Critique : Fringe 5.02

Le 15 octobre 2012 à 20:19  |  ~ 7 minutes de lecture
Cette semaine Fringe nous propose un épisode huis-clos dans l'endroit culte de la série : le laboratoire de Walt. L'excellent retour se confirme !

Critique : Fringe 5.02

~ 7 minutes de lecture
Cette semaine Fringe nous propose un épisode huis-clos dans l'endroit culte de la série : le laboratoire de Walt. L'excellent retour se confirme !
Par alanparish

Du Fringe comme on l'aime

 

Si le season premiere avait davantage l'utilité de nous présenter plus en détails l'univers en 2036 et les enjeux qui en découlent, ce second épisode revient aux fondamentaux de la série : du mystère, de l'action et des relations entre les personnages au top. Et quoi de plus naturel que de retourner dans le lieu de nombreux souvenirs, à savoir le laboratoire de Walt ? (j'avoue avoir imaginé pendant quelques instants que la vache soit dans l'ambre !) 

On passera sur la facilité avec laquelle la team Fringe parvient à retourner là-bas alors que soit disant les alentours sont peuplés d'observateurs. Ce n'est clairement pas le plus important, cette saison a vraisemblablement l'intention de ne pas perdre de temps et pour le moment cela paye bien !

J'ai aimé retrouver les petites « combines » propres à la série. L'assemblage du laser paraît un poil too much mais permet une infiltration sympathique de Peter et Etta (dommage que l'alchimie ne prenne pas aussi bien qu'entre Etta et sa mère) bien que peu originale. En revanche le coup de la copie d'œil du loyaliste pour passer les systèmes de sécurité c'était génial : à la fois farfelu (made in Walt) et un peu glauque. Un petit régal de ce côté-là. Même projetée en 2036, la série n'a pas perdu en route ces petits éléments qui font l'identité du show !

Enfin la série réussit à nouveau à nous intriguer et à alimenter le mystère autour de cette fameuse cassette vidéo. On avait pas mal perdu ce fil conducteur dans la saison précédente, le destin de Peter et des deux mondes désintéressaient en grande partie le spectateur. Cet épisode marque le retour d'une forte mythologie et réveille notre curiosité. Le seul regret que je peux avoir sur cet épisode c'est d'avoir un Walt pas assez foufou. Certes l'heure est grave, mais cela manquait un peu de folie de la part de notre scientifique préféré.

 

C'est chaud !

"Astrid j'ai le manche en feu !"

 

Etta Nazi ?

 

Certains pensaient que le personnage d'Etta n'avait pas réussi à s'intégrer à sa nouvelle famille et je pense que cet épisode va démontrer le contraire. De mon point vue la réelle réussite de ce second épisode est la mise en valeur de ce personnage, parfaitement secondé par Olivia avec qui l'alchimie est remarquable. Il est difficile d'appréhender la psychologie d'Etta, le spectateur ne sait pas ce qu'elle a vécu durant la disparition de ses parents. Du coup ses faces à faces avec le loyaliste paraissent durs et sévères et ne reflètent pas ce que dégagent les personnalités de ses parents.

Mais c'est grâce à cette différence de mentalité que l'épisode est réussi. Durant pratiquement tout l'épisode, Etta agit comme une personne sans cœur, usant de tortures assez infâmes (franchement le coup de l'accélérateur de vie c'est une invention géniale). Elle nous présente la situation comme une guerre entre deux clans où il n'y a pas de demi mesure. Il y a un aspect très manichéen dans ses propos (tout comme dans ceux du loyaliste) et c'est Olivia qui va briser cette vision des choses en montrant que tout n'est pas noir ou blanc, les autres couleurs existent !

Je pense que l'une des raisons pour laquelle la relation mère–fille fonctionne si bien est la très faible différence d'âge entre les deux personnages. Au premier abord, ne pas connaître toute l'enfance de sa fille paraît être un handicap limite insurmontable pour construire une forte relation mère fille, mais leur faible différence d'âge permet à Olivia de comprendre les agissements des sa fille. Même s'ils ne lui conviennent pas. La belle blonde a encore assez d'ouverture d'esprit. Et c'est là toute la force de cet épisode : Olivia donne une leçon de vie à sa fille de manière sobre et efficace. Une fois de plus Anna Torv excelle, en particulier en ce qui concerne la gestuelle et les expressions faciales de son personnage. Bravo ! Fringe a réussi le pari très délicat de créer une véritable connexion mère-fille, ce qui était très loin d'être gagné. Franchement la série ne déçoit jamais sur le traitement des personnages ainsi que sur leurs relations.

En revanche, j'avoue avoir été surpris par la libération du loyaliste. Je pensais qu'Etta était comme sa mère, une personne déterminée qui va au bout de ses idées. Du coup le personnage paraît un peu plus fragile sur la fin de l'épisode, on a l'impression de voir une petite fille qui écoute sagement ses parents et agit en conséquence. 

 

Olivia ou Etta ?

Qui est physiquement la plus intelligente ?

 

La division Fringe gagnante à 1000 contre 1

 

Je ne reviendrai pas sur le fait que je trouve aberrant de se battre contre des personnes qui connaissent tous les futurs possibles mais cet épisode va bien nous faire comprendre que Walter et ses amis ne sont pas du tout favoris dans leur lutte face aux observateurs. Cette idée est répétée de nombreuses fois pendant ces quarante minutes, en particulier par le du loyaliste captif, qui affirme sans relâche qu'il n'y a que deux possibilités : soit être partisan des observateurs, soit mourir.

J'espère que la résistance aura un rôle assez important pour la suite de l'histoire, car pour le moment le combat se résume à du cinq contre tous les chauves. Sur cet aspect-là, la série me fait penser à V et très honnêtement ce n'est pas un compliment (je parle bien évidemment du remake de 2009 !). En gros la résistance sert un peu de magasin :

  •  « Tiens comment on pourrait trouver tel truc ? »

  •  « Allons voir mes potes de la résistance ils doivent avoir cela en stock »

Cette sous-utilisation de la résistance est décevante et vu la tournure des événements je ne pense pas qu'elle aura un gros impact pour la suite des événements.

Car finalement (et on n'en doutait pas trop), Walt réussit à sortir sa cassette de l'ambre et à la visionner. Il faut être honnête, cette vidéo ne nous apprend strictement rien et je le regrette. On semble se diriger sur une partie de chasse aux trésor où il faut rassembler toutes les autres vidéos. Personnellement je ne suis pas trop emballé et j'espère que la série va avoir la bonne idée, pour la recherche des éléments de la machine, de copier la saison 3, qui avait construit une ellipse remarquable. Une autre chose me gêne : ils n'ont aucune indication sur comment retrouver les autres bandes. Bref nous verrons mais j'avoue être un peu sceptique...

Enfin un petit mot sur nos amis les observateurs. On ne les voit pas trop mais je suis persuadé qu'ils préparent quelque chose dans leur coin. En témoigne cette scène dans le couloir lors de l'infiltration de Peter et Etta, on les voit faire des expériences sur tout et n'importe quoi. En tout cas pour le moment la série souffre un peu du manque d'explication sur les motivations des observateurs. Mais patience, je suis sûr que cela ne va pas tarder !

 

Lost le retour

C'est pas un peu beaucoup pompé sur Lost ?

 

Pour conclure, cet épisode ne fait pas avancer les choses au niveau histoire, en revanche en ce qui concerne la relation Etta/Olivia c'est tout le contraire. Il n'aura fallu que deux petits épisodes pour créer un lien entre les deux personnages, chapeau Messieurs les scénaristes ! De plus, la mythologie fringienne se développe sans cesse et ne lasse jamais. Cette ultime saison n'a toujours pas commis d'erreur, pourvu que ça dure !

 

J'ai aimé :

 

  •  le traitement de la relation Olivia – Etta
  •  le loyaliste crédible, qui, j'espère, sera présent par la suite
  •  retrouver le Fringe qu'on aime

 

J'ai moins aimé :

 

  •  le contenu de la vidéo

 

Note : 14/20

L'auteur

Commentaires

Pas de commentaires pour l'instant...
Image Fringe
13.16
13.96
13.52

Derniers articles sur la saison

Critique : Fringe 5.07

Déjà plus de la moitié de saison de passée pour Fringe. Aucune baisse de régime, le show devient très noir et va à tout vitesse. Peut être même un peu trop vite non ?

Critique : Fringe 5.03

Après deux épisodes très réussis aussi bien au niveau du scénario que des émotions, la série marque un peu le pas avec une histoire qui ressemble beaucoup à un loner. Rien d’inquiétant car c’est toujours aussi plaisant à suivre !

Critique : Fringe 5.01

Ultime saison pour Fringe. Et ce premier épisode nous plonge directement en 2036. Un début très plaisant, qui, malgré quelques incertitudes, permet d’être optimiste pour la suite.