« What is Série-All may never die » Game of Thrones  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Slash : quand les fans se lâchent


Quelques grammes d'amour pour se consoler d'un monde décidément trop déprimant...


(Avant de commencer, avez-vous lu Les Dix commandements du bon shipper ? Non ? Alors allez-y vite !)


Vous souvenez-vous du premier épisode de la troisième saison de Sherlock, le Cercueil Vide ?

À la vingt-neuvième minute, Sherlock et Moriarty, assis l'un à côté de l'autre sur le toit d'un immeuble londonien, se regardent d'un air complice, taquin. Ils viennent de comploter ensemble pour que Watson croie au suicide de Sherlock. Tout à coup, leurs regards se croisent. Leur trouble est palpable, leur désir aussi... Leurs visages se rapprochent, prêts à échanger un baiser passionné...

 

Sherlock et Moriarty, prêts à s'embrasser

JM : – Oh, Sherlock...

SH : – Shut up and kiss me, James !

 

Et là, gag ! La scène s'interrompt et le spectateur réalise qu'il était en train d'assister à un fantasme de fangirl.

Le jour où j'ai vu cet épisode, j'ai réalisé plusieurs choses :

  1. La scène était super hot.
  2. C'est pas demain la veille qu'une série à large audience aura un héros homosexuel ou bisexuel, si on en est encore au stade où évoquer la possible homo- ou bisexualité d'un personnage est vu comme étant trop lol.
  3. Le slash est en train de devenir mainstream.

 

 

Qu'est-ce que le slash ?

 

Si le mot "slash" ne vous dit rien, c'est que vous n'êtes pas encore initiés. Mais heureusement pour vous, Série-All est là pour parfaire votre pop culture et vous fournir matière à briller en société.

Slash (n. m. - adj. slashy) : genre artistique désignant les œuvres de fans mettant en scène leurs héros préférés dans des scénarios ou situations homo-romantiques. Parfois platoniques, parfois érotiques, parfois carrément pornographiques. Du roman Harlequin à Marc Dorcel, en quelque sorte, mais en passant par tous les genres et styles littéraires et artistiques possibles, mais en version gay – pour les relations homosexuelles féminines on parle de "Femslash". Exemple : "Ouaah j'ai grave kiffé l'épisode d'hier soir, il était trop trop trop slashy ! <3"

Non, Le slash n'est pas sale.

Il s'agit en fait d’œuvres (fanfics, fanarts, fanvids...) réalisées par les femmes pour les femmes – enfin, principalement, car la communauté slash compte aussi une proportion non négligeable d'homosexuels, bien sûr. Le slash présente un genre de fantasmes qui n'a pas sa place dans les œuvres mainstream où, c'est bien connu, le héros se doit d'être hétérosexuel et fier de l'être – il s'épanouit donc en zone trouble, dans les circuits non officiels, jadis dans des fanzines, plus tard par mailing list, et de nos jours sur internet.

Et ce genre est bien plus populaire que la plupart des gens ne le réalisent. Il suffit de jeter un coup d'œil aux statistiques de sites d'archivages de fanfics (cf. ci-dessous) pour réaliser que les couples fictionnels qui y sont les plus populaires sont en effet quasiment tous des couples d'hommes ! Ce qui représente tout de même des centaines de milliers de nouvelles fanfics gay tous les ans, touchant des millions de lecteurs à travers le monde...

 

Statistiques slash

Les statistiques des couples les plus populaires de l'année 2016 sur le site d'archives de fanfics AO3 (source : centrumlumina)

 


Haro sur les préjugés !

 

Qui aime le slash ?

 

Le cliché commun (n'est-ce pas M. Moffat) veut que le slash soit l'apanage de filles coincées et frustrées, probablement encore vierges, et ne comporte que des œuvres allant de nulles à débiles, susceptibles de déclencher autant d'hilarité que la dernière trouvaille de Nanarland – d'ailleurs on ne compte plus les talk-shows où les acteurs sont confrontés à des fanarts slashy histoire de faire rire le public, hahaha (bon, des fois, c'est drôle, quand même). J'attends encore le jour où on confrontera les actrices aux fantasmes salaces dont elles font l'objet... Bref, je pense que je n'ai pas besoin d'argumenter pour expliquer en quoi ce lieu commun est profondément homophobe et misogyne...

En réalité, il n'y a pas de profil type de l'amateur de slash – si ce n'est qu'il s'agit généralement de femmes, et parfois de gays. Il y a parmi les amateurs de slash des personnes de tous âges, tous milieux, toutes orientations sexuelles, tous pays (une proportion importante des meilleures autrices de fanfics n'écrit d'ailleurs pas dans sa langue maternelle), cissexuelles ou transexuelles, célibataires ou non… Mais je ne devrais même pas le préciser, puisqu'en fait il n'y a aucune raison pour laquelle le slash ne devrait pas toucher un très large public.

Parce que... scoop ! Ben oui, pour beaucoup de femmes, deux hommes séduisants qui se font des papouilles, c'est carrément hot ! C'est pas comme si les hommes hétérosexuels ne fantasmaient pas sur les lesbiennes... Ajoutez à cela le fait que :

  • les bons personnages féminins sont hélas infiniment plus rares que les bons personnages masculins,
  • les romances hétérosexuelles sont le lieu des clichés sexistes par excellence et sont beaucoup moins bien écrites en général que les belles amitiés viriles,
  • depuis toujours, certains créatifs s'amusent à distiller des allusions homoérotiques plus ou moins explicites dans leurs œuvres...

Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, il est finalement assez logique que le slash existe et passionne les femmes. Et les homos, bien sûr.

 

Fangirling !

Quelques fangirls parmi tant d'autres

 

Et... c'est bien ?

 

Oui, il y a des œuvres de très, très grande qualité dans le slash !

Alors bien sûr, je ne vais pas prétendre que toutes les fanfics slash méritent le prix Nobel de littérature, après tout il n'y a aucun filtre éditorial donc bien évidemment, la première fanfic venue ne sera peut-être pas du Shakespeare. Et, s'il y a des oeuvres très intelligentes et progressistes, on y trouve aussi des bons vieux clichés bien moches, je ne vais pas le cacher.

Mais en moyenne, les fanfics slash sont de bien meilleure qualité que les autres fanfics, car écrites par et pour un public plus mûr. Et les meilleures d'entre elles sont aussi bonnes qu'un excellent roman (certains auteurs de fanfics sont d'ailleurs des écrivains professionnels qui écrivent du slash pour se détendre), et surtout donnent une ouverture sur un univers fictionnel différent, sans tabou, qui permet de prendre du recul sur les stéréotypes et les lieux communs des œuvres mainstream. Et d'explorer ses propres fantasmes, aussi. De ce point de vue, le slash est une bouffée d'air, un espace passionnant et libérateur où tout est possible.

Je ne vous parle même pas de la beauté de certains fanarts (là encore, beaucoup d'illustrateurs professionnels parmi les amateurs de slash), à s'en décrocher la mâchoire.

Bref, le slash c'est chouette ! C'est un genre artistique aussi légitime qu'un autre, et qui produit des œuvres de très grande qualité – et qui ne mérite certainement pas la mauvaise réputation qu'il se traîne.

 

 

Mais qui sont ces couples de séries qui font tant rêver les fans ?

 

Tous les couples slash ne sont pas issus de séries (Harry Potter et les Avengers sont très populaires par exemple), mais beaucoup le sont – l'aspect feuilletonnesque des séries étant particulièrement propice à l'imagination, le cerveau humain (le mien en tout cas) aimant inventer ce qu'il se passe entre deux épisodes, voire inventer ses propres épisodes. Je vous propose de passer en revue quelques couples (ou "ships") qui ont déchaîné les passions ces dernières années :

 

Dean Winchester / Castiel, ou Destiel pour les intimes (Supernatural) :


Destiel 1 Destiel 2

Destiel, par Debonairbear (1ère image) et par Anobviousaside (2ème image)

 

Alors je ne connais pas bien Supernatural, mais ce couple est de très très loin le plus populaire du moment, totalisant près de soixante mille fanfics sur AO3 à l'heure où j'écris ces lignes ! Il semblerait que la tension sexuelle entre l'ange Castiel et celui qu'il a sauvé de l'enfer soit tellement forte dans le show qu'il ne fait aucun doute pour leurs fans que leur relation est en fait "canon" – mais que les showrunners n'ont jamais eu le courage d'aller au bout de ce qu'ils sous-entendent à longueur d'épisode...

 

Derek Hale / Stiles Stilinski, ou Sterek pour les intimes (Teen Wolf) :


Sterek par Silvermittt

Sterek, par Silvermittt


Dans un show aussi gay-friendly que Teen Wolf, il était obligé qu'un couple slashy émerge – et qui ne tomberait pas sous le charme de la relation d'amour/haine formée par le mystérieux loup-garou (surnommé "capitaine intensité" sur Série-All, pour des raisons évidentes) et le génial side-kick qui fait à lui seul tout l'intérêt du show (Dylan O'Brian <3) ? Il faut dire que leurs scènes ensemble valent généralement de l'or... Et, chose extrêmement sympathique, les acteurs et showrunners de Teen Wolf sont tout à fait au courant des fantasmes qu'ils suscitent, et n'ont jamais hésité à faire plaisir à leurs fans en insérant des scènes très intenses entre les deux personnages. D'ailleurs, il suffit de lire nos avis ici pour réaliser qu'ils représentent à eux deux à peu près 90% de l'intérêt du show.

 

Sherlock Holmes / John Watson, ou Johnlock pour les intimes (Sherlock) :

 

Johnlock 1 Johnlock 2

Johnlock, par Sevnilock/RDJLock


Les auteurs de la série se sont amusés à insérer, de manière un peu hypocrite je trouve, des tas de gags reposant sur le fait que Sherlock et Watson vivent quasiment en couple – tout en répétant inlassablement "no homo" dans la série et en interview, comme s'il était sale de les imaginer en situation intime... Toujours est-il que la tension sexuelle est là, et bien là. On peut d'ailleurs noter que la série de la BBC n'a fait que renforcer un "ship" qui existait déjà depuis bien longtemps, les romans d'origine déchaînant déjà les passions des années avant.

 

Will Graham / Hannibal Lecter, ou Hannigram (Hannibal) :


Miam... tu as bon cœur, Will. Hannibal, tu me fends le cœur.

Hannigram, par Panatheism

 

Difficile de faire plus malsain et fascinant que la relation qui unit le serial killer cannibale au profileur instable du FBI. Au fil des épisodes se noue entre eux une relation extrême, sanglante – mais qui cache bel et bien une certaine forme d'amour, complètement admise dès le début par Brian Fuller, le showrunner de la série, et qui culmine dans une fin de série en apothéose qui prouve que, non, cet amour n'était pas que dans l'imagination des fans. Bon par contre, tout comme la série, c'est un fandom assez hardcore au niveau des thèmes explorés... amis des bisounours, passez votre chemin !

 

Merlin / Arthur Pendragon, ou Merthur (Merlin BBC) :


Merlin 1 Merlin 2 

Merthur, par Mushroomtale


Tous les fans vous le diront : la dévotion aveugle de Merlin envers Arthur dans cette série est inexplicable... jusqu'au moment où on comprend qu'il l'aime. D'ailleurs, dès le premier épisode, la série est truffée de phrases à double sens pour qui sait y prêter attention, et ce dès la première rencontre de Merlin et Arthur. Et là encore, l'alchimie entre les deux héros est de loin ce qui fait le principal intérêt de la série. C'est un fandom intéressant car la magie y est souvent perçue comme une métaphore de l'homosexualité, et les persécutions dont les sorciers font l'objet comme une parabole de l'homophobie. C'est d'ailleurs une grille de lecture intéressante pour apprécier la série. Cela crée des fanfics de très grande qualité, très introspectives, traitant entre autres thèmes de la difficulté à être homosexuel dans une société ou une famille homophobes.

 

En bref...

 

On voit que tous ces couples ont en commun d'avoir en leur sein une tension sexuelle réelle et palpable dans les séries où ils apparaissent – non, ce ne sont pas les fans qui travaillent du chapeau – et, honnêtement, il n'y aurait rien de choquant à ce qu'elles deviennent canon. Malheureusement, jusqu'ici seul Brian Fuller a eu le courage d'aller au bout de ses idées – il faut croire que deux personnages principaux d'une série qui tissent des liens amoureux profonds et durables, c'est encore trop révolutionnaire... quand ils sont du même sexe.

 

 

Petite histoire du Slash

 

L'origine du mot "Slash"

 

Cela en surprendra peut-être certains, mais d'une certaine façon on peut dire que le slash est né grâce à Isaac Asimov. Et à Star Trek, série pionnière à bien des égards. En effet, lorsque Gene Rodenberry, le créateur de Star Trek, consulta Isaac Asimov pour lui demander comment gérer le fait que le héros du show, le capitaine Kirk, était notablement moins populaire auprès du public que son second, le génial Mr Spock, ce dernier lui répondit :

"[…] il faudrait peut-être resserrer un peu le duo Kirk et Spock, en faisant en sorte qu'ils rencontrent diverses menaces ensemble et que l'un sauve la vie de l'autre de temps à autre. L'idée étant que les gens se mettent à penser à Kirk quand il pensent à Spock"

... il ne croyait pas si bien dire. Gene Rodenberry ne fait ni une, ni deux, ni trois, convoque son équipe créative et dès lors ce sera à la vie à la mort entre ces deux personnages – Kirk montrera à maintes reprises la grande tendresse qu'il éprouve pour son second, tandis que Spock fera preuve d'une loyauté indéfectible envers son capitaine bien-aimé. Et, si le grand public n'y vit qu'une "bromance" devenue depuis iconique, leur relation enflamma suffisamment l'imagination de certains fans pour que la flamme ne soit toujours pas éteinte cinquante ans plus tard... Les amours de Kirk et Spock inspirent des tonnes de fanfics dès la fin des années 60 puis au cours des années 70 – ce qui en fait véritablement le couple séminal du genre.

 

Kirk et Spock 

Kirk et Spock, K "slash" S ... couple séminal du genre


Mais comme ces fanfics ne sont pas du goût de tous les fans, elles sont désignées par le nom de code "K/S" ou "Kirk/Spock", pour éviter l'ambiguïté avec celles qui ne parlent que d'amitié entre les deux personnages, les fics "Kirk&Spock".

Le signe " / " , ou "slash", devient alors le marqueur officiel des couples romantiques en général, puis le terme "slash" se met à désigner au fil du temps exclusivement les amours homosexuelles masculines... Le "slash" est né...

 

L'ère des pionniers

 

En fait, et là c'est le moment où je prends mon air grave, les débuts du slash furent difficiles. Il émergea en même temps que la lutte pour les droits des LGBT aux États-Unis dans les années 70, et dut subir de front l'homophobie, institutionnelle comme sociétale : publier des écrits parlant d'homosexualité, même platonique, était en effet interdit par la loi et passible de prison dans certains États des États-Unis. Au sein même des fandoms, le slash était un sujet polarisant, violemment rejeté par certain(e)s. Les fanzines s'échangeaient comme un secret honteux, sous les tables en convention.

Toutefois, les progrès en matière de droit et de reconnaissance LGBT aidant, et aussi grâce à internet et aux luttes féministes sur la pop culture, le genre est de plus en plus populaire et est relativement mieux accepté. Et j'ai la faiblesse de croire qu'il a joué et joue encore un rôle non négligeable dans l'acceptation de personnages de fictions homosexuels dans la culture populaire. Et dans la prise en compte de certains fantasmes féminins par les medias mainstream... Et ça, c'est pas rien.

 

 

Pour aller plus loin...

 

Prêts à vous lancer ? Je ne saurais que trop vous recommander d'aller visiter dare-dare le merveilleux site d'archivage de fanfics, AO3, et de jouer avec ses filtres et ses tags pour trouver les fics qui changeront peut-être votre vie. Vous pouvez aussi tenter votre chance du côté de fanfiction.net, même si personnellement ce n'est pas ma tasse de thé.

Si votre truc, ce sont les séries un peu anciennes, dans ce cas il y a beaucoup à glaner sur livejournal, mais là honnêtement pour s'y retrouver bon courage... Sinon, certaines séries ont leur propre site d'archives, comme Star Trek.

Pour vous faire une idée générale sur tel ou tel fandom, son histoire et ses œuvres de référence, ou lire des analyses sociologiques plus ou moins pointues, fanlore est le site qu'il vous faut.

Pour les fanarts, de nos jours il n'y a pas mieux que Tumblr. Certains fandoms sont également bien implantés sur deviantart aussi, si vous avez le courage.

Enfin, vous pouver vous baser sur des listes de recommandations sur telle ou telle série en utilisant le mot-clef "rec" dans votre moteur de recherche préféré.

 

Pour conclure, j'espère avoir attisé votre curiosité sur cet univers caché mais tellement passionnant qu'est celui du slash, et plus généralement celui d'un imaginaire féminin qui a du mal à s'exprimer pleinement dans les circuits mainstream, et qui prospère de plus en plus dans les recoins cachés du net.


NB : Énorme merci à D. pour son aide inestimable dans le choix des illustrations de cet article.




Autres articles sur cette série :



Aucun article pour le moment.

Dernières critiques de cette série :



Aucune critique pour le moment.


A propos du rédacteur

Altair Altair
922 avis
1013 notes
Moyenne : 12.98

 Visioneur raffiné

Un peu d’œstrogènes dans un monde de brutes !

5 commentaires sur cet article


gravatar
#1
MembreSupprime2 a écrit le 14/11/2016 à 11h24
Vachement intéressant, cet article !

Au début, j’étais assez sceptique avec cette remarque :

« on en est encore au stade où évoquer la possible homo- ou bisexualité d'un personnage est vu comme étant trop lol. »

Je me suis dit : « elle exagère un peu, quand même, c’était pas méchant, quoi, c’était qu’une blague… »

Puis j’ai repensé aux différents couples homosexuels que l’on peut voir dans les séries. Et c’est vrai que très très souvent, c’est montré d’un point de vue humoristique. Surtout du côté des hommes. « Bizarrement », chez les lesbiennes, beaucoup moins…

En tout cas, après l’article de Ras sur Black Lives Matter, c’est cool de voir de plus en plus souvent des articles de ce genre sur Série-All ! :)
gravatar
#2
Altair a écrit le 14/11/2016 à 20h27
Merci :)

Pour ce qui est du "on a sous-entendu qu'il était gay, trop drôle", le cas de Sherlock est particulièrement marqué.

Après... tu as le meme "gaaaaaaaay" qui surfe un peu sur la même vague.

Mais ça va mieux qu'avant, quand même.
gravatar
#3
nicknackpadiwak a écrit le 14/11/2016 à 20h38
Bah moi, je pensais que slash, c'était rapport au slasher, les films où un psychopathe tue des ados et c'est pour ça que j'avais fait le gag dans le forum ("couper un slasher, ah,ah,ah).
Et c'est pour ça que personne n'avait ri à ce gag....
gravatar
#4
MembreSupprime2 a écrit le 14/11/2016 à 21h11
@Altair : J'avoue un peu honteusement que je le fais moi-même... ^^'

Mais bon, Koss le fait aussi, alors... :P

Mais sinon, oui, c'est sûr que c'est mieux qu'avant...
gravatar
#5
Altair a écrit le 14/11/2016 à 21h16
@Nick : dans les fanfifics d'hannibal tu dois pouvoir trouver du slasher slash XD



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !

Résultats des Série-All Awards 2016


26/02/2017

0 commentaire

L'attente fut insoutenable, nous le savons bien. Mais les résultats sont enfin tombés.


Actualité » Toutes les news



Critique : Twin Peaks 3.01


25/05/2017

0 commentaire

Ça y est, on les a vus.


Critiques » Toutes les critiques



Bilan - Podcast : Westworld saison 1


16/12/2016

0 commentaire

Où nous faisons le bilan, calmement.


Bilans » Tous les bilans



Tous les trailers de la Comic-Con


26/07/2014

0 commentaire

L'instant overdose geek du jour


Vidéos » Toutes les vidéos



Focus sur Kingdom (2014)


16/03/2017

0 commentaire

Testostérone, gros muscles et pains en pleine face. Mais pas que. Focus sur Kingdom, dont la saison 1 sort en DVD le 22 mars.


Focus » Tous les focus