The Leftovers - Bilan Saison 1 - Au delà des morts

Le 23 septembre 2014 à 10:43  |  ~ 8 minutes de lecture
La meilleure nouveauté de l’année ?
Par Galax

The Leftovers - Bilan Saison 1 - Au delà des morts

~ 8 minutes de lecture
La meilleure nouveauté de l’année ?
Par Galax

A Serieall, on pense définitivement que 2014, c’est une bonne année sérielle. Après Fargo, Halt and Catch Fire, True Detective, You're the Worst,  ou encore Mixology, de nombreux séries enchaînent les bonnes critiques et/ou font beaucoup parler d’elles. Au milieu de tout ça, The Leftovers n’a pas fait autant de bruit et c’est bien dommage. Car la production d’HBO, en une saison seulement, a déjà largement mérité sa place parmi les plus grands titres des séries. Si vous n'avez pas encore commencé ou même que vous n'en avez jamais entendu parler, voici selon moi les meilleures raisons faisant que The Leftovers gagnerait à plus être vue. 

 

(Ce papier est spoiler-free.)


1) Simplicité

 


Un reproche parfois fait à la série et que l'on peut croiser sur le net, ce serait sa prétention. Mais c'est pour moi totalement faux. La série ne se croit pas intelligente et au contraire ne nous ment pas dès le départ. Le pitch nous disait :


Après la disparition soudaine et inexpliquée d’une centaine de milliers d’individus sur Terre, les habitants de ville de Mapleton ont du mal à reprendre le cours normal des choses. Trois ans plus tard, les disparus sont encore dans leur mémoire et chacun doit apprendre à reconstruire sa vie sans eux…


Simple, efficace, à peine original mais qui peut ouvrir sur beaucoup de choses. Et surtout, les choses sont mises au clair : ce sera une série non pas sur un choc, mais sur ses conséquences ; non pas sur des mystères, mais sur ce qui reste. "The Leftovers", ça veut dire les Restes. Ne vous y trompez donc pas par la scène d'introduction ou par le nom du scénariste de Lost : il y aura des interrogations mais jamais la série ne se base dessus. Très peu d'éléments fantastiques, au contraire, par moment la série joue même sur l'ambiguité. Elle se concentre principalement sur une petite communauté et nous fait vibrer admirablement avec ses habitants.

 

 

Leftovers1

Contrairement à Lost, Lindelof a cette fois-ci, assumé la part religieuse, et ce dès son générique.


2) Musique

 


Ce point aurait presque mérité d'arriver en premier tant il est important. La bande-son a une place majeure dans cette série et sa beauté seule devrait suffir à vouloir vous faire jeter un coup d'oeil. C'était en un sens un passage forcé : le grand mystère de la série n'étant pas les disparitions, mais plutôt une communauté connue sous le noms des Guilty Remnants. Ces derniers ont la particularité de ne pas parler. C'est tout bête, n'est-ce pas ? Les scènes de silence sont nombreuses et pour cela, la musique se devait d'être à la hauteur. Impossible de s'ennuyer même quand la parole se fait rare, les jeux d'acteurs sont pour la plupart un sans-faute et la musique vient appuyer merveilleusement bien les regards. Cela s'étend d'ailleurs à toutes les intrigues et toutes les circonstances de la série (pas qu'aux moments calmes et/ou silencieux). La musique nous guide tout du long et Max Richter livre des thèmes d'une extrême justesse. Même si une bande-son prend tout son sens une fois qu'on a regardé l'épisode et qu'une musique peut paraître un peu niaise sans antécédent, écoutez tout de même :

 

 

 

 

3) Emotion

 


Que vous soyiez du genre à aimer vous recevoir des grandes claques ou que vous préfériez être portés par cet instant, ce regard, ce plan qui fait mouche, The Leftovers mêle habilement les deux. Des moments forts, vous en aurez, plus vite qu'il ne faudra pour s'en rendre compte (Ozymandias peut aller se rhabiller, The Leftovers fait quasiment la même chose avec Cairo). La série a pris le parti de suivre exclusivement les personnages et même lors de ses centrics (des épisodes où parmi tout le cast, un seul personnage est mis en avant sur toute l'heure), la série approfondira chacun de ses personnages à chaque nouvel apport. Une petite scène par-ci, un événement par-là, un élément du passé qui ressurgira ici. A vrai dire, les personnages commencent tous sur un même pied incertain : avec trois ans de passé douloureux et un téléspectateur directement plongé au coeur de leur souffrance, on ne comprend pas vraiment ce qu'il se passe et certains parleront même de manque d'attachement. La série s'attelera tout le long à changer la donne en montrant les évolutions de tous et en faisant ressurgir les choses à chaque fois quand il faut. A tel point qu'on se disait même sur la fin "p*tain, ça explique tout !" à chaque fois avec simplicité, sans en faire beaucoup. La plupart du temps sans aucun dialogue.

 

 

Leftovers2

L'image de la série est toujours très soignée et certains plans resteront dans votre mémoire.

 

Plus ou moins tous les protagonistes ont un traitement incroyable mais, toutes les histoires sont racontées avec justesse. Il y a un épisode en particulier, avec ses flashbacks, qui nous éclaire quand et là où on s'y attend le moins et qui est magnifiquement exécuté. Au terme du parcours tous en ressortent différents et le plus important : nous aussi.


4) Réalisme

 

 

Ce qui ressort au final de The Leftovers, dans son univers fictif et qui ne ressemble en rien à notre monde de par la "Grande Disparition", c'est le réalisme poignant des intrigues et des personnages à qui on peut s'identifier. Encore une fois, il faut bien rappeler que la série n'a absolument rien de fantastique. On ne fait que jouer sur un doute sur des fondations simples et réalistes. Avec son univers néanmoins mêlé à un état instable, incertain, inconstant, la série montera en puissance et livrera un regard très cheangeant. S'il y a bien un adjectif qui ne pourrait jamais qualifier la série, c'est "creuse". Il y a un épisode notamment extrêmement dense mais, toutes les scènes ont souvent plusieurs degrés d'interprétations. Il y a ceux qui aiment les symboles, les parallèles ou les métaphores, ou ceux qui sont bien plus premier degré et cherchent simplement à être portés en observant l'évolution des choses. The Leftovers mélange les deux : il est évident qu'une série belle mais gnan gnan, c'est sans doute intéressant mais difficile à regarder... Aucun problème là-dessus. La série a disposé de dix heures et passés les quelques épisodes d'exposition, il n'y a pas un seul temps mort. Le scénario ne prend aucun raccourci, les ficelles sont cachées et il ne nous reste qu'à contempler le résultat. Au début un brin brumeuse, la série se révèle de plus en plus onirique au fil des épisodes. Assez magistral.

 

 

Leftovers3

Les Guilty Remnants passent à "l'action", silencieusement, face à la communauté. Que cherchent-ils ?



5) Dénouement

 


The Leftovers finit donc en beauté son récit, au terme de dix épisodes avec "The Prodigual Son Returns". Oui, la série est presque un mélodrame qui joue constamment sur le pathos et qui veut vous tirer des larmes à chaque scène, c'est peut-être un de ses défauts et forcément cela peut déplaire. La scène finale, que je ne spoilerais pas, illustre cela : un personnage suivi tout au long de la saison et qui se bat pour résister décide d'écrire une lettre de renoncement. Pourtant, sans même avoir besoin de mots supplémentaires, sans pirouette magique, la saison se finira malgré tout sur une ode, un appel à profiter de la vie. Je vous laisse le soin - si finalement la série vous tente bien - de découvrir exactement quelles sont les circonstances de cette scène, les personnes concernées, et bien évidemment quel est ce message et cette scène de fin. Une chose est sûre, The Leftovers aura brillé jusqu'au bout et elle aura terminé bien mieux qu'elle n'a commence (ce qui est toujours un plus).

 

~~~

 

Et si vous commencez et que la lassitude vient, tant pis, ça ne sera pas pour vous, mais vous n'aurez rien perdu, alors pourquoi se priver ? Il est clair qu'une fois emporté dans son histoire, vous ne reviendrez pas de sitôt. Je ne m'attendais pas, durant les premiers épisodes, à ce que la série se révèle et m'emporte. Et me voilà, à me dire que j'ai bien fait d'y croire, car c'est un produit véritablement unique qui nous a été proposé et qui mériterait en définitive beaucoup plus de reconnaissance. La série a obtenu une saison 2, de quoi encore plus approfondir son univers et inscrire définitivement la série parmi les meilleures.

 

The Leftovers ne pourra jamais plaire à tous, pourtant si vous êtes sensible à ce qu'elle raconte, il serait vraiment dommage de passer à côté d'un tel bijou.

L'auteur

Commentaires

Avatar Koss
Koss
Très bon focus. Tu donne envie, y'a pas à dire ! Tu y crois pour la saison 2 ?

Avatar Galax
Galax
Totalement ! Bien que si la série s'était arrêtée cette année, elle aurait pu se suffire à elle-même, la fin de la saison 1 n'est rien de plus que la fin d'un chapitre, il y a la possibilité que ça fasse facilement plusieurs autres saisons sur le même niveau. De quoi apporter des réponses (... ou d'autres énigmes).

Avatar Antofisherb
Antofisherb
Très bon focus auquel je souscris à 200% :) A part deux ou trois épisodes moyens en première partie du saison, c'est vraiment un excellent début et en effet il y a largement matière à ce que ça continue. Honnêtement j'avais pas vu de série traitant aussi intelligemment du deuil depuis Six Feet Under.

Derniers articles sur la saison

Critique : The Leftovers 1.01

Bien souvent, série de l'été rime avec divertissement au mieux sympathique. Avec le pilote The Leftovers, HBO semble changer la donne.