Critique : Lucifer 1.13

Le 02 May 2016 à 14:52  |  ~ 6 minutes de lecture
Un final réussi et plein de promesses pour notre cher Diable.
Par RasAlGhul

Critique : Lucifer 1.13

~ 6 minutes de lecture
Un final réussi et plein de promesses pour notre cher Diable.
Par RasAlGhul

Pour une série avec un postulat de base aussi loufoque que « le Diable aide la police à résoudre des crimes », Lucifer a bien maîtrisé sa première saison. Mettant quelque peu de côté l’aspect procedural cher à la FOX, les scénaristes se sont davantage reposés sur la mythologie naissante de leur série, de façon à délivrer des intrigues avec du punch, de l’émotion et quelques questionnements assez intelligents sur la foi et sur ce qu’on est capable de faire avec.

Alors qu’une saison 2 a été commandée pour la FOX, Lucifer arrive à son season finale, qui réussit aussi bien à établir la véritable place de Lucifer dans sa propre histoire, tout en relançant sérieusement les enjeux pour l’année prochaine.

 

 

Un Lucifer qui trouve sa place dans le monde

 

Cette thématique a été construite tout au long de la saison. Si le Diable aide la police à résoudre des crimes, cela apparaissait au départ plus comme à une tentative de Lucifer pour se rapprocher physiquement de Chloé que comme un acte de charité chrétienne. Au fur et à mesure de la saison toutefois, notre diablotin en chef prit goût à l’adrénaline que lui procurait la résolution d’affaires criminelles. Il commençait donc à trouver sa place dans le monde des vivants.

 

Lucifer, sur un toit

 

Par la suite, les scénaristes ont eu la bonne idée de rendre Lucifer plus crédible ; apparaissant comme un pleurnichard avec un fort complexe d’Œdipe, notre héros n'était vu comme sympathique que grâce à l’interprétation – et le sex appeal – de Tom Ellis. Dans les trois derniers épisodes de cette première saison, l’équipe créative a donc décidé de s’intéresser plus en profondeur au personnage, montrant ainsi les réelles motivations qui l’animent.

Take Me Back to Hell en bénéficie grandement, puisque le focus narratif lui donne un véritable rythme. En outre, on assiste à quelques très belles scènes entre Lucifer et son frère, un duo qui n’a été que très peu utilisé cette saison. Et vu comme ce dernier fonctionne, l’équipe créative devrait y avoir recours plus souvent la saison prochaine.

 

 

Des duos d’enfer… à la recherche de l’incarnation du Mal

 

Lorsque Lucifer décide d’y aller en full-on procedural mode, elle ne le fait pas à moitié : on a ainsi le droit à non pas un, mais deux duos de choc pour essayer de retrouver Malcolm, l’ennemi numéro 1 de cette saison.

Commençons par Maze/Chloé : les deux femmes n’ont pas eu beaucoup l’occasion d’interagir l’une avec l’autre, rendant leur association tout de suite divertissante. Il faut dire que Maze incarne l’une des meilleures parties de la série, et lorsque les autres décideront de se mettre à son niveau, Lucifer changera drastiquement de catégorie. Toutes les deux compétentes dans leur domaine d’expertise, c’est elles qui prennent les meilleures initiatives, alors que leurs homologues masculins ont plutôt tendance à avancer à l’aveugle.

 

Lucifer et Amenadiel, prêts à combattre

 

N’empêche, cela fait plaisir d’enfin voir Amenadiel et Lucifer travailler ensemble. Déjà parce que cela donne plus de choses à faire à D.B. Woodside, et ensuite parce que cela permet aux scénaristes d’exploiter une toute nouvelle dynamique, à la manière de Maze/Chloé. Le résultat est ici le même, à savoir très sympathique. La série se repose désormais davantage sur des scènes d’action, et voir le duo combattre des méchants se révèle extrêmement amusant. De toute manière, ces séries ne sont jamais aussi efficaces que lorsqu’elles se décident de ramener tous leurs personnages face à une même intrigue.

Le duo le plus important de la série demeure encore et toujours Chloé/Lucifer. Durant toute la saison, l’entente – ainsi que l’alchimie – entre les deux personnages a connu des hauts et des bas, mais Take Me Back to Hell opère un joli retour sur pourquoi le Diable et la détective fonctionnent bien ensemble. Comme d’habitude, il leur faut pour cela affronter un grand méchant, et Malcolm joue parfaitement son rôle. Kevin Rankin (vu dans Justified) s’est amusé toute la saison à jouer l’homme sans remord, incarnant ainsi une personne corrompue jusqu’à la moelle, qui allait laisser des traces de son passage derrière lui.

 

 

Des pistes pour l’année prochaine

 

Et effectivement, tout n’est pas rose à l’aune de la deuxième saison : l’intrigue autour de Détective Crétin Dan arrive à une conclusion plus que logique, et promet de chambouler la vie domestique de Chloé. Maze est partie sans laisser de nouvelles, ce qui ne sent pas bon si l’on se réfère à la grande nouvelle de ce season finale : Lucifer peut avoir du souci à se faire !

Sans trop spoiler, la saison prochaine verra l’arrivée d’un personnage important concernant la mythologie de la série, et le regard effrayé de notre cher Diable ne peut qu’inspirer l’envie de savoir comment l’histoire va continuer. D’ici là, il serait bien que les scénaristes réussissent à mieux intégrer certains personnages dans leur narration, et qu’ils essayent de se distancer quelque peu de l’aspect procedural. iZombie réussit bien à le faire de temps à autre, donc pourquoi pas Lucifer ?

 

Lucifer clôture ainsi sa première saison avec réussite, dans la lignée des deux derniers épisodes. L’intrigue est solide, Kevin Rankin joue le méchant avec délectation et le cliffhanger amène pas mal de questionnements sur ce qui va se dérouler l’année prochaine. Le Diable a véritablement mûri tout au long de la saison, jusqu’à trouver son véritable but sur Terre. Tout comme la série.

 

J’ai aimé :

 

  • Le duo Lucifer-Amenadiel.
  • Le duo Maze-Chloe.
  • Un épisode nerveux et tendu, bonifié par la performance de Kevin Rankin en méchant.
  • Le cliffhanger.
  • Lucifer et Chloé : après une saison d’alchimie chancelante et irrégulière entre les deux personnages, je les ai vraiment trouvés crédibles sur cet épisode.

 

Je n’ai pas aimé :

 

  • Dans un épisode où tous les personnages du cast trouvent leur place, Linda semble toujours être autant isolée. C’est dommage, je pense qu’elle pourrait vraiment apporter davantage à la série.

 

Ma note : 16/20.

L'auteur

Commentaires

Pas de commentaires pour l'instant...

Derniers articles sur la saison

Critique : Lucifer 1.02

Un deuxième épisode bien moins accrocheur, témoignant de la difficulté de confirmer après un bon pilote.

Critique : Lucifer 1.01

Si vous avez toujours été intéressé par le Diable et si vous vous demandez comment celui-ci passe ses journées, ce pilote est fait pour vous !