Critique : Broadchurch 2.01

Le 10 janvier 2015 à 17:58  |  ~ 7 minutes de lecture
Ambitieux, Chris Chibnall nous livre un début de saison inattendu et de nouveaux protagonistes.

Critique : Broadchurch 2.01

~ 7 minutes de lecture
Ambitieux, Chris Chibnall nous livre un début de saison inattendu et de nouveaux protagonistes.
Par PuckyPotts

Si certains craignaient qu’après la trop timide adaptation américaine, Chris Chibnall ne réussisse pas à gérer la suite de la série, qu’ils se rassurent car la nouvelle saison affiche dès le premier épisode toute son ambition. Qu’il est bon de retrouver la sincérité de jeu de David Tennant et de son accent so scottish.

 

 

1. Le retour au calme…

 

Je vous déconseille vivement de poursuivre la lecture de cet article si vous n’avez pas encore vu l’épisode. Chris Chibnall porte beaucoup d’importance à la surprise et Broadchurch est une des rares séries à savoir se réserver pour le grand soir. Et une surprise, il y en a eu une de taille.

Avant de revenir plus loin sur cette dernière, il faut reconnaître le talent de Chibnall. L’épisode est parfaitement rythmé. Lorsque nous avions quitté cette petite ville, il y a deux ans, la tension n’était pas totalement retombée et cette ambiance calme mais, particulièrement pesante a su être conservée. C’est ainsi qu’on retrouve un Hardy malade et une Miller aux prises avec leurs démons respectifs. Le premier ne peut toujours pas se passer de ses médicaments et la deuxième se retrouve seule dans l’arrière-pays.

 

 

Broadchurch

 

 

Les performances de ces acteurs que l’on prend plaisir à revoir à l’écran m’ont fait réaliser une chose. Un des gros problèmes de Gracepoint, qui s’élève pourtant au-dessus du lot des séries policières mais qui souffre énormément de la comparaison avec Broadchurch, est la sincérité de jeu des acteurs. Il y a dans cet épisode une quantité de scènes gorgées d’émotion qui aurait pu rapidement tourner au ridicule. Mais ici, elles fonctionnent à merveille. James Strong qui retourne derrière la caméra pour cette saison réalise une fois encore un travail de direction impressionnant. L’alchimie entre les acteurs est toujours au rendez-vous. Olivia Coleman craint peut-être d’en énerver certains avec ses pleurs, mais les spectateurs ne peuvent qu’être émus par son personnage dont l’histoire tragique nous touche tous.

 

2. Le changement de genre

 

Je parlais tout à l’heure de surprise et s’il paraissait logique que la seconde saison se concentrerait sur retour à la normale à Broadchurch,  l’épisode emprunte une autre voie. La présence de Mathew Gravelle (Joe Miller) au casting avait été dissimulée. Je suis peut-être naïf, mais je ne m’attendais vraiment pas à ce que son personnage plaide non-coupable au procès. Les faux-semblants qui fonctionnaient tant pendant la première saison sont toujours de la partie. Il est impossible de savoir si le calme impassible de Joe cache une grande folie ou s’il y a réellement une raison à ce retournement.

On pouvait craindre beaucoup de choses pour cette nouvelle saison, mais transformer cette série policière en série juridique est une idée brillante. Il va falloir beaucoup d’adresse pour gérer cette partie de l’intrigue. Cette saison sera le théâtre de l’affrontement de deux très grands acteurs britanniques : Charlotte Rampling (Jocelyn Knight) et Marianne Jean-Baptiste (Sharon Bishop). Cette partie est clairement la moins convaincante, mais c’est vraiment pour trouver des défauts à cette reprise, de l’épisode. Le risque est de rapidement tomber dans un affrontement cliché entre le maître, détenteur de la sagesse, et l’ancien élève intrépide. Néanmoins, leur duel promet d’être explosif et de déchirer plus encore cette communauté.

 

 

Broadchurch killer

 

 

Mais cette saison a décidé de ne pas s’arrêter là ! En plus du procès qui s’annonce mouvementé, l’affaire Sandbrook remonte à la surface puisque le présumé meurtrier (présumé est le mot qu’il va falloir le plus employé pendant cette saison) est de retour. Je ne l’ai pas encore évoqué mais c’est bien entendu l’un des points cruciaux de l’épisode. On apprend donc qu’Hardy a pris le poste à Broadchurch pour cacher un témoin de sa précédente affaire, Sandbrook. Et c’est avec un grand plaisir que j’ai accueilli Eve Myles qui connaît particulièrement bien Chris Chibnall (elle était actrice sur Torchwood et il y était scénariste). Et s’il y a une chose que l’on peut dire, c’est qu’elle s’intègre sans problèmes dans le duo Tennant/Coleman. Son personnage détonne des deux autres et apporte cette touche de légèreté nécessaire au show qui, il faut le reconnaître, s’assombrit de plus en plus.

 

 

3. Attention à la multiplication des intrigues

 

Il y a énormément de choses à dire sur cet épisode et cela illustre parfaitement le danger qui guette la série. Je n’ai pas non plus évoqué les disparitions de Mark qui part retrouver Tom, le fils Miller, cette partie reste pour le moment mystérieuse. Broadchurch est caractérisée par un rythme lent, sans pour autant priver le spectateur d’une tension latente. La multiplication des intrigues traitées risque d’occulter ces moments de calme apparents. Ce rythme si particulier permet d’inscrire l’histoire au cœur de la communauté et de s’attarder sur celle-ci.

Broadchurch est bien plus qu’une série policière. Et parce qu’elle a toujours su suggérer plutôt que dire, elle est particulièrement efficace. Il était évident que les choses n’étaient pas ce qu’elles semblaient être, que les habitants de la ville avaient de lourds secrets. Joe Miller tend à enfoncer des portes ouvertes en formalisant ces sous-entendus.

 

 

Broadchurch

 

 

Aujourd’hui, bien malin qui est capable de dire ce que Chibnall a prévu pour la suite, même les acteurs ne le savent pas. Et c’est bien un des tours de force du showrunner : la série est écrite de telle façon que nous en savons aussi peu qu’un habitant lambda de la ville, nous montrant par là-même qu’il est facile de suspecter quelqu’un sur de simples rumeurs. Avec le procès en cours et le retour du principal accusé de l’affaire Sandbrook, les auteurs vont pouvoir creuser à nouveau cette question.

 

 

Chibnall a toutes les cartes en main pour nous offrir une saison du feu de Dieu. Le premier épisode nous montre l’étendue de ses ambitions. Là où la première saison se concentrait sur une intrigue extrêmement simple, la seconde les multiplie, du moins en apparence pour le moment. Je suis impatient de découvrir ce que nous réserve pour la suite la série, mais je suis persuadé qu’elle saura encore me surprendre.


 

J’ai aimé :

  • Les acteurs toujours aussi bons.
  • Certains plans magnifiques et dans une tonalité de couleur différente de la première saison.
  • La gestion de l’émotion.
  • La tension dramatique.

 

Je n’ai pas aimé :

  • L’affrontement un peu cliché entre les deux avocats, mais c’est vraiment pour pinailler.

 

 

Note : 17/20

L'auteur

Commentaires

Avatar nicknackpadiwak
nicknackpadiwak
c'est vrai que pinaillons : le "non je ne veux pas être l'avocat, bon finalement si" de Charlotte Rampling est le seul truc un peu lourdos et inutile de cet épisode.

Avatar 4evaheroesf
4evaheroesf
Bonne critique Koss. Et merci, j'avais pas compris que c'était Tom qui était avec Mark.

Avatar Galax
Galax
Koss, t'as bien caché ton jeu dis donc, pas une note, pas un avis et pas un mot sur la série depuis 2 ans, et paf, tu nous claques ton petit 17 pour la reprise... et en critique, s'il vous plaît ! ;)

Avatar Koss
Koss
Héhé. L'erreur est rectifié.

Avatar Galax
Galax
Je me disais, Koss qui ne dit que du bien de Chris Chibnall et qui met un 17 à un season-premiere, c'est louche... :p Bonne critique PuckyPotts, du coup ! Et pour ma part, l'affrontement entre les deux avocats, j'adore pour l'instant. La saison 1 avait réussi à être bonne en se trimbalant des scènes clichés (cf le premier épisode aka "je sais faire des ralentis dramatiques" ou le dernier épisode et le fantôme de Danny).

Avatar 4evaheroesf
4evaheroesf
Koss, c'est pas bien ce que t'as fait, mais heureusement, Galax fouine.

Avatar PuckyPotts
PuckyPotts
Je trouve cette partie sur les avocats bancale, mais elle n'a été pour le moment qu'effleurée. J'ai cru comprendre qu'en plus, il y a des problèmes de vraisemblances vis-à-vis du fonctionnement de la justice britannique, mais je n'y connais pas suffisamment pour juger. Le ralenti dramatique du premier épisode (je pense que tu fais référence à celui où la mère court quand elle apprend qu'un corps a été trouvé) et très bien géré. Il n'est pas cliché pour moi puisque le rendu est différent des ralentis que l'on trouve habituellement. Il suffit de le comparer avec la même scène dans Gracepoint qui est insupportable pour le coup.

Avatar Galax
Galax
Boarf, dans cet épisode ils déterrent bien un cadavre sans prévenir la famille du défunt, je pense que niveau cohérence et réalisme la série n'est pas non plus la championne ^^ Sans doute que la juridiction anglaise ne doit pas être parfaitement représentée, mais je pense que ce n'est pas le plus important.

Image Broadchurch
13.91
13.5
14.8

Derniers articles sur la saison

Critique : Broadchurch 2.07

Après une saison un peu deçà de la première, le show arrivera-t-il à nous servir une fin aussi bluffante ?

Critique : Broadchurch 2.02

Après l'émoi qu'a suscité le premier épisode, Chris Chibnall doit maintenant réussir à mener de front deux intrigues importantes qui ne semblent, pour le moment, pas reliées.