Critique : Castle 4.12

Le 18 janvier 2012 à 00:07  |  ~ 5 minutes de lecture
Lorsque l’enquête touche à l’un des amis proches de Castle, son impartialité constitue un frein à l’enquête et la relation Castle-Beckett prend du plomb dans l’aile.
Par MoolFreet

Critique : Castle 4.12

~ 5 minutes de lecture
Lorsque l’enquête touche à l’un des amis proches de Castle, son impartialité constitue un frein à l’enquête et la relation Castle-Beckett prend du plomb dans l’aile.
Par MoolFreet

Pour les personnes n’ayant pas vu l’excellente série The Killing et ayant apprécié l’enquête de cet épisode, ruez-vous sur la série, vous serez surpris des ressemblances. J’y reviendrai un peu au fil de ma critique…

 

Who killed Rosie Larsen Laura Cambridge ?

 

L’épisode commence sur une scène plutôt romantique, un homme et une femme dans une voiture, la femme la tête posée sur l’épaule du conducteur. Sauf que la femme, elle est morte. Macabre comme façon de faire… d’entrée de jeu, on comprend que l’épisode sera un peu plus sombre qu’à l’accoutumée.

La victime, Laura Cambridge, a été étranglée puis laissée pour morte dans la voiture. On retrouve son sac sans téléphone portable, ni carte de crédit, avec une carte d’identité mais pas de permis de conduire, donc pas de voiture. Et lorsque l’on recherche le propriétaire de la berline qui fut son corbillard, on apprend qu’elle appartient… à la mairie de New-York.

Premier parallèle avec la série The Killing, les voitures connectées à un homme politique puissant. Des hommes politiques ambitieux, souhaitant gravir les échelons, et pour qui tout ceci tombe vraiment très très mal. Et cela tombe encore plus mal pour Rick Castle, ami proche du Maire, qui est la raison pour laquelle Castle fait partie du commissariat du 12th precinct. Vous comprendrez donc que pas de Maire, pas de Castle, pas de Castle, pas de série.

 

De l’eau dans le gaz sur une enquête passionnante

 

Et cet enjeu particulier va venir mettre son grain de sel dans la relation Castle-Beckett, assez idyllique jusque là. Forcément, lorsqu’un de ses amis les plus proches est mêlé à un meurtre, et quand en plus il est Maire de New-York et que l’ébruitement de ce genre d’accusations pourrait ruiner sa carrière, on est voué à le défendre. Et quand on est flic, qu’on cherche la vérité quoi qu’il en coûte, et qu’on a un boss qui nous pousse à agir ainsi (intéressante Gates dans cet épisode par ailleurs), on n’a pas envie d’avoir ses collaborateurs proches qui nous mettent des bâtons dans les roues.

 

Castle 412

Les premières vraies scènes de ménage du couple, c'est mignon !

 

L’enquête est assez compliquée, et très intéressante : on apprend que la victime, professeur dans une université, a tout plaqué il y a six mois, résilié son abonnement téléphonique, coupé les ponts avec ses amis et sa famille, rendu ses cartes de crédit, abandonné son bel appartement pour un taudis… un comportement somme toute assez incompréhensible. Elle prendra même un job dans un téléphone rose…

Et toutes ces pièces de puzzle, il faudra du temps avant de les emboîter correctement. Au final, tout ce qu’elle a fait, elle l’a fait pour un bouquin qu’elle écrit, sur la condition sociale des pauvres. Sauf que, durant son travail, elle a appris des choses sur la campagne du Maire qu’elle n’aurait pas dû savoir, et c’est ce qui l’a tuée (deuxième parallèle énorme avec The Killing). C’est là que le conflit atteint son paroxysme entre les deux héros, puisqu’on apprend non seulement que le Maire a côtoyé la jeune femme alors qu’il avait prétendu le contraire (troisième parallèle avec The Killing !), mais en plus qu’il possède un manteau qui pourrait correspondre aux fibres trouvés sur la victime. Beckett n’a donc pas le choix, elle demande un mandat pour saisir ce manteau, braquant les projecteurs sur le Maire au grand dam de Castle.

 

Le retour de l’informateur secret

 

Oui car Castle de son côté cache aussi quelques trucs : souvenez-vous lorsqu’au début de cette saison il avait reçu un étrange coup de fil lui demandant d’empêcher Beckett d’aller plus loin sur l’enquête sur le meurtre de Johanna Beckett. Eh bien notre mystérieux informateur a récidivé dans cet épisode, proposant son aide à Castle, dans une scène proche des informateurs de X-Files (Deep Throat notamment, pour les connaisseurs). Et c’est ainsi qu’il a compris que ce n’était pas le Maire mais un de ses adjoints qui était plongé dans une affaire de détournement de fonds, commanditée par de sombres personnages omnipotents et probablement liés au meurtre de la mère de Kate. Bien évidemment, avant qu’il ait pu donner le nom de ces commanditaires qui ont aussi ordonné l’exécution de Laura Cambridge, un mystérieux avocat intervient et l’empêche de tout dévoiler.

 

Castle 412

Ils ont quoi les informateurs secrets avec les parkings souterrains ??

 

Etant donné que le lien avec l’enquête fil rouge de la série n’était pas évident d’entrée d’épisode, j’ai été agréablement surpris par sa qualité. Assez intense, une dynamique Castle-Beckett totalement différente, on regrette un peu l’absence de Ryan et Esposito sur le coup, qui tendent à disparaître quand l’ambiance se noircit. Mais dans sa globalité c’était un très bon épisode.

 

J’ai aimé :

  • L’enjeu de l’épisode
  • La théorie du complot
  • Le retour du mystérieux contact
  • L’enquête

 

Je n’ai pas aimé :

  • Quelques facilités

 

Ma note : 16/20, un épisode bien plus sombre que je ne l’imaginais, excellent pour contrebalancer les précédents et remettre la série sur les rails de leur enquête fil rouge !

L'auteur

Commentaires

Pas de commentaires pour l'instant...
Image Castle
13.21
13.78

Derniers articles sur la saison

Critique : Castle 4.10

Un huis-clos aussi intéressant que rocambolesque pour conclure cette mi-saison.

Critique : Castle 4.09

Lorsqu’un sniper en série sévit dans New York, Beckett replonge dans de mauvais souvenirs…

Critique : Castle 4.08

La routine reprend au sein d’une enquête classique où Gates prend un peu d’importance…