Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.35

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

10.03 - La Foire des glaces

Thin Ice

Londres, 1814. La ville entière s'est révélée pour la plus grande foire de givre depuis des décennies. Mais sous la Tamise glacée, les fêtards disparaissent, s'embrassent dans la glace et pénètrent dans les profondeurs où se cache un monstre terrifiant. Le Docteur et Bill arrêteront-ils le massacre avant qu'ils ne soient entraînés dans les eaux glacées eux-aussi ?

Diffusion originale
29 avril 2017
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)
Bill Anderson
Sarah Dollard

Tous les avis

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 02 novembre 2018 à 12:20
Spoiler

"Thin Ice" est un épisode très sympathique (des dialogues très cools, une belle utilisation du contexte historique (https://www.youtube.com/watch?v=4VOr-2K9PN4) , les petites touches d'humour ..), mais se révèle finalement hyper-classique, très linéaire et assez peu inspiré. Du gâchis quand on sait que Sarah Dollard a écrit en saison 9 l'excellent Face the Raven.


Avatar 4evaheroesf 4evaheroesf
Membre
Avis neutre Déposé le 18 mai 2017 à 03:09
Spoiler

Du réchauffé dans l'intrigue et dans le comportement des personnages.

Heureusement, l'ambiance dans les 14 premières minutes est bonne.

En plus, Capaldi est toujours aussi bon et Pearl Mackie joue bien.

Et plus important, il y a eu Nardole.^^


Avatar dewey dewey
Membre
Avis neutre Déposé le 10 mai 2017 à 00:06

Pas grand-chose à dire sur cette nouvelle aventure en définitive, tant je pourrais copier-coller ma critique du précédent épisode que ça serait quasiment la même.

Les thématiques sont un chouïa de lichette d'un tout petit peu plus creusées que dans l'épisode précédent (et c'est un peu mieux rythmé aussi, mais bon ça c'était vraiment pas dur) mais ce qu'on gagne en grattage superficiel et illusoire de surface on le perd en visuel et en réal, beaucoup moins soignés que les deux épisodes précédents. Et là encore c'est dommage car les thématiques inédites étaient intéressantes sur le papier ...

Pour le reste, c'est des thématiques déjà vues en bien mieux auparavant et sans la moindre valeur ajoutée par rapport aux fois précédentes sur ne serait-ce que le plus petit des détails, et si le duo Docteur / Bill sauve de justesse l'épisode du naufrage, il est cependant en termes de showrunning déjà en train de s'enliser dans une routine qui risque de lui faire perdre de son charme et de son efficacité à plus long terme s'ils ont prévu de tenir toute la saison là-dessus. Toutefois, la jeune femme a cette fois le mérite d'être bien plus active dans l'histoire et tout compte fait cet épisode de ce point de vue là lui aurait constitué une bien meilleure première aventure que Smile ...

Bref, il va falloir penser à appuyer sur le champignon si l’on ne veut pas à terme se retrouver avec la pire saison du show (elle est déjà avant dernière, à peine au-dessus de la 7 et de son catastrophique début à ce stade, mais si ça continue comme ça même elle va la surpasser, car même la saison 7 malgré sa grosse irrégularité et ses nombreuses daubes a su au moins nous sortir quelques très bons épisodes qui seront toujours plus mémorables que ceux-ci). Bill et sa candeur, amenés à se banaliser au fil des épisodes, ne sauveront en effet pas éternellement à eux seuls des épisodes aussi creux que ceux qu’on ait eus jusque-là cette année !

Ah et sérieux, si c'est Missy dans le coffre, quel foutage de gueule ! Et quelle putain d'originalité surtout ...

2 réponses
Voir les réponses

Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 03 mai 2017 à 15:40

Tout pareil que vous les gars : beau départ - des bonnes thématiques abordées puis abandonnées - après 10 minutes de bien puis un scénario linéaire, sans surprise.

Sauf qu'en plus, je me suis endormi.

2 réponses
Voir les réponses

Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis neutre Déposé le 02 mai 2017 à 12:54

C'était sympa, au début. L'aspect découverte + docteur qui blague + la dynamique Bill-Docteur qui fonctionne toujours parfaitement bien.

Le problème c'est après, on a un remix de plusieurs épisodes (genre Beast Below en premier lieu) sauf que c'est carrément moins bien foutu à bien des niveaux : La thématique, la difficulté du choix à entreprendre (bien torché en deux minutes sans réelle discussion), et même les thématiques externes au coeur de l'épisode (genre le racisme) sont largement survolées.

C'était bof, quoi.

Bon grosse mention positive à Capaldi qui pète la forme et qui est hyper classe dans son costume d'époque.

(et au niveau de Nardouli, qu'ils continuent comme ça : c'est parfait !)


Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 02 mai 2017 à 10:18

Les 10 premières minutes sont chouettos, une fois encore. On aimerait bien continuer à traîner avec le Docteur, Bill et Pete à travers les époques, juste pour le plaisir de chiller.

C'est bien, parfois, de juste voir le Docteur faire le zouave et profiter.

Bref, après y'a un scénar qui apparaît et ça devient nettement moins coolos. Surtout lorsqu'il a déjà été fait en mieux et en plus beau 5 saisons plus tôt.

A la fin de l'épisode, Nardole apporte un thé avec un peu de café dedans. Ça m'a fait rire. J'avais envie de rester poser, là, trankilou, avec eux, à faire des blagues de Nardolos.

Ça aurait sans doute donné un meilleur épisode ...

1 réponse
Voir les réponses

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 30 avril 2017 à 18:27

Sarah Dollard signe un deuxième épisode classique, sans éclats et avec beaucoup moins d'idées originales que sa première proposition, Face The Raven (qui avait certes du bénéficier d'un beau lifting de réécriture vu l'importance de l'épisode dans l'arc de la série).

L'épisode est inoffensif et les décors hyper cheaps (quand on compare à des épisodes autour de la même période comme The Snowmen ou même The Unquiet Dead de la saison 1 on se rend compte de la chute), mais l'histoire est plutôt plaisante.

Le contexte des foires d'hiver sur la Tamise gelée est plutôt sympa et l'épisode a pour fonction de poser les bases du voyage vers le passé pour Bill. A la manière du précédent, dans cet épisode, Bill se pose les questions essentielles : on avait "qu'est devenue la race humaine ?" dans Smile, on a maintenant "que se passe-t-il si on modifie le passé ?". C'est à nouveau classique et fait sans aucune originalité ou concept intéressant - ce qu'on ne peut pas justifier par le fait que "c'est ses premières aventures, c'est normal que ce soit banal", The Beast Below et The Fires of Pompeii par exemple savaient prendre un tournant beaucoup plus intéressant sur les questions relatives au voyage dans le temps et avaient un contexte bien plus original.

Cela dit, même si ça ne casse pas trois pattes à un canard, c'est joliment écrit. La blague sur le "Pete" par exemple, est très maligne, des détails comme Bill qui va sur Google à la fin sont plaisants, et le tout est porté par de bons dialogues ("Your species hardly notices anything"). Toute la première partie de l'épisode où Bill et le Docteur s'amusent est plutôt divertissante.

Les critiques du racisme, des inégalités et de l'industrialisation de l'époque ne sont là encore pas nouvelles mais à nouveau portées par de bonnes répliques. Citons "History is whitewashed" + la vanne sur Jésus, ou le speech assez émouvant du Docteur face au marchand.

"Human progress isn't measured by industry, it's measured by the value you place on a life."

Le scénario du jour est également assez bien lié à cela, puisque la créature se fait exploitée pour obtenir du carburant. Les motivations de l'ennemi sont brièvement exposées et la conclusion manque un peu de génie, mais le tout forme un tableau avec un peu de profondeur comme on est en droit de s'attendre de la part d'un épisode historique, même si pour la deuxième fois de suite, on repassera un autre jour pour la subtilité (on avait vu venir la droite du Docteur au moins 30 secondes avant qu'elle n'arrive).

Fait notable que j'ai en revanche beaucoup apprécié, il s'agit de la première histoire qui pourrait éventuellement se targuer d'être un "pure historical", c'est-à-dire sans aucune intervention alienne dans le scénario (à part celle du Docteur bien entendu)... depuis l'ère de William Hartnell ! Bon, la créature est quand même largement fantastique et joue au final le même rôle qu'un alien, mais c'est déjà un pas dans la bonne direction.

Le dilemme principal de l'épisode autour de "faut-il libérer la bête ?" est largement repris de The Beast Below. C'est presque la même situation, avec un choix entre libérer la bête au risque de faire des victimes mais avec une conscience tranquille, ou la sécurité. L'aspect "mensonge collectif et politique douteuse" en moins, et donc avec une morale plus simpliste.

Le dilemme est, de plus, abordé avec le même angle que Kill The Moon, à savoir : le Docteur qui se positionne en être neutre et qui force Bill à prendre la décision. Sans aller jusqu'au plagiat - car il y a tout de même un élément en plus dans l'équation, le fait que Bill se demande surtout si cela ne va pas complètement bouleverser le présent - l'idée n'a donc rien de neuve. Mais au moins elle montre une forme de cohérence dans le perso de Twelve, qui a appris depuis ses débuts tout en restant le même pragmatique.

Bill parvient quand même à s'imposer un peu plus dans cet épisode. C'est désormais certain : Pearl Mackie est une super actrice et donne totalement vie au personnage. Le milieu de l'épisode où elle découvre certains côtés sombres du Docteur est probablement le meilleur passage de l'épisode, typiquement "douzième Docteur" vu la froideur de ce dernier, mais toujours inscrit dans une logique d'aider le plus grand nombre, et où les deux acteurs sont très bons dans leurs rôles. Enfin, Bill challenge un peu le Docteur ! Dommage qu'elle reste encore une fois assez passive dans l'histoire. Certes on s'identifie bien à elle, mais on ne peut pas dire que son personnage soit vraiment hyper intéressant pour le moment.

La scène finale couplée au trailer de la saison me donne envie de trucider la BBC si les deux ont bien un rapport... quelle meilleure façon de gâcher le suspens... J'espère qu'il s'agit d'autre chose.

Du Who très classique dans la forme, avec quelques messages intéressants mais pas suffisamment novateurs pour que l'épisode reste dans les mémoires. Bill continue son petit bonhomme de chemin mais j'ai le sentiment qu'il faudra attendre encore quelques épisodes avant de voir la saison décoller.

2 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Administrateur
Avis neutre Déposé le 30 avril 2017 à 11:13

C'est gentiment inutile, très cheap sur bien des points et ça tourne rapidement en rond.

Ce n'est pas complètement naze cela dit. Les dialogues sont bien écrits et Bill apporte encore de la fraicheur, même si on se tape encore une fois la scène : "Un compagnon découvre que le Docteur n'est pas si gentil". Là je crois que c'est bon, on a fait toutes les étapes une par une introductive à un nouveau compagnon (le tournevis sonique et le papier psychique dans cet épisode). Je ne vois toujours pas l'intérêt d'avoir fait cette dernière saison Moffatienne comme une sorte de relaunch / nouveau point d'entrée de la série. Si la saison 11 nous refait le même coup, ça risque d'être douloureux pour beaucoup de spectateurs.

A part ça, le discours sur le racisme était intéressant mais complètement superficiel (malgré de bonnes répliques : "History is a whitewash") et celui final, était d'après ce que j'ai lu, pompé sur un épisode que je n'ai pas vu. Heureusement que je ne l'ai pas vu du coup.

Un épisode assez dispensable, mais la série en a offert tellement d'autres...

PS : Houlala, mais qu'est-ce qu'il y a derrière cette porte... On se le demande tous....

7 réponses
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis défavorable Déposé le 29 avril 2017 à 21:22
Spoiler

Vraiment pas terrible, le scénario est un gros copié de Kill the Moon sur le fond et The Beast Below sur la forme, la musique était sympa sans plus et la photographie et réal absolument dégueulasses.

Le méchant est hyper caricatural et encore une fois dans cette saison, le scénario est hyper léger et sans surprise.

C'est dommage car il y avait du potentiel avec certains sujets intéressants comme la mort et le Docteur ou les noires à cette époque, mais au final ce n'est qu'effleuré pour ce concentrer sur un remake des deux épisodes cités au dessus.

C'est décevant quand on voit ce qu'avait fait Sarah Dollard pour Face the Raven...

Bref mes épisodes 3 dans Doctor Who c'est pas ça...

Par contre la meilleure scène de l'épisode était avec Nardole... ^^

7 réponses
Voir les réponses

11.18

11 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de ClaraOswald
ClaraOswald a noté cet épisode - 11
08 janv. 2019
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 11
23 sept. 2018
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 11
17 sept. 2017
Avatar de arnoglas
arnoglas a noté cet épisode - 13
17 juin 2017
Avatar de 4evaheroesf
4evaheroesf a noté cet épisode - 10
18 mai 2017
Avatar de dewey
dewey a noté cet épisode - 11
10 mai 2017
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 11
03 mai 2017
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 11
02 mai 2017
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 11
02 mai 2017
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 13
30 avril 2017
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 10
30 avril 2017

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who 10.13

Mieux que la fin, c’est la Moffin.

Bilan : Doctor Who (2005) saison 10

Le bilan audio de la dernière saison de Doctor Who avec Steven Moffat.

Critique : Doctor Who (2005) 10.11

Quand un épisode est tellement bon que même en ayant été spoilé de partout, il reste génial...