« Il y a certains sites qui ne s'achètent pas, pour tout le reste, il y a Allociné » Un Sérieallien  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Critique : Breaking Bad 5.09 - Blood Money



Ah la la... Breaking Bad.


Breaking Bad
Genre :
Drame
Série américaine
Année : 2007
Format : 42 min
AMC Arte



Lundi 12 aout, 13h :

- Mon cœur, j’ai l’épisode…

- On le regarde ?

- Non attends attends…

17h :

- On regarde Breaking Bad ?

- Non attends attends…

20h :

- Et maintenant ?

- Je sais pas… Putain j’ai peur…

Nous avons finalement regardé l’épisode à 22h. Un an que nous attendions la suite de ça :

 

 

Un an pour oublier, il me fallait bien quelques semaines pour me replonger dans l’ambiance et quelques heures pour réfléchir… Et si c’était décevant ?

23h, SMS à Taoby :

Moi : Ah lala… Breaking Bad

Lui : Bordel…

Moi : pffouu

Lui : Dean Norris le genie

Moi : Clairement. Gi-gan-tesque.

Voilà, le petit interlude sur ma vie privé est terminé. Me voilà devant mon clavier pour « critiquer » un épisode sans tâche d’une série dont le nom est désormais gravé dans le marbre du panthéon du 7ème art. Et qu’est-ce que je vais bien pouvoir en dire ? Bien réalisé ? Parfaitement interprété ? Intelligent ? Fun et solennel à la fois ? Vous le savez déjà…

 

Walt devant le miroir

 

L’épisode est proche de la perfection. Regardez-le dix fois d’affilé et essayez de remarquer une cassure de rythme mal venue, un plan en trop, une interprétation surjouée… Je ne vois pas. Breaking Bad s’est installé avec une douceur impudique dans mon schéma mental et cela soulève bien des questions… Comment fait Vince Gilligan ? A-t-il réellement fait croire à Dean Norris que sa femme était à l’hôpital ? A-t-il payé deux jumeaux mexicains pour lui casser la gueule ? Pourquoi TOUTES les séries ne prennent-elles pas exemple sur Breaking Bad ? Tant d’interrogations qui demeureront à jamais sans réponse… Mais bon, il va bien falloir écrire quelque chose de constructif alors allons-y…

 

Breakin' Bad

 

Je ne parlerais pas du pré-générique, il n’est là que pour nous exciter et nous maintenir en tension tout au long de la saison. C’est la seule chose un peu démagogique que je vois dans Breaking Bad. Cette manière de nous donner envie de finir une saison alors qu’on lui fait déjà confiance aveuglément. On sait qu’Heisenberg finira par apparaitre au grand jour et par faire peur à Carol la voisine. Moi je veux apprécier chaque seconde de la série avant d’arriver à ce dénouement inévitable.

 

Hank devant le miroir

 

Dean Norris est clairement à l’honneur dans ce season premier. La caméra le suit pendant les 6 premières minutes de l’épisode, ce qui est rare dans Breaking Bad. Le montage lui-même est un peu différent de celui que l’on voit habituellement dans Breaking Bad : on reste longtemps sur Hank, puis longtemps sur Walt, puis on revient sur Hank et Jesse n’apparait qu’au bout de 19 minutes. Ces huit derniers épisodes s’annoncent centrés sur le duel final et la trame reste fixée sur trois storylines. Les trois qui se sont construites durant ces cinq dernières saisons et Vince Gilligan a si bien maitrisé son sujet jusque-là qu’il ne reste plus qu’à laisser les « petits oublis » comme la petite fille de Mike et Lydia agir sur la vie de Walt.

 

Jesse

 

Commençons par Jesse qui arrive tard dans l’épisode mais encore une fois, exactement au bon moment en fait. Après la tension de Hank et avant celle de Walt, Jesse imprime une conscience et une humanité dans ce début de dénouement. Il souffre et ça nous soulage.

 

Jesse devant le miroir

 

Vraisemblablement, Jesse continue son chemin de croix seul dans son coin et on sent dans son regard tout ce qu’il ne dit pas. Aaron Paul aura fait un sans-faute pendant toute la série, léger en apparence mais d’une profondeur insondable quand il le faut, il ne parle que très peu durant l’épisode mais on sait qu’il sait, on sait qu’il souffre, on sent sa colère. Je crois voir dans la séquence où il « distribue » son argent un début de rejet total et donc une étincelle qui pourrait provoquer une réaction en chaine parallèle à la storyline qui concerne Hank et Walt.

Jesse est clairement écrasé par l’argent. Il cherche à s’en débarrasser chez Saul, avec un clochard, en le jetant dans la rue, en le dépensant dans la drogue. Visiblement, c’est le dernier frein à son explosion.

Cette séquence...

 

Jesse et Walt

 

... le montre perdu entre colère et abandon, noyé dans les meurtres, les mensonges et les faux-semblants. Aaron Paul tient sûrement le rôle le plus difficile : celui du mec qui reste humain dans un monde qui n’en a presque plus aucune trace. Et cette manière de le vivre, oscillant entre peur et désir de retrouver une bonne conscience, me parait être la meilleure approche. Il ne veut plus faire de mal mais la vengeance semble le dévorer.

D’une certaine manière, Jesse n’est pas/plus dans le Far West de Breaking Bad. Il a subi les situations pour se retrouver avec un gros paquet de fric dont il ne sait plus quoi faire. Les précédents épisodes l’ont montré subissant la mort du jeune homme sur sa moto et suspectant Walter d’être responsable de le destruction de tout ce qui comptait pour lui. Il ne faut par conséquent pas mettre M. Pinkman sur la touche trop vite. Sa haine semble sans fond.

 

Walter/Heisenberg

 

Comme l’avis d’OSS sur l’épisode le fait judicieusement remarquer, Walt est vêtu de blanc pendant tout l’épisode. Le vert, la couleur d’Heisenberg, apparait à chaque fois que celui-ci a une raison de sortir ici :

 

Une injection d'Heisenberg?

 

Et ici :

 

Saul et les problêmes

 

Skyler semble tenter de maitriser la nouvelle situation et sans la révélation sur le trône de Hank, l’épisode aurait pu continuer sur la happy ending du précédent. Je vais être un peu pointilleux ici : j’ai trouvé Skyler peu crédible face à Lydia. Ou alors c’est la réaction de cette dernière qui ne l’est pas. C’était dans la droite lignée de la série, une confrontation très « Far West », mais je ne conçois pas vraiment pourquoi Lydia a peur de Skyler.

Bref, mis à part l’apparence de la « picture of innocence, just sweatness and light » de la vie de la famille White, je n’ai pas eu l’impression de voir une seule fois Walter White durant tout l’épisode. Ce visage fermé, cette maitrise de toutes les situations, ces émotions intelligemment distillées dans son environnement sont autant de manifestations d’Heisenberg. Et la conclusion n’en est qu’une confirmation… Après un court instant de stress, Walt attrape ses cojones à deux mains et va voir Hank pour une confrontation frontale. Walt ? Non, ce n’est pas sa manière d’agir.

La métamorphose semble donc complète. Walter White est déjà mort et Heisenberg usera de chaque émotion pour manipuler son entourage. Il se ment à lui-même, il ment à Jesse, il ment à Skyler puisqu’il se ment à lui-même (on sait bien qu’il ne pourra pas tourner la page vu les « petits oublis »), il ment à Hank… et quand Hank le lui fait remarquer calmement, il détourne l’émotionnel pour le transformer en menace…

- If you don't know who i am...

 

If you don't know who i am

 

...Maybe the best course…. Would be to treat lighly…

Ah la la… Breaking bad et ses punchlines.

 

Hank

 

Chaque seconde ou Dean Norris est à l’écran installe une ambiance. L’acteur est habité, on entend presque son cœur battre. Vince Gilligan bichonne son « bon » . La séquence où il cherche sur Wordmule (tête de mule) de Jim White est juste gigantesque et je n’oserais même pas parler de la dernière scène de l’épisode car chaque mot pourrait la salir.

Hank a tout compris et la dernière minute du huitième épisode n’était donc pas un clif de prestidigitateur. Quand Hank sort des toilettes, sa tête fait disparaitre 365 jours d’attente. On est dans l’ambiance immédiatement. Rien ne vient ternir la prestation de Dean Norris ensuite. On voit les idées et les constats s’enchainer dans ses yeux, on subit presque sa crise d’angoisse avec lui, il vient de comprendre ce qu’on lui cache depuis cinq ans !

 

...

 

J’ai du mal à concevoir une suite qui laisse retomber la pression. Il ne reste que sept épisodes et je les vois se dérouler sur quelques jours seulement dans la storyline. Hank et Jesse savent et nous savons Walter intelligent. Il sait que Jesse a compris et qu’il doit le manipuler, tout en continuant d’intimider son beau-frère. Mais si deux jumeaux mexicains et Tuco lui-même n’ont pas réussi a intimider Hank, je ne vois pas comment Heisenberg pourrait utiliser ce levier… La colère d'Hank le rend résistant aux gémissements de Walt, seule son incompréhension envers le personnage d’Heisenberg le fascine. Nul doute qu’il saura reprendre l’avantage quand il l’aura cerner.

Et Jesse va revenir… Qui aura son pistolet chargé ? Rendez-vous la semaine prochaine pour plus d’indices.

 

Ce que j’ai aimé :

  •  Pendant et après l’épisode

 

Ce que je n’ai pas aimé :

  •  Avant l’épisode

 

Note : 17/20




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Scarch Scarch
163 avis
299 notes
Moyenne : 13.24

 Visioneur raffiné

You see, in this world there's two kinds of people, my friend: those with loaded guns, and those who dig. You dig.

3 commentaires sur cet article


gravatar
#1
Taoby a écrit le 13/08/2013 à 16h07
"Hank a tout compris et la dernière minute du huitième épisode n’était donc pas un clif de prestidigitateur. Quand Hank sort des toilettes, sa tête fait disparaitre 365 jours d’attente."

Exactement.
Plus que la séquence d'intro, c'est la séquence avec Hank juste derrière que j'ai adoré.
Comme tu le dis, on vit avec lui 5 ans de mensonges qui sont en train de défiler, et oui ça fous le vertige.
J'avais peur de la transition suite à la découverte de Hank, est ce que ça allait être bien géré ? Est ce que le coup du livre c'etait pas un peu trop gros ? Est ce qu'on allait avoir un ellipse un peu fastoche pour tout éluder ?
Non, c'est juste "Vis ma vie de Hank Schrader" et putain j 'ai adoré.

Ce qui m'a touché aussi quand même, c'est limite la déception de Hank en plus d'être en colère après Walt.
Hank aimait sincèrement Walt, et ça on y a toujours crus.
Et je pense que le duel fratricide entre les deux risque d'être encore plus abominable à suivre.
Vivement.

Concernant Lidya, il me semblait déja dans la saison précédente qu'elle était un peu gauche et trouillarde non ?
gravatar
#2
alanparish a écrit le 13/08/2013 à 16h15
Moi j'avais peur lors du plan fixe sur la porte des chiottes qu'Hank sorte de là totalement furieux ! J'ai eu un petit frémissement quand la porte s'est ouverte en tout cas !

Excellente critique, dommage que tu ne parles pas beaucoup de la scène d'intro car il y a de la matière dans ces quelques minutes !
gravatar
#3
Scarch a écrit le 13/08/2013 à 16h45
Merci pour vos commentaires.
Pour la scène d'intro, je pense qu'on va avoir le temps d'en parler d'ici la fin de la saison, donc je me réserve.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


15.34

59 notes

Dernières notes :

  • 17 par JPhMaxx
  • 14 par ssk
  • 15 par Ash

Noter cet épisode :


Vous devez posséder un compte pour noter cette série.
favorables
40 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cet épisode



Jesse - favorable
Depuis le temps que j'attends ce retour... Breaking Bad reprend fort, très fort... Tout s’accélère des ce neuvième ...

Obsid - favorable
Alors que tout semblait aller mieux pour Walt, les choses ne vont faire qu'empirer. La scène d'ouverture nous donne ...

Donner votre avisTous les avis