Critique : Better Call Saul 6.10

Le 31 juillet 2022 à 20:09  |  ~ 9 minutes de lecture
Un épisode haut en couleur ?
Par Hopper

Critique : Better Call Saul 6.10

~ 9 minutes de lecture
Un épisode haut en couleur ?
Par Hopper

Maintenant que presque la totalité des intrigues de Better Call Saul dans la chronologie du présent s’est conclue, il est devenu impossible de prédire avec certitude où se dirigent les quatre derniers épisodes. Allons-nous nous attarder davantage sur la transition de Jimmy à Saul ? Reverrons-nous Kim ? C’était avec une excitation non dissimulée que votre cher serviteur a lancé mardi soir Netflix pour découvrir la réponse à ces questions.

 

Un épisode qui divise

 

Gene parle à Marion, la mère de Jeff.

 

Ce dixième épisode intitulé « Nippy » a divisé les téléspectateurs en deux camps : d’un côté, ceux qui n’y trouvent pas grand intérêt et ceux qui saluent l’initiative et l’audace des scénaristes. En effet, le précédent épisode avait laissé en suspens les deux questions principales de la série : comment Jimmy se transforme-t-il en Saul et que devient Kim ? Il y a bien sûr d’autres questions sous-jacentes : reste-t-il une partie de Jimmy en Saul ? Ce personnage de Saul qu’il s’est créé (grand bouffon calculateur, pleutre et sexiste avec sa secrétaire) ne serait-il finalement pas un masque ?

Cet épisode ne répondra guère à ces interrogations légitimes et fondamentales et c’est ce que pourront lui reprocher certains. À quelques épisodes de la fin, pourquoi ne pas s’attaquer au sujet, maintenant, tout de suite ? L’autre camp rétorquera à juste titre aussi que « Nippy » n’est pas sans intérêt et est loin de faire office de remplissage. En effet, l’éclairage qu’il nous donne sur le personnage de Gene est très intéressant et annonciateur de choses à venir.

 

Vous avez dit « inutile » ?

 

Jeff cambriole le magasin.

 

En avril, Peter Gould, le co-créateur de la série, dans un entretien avait donné quelques indices qui commencent à prendre sens désormais à propos de Jimmy : « C’est quelqu’un qui a eu de nombreuses identités : Slippin’ Jimmy, Jimmy McGill, Saul Goodman, Gene… Quand on porte autant de masques et qu’on n’arrête pas d’en changer, qu’est-ce qu’il reste au fond ? Qui est-il vraiment ? On le découvrira en même temps que lui. C’est un personnage tellement fascinant, toujours poussé dans la mauvaise direction par un puissant sentiment d’insécurité. »

Ce dixième épisode nous donne des clés de compréhension. Et c’est Slippin' Jimmy (« Jimmy la Glisse », surnom qui était donné à Jimmy jeune en raison de ses fourberies) qui vole la vedette ! Première spécificité de « Nippy » : ces cinquante minutes sont consacrées exclusivement à Gene dans la chronologie du futur qui cherche à neutraliser la menace de Jeff, le chauffeur de taxi qui l’avait reconnu, au travers d’une manœuvre très élaborée qui rappelle ses manigances dans la première saison.

D’ailleurs, cette transformation de Gene à Slippin’ Jimmy est matérialisée par la scène où Gene met la bague héritée de Marco (ami avec lequel il commettait ces arnaques lors de sa jeunesse et qui est mort dans la saison 1). Et tout le reste du plan du cambriolage (visant à pousser Jeff à commettre un crime pour rétablir un rapport de force) renoue avec le Jimmy du début de la série : fougueux, extrêmement créatif et beau parleur. Tous ces talents sont mis à disposition, surtout à la toute fin où Jeff tombe sur la tête et que Jimmy doit trouver un moyen de distraire le garde. Il fait alors ce qu’il sait faire de mieux : utiliser ses émotions, son passé afin d’émouvoir ses interlocuteurs (technique déjà utilisée à la fin de la saison 4 pour retrouver sa licence d’avocat).

 

Un trésor de références

 

Gene essaie un costume rappelant ceux de Saul.

 

Ce qu’il y a toujours de paradoxal c’est que Gene verse des larmes de crocodile, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a une part de vérité dans ce qu’il dit, une émotion cachée. « Je n’ai personne. Mes parents sont morts. Mon frère… Mon frère est mort. Je… n’ai pas de femme… pas d’enfants, pas d’amis. » On peut lire entre les lignes quelques points très éclairants. En particulier, vous noterez la pause que prend Gene en évoquant son frère et sa femme (ou ex-femme), Kim. Dans ce futur, il ne reste plus grand-chose du Jimmy que nous connaissions ; il a perdu tous ceux sur qui ils comptaient.

Un autre élément croustillant est la fin de l’épisode où Jimmy essaie une chemise et une cravate qui rappellent ce que Saul portait, avant de les suspendre sur le présentoir de vêtements à la vue de tous. À la question de savoir si cette scène peut être interprétée comme une envie de redevenir ce qu’il était ou un adieu à cette partie de lui-même, la scénariste de cet épisode, Alison Tatlock, n’exclut aucune des interprétations. « Cela reste à voir. Mais, pour moi, ce moment de nostalgie est semblable au souvenir d’un amant perdu. J’aime votre idée qu’il laisse les vêtements accrochés pour que les autres le voient. C’est presque comme un acteur laissant derrière lui son costume, ou même le fantôme de quelque chose. Il ne peut pas le posséder entièrement. »

Les références aussi à Breaking Bad fusent. On notera qu’en termes de chronologie, à en croire la date du journal que lit Gene, l’histoire se déroule en octobre 2010, soit deux mois avant la mort de Walt. Par ailleurs, ce n’est pas sans un petit pincement de cœur que l’on entend Gene mentionner à Jeff avoir aidé Walt dans son ascension dans le monde criminel. Enfin dernier élément notable : le générique montre cette fois-ci un écran bleu, confirmant la théorie selon laquelle c’est Gene qui regarde ad nauseam la même cassette rappelant ses anciens exploits et que c’est pour cette raison que l’image et le son se détériorent de saison en saison…

 

Un épisode plaisant ?

 

Gene papote avec le garde.

 

Vous devinez maintenant de quel camp fait partie l’auteur de cette critique. J’ai adoré cet épisode. Il y a un aspect un peu expérimental que de filmer en noir et blanc l’entièreté des scènes et un charme indéniable à cette atmosphère qui rappelle celle des films noirs. Mais, le manque de couleurs n’empêche pas les protagonistes d’être eux hauts en couleur. La musique (notamment celle jouée quand Jeff sort du magasin après avoir réussi le cambriolage), les montages de plus fous en fous (pour montrer que Saul se rapproche des gardes) et le jeu d’acteurs rendent cet épisode spécial et particulièrement délicieux pour peu qu’on adhère au principe de départ.

D’ailleurs, Peter Gould affirmera que c’est son épisode préféré de toute la série. J’ai lu une analyse très intéressante qui affirmait que « Nippy » aurait été conçu comme une sorte de court-métrage qui pouvait être enseigné en école de cinéma. L’épisode en lui-même est très classique dans sa structure et ses procédés (la manière de construire le suspense et de détourner les attentes), mais fichtrement efficace.

 

Pour conclure, « Nippy » est un épisode qui divisera. Son placement dans la saison ne plaira pas à tout le monde. Mais, je pense qu’il faut saluer la proposition. Cet épisode est un pur concentré de ce qui fait le charme de Better Call Saul avec son humour parfois absurde et les plans loufoques fomentés par Jimmy. Par ailleurs, ces cinquante minutes nous instruisent beaucoup sur ce que devient Gene. Slippin’ Jimmy n’est pas mort… Il est aussi presque certain que ce n’est pas la dernière fois qu’on verra Jeff et sa mère Marion (campée par la célèbre Carol Burnett) qui donne l’impression d’en savoir plus qu’elle ne le montre. Bien sûr, il n’aura échappé à personne qu’il reste beaucoup de questions en suspens sur la transition de Jimmy à Saul et on attend des réponses de pied ferme. Vite la suite !

 

J’ai aimé :

  • Une réussite technique
  • Une proposition rafraîchissante

Je n’ai pas aimé :

  • Un placement dans la saison qui pourra interroger
  • On veut revoir Saul et Kim !

 

Ma note : 16/20

 

Jeff tombe sur la tête.

L'auteur

Commentaires

Avatar Stean
Stean

Superbe critique ! Effectivement — et même pour quelqu'un qui est très mitigé quant à cette saison 6 jusqu'à maintenant — force est de constater que cet épisode était une bouffée d'air frais.

1 réponse
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald
ClaraOswald

Pleine d'accord avec cette critique! Honnêtement sans le recast de Jeff ce serait un de mes épisodes préféré, mais j'ai quand même beaucoup aimé. Je suis content que la série prenne une voie calme et intimiste pour sa conclusion plutôt que la tension insoutenable des derniers épisodes de Breaking Bad.

1 réponse
Voir les réponses

Image Better Call Saul
14.56
12.55

Derniers articles sur la saison

Critique : Better Call Saul 6.11

Enfin ! Oui ! Oui !

Critique : Better Call Saul 6.9

Exit Jimmy, place à Saul ?

Critique : Better Call Saul 6.8

Un retour en grande pompe ?