« Série-All is coming. » Game of Thrones  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Critique : Breaking Bad 5.08 - Gliding Over All



Un dernier épisode de mi-saison fort original qui prend le téléspectateur à contre-pied sous bien des aspects et un happy-end qui ne sert qu’à mieux nous « cliffer ». Les huit derniers épisodes de Breaking Bad sont -selon moi- la meilleure succession d’épisodes de haute volée ever.


Breaking Bad
Genre :
Drame
Série américaine
Année : 2007
Format : 42 min
AMC Arte



Mais que se passe-t-il ?

 

En voilà un épisode perturbant. Une pause dans l’intensité de cette saison juste avant la pause de la diffusion. Une pause qui ressemble à une mauvaise page de scénario, celle roulée en boule par un scénariste après qu’il eut imaginé une fin heureuse à son histoire, comme s’il pouvait y en avoir une. Une pause qui nous montre que Breaking Bad est un jeu vidéo grandeur nature, un GTA dans lequel aucun personnage n’est contrôlé par l’Intelligence artificielle d’une machine et ou chaque protagoniste doit arriver à sa propre fin. Ce que nous venons de voir, c’est la fin heureuse de Walter White, celle qui est incompatible avec les autres, celle de son monde, ou la justice n’existe plus, ou la fin justifie les moyens et ou l’argent, en tant que Graal ultime de sa longue croisade, résout tous les problèmes.

C’est également une fin qui nous permet de nous interroger sur les fondamentaux de cette série. Sur le véritable objectif final de tout cela. Une montagne de billet ? Est-ce réellement ce que Walter White désirait ? A première vue au sen propre et métaphorique du terme, on se dit que oui. Et puis cet épisode qui pousse à s’interroger sur le pourquoi d’une telle légèreté après une saison aussi lourde, se digère et révèle sa richesse :

De par son rythme étrange et son montage brouillon en apparence, on peine à décoller. Il n’y a pas de phase ascendante, pas de tension écrasante ni même de drame. Une sorte d’épisode Vaudeville à la sauce Breaking Bad, ou neuf morts tragique sont couverts par une musique légère donnant une touche irréelle à l’ensemble et ou l’ironie balaye le tragique d’un revers de la main. A première vue donc, la mayonnaise ne prends pas. Quelques heures après avoir vu l’épisode on commence cependant à se demander si c’était bien de mayonnaise dont il s’agissait et chaque scène prend une tout autre dimension.

Une montagne de billet

 

Non, ce n’était pas l’objectif de Walter de gagner autant d’argent et non, ce n’est pas la quantité accumulée qui l’a décidé à arrêter. Walter avait besoin de se confronter à lui-même pour ne pas mourir et c’est l’absence de challenge depuis la disparition de Gus d’abord, et ensuite de Mike qui l’a contraint à abandonner. Walt sait que tout l’or du monde ne lui permettra jamais de sortir de cette prison dont il a découvert l’étendue dans le premier épisode de la série. Il est enfermé dans une vie de famille routinière. L’annonce de sa mort n’a fait que lui donner une raison de vivre : celle d’accomplir quelque chose pour sa famille dans un premier temps, puis pour lui-même. Arrêter de « cooker », c’était accepter que cette raison de vivre s’évanouisse. Sans obstacle, celle-ci est devenue une routine parmi d’autres, une démonstration de la puissance de l’inertie. Et en suivant ce raisonnement, on se rappelle les paroles de Skyler au fil des épisodes et on la soupçonne d’avoir joué cette ultime carte, celle – machiavélique – de la routine pour faire disparaitre son bourreau comme elle le souhaitait quelques épisodes plus tôt. Et en revoyant son comportement, son rapprochement de Walter après la conversation avec Marie au sujet des enfants en dit long sur la réorientation des forces.

De cette manière, les dernières minutes de l’épisode claquent aussi fort que la découverte de Hank sur le trône : Walter White a détruit l’une après l’autre, toutes les branches qui le raccrochaient à la vie : L’intelligence de Gus, l’innocence de Jesse, la résistance de sa femme, l’opposition de Mike, le manque d’argent, l’estime de son beau-frère et surtout, les occasions d’être Heisenberg. Il est redevenu ce morceau de viande froide dont la science peine à soigner la faiblesse, ce pantin familial qu’il fuit depuis cinq saisons maintenant.

 

Le fantôme d’Heisenberg.

 

Un chapeau, des lunettes noires et Jesse. C’est tout ce qu’il reste d’Heisenberg. La scène – magistrale comme toutes les autres – ou Jesse reçoit la visite de Walter représente parfaitement ce que ce dernier laissera finalement, hormis un tas de billet inutile car inutilisable : un fantôme qui n’effraie que ceux qui ont vu son vrai visage. Et la dernière personne vivante à avoir vu ce visage est Jesse Pinkman.

Cette fin de demi-saison aurait donc pu convenir en tant que fin définitive pour la série, si nous enlevons Skyler, Jesse et Todd. La découverte de Hank n’est selon moi qu’un cliff de fin comme nous en avons souvent vu dans cette série, elle ne fera qu’éveiller certains soupçons qui seront validés ou non par les évènements à venir. On pouvait se demander ce que Vince Gilligan allait bien pouvoir nous raconter pendant les huit prochains épisodes et ce huitième met le doigt de manière très subtile sur les « autres fins », car je ne sais pas pour Todd, mais je pense que Skyler et Jesse auront forcément droit à une vengeance.

 

Heisenberg

 

Faites vos jeux.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les créateurs de Breaking Bad n’ont omis aucun détail pour nous immerger et nous impliquer dans le scénario. Cela laisse le champ libre aux suppositions pendant les 12 mois qui nous séparent du dénouement. Si le 21 décembre est bien la fin du monde, cette date nous privera surtout du dénouement de Breaking Bad. Si vous pensez que j’exagère quand même un p’tit peu, rappelez-vous les moments d’intensité que cette série vous a procurés et dites-vous que cet épisode a remis les compteurs à zéro. L’univers de Walter White s’est comprimé et le temps y est suspendu, mais chacune de ses actions a laissé une trace. Si Hank a découvert un indice matériel, il suffirait à Jesse de découvrir l’un des tubes que Walt à cacher pour que la réaction en chaine qui s’en suivrait nous conduise au plus beau bouquet final qui soit dans le monde de la série TV.

Pendant le générique final de l’épisode, je me disais que cet épisode méritait 15. Et je suis toujours d’accord avec le fait que cette note est méritée vu que j’ai connu des moments bien plus intenses dans cette série. Et puis nous avons discutés avec Taoby et en écrivant ma critique, je n’ai plus vu l’épisode en lui-même comme tel, mais plutôt comme le point culminant de nombreuses références auxquelles il est attaché. C’est un pied de nez à l’absurdité de Walter White, à la fausse victoire d’Heisenberg. Je mets donc un 17, une note située entre celle du fan boy et celle du frustré que j’ai au fond de moi. A l’année prochaine Walt.

 

Hank sur le Trône

 

Ce que j’ai aimé :

  • La peur de Jesse
  • La découverte de Hank
  • La fin de Walter
  • L’absurdité de la finalité

 

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Ca ne monte pas aussi haut que certains autres épisodes

 

Note : 17/20




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Scarch Scarch
163 avis
299 notes
Moyenne : 13.24

 Visioneur raffiné

You see, in this world there's two kinds of people, my friend: those with loaded guns, and those who dig. You dig.

10 commentaires sur cet article


gravatar
#1
Taoby a écrit le 05/09/2012 à 22h16
Retiens cette date scarch,

Je pense très sincèrement que tu es la personne dont j'ai eu le plus de plaisir à lire la critique, avis ou autres sur BB année. (pourtant les sites de qualité existent...oui oui) je trouve que c est sans conteste tes meilleur critiques du site.
C est vraiment un sans faute et chaque critique apporte son lot d analogie pertinente, et d analyse vraiment juste.
Encore une fois tu démontre parfaitement pourquoi cet épisode est une réussite, et pourquoi Alanparish est un couillon... (BOOM)
Bref tes critiques vont également me manquer. Et je suis egallement assez content du nombre de nouveau membre qui sont venue se greffer au délire.

Bref le choc des titans aura lieu dans dix mois, j espère avoir toujours ta critique pour nous analyser ça, car ça sent déjà le sang et la fureur et je sens que tu aime ça, sale vicieux.

Bref va te faire foutre scarch (on va pas déconner et te tailler des pipes sur plusieurs lignes consécutives...)
gravatar
#2
Antofisherb a écrit le 05/09/2012 à 22h24
Très bonne critique encore une fois :) Je crois que tu viens définitivement de me convaincre de rematter cet épisode pour peut-être changer mon 16 en 17, notamment grâce à ton paragraphe sur les raisons de l'arrêt de Walt.
gravatar
#3
alanparish a écrit le 05/09/2012 à 23h33
"Encore une fois tu démontre parfaitement pourquoi cet épisode est une réussite, et pourquoi Alanparish est un couillon... (BOOM)"

Fier d'être un couillon :-)

Plus sérieusement et comme depuis ce début de saison c'est une excellente critique. Je suis pratiquement d'accord avec toi sur tout. Mais même avec du recul, la façon d'arriver au duel Hank/Walt m'emmerde au plus haut point d'où mon 12 (coucou mista) car, si l'épisode est parfait dans ses 40 premières minutes, la déception est dure à la fin.

Rendez vous dans un an pour débattre encore et toujours sur la série !
gravatar
#4
Guismo a écrit le 06/09/2012 à 13h25
Très bonne critique rien a dire

Je trouve quand meme dommage que t'es changé ta note apres avoir discuté avec Taoby, un épisode selon moi ça se note a chaud c'est notre vrai ressenti, moi aussi dans ce cas là mon 13 je le change en 17 il y a pas mal d'avis qui m'on fait réflechir et qui ont changé ma perception de l'épisode, c'est sur qu'avec du recul ce que je trouvais excellent apres visionage je le trouve ridicule aujourd'hui .... genre DBZ ... lol
gravatar
#5
Taoby a écrit le 06/09/2012 à 13h31
"un épisode selon moi ça se note a chaud"

Tu trouve pas ça plus pertinent des parler des choses après y avoir réfléchit?

'est sur qu'avec du recul ce que je trouvais excellent apres visionage je le trouve ridicule aujourd'hui .... genre DBZ "

Que tu touche à Breaking bad où ma mère ok, mais putain fais attention à ce que tu vas dire sur DBZ.
Je te jure fais gaffe.
gravatar
#6
Guismo a écrit le 06/09/2012 à 13h43
"Tu trouve pas ça plus pertinent des parler des choses après y avoir réfléchit?"

Euh ué peut etre mais alors en y reflichissant seul, c'est pour ça moi quand je vien donner mon avis j'évite de lire les autre critique sinon ma note sera vite changé içi il y a beaucoup de personnes qui ont de vrai argument et si tu les écoute tu sais plus quoi penser .... moi un avis ça doit etre personnel et de preference a chaud ... jsui dsl quand on te demande ton avis tu di pas " attend laisse moi 2 jours je vais y reflechir ", un pote te fai ecouter une musique qu'il a faite tu donne ton avis a chaud tu vois ce que je veux dire ... moi j'ai un pote qui fai du rap et quand il me fai écouter une nouvelle zik je lui répond cash " C'EST DE LA MERDE ARRETE TOUT DE SUITE " mais si j'y reflechi 2-3h je lui di " C'EST GENIAL"

Ok ok pas de soucis sur DBZ .... ta mère elle a un 06 alors ??
gravatar
#7
Scarch a écrit le 06/09/2012 à 23h25
Taoby, merci, en sachant que c'est de toi, j'en suis ému.

Alanparish. je pense que la fin de l'épisode aura le même impact que la discussion auquel il fait référence, c'est à dire que ce sera un indice auquel Hank se référera plus tard surement. La fin de l'épisode est un coup de poudre aux yeux comme souvent dans les fins d'épisodes de la série.

Guismo : d'ou la différence entre une critique et un avis. Un avis peut se donner à chaud, mais une critique, je pense qu'il faut un peu la murir pour éviter de faire du critictoo. Sache que je ne lis jamais un seul avis avant d'écrire, on se débrief avec Taoby une fois qu'on a vu l'épisode, vu qu'on regarde l'épisode entre pote, souvent avec Burt. Mais comme Burt est maléfique, je ne me réfère pas à ce qu'il dit.

Merci à tous en tout cas.
gravatar
#8
Guismo a écrit le 06/09/2012 à 23h54
Oué c'est ce que j'avais oublié de dire, une critique ça se prépare il faut une analyse et tout mais un avis pour moi c'est a chaud ... voila voila
gravatar
#9
OSS a écrit le 07/09/2012 à 20h17
Herr Scarch, ich habe eine sehr important Frage : ist Heisenberg einen nazisticher Physiker oder einen Jude ?

Achtung...
gravatar
#10
ndanan2212 a écrit le 25/11/2012 à 20h10
Et pour ceux qui n'ont pas aimé la facilité de cet épisode, c'est que vous ne l'avez pas compris donc regarder ceci:

http://vimeo.com/48782345



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


15.78

63 notes

Dernières notes :

  • 17 par JPhMaxx
  • 14 par ssk
  • 16 par Ash

Noter cet épisode :


Vous devez posséder un compte pour noter cette série.
favorables
44 avis
neutres
3 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cet épisode



cedric2506 - favorable
Oh my god que c'était bon ! Les clips musicaux étaient très réussis, j'ai adoré voir les exécutions et busness ...

Scarecrow - favorable
Dommage de finir sur un épisode transition. C'est assez décevant. J'ai pas aimé non plus les revirements soudain de ...

Donner votre avisTous les avis