Focus sur Lost : Top 3 des meilleurs épisodes

Le 19 mai 2019 à 11:37  |  ~ 16 minutes de lecture
Résumé des meilleurs épisodes qui ont essayé de s'amuser à nous retourner le cerveau.

Focus sur Lost : Top 3 des meilleurs épisodes

~ 16 minutes de lecture
Résumé des meilleurs épisodes qui ont essayé de s'amuser à nous retourner le cerveau.
Par killerquinn

 

Quand je ne sais pas trop quoi regarder, il arrive souvent que je me re-re-retourne vers Lost. Cette série cultissime est vraiment agréable à revoir car on redécouvre toujours de nouveaux détails et on arrive à se laisser surprendre par l’histoire même si on la connaît déjà. Il faut dire que l’écriture est riche et que des milliers de petits détails sont cachés à droite à gauche pour venir nourrir nos interprétations les plus folles. Ma dernière trouvaille en date : aviez-vous remarqué que Libby est le seul personnage qui n’a pas de flashback ? À l’occasion de ce dernier marathon en date, j’ai eu envie d’écrire sur ces épisodes un peu loufoques où on se demande vraiment ce qu’il se passe. Ces épisodes figurent au top parmi mes préférés car j’aime le jeu d’interprétation qui en découle. J’aime être perdue dans l’univers de Lost !

 

Exodus, Part 2

 

1. Saison 2, épisode 18 : Dave

 

Hurley est sûrement le personnage le plus attachant de Lost. Je pense qu’on se souvient tous du twist final de cet épisode : Libby seule à une table dans le même hôpital psychiatrique qu'Hugo. Cette révélation sur laquelle les scénaristes ne sont jamais revenus après a tout de même eu cet effet "wow" désiré. Après cet épisode, beaucoup se sont demandé si l’île n’était pas une création de l’esprit dérangé d'Hurley.

Pour cause, comme son ami imaginaire, Dave, le lui fait remarquer, il paraît un peu gros que sur une île perdue au milieu du Pacifique, des caisses de nourriture tombent du ciel alors qu'Hurley a justement un problème de poids. Comment serait-il possible qu'Hurley n’ait pas perdu un seul kilo ? Dave met aussi en évidence le fait que comme par hasard, la série de "magic numbers" qu'Hurley a entendue à l’hôpital soit gravée sur le mystérieux bunker. Comme un poinçon de fabrication sorti tout droit de la tête d'Hurley. Dans ce bunker, il faut rentrer cette même série de chiffres dans un ordinateur qui sauve le monde, comme lui fait remarquer Dave avec une pointe certaine d’ironie. Vous voyez où cela nous mène, la phrase choc finale « None of this is real, man » ?

 

Dave et Hurley

 

En plus des remarques de Dave, lorsque Hurley est dans le bureau du psychiatre, on voit en arrière plan un cadre avec une photo d’île déserte. Le personnage est clairement associé à ce cadre car le plan large est précédé d’un gros plan sur le cadre puis d’un tilt down sur Hugo. Les deux éléments sont liés par ce mouvement de la caméra. Il est alors légitime de se demander si Hugo n’a pas fantasmé sur ce cadre depuis tout ce temps et inventé l’île de toute pièce. C’est en tout cas ce que les scénaristes essayent de nous faire croire.

J’ai personnellement envie d’avancer une théorie encore plus folle, puisque lorsque je me suis rendu compte que Libby était la seule qui n’avait pas de flashback personnel, je me suis demandé si au final l’île ne pourrait pas être un fantasme de l’esprit encore plus dérangé de Libby. Si tout le monde a un flashback sauf elle, c’est peut-être que ces derniers correspondent à sa création des personnages. Elle a créé un passé aux habitants de son monde imaginaire. Après tout, pourquoi pas ? Elle a vu le même tableau d’île déserte dans le bureau du psychiatre, elle aurait très bien pu inventer l’île, au moins autant qu'Hurley. Bien sûr, Libby meurt peu de temps après, ce qui annule cette théorie, mais au moins cette scène de fin et cet épisode nous auront bien fait spéculer.

 

2. Saison 3, épisode 8 : Flashes Before your Eyes

 

J’aime beaucoup cet épisode parce que c’est à mon sens l’un des premiers où les scénaristes commencent vraiment à jouer avec nos nerfs. Contexte : le bunker a explosé et pour le moment on ne sait pas ce qui est arrivé à Desmond quand il a tourné la clef. Dans les épisodes précédents, on nous sous-entend qu’il voit le futur : il voit plusieurs événements avant qu’ils ne se déroulent, comme la foudre ou le speech de Locke. Hurley dit même à Charlie : « That guy he sees the future ». Ces deux derniers vont alors tenter d’en savoir plus. Au moment même où il refuse de dire la vérité à Charlie et Hurley, le spectateur atterrit de façon très abrupte dans une autre temporalité que l’on suppose d’abord être un flashback comme les autres. On se rend rapidement compte que ce n’est pas une rétrospective ordinaire, car des éléments de l’île viennent perturber ce monde. Par exemple, le micro-onde bipe comme le compte à rebours du bunker, un coursier livre un colis "815" (numéro du vol Oceanic), il y a un ours polaire sur le tableau dans le bureau de Charles Widmore et l’inscription NAMASTE à l’envers (moto de la Dharma Initiative) et on entend la chanson Make Your Own Kind of Music dans le pub (chanson d’ouverture de la saison 2). On se demande donc où, mais surtout quand on se trouve. Si on suit la progression linéaire de l’épisode, on assiste à une cascade de fausses pistes données par les scénaristes.

 

Desmond et Penny

 

Lorsque le micro-onde se met à biper comme le compteur du bunker, Desmond a une impression de déjà-vu. Ce n’est pas un déjà-vu de flashback car les éléments du monde de l’île faussent cette interprétation. De plus, en physique quantique, dans la théorie des univers parallèles, la sensation de déjà-vu serait un aperçu de quelque chose que vous avez déjà vécu dans un autre univers. On peut donc supposer que Desmond se trouve dans une réalité alternative.

Puis, lorsqu’il aperçoit et reconnaît Charlie dans la rue, il pense au voyage dans le temps. Il va interroger son ami universitaire sur la possibilité de cette éventualité. Ce dernier lui dit que c’est impossible, Desmond lui prédit alors une séquence d’événements mais qui ne se réalisent pas. Cette piste est donc à son tour abandonnée. Desmond va ensuite acheter une bague pour demander Penny en mariage, la vendeuse refuse de lui vendre car, lui dit-elle, il n’est pas censé acheter la bague. Ceci expliquerait la sensation de déjà-vu du début, Desmond aurait-il vraiment accès à un aperçu d’un autre univers ? Desmond s’impatiente et dit à la vieille femme qu’elle n’est qu’une manifestation de son subconscient suite au coup violent qu’il a reçu à la tête. Tout cela ne serait donc qu’un simple rêve ? Comme depuis l’explosion, il a les mêmes visions que cette femme, on peut effectivement supposer qu’elle n’est qu’une manifestation de son subconscient lui expliquant ce qu’il est censé faire de ces visions.

Pour finir, retour au bar, le barman fait une dernière référence au déjà-vu. Puis, cette fois-ci, la séquence d’événements se déroule comme l’avait prédit Desmond, il devine le bon score... Retour donc au voyage dans le temps. La narration fait une boucle et on nous a teasé plus de quatre interprétations différentes, sans bien sûr nous donner la bonne. On retrouve ensuite Desmond juste après l’explosion du bunker et l’épisode se clôt sur cette phrase de Desmond : « My life flashed before my eyes » (« Ma vie a défilé devant mes yeux »). La supposition finale est que Desmond a tout simplement eu une "near death experience" (expérience de mort imminente). Il a donc eu un aperçu des moments qui ont compté dans sa vie.

 

Desmond, Flashes Before your Eyes

 

Tout cela est plus tard remis en cause dans l'épisode 21 de la saison 3, quand on revoit la scène où Charlie joue de la guitare dans la rue. Cette fois-ci, pas de signe de Desmond. Il est alors quasiment certain que Desmond n’a pas voyagé dans le temps et qu’il n’a pas non plus vu sa vie défiler devant ses yeux, puisque ce moment n’était pas réel. Les autres interprétations restent ouvertes. On retrouve aussi la vielle femme plus tard dans la série, elle est donc, elle, bien réelle. Cela pose un certain nombre de questions puisque la limite entre le réel et l’irréel est floue, on ne peut alors être sûr de rien à propos de cet épisode.

Aucune réponse claire ne sera apportée. Par contre, il est possible de tout imaginer. Les scénaristes sèment le doute dans l’esprit des spectateurs pour les pousser à choisir eux même une interprétation. Il n’y a pas de vrai, il n’y a pas de faux, c’est à chacun de se faire une idée. Grâce à des épisodes comme celui-ci, on peut, en effet, partir dans tous les sens car tout est sous-entendu mais rien n’est clairement dit. Il se peut que Desmond ait rêvé, il se peut aussi qu’il ait atterri dans une dimension parallèle. C’est à chacun de se faire sa propre opinion. C’est ce qui a dérangé beaucoup de fans, notamment dans le finale, car même chose : aucune certitude. Ce moment est aussi important pour la série car il annonce les dérives temporelles des saisons suivantes.


3. Saison 3, épisode 14 : Exposé

 

L’épisode est centré sur Nikki et Paolo, deux personnages qui se sont greffés à l’histoire dans la saison 3. Des apparitions furtives au début, mais qui ont suffi à attirer les foudres des fans sur les personnages. Il faut reconnaître que Nikki est assez insupportable. En plus de ça, ces personnages sortent carrément de nulle part, un peu à l’image de Leslie dans la première saison. Sawyer dit d’ailleurs à un moment de l’épisode : « Who the hell is Nikki ? », miroir de la réaction du public. Comme Leslie, ces deux personnages mal aimés vont connaître une fin bien funeste. Cet épisode fonctionne comme une véritable pause narrative qui rend hommage aux spectateurs et à leur place importante dans le monde de la série. L’épisode ne fait en rien avancer l’histoire. On nous fait quand même comprendre (subtilement, ou pas) que c’est la deuxième fois qu’ils tuent des personnages parce qu’ils sont détestés du public.

L’épisode s’amuse de tout cela, on dirait un défi de réécriture de l’histoire en incorporant ces personnages fantômes. Il y a trois temporalités dans l’épisode : la dualité classique entre ce qui se passe au moment présent sur l’île et des flashbacks de la vie avant l’île, auxquels viennent s’ajouter des flashbacks de ce qui s’est passé après le crash pour Nikki et Paolo. Le fait qu’il y ait trois temporalités est anormal, cela doit nous amener à nous interroger et à nous méfier. Ainsi, on revoit des scènes classiques du pilote, comme par exemple le fameux discours de Jack « live together / die alone » mais en ajoutant Leslie, Nikki et Paolo. Les scénaristes nous prouvent donc qu’ils peuvent manipuler l’histoire comme ils le veulent et la réinventer comme bon leur semble. Le public n’aime pas ces nouveaux venus, alors ils se débarrassent de leur échec avec cet épisode un peu macabre. Au pire, s'ils éprouvent des remords au sujet de Nikki et Paolo, comme le dit le réalisateur d’Exposé à Nikki : « I could always bring you back next season ». Tout est dit, les créateurs de la série font ce qu’ils veulent.

 

Nikki et Paolo

 

Autre bizarrerie dans cet épisode : pour ce qui est du moment présent sur l’île, on a l’impression de regarder une (mauvaise) série détective des années 70 dont Exposé est le symbole. Tout y est : Sawyer en tant qu’enquêteur corrompu, Hurley en tant que sidekick, ils suivent des indices et des fausses pistes, interrogent les témoins... Comme si tout à coup, les scénaristes avaient décidé de s’amuser en changeant le genre de la série. Ce qui nous amène à nous demander si on regarde Lost ou Exposé. Les deux séries se mélangent, en tout cas au niveau du genre, ce qui crée la confusion entre la vraie série et la série dans la série.

Tout cela est mis en évidence par une image : les poupées russes dans lesquelles sont cachées les diamants. Elles sont une représentation visuelle du jeu de mise en abyme de l’épisode. En effet, on assiste à une série télé dans la série télé : Exposé dans Lost. Cela ajoute un côté meta à l’épisode et met en lumière la fiction en tant que fiction, soulignant encore une fois que nous sommes à la merci de la manipulation des scénaristes. Ce jeu d’écriture nous pousse à nous questionner sur la réalité de ce que l’on voit à l’écran. Jusqu’où les scénaristes peuvent-ils manier et remanier l’histoire ? On finit par se demander si on peut vraiment faire confiance à ce que l'on voit. On commence à se méfier de l’écriture tout en appréciant cet habile jeu de réécriture.

 

Je trouve que les trois premières saisons sont excellentes alors il est vrai que le top 3 est concentré sur ces dernières. À part la saison 4, toutes les saisons comptent de très bons épisodes. J’ai beaucoup hésité et il est certain que j’aurais pu en citer plein d’autres. Notamment le pilote, qui est vraiment unique en son genre : le mix parfait entre la mise en place de la situation initiale et l’installation d’une bonne grosse dose de suspense. Les bruits dans la jungle à la Jurassic Park sont à la fois flippants et intrigants. Ils posent aussi certaines bases des références de la série et la place dans un héritage spielbergien ; ici on reconnaît l’influence de J.J. Abrams. Il est hyper rythmé entre les explosions de l’avion, les opérations risquées sur la plage et les tensions qui montent déjà entre les personnages. On a vraiment envie de continuer la série et c’est en cela que c’est un bon pilote. J’ai préféré choisir ces trois épisodes car je trouve qu’ils représentent bien le fait que dans Lost, le spectateur est souvent perdu dans la narration. Ce qui rajoute un sens de plus au titre : les naufragés sont perdus sur l’île et nous dans cette histoire aux multiples facettes.

 

© Cet article est la propriété de https://killerquinn.wixsite.com/s-p-i

L'auteur

Commentaires

Avatar Altaïr
Altaïr

Super article, ça m'a presque donné envie de redonner une chance à Lost... J'avoue qu'à l'époque j'avais été saoulée dès la saison 2 que les scénaristes nous balladent sans vraiment savoir où ils allaient. ça me semblaient être une façon bien artificielle et gratuite de maintenir le suspense, et je me sentais manipulée.

Mais peut-être que si j'avais d'emblée accepté que la série accumulerait les mystères et n'apporterait pas de réponses, j'aurais pu l'apprécier comme l'exercice de style qu'elle est. Cela reste une série ultra originale et créative, et ça me trouble de réaliser que j'ai encore des souvenirs aussi nets de la saison 1, alors que je l'ai vue il y a 15 ans !

3 réponses
Voir les réponses

Avatar cedric2506
cedric2506

T'es dur quand même. La trappe et son contenu est l'élément central de la saison 2.

1 réponse
Voir les réponses

Avatar Galax
Galax

Très bon article, tu m'as fait reconsidérer l'épisode sur Nikki et Paolo et ce n'était pas gagné d'avance !

J'ai envie de revoir la série maintenant...

2 réponses
Voir les réponses

Articles similaires

Focus sur les Shortcoms

Les shortcoms, ces séries humoristiques à épisodes courts, font partie intégrante du paysage télévisuel. Comment en sont-elles arrivées là ?

Focus : Paw Patrol

Quatre membres de l'équipe de SérieAll se sont réunis pour répondre à la grande question que se pose tous les parents : La Pat'Patrouille, c'est bien ou pas ?

Les Français dans les séries américaines

Les séries américaines parlent parfois de la France et de ses habitants : entre clichés et vérités, que dit-on outre-Atlantique sur nous ?