« Not a substitute for human interaction. » Futurama  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  
Partager

Critique : Homeland 2.03 - State of Independence



Ca démarrait bien. Et voilà qu'Homeland s'égare dans les rebondissements faciles et les obstacles à deux balles. Et ça, ça ne passe pas.


Homeland
Genre :
Drame
Série américaine
Année : 2011
Format : 42 min
Showtime Canal +



De l'art de soigner son introduction

 

Cet épisode avait pourtant bien commencé. Dans la ligne droite du cliff précédent. Saul perquisitionné par le un douanier mandaté par le Hezbollah (dont on ignore toujours ce qu’il fait avec Abu Nazir, mais je ne m’étendrai pas là-dessus, Anonyme dans son avis et Scarch dans son focus ont fort bien détaillé les incohérences) se voit privé de toute preuve contre Brody. Toute ? non ! Car Saul est plus malin que ça... Bref, le coup du twist et du contre-twist, je ne l’avais pas vu venir. Et je ralais déjà contre le fait que les scénaristes avaient encore une fois cédé à la facilité, en donnant puis retirant les indices comme on distribue des bonbons à Halloween pour ensuite en priver les enfants, sous prétexte qu’ils auront des caries... Jusqu'à ce que je vois Saul remettre la main sur sa carte mémoire SD.

Bref, ce double-twist triple salchow piqué m’avait mise en confiance. Et je m’installai tranquille pour savourer la suite de cet épisode, qui s’annonçait au moins aussi haletant que le précédent.

Pendant une bonne vingtaine de minutes, ce fut un vrai bonheur. Celui de voir Brody de nouveau sur le fil de la confiance, tenter de reconstruire une vie de famille avec son épouse et sa fille. Car oui, tout abîmé qu’il soit, c’est bien lui qui nous est présenté comme le protagoniste de l’histoire, c’est bien Brody dont on suit la lutte pour survivre à son retour au pays. Et même si l’on ne partage pas ses convictions -si tant est qu’il en ait encore- on tremble pour lui.

 

Homeland S02E03

 

Carrie, de son côté, piaffait d’impatience à l’idée de rejoindre la maison-mère. Mais le retour de l’enfant prodigue n’est pas encore au programme. Ce qui la rend irritable, fébrile : Claire Danes écarquille les yeux, palpite des narines, pince les lèvres, elle (sur)joue l’énervement, la frustration et la détresse. Mais ça présageait du bon.

 

De l'art de prendre des risques inutiles 

 

Mais voilà, il n’a pas suffit que Brody risque sa “couverture” dans l'épisode précédent et gaspille une occasion de se libérer de ses chaînes en envoyant un texto -un texto dans un bunker du Pentagone ? Vraiment ?- Il n’a pas suffit qu’il paye plusieurs fois sa supposée dette à Abu Nazir. Voilà que ses maîtres se mettent en tête de lui faire faire des missions de nettoyage. Et là, j’ai le regret de le dire, mais je n’y crois pas une seconde.

L’organisation terroriste qui veut la peau du méchant vice-président prendrait donc le risque de griller définitivement son principal atout, l’homme de confiance de leur cible, la coqueluche des Républicains, pour retirer de la circulation un témoin gênant ? Elle l’envoie seul dans la gueule du loup, au risque de tout perdre ?

Alors, certes, ça serait bouder mon plaisir que de nier que j’ai pris mon pied à voir Brody dans la merde. Que je ne me suis pas éclatée à surveiller les regards, les dos exposés, la tension qui montait entre lui et sa cible, la folie qui se peint peu à peu sur le visage et dans les yeux de Damian Lewis. Damian Lewis est un grand, un très grand acteur. Je veux bien croire qu’il est musulman, je veux bien croire qu’il est psychopathe, je veux bien croire qu’il est au bout du rouleau. Il pourrait même me faire croire, rien qu’en le disant, qu’il est boiteux et bossu s’il le voulait (c’est vrai quoi, tu joues quand Richard III, Damian ? Je prendrai le billet pour Londres pour venir t’applaudir au Globe). Mais il ne peut pas palier les incohérences de ce putain de scénario de merde !!!

CAD évoquait fort justement 24 pour souligner la tension qui règne sur Homeland. Et si ça continue comme ça, je pense que je vais cesser de regarder la série précisément pour les mêmes raisons qui m’ont fait arrêter 24 : le cougar, symbole du grand n’importe quoi que l’on mettait sur le chemin de la blonde et glapissante fille de Jack Bauer, et par là même sur le chemin de Jack Bauer himself.

Récapitulons : Abu Nazir -ou son organisation- prend donc le risque de griller son cavalier (je reprends tes métaphores échiquéennes, Scarch) pour protéger un foutu pion ? Ce pion se prend malencontreusement les pieds dans la mousse et s’empale tout seul comme un grand ? Et faute de pouvoir le soigner, Brody l’achève avant de se doucher discrètement dans l’espace de lavage d’une station-service ? Et tout ça alors qu’il a un discours hyper-important à faire !

 

Homeland S02E03

 

Alors, pour la description clinique de la double contrainte, et du stress qu’elle provoque chez ceux qui y sont exposés, c’est magistral. Pour nous conduire avec Brody sur le chemin qui mène au burn-out, c’est splendide -non, mais sans déconner, vous avez vu les journées que se tape ce mec ?- Mais pour la vraisemblance, on repassera.

Je vous le dis, et le prédis, si un jour Brody se met à flinguer tout ce qui bouge, ça ne sera pas à cause d’un lavage de cerveau, mais tout simplement à cause du surmenage.

 

De l'art de faire passer la sûreté de l'Etat après les états d'âmes de Carrie 

 

Passons à Saul. Arrivée au ¾ de l’épisode, je commençais à m’interroger. Où diable était-il passé ? Pourquoi la CIA, et avec elle toutes les forces d’intervention, n’est-elle pas déjà avertie que Brody est dangereux ? La réponse finit par arriver sous la forme d’un coup de sonnette. Saul réserve la primeur de cette information capitale dont dépend la sûreté de l’Etat à Carrie. Parce qu’elle est un rouage essentiel ? Parce qu’elle va apporter un éclairage ? Non, parce qu’elle le mérite. Et là, je dis non. Non ! Non.

Je sais, vous allez protester, tout n’est pas à jeter dans cet épisode. Voir le soulagement, la certitude d’être saine d’esprit submerger le visage de Carrie est très chouette, et c’est peut-être même une récompense pour le spectateur. De même, le discours de Jessica et son attitude devant les mensonges de son époux sont très crédibles, très bien joués. Mais que pèsent-ils face au grand foutage de gueule qu’on vient de me jeter à la face ? Pas lourd !

 

Homeland S02E03

 

Et j’appréhende encore plus l’épisode à venir, sachant qu’il est loin d’être le dernier. Par quelle pirouette rocambolesque les scénaristes vont-il maintenir Brody sur l’échiquier ? Je n’ose l’imaginer. En tout cas, une chose est sûre : si le prochain épisode est de la même trempe, ça sera peut-être le dernier pour moi.

 

J’aime :

  • Damian Lewis
  • Le twist du début

 

Je n’aime pas :

  • qu’on me prenne pour une imbécile

 

Au final, ça sera pour moi une mauvaise note, j'attends mieux de cette série : 10/20




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Puck Puck
390 avis
914 notes
Moyenne : 12.67

 Visioneur raffiné

Brainy is the new sexy !

16 commentaires sur cet article


gravatar
#1
Gouloudrouioul a écrit le 22/10/2012 à 01h20
Je serais pas aussi radical, mais j'avoue que je suis totalement d'accord pour la storyline de Brody qui s'avère totalement débile quand on y réfléchit cinq minutes.
Après, moi je suis près à ne considérer ça que comme une erreur de parcours tant la série a été cohérente jusque là. Je pense que le prochain épisode va remettre le train sur les rails.
gravatar
#2
Antofisherb a écrit le 22/10/2012 à 02h05
Perso je trouve pas que ce soit la première fois que la série se permet quelques raccourcis scénaristiques ou des ficelles parfois un peu grosses pour garder un certain rythme dans son récit. Bien sûr, ce n'est pas une excuse, mais disons que ça fait presque parti du "deal" de la série : un divertissement efficace et haut de gamme, mais qui n'est pas non plus irréprochable au niveau de la cohérence. Et ça, ça ne date pas de cet épisode.

Cela dit je suis quand même d'accord sur le fond, et même si je prend toujours autant mon pied il y a des éléments assez gênants. Par contre pour Carrie, je ne suis pas vraiment d'accord. Saul et elle ont une relation bien particulière qui a été développé dans la saison 1, et il n'avait pas hésité à la sermonner (et plus que ça même) quand elle accusait sans cesse Brody. En découvrant qu'elle avait raison, pour moi il lui doit bien ça et ça me paraît crédible qu'il aille la voir en premier. Probablement pas la meilleure chose à faire au niveau sécuritaire, mais crédible.
gravatar
#3
Puck a écrit le 22/10/2012 à 08h27
Bon... On va dire que la déception a été à la hauteur de ce que j'attends de la série. Effectivement, ce n'est pas la première fois qu'on nous balade, mais là, en regardant l'épisode, ça a dégénéré en un gros ras-le bol, qui explique le coup de gueule et la note basse (mais après tout, une critique, c'est fait pour ça). Et je n'ai pas l'impression que j'avais signé pour ce deal en regardant la série.
Et du point de vue des personnages, je veux bien croire que Saul pense à Carrie d'abord. Mais il y avait peut-être moyen de le montrer autrement : il aurait pu suivre la procédure, par exemple. Et comment se serait-il senti ensuite, s'il n'avait pas pu lui révéler qu'elle n'était pas folle ? Aurait-il bravé le règlement pour lui faire savoir malgré tout qu'elle avait raison sur toute la ligne concernant Brody ? Ca aurait pu constituer une petite storyline intéressante. Tant pis.
gravatar
#4
CAD a écrit le 22/10/2012 à 12h13
Mais... ça devait vraiment être une mission de tuer le mec ? Moi j'avais compris qu'il fallait vraiment qu'il le ramène à la planque et que du coup là il va être dans la merde parce qu'il l'a tué. (d'ailleurs du coup j'avais pas compris pourquoi il l'a tué plutôt que de raccrocher le téléphone s'il voulait pas que sa femme l'entende, bref).

Sinon moi c'est surtout l'histoire avec sa femme qui me pompe l'air, on va encore se taper plein d'épisodes de je t'aime moi non plus ça va être super chiant. Au moins dans 24 c'était clair net et précis : il n'y avait pas de cohérence, c'était du fun. Là c'est en train de se perdre après un début plutôt encourageant.
gravatar
#5
CAD a écrit le 22/10/2012 à 12h13
Ouais j'aime bien dire "du coup" et "vraiment".
gravatar
#6
Anonyme a écrit le 22/10/2012 à 14h48
Très bonne critique, vraiment.

Pour moi cet épisode c'est les scénaristes qui se sont rendus compte qu'il y avait un épisode de trop dans la saison par rapport à ce qu'ils doivent raconter et au point auquel ils doivent se rendre, alors ils comblent en faisant ça... une histoire incohérente et inintéressante pour faire terminer la storyline principale au même point qu'à la fin de l'épisode précédent.

gravatar
#7
Puck a écrit le 22/10/2012 à 17h05
@CAD : sa mission était bien de le ramener à la planque. Et pourquoi Brody s'en charge-t-il ? Parce que le mec le connaît, et qu'il est à même de le rassurer (mais il a sans doute zappé cette partie). Bref, le mec dont je ne me rappelle pas le nom, disons le tailleur. Le tailleur donc, devient méfiant... et tente de s'enfuir. Puis il glisse et la situation devient incontrôlable. Bref, Brody a merdé grave. Il vient de démontrer brillamment le principe de Peter. Il n'est pas un nettoyeur.
@Anonyme : mais ils se sabordent quand même sérieusement pour la suite, non ?
gravatar
#8
Anonyme a écrit le 22/10/2012 à 17h50
Bah ouai.

J'espère que Homeland va rebondir. J'ai adoré la saison 1. Ça m'embête tout ça...
gravatar
#9
Taoby a écrit le 22/10/2012 à 18h54
Juste une question.

Y a pas un problème d'empathie dans cette série avec le héros et le fait qu'il ai pas d’âme ?
gravatar
#10
Gouloudrouioul a écrit le 22/10/2012 à 20h02
You made my day, comme on dit.
gravatar
#11
Puck a écrit le 22/10/2012 à 20h59
Ben... Théoriquement, non, nous disent les théoriciens du scénario.
Même si le héros n'a pas d'états d'âme, le fait de le voir confronté à des difficultés et de les vivre avec lui suffit à développer l'intérêt du spectateur. Le protagoniste n'a pas à être sympathique, on a juste à trembler/se réjouir/souffrir avec lui (cf. Dexter, Profit, Noodle dans une bonne partie d'Il était une fois en Amérique, Arnolphe dans l'Ecole des femmes, et dans une moindre mesure House ou Sherlock). Et il en bave, quand même, le héros. La saison dernière, il en avait aussi des états d'âme (sur son action explosive de la saison dernière, par exemple). Il en a toujours : la preuve, il ne se définit pas comme un terroriste... Mais il se range très (trop) vite aux arguments d'Abu Nazir ou de ses sbires... Et il bascule de plus en plus dans le côté obscur de la psychopathie.
Après l'empathie, c'est la cerise sur le gâteau. Mais point trop n'en faut, sinon on tombe dans le mélo.
gravatar
#12
Puck a écrit le 22/10/2012 à 21h03
Je viens de me rendre compte que j'ai lu états d'âme, là où tu as écris âme, Taoby.
Mais l'âme, voyons, ça n'existe pas, c'est juste une invention des platoniciens pour asseoir leurs idées manichéennes et défendre et imposer l'ascèse.
gravatar
#13
Gouloudrouioul a écrit le 22/10/2012 à 21h28
En fait Puck Taoby dit ça parce qu'il est bien connu que les roux n'ont pas d'âme. Mais j'ai quand même bien aimé ta réponse, parce que la question aurait pu être légitime :D
gravatar
#14
Puck a écrit le 23/10/2012 à 00h13
Ah quelle truffe ! Je n'ai pas compris l'allusion (un nouveau truc sur les roux ?), ni su résister à la tentation d'ergoter sur la création d'un protagoniste. Foutue logorrhée !
gravatar
#15
Scarecrow a écrit le 25/10/2012 à 16h37
Moi qui est souvent tatillon sur l'importance de la cohérence dans un film ou une série je dois avouer que j'ai fermé les yeux dessus pour une fois tant le reste m'a bien accroché. Cela dit je comprends totalement ton avis Puck.
gravatar
#16
Puck a écrit le 25/10/2012 à 19h56
Non, mais bon, je pense que c'était la goutte d'eau. J'étais énervée, et donc je tape. Mais ça marque quand même un point de rupture pour moi. J'ai pas encore vu le suivant (ce soir peut-être). Il est possible que je me repente d'avoir dit tout ça, on verra...



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


13.4

40 notes

Dernières notes :

  • 15 par cedric2506
  • 11 par PinkCoffee
  • 13 par Cail1

Noter cet épisode :


Vous devez posséder un compte pour noter cette série.
favorables
11 avis
neutres
4 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cet épisode



ndanan2212 - favorable
Un bon épisode avec un très bon cliffhanger mais qui possède beaucoup d'inégalités pour posséder un 15 ou un 16!!!

Scarecrow - favorable
Encore un très bon épisode. De la tension, des personnages toujours aussi travaillés. Vraiment une fantastique ...

Donner votre avisTous les avis