir des moments gores, était bien là : offrir l’occasion au shérif et sa bande de se confronter à un groupe qui a subi les mêmes sévices qu’eux, mais qui n’ont pas évolué de la même façon. D’une certaine manière, les habitants du Terminus, c’est ce qu’auraient pu devenir notre groupe de survivants s’il avait effectué des choix différents. C’est aussi ce qu’il pourrait encore devenir à force de devoir faire face à tant de cruauté…

Si chaque antagoniste et chaque bande rencontrée permettent ce genre de réflexion, rarement les scénaristes avaient insisté sur le passé "innocent" d’un groupe ennemi. C’est ce qui m’amène à penser qu’ils cherchaient ici à mettre en parallèle et à confronter deux évolutions différentes possibles. Ces flash-back permettent à la série de nuancer ces cannibales et de ne pas tomber dans le simple manichéisme, mais c’est tellement secondaire et peu développé, que le résultat final en est décevant et n’apporte aucune réelle profondeur psychologique. Cette rencontre avec des monstres humains n’aura d’ailleurs aucun réel impact sur Rick et ses compagnons, faisant de Gareth et sa bande de simples ennemis parmi tant d’autres, que l’on combat et dont on n’a apparemment retenu aucune leçon. Une simple parenthèse qui aura permis de combler un trou dans le scénario de la série…

Malgré tout, cette parenthèse fut quand même très intense et tendue. En seulement quatre épisodes, les habitants du Terminus ont offert plusieurs scènes fortes et divertissantes faites d’affrontements et de massacres. Comment oublier la séquence de la bassine par exemple, l’une des plus gores de la série ? À défaut de nous avoir fait réfléchir, Gareth et ses potes auront au moins réussi à nous faire frémir. C’est déjà ça.

 

Taux de monstruositude : 75%

 


  LE GRADY MEMORIAL HOSPITAL

 

Dawn

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM DU LEADER : LERNER

Prénom du leader : Dawn

Interprète : Christine Woods (FlashforwardHello Ladies…)

Moment culte : L'assassinat de Beth (Coda, 5.08)

Première apparition : Slabtown (5.04)

Dernière apparition : Coda (5.08)

Statut : Décédée (tuée par Daryl)

Victimes notables : Beth (meurtre)

Méfaits les plus marquants : Elle a assomé Beth après que cette dernière ait essayé de s'échapper, et a fini par la tuer en lui tirant accidentellement une balle dans la tête.

Devise : Dans ce travail, tu n’as pas besoin de leur amour. Tu dois avoir leur respect.

 

Parcours : Dawn Lerner est une policière qui dirige un groupe de survivants dont la base se situe au Grady Memorial Hospital, à Atlanta. Cette femme au caractère bien trempé a mis en place un règlement strict que l’on pourrait résumer ainsi : donner pour recevoir. Ce groupe se propose ainsi de ramener des survivants blessés à l’hôpital et de les soigner, mais en échange de quoi ces derniers devront travailler pour eux afin de rembourser les médicaments et autres soins. Si les blessures de la personne touchée sont trop importantes, elle est jetée aux zombies. Dawn assure et assume son rôle de chef en s’employant à faire respecter ces règles strictes.

C’est ainsi que Beth s’est retrouvée prise au piège. Poursuivie par un groupe de morts-vivants lors de l’épisode Alone (4.13), la jeune fille s’était faite enlever par les hommes de Dawn sous les yeux impuissants de Daryl, arrivé trop tard pour intervenir. Rapatriée dans cet hôpital, elle fut soignée par Steven Edwards, un médecin travaillant pour Dawn, celle-là même qui au réveil et à la guérison de Beth ne manqua pas de lui rappeler ses nouveaux devoirs. Lors de sa première visite, Beth assiste à une euthanasie, une amputation et à l’abandon des soins de l’un des patients de l’hôpital. Rien que ça.

En outre, Beth, en interrogeant certaines personnes, découvre peu à peu les petits secrets de cette prison déguisée et des personnes qui s’en occupent : ils retiennent les gens contre leur gré en les forçant à travailler pour eux, ils suppriment tous ceux qui peuvent représenter une menace potentielle en prétextant ne pas pouvoir les soigner, et ils abusent de leur pouvoir pour violenter les survivants à leur service ou violer les femmes. Beth comprend alors que cet endroit n’est pas aussi sûr qu’il ne le laisse transparaître et décide de s’évader avec l’aide de Noah, un jeune homme qui travaille pour Dawn depuis plus d’un an et dont le père a été laissé pour mort dans cet hôpital. Ensemble, ils mettent en place une évasion qui s’achève par la fuite de Noah, mais par l’arrestation de Beth.

Peu de temps après, Carol est à son tour transportée à l’hôpital, après avoir été heurtée en voiture par les officiers du Grady Memorial Hospital. Beth décide de rester sur place pour venir en aide à son amie dont l’état de santé est très préoccupant. C’est alors qu’elle surprend une conversation entre Dawn et l’un de ses hommes au cours de laquelle ils décident de stopper les soins prodigués à Carol, car cette dernière consommerait trop de ressources pour être remise sur pied. Plus tard, Dawn remet pourtant en toute discrétion à Beth une clé lui permettant d’accéder aux matériels nécessaires pour soigner Carol. En réalité, tout ceci n’a pour unique but que de gagner la confiance de Beth pour mieux l’utiliser par la suite.

Au même moment, Rick et sa bande ont préparé un plan pour venir secourir leurs deux alliées. Ils enlèvent des officiers de Dawn afin de s’en servir comme monnaie d’échange. La chef du Grady Memorial Hospital se retrouve alors fragilisée et commence à faire peu à peu tomber son masque de femme forte qui contrôle tout. Elle s’oppose de plus en plus à ses hommes et son statut de chef s’en retrouve altéré. Lors d’une confrontation avec l’un d’eux, Dawn se débrouille pour que ce soit Beth qui tue l’opposant, poussant la jeune fille à enfreindre une nouvelle fois les règles. Beth comprend alors que chaque action de Dawn est intéressée et lui permet d’instrumentaliser les autres pour obtenir d’eux ce qu’elle veut sans avoir à se salir les mains ou se sentir coupable.

Lors de l’échange avec Rick, Dawn accepte de laisser partir Carol et Beth en échange de ses alliés, mais elle demande aussi à récupérer Noah, qui depuis sa fuite a rejoint les rangs de Rick. La récente prise de conscience de Beth concernant Dawn et sa façon de systématiquement se servir des autres l’amène alors à prendre une décision lourde de conséquences. Elle s’approche de la chef du Grady Memorial et lui enfonce un ciseau dans la poitrine. Dawn a alors le réflexe de lui tirer une balle dans la tête. Beth s’effondre sous les yeux de ses amis et Daryl décide d’abattre à son tour Dawn. Le groupe quitte ensuite l’hôpital en emmenant avec eux le corps de Beth.

 

Mon avis : Dawn n’est pas vraiment une méchante. En tout cas, elle paraît beaucoup plus inoffensive qu’un Shane, un Gouverneur ou un Gareth. C’est plutôt son côté autoritaire et sa froideur quasi naturelle qui font d’elle un personnage aussi antipathique, car en réalité, le véritable danger vient plutôt du côté de ses hommes. Parmi eux, l’officier Goreman, qui profite  de son rang d’officier pour violer en secret des femmes et faire chanter les autres survivants. Contrairement aux autres méchants donc, Dawn n’est pas mauvaise intentionnellement, mais plus par nécessité. Elle assume en effet pleinement son rôle de chef et fait respecter les règles avec une certaine fermeté. En apparence, cela donne une femme forte, sûre d’elle et qui ne montre aucune pitié. Mais au fil de ses conversations avec Beth, elle apparaît aussi comme une femme  qui manque d’assurance et qui se sent obligée de dissimuler ses émotions pour s’imposer dans un milieu essentiellement masculin.

Avant l’infection, Dawn était déjà policière et depuis, elle n’a jamais rien fait d’autre que ce pour quoi elle a été formée. Son objectif est resté le même qu’autrefois, autrement dit maintenir l’ordre et faire respecter la loi dans un monde qui pourtant s’en retrouve dépourvu. C’est un peu sa seule raison de vivre et sur ce point, le personnage et son intrigue offrent quelques réflexions intéressantes,  comme le fait de savoir si la justice a encore un sens dans un monde qui se veut de plus en plus anarchique. Malheureusement, comme très souvent avec la série, la réflexion n’est pas approfondie davantage et son développement sera stoppé avec la mort précipitée du personnage.

Par conséquent, cette intrigue qui était totalement indépendante des comics et qui permettait de mettre en place des scènes totalement inédites, se révèle être un échec cuisant. Pire encore : on sent que les scénaristes l’ont intégrée à leur récit uniquement en guise de remplissage au début de la saison 5, et aussi pour offrir un ultime moment de bravoure à un personnage dont ils ne savaient plus quoi faire. Ainsi, on se souviendra surtout de Dawn comme étant celle qui a tué par erreur l’innocente Beth. Un véritable gâchis pour un personnage au fort potentiel et qui aurait sans doute mérité un meilleur traitement.

 

Taux de monstruositude : 23%

 

 

LES WOLVES

 

Owen

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM DU LEADER : INCONNU

Prénom du leader : Owen

Interprète : Benedict Samuel (Gotham…)

Scène culte : L'attaque sur Alexandria (JSS, 6.02)

Première apparition : Conquer (5.16)

Dernière apparition : No Way Out (6.09)

Statut : Décédé (mordu par des zombies)

Victimes notables : Morgan (menaces), Denise (otage), plusieurs habitants du Terminus (agressions et meurtres)

Méfaits les plus marquants : Ils ont menacé Morgan et ont attaqué Alexandria, faisant plusieurs victimes parmi les habitants.

Devise : Vous êtes pris au piège et nous vous libérons.

 

Parcours : Si les Wolves ne font leur véritable apparition que dans le dernier épisode de la saison 5, les premiers indices sur leur arrivée remontent à l’épisode 9 de cette même saison. Rappelez-vous : après la mort de Beth et l’expédition au Grady Memorial, une partie du groupe de Rick décide de faire un détour dans un petit village de résistants où la famille du jeune Noah avait trouvé refuge. À leur arrivée, ils avaient découvert que tous les habitants avait été tués et leurs maisons brûlées et/ou pillées, y compris les proches de Noah. Sur un des murs de la ville était affiché ce message : "Wolves not far" (Les loups ne sont pas loin).

Plus tard, un nouveau genre de zombies fait son apparition dans le monde déjà effrayant de The Walking Dead. Leur particularité : ils ont un W gravé sur le front. Il faudra attendre l’épisode Conquer (5.16) pour découvrir la signification de cette lettre et le visage de ceux qui se font appeler Wolves. Deux d’entre eux, dont un certain Owen, font la rencontre de Morgan dans la forêt et le menacent de le tuer et lui voler ses affaires. Morgan parvient à se débarrasser d’eux en les enfermant dans le coffre d’une voiture, le klaxon resté enclenché pour attirer les zombies. Dans ce même épisode, Daryl et Aaron, en poursuivant un autre survivant afin de le ramener à Alexandria, découvrent un entrepôt où ils pensent trouver des provisions. En réalité, ils vont y trouver des camions bourrés de zombies avec un W gravé sur le front. Réfugiés dans un véhicule et piégés au milieu d’une horde, c’est finalement Morgan qui viendra à leur secours. Après leur départ, les deux Wolves que Morgan avait enfermés dans un coffre reviennent à cet entrepôt, retrouvent et tuent le survivant que Daryl et Aaron poursuivaient. On comprend alors que ce lieu est un piège tendu par ces Wolves.

Dans JSS (6.02), tandis que Rick et d’autres habitants d’Alexandria sont partis en mission pour repousser une horde de zombies vers l’extérieur de la ville, la bande des Wolves décide d’attaquer les survivants restés sur place. Parmi eux : Carol, Carl, Maggie ou encore Gabriel. Leur attaque est aussi inattendue que brutale. Ils débarquent dans la ville et abattent de sang-froid tous les habitants qu’ils rencontrent, transformant ce lieu apparemment idyllique et préservé de la cruauté de ce monde en véritable champ de guerre jonché de cadavres.  Carol parvient à se glisser au milieu des assaillants en s’habillant à leur manière et cette stratégie lui permet de tuer la plupart d’entre eux. Au même moment, Morgan, qui a fait le choix de laisser la possibilité aux Wolves de s’échapper, tombe sur l’un d’eux : Owen, celui-là même qu’il avait déjà rencontré dans la forêt. Convaincu qu’il peut remettre le jeune homme dans le droit chemin, il prend la décision de le ligoter et de l’enfermer dans une cave, allant même jusqu’à demander à Denise de le soigner. Pourtant, Owen ne semble pas prêt à changer et avoue même sa volonté de vouloir tuer tous les habitants d’Alexandria.

Lorsque Carol découvre que Morgan a fait prisonnier un Wolf, elle décide aussitôt de supprimer celui qui a participé à l’attaque de la ville. Seulement, Morgan refuse catégoriquement et semble bien décidé à l’empêcher de commettre un nouveau meurtre. Les divergences d’opinion des deux alliés sont telles qu’ils en viennent aux mains. Sous les yeux de Denise qui était là pour soigner le Wolf, Morgan assomme Carol. Owen profite de cet affrontement et d’un moment d’inattention de Morgan pour l’assommer à son tour. Tara, Rosita et Eugène débarquent au même moment pour prévenir Morgan que la ville est assiégée par les zombies après la chute d’une partie du mur. Owen prend alors Denise en otage en la menaçant d’un couteau et parvient ainsi à s’échapper.

À l’extérieur, c’est le chaos. Les zombies ont envahi la ville et contrairement à ce que l’on aurait pu penser, Owen n’envisage pas de tuer Denise. Il tient même à la garder en vie et à l’emmener avec lui. En voulant la protéger des morts-vivants, il se fait mordre et dans un dernier geste d’humanité, décide de se sacrifier pour permettre à la jeune femme de rejoindre les autres survivants à l’infirmerie.

 

Mon avis : Ce serait mentir que d’affirmer que les Wolves furent une véritable réussite. Pour être honnête, c’est même plutôt l’inverse. Annoncés dès la moitié de la saison 5 à coup de messages dissimulés et de zombies portant l’insigne "W", les Wolves avaient suscité un certain intérêt sur le net où les fans s’amusaient à surveiller et décortiquer le moindre petit signe indiquant la future apparition de ce groupe. En s’amusant à dissimuler ici et là des indices les concernant, les scénaristes ont fait monter la sauce autour de ces protagonistes… peut-être même un peu trop. En effet, la manière dont ils ont été amenés dans le récit associée à l’excitation entourant leur venue me laissait penser que ces Wolves deviendraient les nouveaux grands méchants de la série, aussi durables et marquants qu’un Shane ou qu’un Gouverneur. Certains fans de la BD pensaient même qu’il s’agissait d’une nouvelle version des Saviors, les hommes de Negan. Au final, ils ne sont qu’un groupe d’antagonistes de plus, au même titre que Gareth et ses amis cannibales ou que Joe et ses Claimers.

Même s’ils sont à l’origine de l’une des scènes les plus mémorables de la saison 6 lorsqu’ils attaquent Alexandria et qu’ils tuent brutalement plusieurs innocents, je dois avouer que  j’ai été plus que déçu de leur traitement assez expéditif. Comme très souvent, la série reste très mystérieuse concernant les réelles motivations de ces méchants et elle ne prend pas réellement le temps de développer davantage leur psychologie. Pourtant, comme avec Gareth au Terminus ou Dawn au Grady Memorial Hospital, elle met en place des éléments intéressants qui auraient pu permettre de déboucher sur un propos pertinent et plus nuancé. Grâce au personnage de Morgan, convaincu qu’il est possible de réhabiliter n’importe quel individu peu importe ses actes commis, les Wolves auraient pu être un très bon moyen d’interroger cette question de la repentance. Mais non. La série fait une nouvelle fois le choix de couper court à ce possible développement en décidant de supprimer le personnage d’Owen, qui commençait à peine à redevenir humain. S’il sauve Denise et se donne en sacrifice aux zombies afin qu’elle puisse s’échapper, s’offrant ainsi une sorte de rédemption, le personnage n’aura pas réellement eu le temps de montrer s’il avait réellement retenu des leçons de sa captivité auprès de Morgan. Cela laisse un goût d’inachevé et l’impression d’une intrigue bâclée. À la place, la série a fait le choix de poursuivre ce questionnement à travers le conflit opposant Morgan et Carol, faisant de ces Wolves un énième instrument scénaristique dont la fonction aura été de réinsérer le personnage de Morgan au récit, tout en offrant un moment choquant au passage.

Quand on a en tête que leur apparition fut annoncée et retardée durant huit épisodes, une seule phrase vient en tête pour résumer leur passage dans la série : tout ça pour ça !

 

Taux de monstruositude : 68%

  

 

LES SAVIORS

 

Negan

 

FICHE IDENTITÉ :

NOM DU LEADER : INCONNU

Prénom du leader : Negan

Interprète : Jeffrey Dean Morgan (Grey’s Anatomy, Supernatural, Extant…)

Moment culte : La partie d'Am Stram Gram (Last Day on Earth, 6.16)

Première apparition : Negan : Last Day on Earth (6.16), Les Saviors : Always Accountable (6.06)

Dernière apparition : Dans longtemps, je l'espère...

Statut : Vivant... et pour longtemps, je l'espère...

Victimes notables : Denise (meurtre), Abraham (meurtre), Glenn (meurtre), Rick (torture psychologique), Carl (torture psychologique), Eugène (torture psychologique), Sasha (torture psychologique), Maggie (torture psychologique, séquestration), Rosita (torture psychologique), Michonne (torture psychologique), Aaron (torture psychologique), Daryl (séquestration), Carol (séquestration) et tous ceux qui ont eu la tête écrabouillée par Lucille…

Méfaits les plus marquants : Les Saviors ont menacé plusieurs survivants, ont séquestré Carol et Maggie, tué Denise, et ont finalement tendu un piège à Rick et sa bande. Quant à Negan, il a tué Abraham et Glenn, organisé un petit jeu malsain mettant la vie de Rick en danger, et mis le shérif face à un choix cornélien.

Devise : Tu es à moi. Les gens là-bas, sont à moi...

 

Parcours : Au début de la saison 6, le groupe de Rick décide d’écarter une horde de zombies loin d’Alexandria. Pour ce faire, les survivants sont divisés en plusieurs groupes, chacun ayant une fonction différente. Celle de Daryl, Abraham et Sasha consiste à attirer et guider les morts-vivants à une trentaine de kilomètres de la ville. Alors qu’ils sont en train de remplir leur mission, ils sont pourchassés par une voiture avec des hommes armés à leur bord, et sont contraints de se séparer. Daryl, dont la moto est tombée en panne, se réfugie dans une forêt incendiée où il est fait prisonnier par un dénommé Dwight et deux jeunes filles. Le fait est qu'ils sont traqués par les membres d’un groupe de survivants, les Saviors, auquel ils appartenaient et qu’ils cherchent désormais à fuir. À l’issue de cette rencontre, Daryl propose à Dwight de rejoindre son groupe, mais celui-ci choisit de le braquer et de lui subtiliser son arbalète et sa moto afin de retourner auprès des Saviors. L’allié de Rick parvient malgré tout à quitter les lieux en trouvant un camion abandonné.

Un peu plus tard, alors que Daryl est de nouveau accompagné par Abraham et Sasha et qu’ils font route vers Alexandria, ils sont arrêtés par un groupe de motards menaçants et qui leur demande de leur donner toutes leurs armes qui désormais appartiennent à leur chef, un certain Negan. Daryl coupe court à cette nouvelle rencontre avec les Saviors en s’en débarrassant à coup de lance-roquette.

Suite à l’attaque des Wolves et celle des zombies qui viennent de secouer Alexandria, Rick et Daryl entreprennent plusieurs périples en dehors de la ville afin de ramener des ressources. Lors de l’une de leur virée, ils tombent sur un dénommé Jésus qu’ils ramènent à Alexandria. Ce dernier leur confie appartenir à un groupe vivant dans un lieu riche en provisions nommé La Colline, et avec qui il serait possible de mettre en place un système de troc. Après quelques négociations au cours desquelles Rick apprend que cette communauté a passé un accord avec les Saviors afin d’avoir la vie sauve, un compromis est trouvé : Rick et sa bande se chargent de supprimer Negan et ses hommes et en échange, La Colline leur fournit la moitié de leurs provisions.

Grâce à l’aide de Jésus et de l’un des ravitailleurs de La Colline, les habitants d’Alexandria organisent leur assaut. Ensemble, ils élaborent un plan, parviennent à s’infiltrer à l’intérieur d’un complexe qu’ils pensent être la base des Saviors, et y font un véritable massacre. Dans ce complexe, nos survivants découvrent des photographies atroces de personnes dont la tête a été écrabouillée et qui en disent long sur la manière de procéder de ce groupe. À l’issue de cet assaut, Maggie et Carol se retrouvent prises en otage par les derniers survivants de l’attaque, mais parviennent finalement à se libérer en supprimant un à un leurs ravisseurs. Rick est alors convaincu d’avoir supprimé l’ensemble des Saviors.

La vie de nos survivants reprend donc son cours et chacun s’organise pour la survie d’Alexandria. Daryl, Rosita et Denise notamment partent faire une excursion afin de ramener des médicaments. Sur le chemin du retour, la jeune médecin du groupe trouve la mort après avoir été transpercée par une flèche tirée par Dwight, le survivant que Daryl avait rencontré dans la forêt et qui tient à la main l’arbalète qu’il avait subtilisée à Daryl lors de leur première rencontre. Il est accompagné d’une dizaine de Saviors et détient en otage Eugène, qui s’était retrouvé seul après une dispute avec Abraham lors d’une mission à l’extérieur. Grâce à un subterfuge d’Eugène et à la complicité d’Abraham caché dans un buisson non loin de là, les alliés de Rick parviennent malgré tout à se défendre et faire fuir Dwight et ses hommes.

De retour à Alexandria, Rick et les autres survivants comprennent que contrairement à ce qu’ils pensaient, la menace des Saviors plane toujours sur eux. Daryl supporte difficilement la perte de Denise, exécutée par un homme qu’il avait eu l’occasion de tuer par le passé. C’est avec un esprit revanchard qu’il s’empare de sa moto et entreprend de retrouver Dwight pour lui faire la peau. Michonne, Glenn et Rosita décident de le suivre de près afin de lui éviter de se faire tuer, et finissent par le rattraper non loin du lieu où Denise a été tuée. Malgré les recommandations de ses camarades qui lui conseillent de rentrer, Daryl décide de rester et Rosita accepte de poursuivre le chemin avec lui. Michonne et Glenn, de leur côté, rebroussent chemin, mais se font capturer par des hommes de Dwight. Ils seront rejoints peu de temps après par Daryl et Rosita qui se font également prendre au piège.

Au même moment, Carol a décidé de quitter Alexandria car elle ne supporte plus de devoir tuer des gens pour assurer la survie des membres de son groupe. Alors qu’elle a pris la route à bord d’une voiture, elle tombe à son tour sur un groupe de Saviors qui parviennent à immobiliser son véhicule. Carol fait preuve d’ingéniosité et supprime la plupart de ses assaillants. Elle poursuit sa route à pied et blessée, ignorant que l’un des Saviors a survécu à son assaut et compte bien lui régler son compte. Heureusement, il n’est pas le seul à la suivre à la trace, puisque Rick et Morgan sont également partis à sa recherche. Très vite, les deux hommes décident de se séparer : Morgan continue de rechercher Carol tandis que le shérif rentre à Alexandria pour gérer le reste du groupe.

Là-bas, il retrouve une Maggie qui souffre de graves douleurs au ventre liées sans doute à sa grossesse. Accompagnés d’Eugène, Abraham, Carl, Sasha et Aaron, ils entreprennent un voyage en camping-car direction La Colline, où ils espèrent pouvoir faire soigner leur amie. Mais voilà : les Saviors ont mis en place plusieurs barrages et pièges empêchant Rick et les siens de progresser vers leur destination. Très vite, ils comprennent qu’ils sont tombés dans un traquenard et que le piège tendu par leurs nouveaux ennemis est peu à peu en train de se refermer sur eux. Et ce qui devait arriver arriva : nos survivants se retrouvent très vite encerclés par les Saviors. Ils sont ensuite alignés aux côtés d’Eugène, Michonne, Glenn, Daryl et Rosita qui avaient été faits prisonniers un peu plus tôt.

C’est là qu’ils font la rencontre du fameux Negan, le chef des Saviors. Après avoir fait les présentations, ce dernier explique la raison de ce rassemblement. Nombre de ses hommes ont trouvé la mort au cours de leurs divers affrontements avec la bande du shérif, et il est grand temps pour lui de prendre sa revanche et d’imposer son autorité. Pour l’exemple, il décide de choisir "au hasard" un des membres du groupe de Rick pour ensuite le battre à mort à l’aide de Lucille, une batte de baseball entourée de fils barbelés. Après une petite séance d’Am Stram Gram perverse au cours de laquelle il menace tour à tour chaque coéquipier de Rick, il jette finalement son dévolu sur Abraham qu’il massacre à coup de batte sous les yeux de ses amis effrayés et choqués. Daryl finit par se révolter et tente de s’en prendre à Negan qui le fait arrêter par ses hommes. Le chef des Saviors n’accepte pas de voir son autorité mise à mal ainsi alors qu’il avait bien spécifié qu’il n’accepterait aucune contestation de ce genre. En signe de représailles, il empoigne de nouveau sa batte et la fracasse contre le crâne de Glenn qu’il massacre à son tour. Maggie et le reste du groupe assistent impuissants à cette scène d’horreur.

Rick promet alors à Negan de le tuer. Ce dernier ne supporte pas ces menaces et semble bien décidé à faire comprendre à Rick qu’il n’a plus son mot à dire et que désormais il lui appartient entièrement. Pour que le shérif saisisse bien la leçon, il lui propose un défi : aller récupérer sa hache au milieu d’une horde de zombies. Si Rick n’exécute pas les ordres, Negan lui fait comprendre qu’il poursuivra le massacre de son groupe. Le chef d’Alexandria s’exécute donc et accomplit sa mission. De retour auprès des siens, il continue pourtant de jeter un œil revanchard à Negan qui n’apprécie définitivement pas cette réaction. Il décide donc de mettre Rick une dernière fois au défi : soit il accepte de couper le bras de son fils Carl, soit il tue tous les membres de son groupe qui ont alors une arme posée sur la tempe. Rick est complètement effondré et supplie Negan d’arrêter. Ce dernier arrête le shérif juste avant que celui-ci ne coupe le bras de Carl et il constate avec une certaine satisfaction que le regard de Rick sur lui a changé. Ce dernier est apeuré, semble avoir renoncé à toute forme de résistance et avoir accepté la domination de son adversaire. Negan a obtenu ce qu’il voulait et rappelle à Rick que désormais, les ressources d’Alexandria lui appartiennent aussi, tout comme ses habitants.

Lors de cette rencontre, le chef des Saviors a aussi fait prisonnier Daryl auquel il fait subir diverses tortures psychologiques : enfermement, manque de sommeil, nourriture pour chien, photographie du corps de Glenn... Tout est mis en oeuvre afin de briser l'ami de Rick et le pousser à reconnaître l'autorité de Negan. Malgré tout, ce dernier tient bon... du moins pour le moment...

 

Mon avis : C’est bien connu : pour apprécier pleinement une fiction, il faut toujours un personnage à détester, un personnage qui met nos héros en difficulté et qui les amène à se surpasser. Depuis la disparition du Gouverneur dans la saison 4, la série manquait cruellement d’antagoniste. Certes, il y a eu les cannibales, les résidents du Grady Memorial Hospital, Joe et les Claimers ou encore les Wolves, mais comme nous avons pu le constater au cours de ce dossier, ces derniers n’ont fait qu’une brève apparition et ont souvent fait l’objet d’intrigues bâclées. Selon moi, les problèmes de rythme dont a souffert la série depuis la quatrième saison étaient en partie dus à l’absence d’un antagoniste permanent, comme Shane ou le Gouverneur. La série avait grandement besoin d’un méchant qui s’inscrirait dans la durée, et avec lequel elle allait pouvoir développer de nouvelles intrigues et de nouveaux rebondissements sur la longueur.

C’est chose faite avec Negan, le nouvel ennemi numéro un de Rick, bien parti pour être le plus grand méchant de l’histoire de la télévision série. Son arrivée s’est faite à point nommé, au moment où la série s’enlisait dangereusement et rencontrait quelques difficultés à se renouveler. En seulement deux épisodes, ce personnage a totalement relancé l’intérêt que l’on pouvait porter à la série. En témoignent les réactions parfois excessives qui ont suivi la diffusion de l’épisode The Day Will Come When You Won't Be. Égocentrique, possessif, pervers, impitoyable, brutal… les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce protagoniste, qui en peu de temps, a réussi à faire passer tous les autres méchants de la série pour des petits joueurs. Il faut dire qu’en à peine deux heures (quinze minutes à la fin de la saison 6 et quatre-vingt-dix minutes dans la saison 7), il a déjà commis quasiment toutes les atrocités possibles : menaces, tortures, enlèvements, massacres, jeux malsains et j’en passe… Un véritable méchant qu’on va aimer détester et qui risque bien de nous faire frissonner dans les épisodes à venir.

Ce qui est intéressant avec Negan, c’est que là où le Gouverneur était fourbe et manipulateur, préférant faire ses coups en douce, lui assume pleinement ce qu’il est. C’est un méchant à l’état brut. Il ne se cache pas et joue justement de cette peur qu’il inspire pour soumettre les autres à son autorité, instaurant ainsi un climat de terreur permanent. S’il s’avère que la survie dans un monde apocalyptique transforme les hommes en monstres, Negan est sans doute l’un des pires qui soient. Pour moi, il est d’ailleurs un peu l’aboutissement de tous les méchants de la série, le must du must comme diraient certains. Je pense même qu’il sera très difficile pour la série de faire mieux ensuite…

 

Taux de monstruositude : 99%

 

 

Conclusion : Dans The Walking Dead, la plus grande menace ne vient pas des zombies, mais des humains eux-mêmes. Si nous connaissions déjà ce principe cher à la série, ce dossier n’a fait que le confirmer davantage. Ces méchants, qu’ils s’agissent de Shane, du Gouverneur, de Gareth ou de Negan, ont tous pour vocation de montrer comment un monde apocalyptique peut faire ressortir le pire de l’humanité et transformer un ami, un père ou un fils en être monstrueux, capable du pire pour survivre. À travers les portraits de ces différents antagonistes, c’est tout le propos de la série qui est tracé ici. Maintenant, la véritable question pourrait être la suivante : et si nos survivants préférés étaient en réalité les grands méchants de ce show ? En effet, la série s’amuse beaucoup de cette ambivalence et a même tenté à plusieurs reprises de faire basculer Rick, son personnage principal, du côté obscur de la force. Selon les points de vue et avec un peu de recul, on se rend même parfois compte que le groupe du shérif a commis pas mal d’atrocités afin de rester vivants, allant jusqu’à prendre en otage ou tuer des survivants quand cela était nécessaire pour eux. Après tout, n’est-ce pas là tout le principe de la survie que de nous forcer à devenir plus monstrueux que les monstres que l’on combat ?

 

Merci à Antofisherb, Galax, Jojo76 et MarieLouise pour leur participation aux taux de monstruositude. :)

 

Sondage :

 

 




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Cail1 Cail1
385 avis
1815 notes
Moyenne : 12.92

 Visioneur raffiné

Bref, je kiffe les séries TV !!! :)

4 commentaires sur cet article


gravatar
#1
Maxou140 a écrit le 11/11/2016 à 10h33
Les méchants dans The Walking Dead :


Nom : dans The Walking Dead

Prénom : Les méchants

Interprète : Cail1

Moment culte : La lecture de l’article

Première apparition : le 11/11/16

Dernière apparition : Aucune. Article immortel.

Statut : Vivant

Victimes notables : Les lecteurs de l’article

Méfaits les plus marquants : Nous faire revoir notre point de vue sur les méchants d’un œil neuf.

Devise : Dans The Walking Dead, la plus grande menace ne vient pas des zombies, mais des humains eux-mêmes.


Taux de monstruositude : 100%
gravatar
#2
riloose a écrit le 11/11/2016 à 23h04
Article très intéressant! Pas comme la série... Sinon dans la liste , il manque les plus grands méchants de la série:

FICHE D’IDENTITÉ:

NOM: Scénaristes

PRÉNOM: Les

INTERPRÈTES : Robert Kirkman, Scott M Gimple et d'autres dont j'ai pas les noms.

PREMIÈRE APPARITION: 1.01

DERNIÈRE APPARITION: générique du dernier épisode diffusé.

STATUT: Toujours vivants, toujours debout

VICTIMES NOTABLES: les téléspectateurs.

MÉFAITS LES PLUS MARQUANTS: écriture de personnages anecdotiques, oubliables ,
insupportables tels que Beth ou encore le prêtre, écriture d'épisodes chiants à mourir.

DEVISE: Plus c'est long , plus c'est bon.
gravatar
#3
Galax a écrit le 12/11/2016 à 00h21
Boulot de ouf. Bravo Cail1.

Maintenant que ça c'est dit, il me reste plus qu'à poser une aprem pour me plonger dans la lecture de ce dossier qui me fait très envie :p
gravatar
#4
nicknackpadiwak a écrit le 13/11/2016 à 19h02
@riloose : +1



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !

Moyenne


12.43

0 note

Dernières notes :




Pas encore de notes.

favorables
0 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Pas encore d'avis



» Donner votre avis


  • Diffusion US : 31 octobre 2010 (AMC)
  • Diffusion FR : 20 mars 2011 (Orange Ciné Choc)

Créateurs : Frank Darabont

Réalisateurs :

Scénaristes :

Générique : voir

Les Golden Globes 2017


09/01/2017

0 commentaire

74ème édition. Point de Game of Thrones ni de Stranger Things ! Qui leur a volé la couronne ? (tout est dans le titre)


Actualité » Toutes les news



Critique : Sherlock 4.03


18/01/2017

0 commentaire

Welcome to the final review !


Critiques » Toutes les critiques



Bilan - Podcast : Westworld saison 1


16/12/2016

0 commentaire

Où nous faisons le bilan, calmement.


Bilans » Tous les bilans



Tous les trailers de la Comic-Con


26/07/2014

0 commentaire

L'instant overdose geek du jour


Vidéos » Toutes les vidéos



Focus sur les trois premiers épisodes de The Good Place


27/09/2016

0 commentaire

Que vaut la nouvelle comédie de Michael Schur, au concept bien barjot comme il faut ?


Focus » Tous les focus