Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.34

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

9.03 - Au fond du lac

Under The Lake (1)

Le TARDIS atterrit dans une base sous-marine hantée par des fantômes, où l'équipage a découvert un mystérieux vaisseau spatial.

Diffusion originale Diffusion française
03 octobre 2015 02 janvier 2016
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)
Daniel O'Hara
Daniel O Hara
Toby Whithouse
Paul Kaye
Steven Robertson
Morven Christie
Colin McFarlane
Sophie Stone
Zaqi Ismail
Asher Ali

Tous les avis

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 02 novembre 2018 à 00:16
Spoiler

« Under the Lake » est un épisode assez classique ! Le Docteur et sa compagne tombent sur une base quelconque (ici une base sous-marine), et ils affrontent une menace (ici des fantômes). C'est donc du Doctor Who en toute simplicité .. mais le tout est pourtant terriblement efficace ! Entre le monstre finalement assez flippant, certains personnages secondaires attachants (mais quand même clichés) et surtout le coup des cartes hilarant, la simplicité s'articule à la qualité, et malgré quelques redondances, "Under the Lake" est un bon cru.


Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 07 juin 2016 à 19:15

Un mix d'Abyss-Alien3-Ghostbusters-Even Horizon(?) qui souffre un peu de quelques longueurs, mais néanmoins sympathique.

Les mimiques de Clara sont vraiment irrésistibles et le cliff de fin envoie du pâté.

J'aime bien ce concept de saison en dyptique.

4 réponses
Voir les réponses

Avatar Revan115 Revan115
Membre
Avis favorable Déposé le 24 décembre 2015 à 01:44

C'est peut être mon amour pour le fond de l'océan mais j'avais rarement autant aimé un épisode. Classique certes, mais efficace.


Avatar dewey dewey
Membre
Avis favorable Déposé le 19 octobre 2015 à 00:42

Toby Whithouse signe son grand retour dans la série après plus de 2 ans d'absence par la première partie d'un nouvel double-épisode très classique dans la forme comme dans le fond, mais terriblement efficace.

Il y a un très bon travail de fait sur les monstres, sur l'ambiance et sur les décors de cet épisode. Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu un épisode de la série aussi bien baigner dans une atmosphère d'angoisse et de mystère aussi bien dosée et omniprésente tout du long. Les fantômes constituent une vraie menace en laquelle on croit et l'épisode arrive à rendre son mystère et le déroulé de sa résolution et du comportement des piégés captivant du début à la fin, sans qu'il y ait la moindre scène de décrochage ou un sentiment d'inutilité à l'une d'entre elles. Un maintien en haleine constant grâce à un scénario et un rythme parfaitement maîtrisés dans l'attraction de l'attention de son spectateur qui joue grandement en faveur de l'épisode.

La gestion des décors dans cette épisode est également à noter tant elle est assez impressionnante, parvenant à donner une vraie impression de grandeur et d'étendue à la station alors qu'on ne doit en voir que 4-5 pièces à tout casser, ainsi que d'en faire tour à tour un lieu de répit puis de danger par un simple changement d'éclairage.

L'épisode est aussi très sympathique dans la poursuite de la relation Clara / Docteur qu'il propose. Leur échange dans le Tardis et sa conclusion étaient parfaits, le coup des cartes était absolument excellent et la facette du Docteur montré dans cet épisode est magnifiquement représentative de Twelve : à la fois terriblement inconsciente et tragiquement héroïque. Bref, beaucoup de bons points dans cette première partie qui occupent sans problèmes ses 45 minutes en laissant pleins de pistes intéressantes pour sa suite qui semble sortir un peu plus des clous que celle-ci.

Côté points mitigés / négatifs, on pourra nommer à l'exception de Cass des personnages secondaires trop effacés et stéréotypés (bien que rien d'insupportable non plus, on a eu bien pire dans la série à ce niveau là et au moins à part le richou aucun n'avaient un comportement de con), un aspect assez prévisible sur 2-3 éléments alors qu'une mise en scène différente aurait pu en faire des trucs surprenants ...

Et, bien que ce ne soit pas un reproche que je fais spécifiquement à cet épisode (car le cliff est vraiment bon et efficace en plus), mais il serait peut être bon que la série se rappelle en rêgle générale qu'il existe d'autres moyens de créer de l'enjeux que de bloquer le Docteur dans une situation de mort inévitable en apparences. Non parce que là, c'est quand même la seconde fois consécutive quoi ...

Mais sinon Under the Lake est une première partie efficace et solide, qui, bien que restant classique et interdépendante de sa seconde partie, parviens à avoir une identité suffisamment propre et d'être événementiellement parlant suffisamment riche pour ne pas laisser, comme The Magician's Apprentice l'avait fait, le sentiment de n'être qu'une introduction (quand bien même l'épisode est paradoxalement moins bon que ce dernier car plus balisé).


Avis favorable Déposé le 12 octobre 2015 à 19:47

Des épisodes de Dr Who en deux parties non scénarisés par Steven Moffat qui ne soient pas chiant, il n'y en a pas des masses... L'exploit est encore plus impressionnant quand on sait que c'est Toby Whithouse qui est à la tête du scénar... A part The God Complex, ses autres épisodes (pourtant tous en une seule partie) ne sont vraiment pas terribles...

J'ai rien compris à son histoire de transmetteurs mais le tout reste tout de même vraiment très intriguant, et les ennemis sont vraiment sympas, avec leurs capacités (traverser les murs) et non-capacités (tuer les gens seulement avec des objets qui ne peuvent donc pas traverser les murs). Les personnages de la base sont assez... basiques, en effet. En revanche, le duo Dr/Clara est toujours très bon avec ce Dr toujours en mode connard apaisé par Clara (comme tout le monde, j'ai beaucoup rit avec les cartes) et Clara de plus en plus en mode aventurière/j'en ai plus rien à foutre apaisée par le Dr... Pour finir sur une séparation entre eux. J'ai la mémoire courte ou c'est rare que le Dr s'éloigne de sa compagne en danger pour remonter le temps ?

Au final, on ne peut, bien sûr, pas s'empêcher de penser à d'excellents épisodes tels que The Waters of Mars ou The Impossible Planet mais tant que l'histoire est intéressante (et ici, c'est le cas), je vois pas le problème... En tout cas, la fin (vos notes, aussi ^^) nous promet une encore meilleure seconde partie !

Franchement, si tous les épisodes loners sont de ce niveau et que les épisodes du scénario principal sont comme le season premiere, on aura eu la meilleure saison depuis la 6ème ! :D En tout cas, pour l'instant, on a la meilleure triplette d'épisodes de début de saison de toute la série version 2005 !

2 réponses
Voir les réponses

Avatar arnoglas arnoglas
Membre
Avis favorable Déposé le 10 octobre 2015 à 16:18

Avis modéré par la rédaction de Série-All.


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 05 octobre 2015 à 15:10

"We're going to do the impossible. We're going to capture a ghost."

Difficile de juger cette première partie sans avoir complètement vu la seconde, mais l'on peut déjà dire sans crainte que même si l'épisode se limite à de l'exposition (tout comme The Magician's Apprentice), il présente toutes les qualités d'une histoire réussie.

Contrairement à des two-parters vraiment foirés tels que The Rebel Flesh & The Almost People, qui présentaient déjà de grosses erreurs dès leur première partie, Under the Lake base tout son temps à développer le mystère pour que la seconde partie se garde tout le gros morceau. C'est bien sûr à double-tranchant. D'un côté, il est vrai que le rythme est par conséquent plutôt posé et que l'absence quasi totale de développement empêche cet épisode d'exister à lui tout-seul. D'un autre côté, cela permet de développer une couche de mystères sur mystères et de laisser plein de détails et de pistes pour la seconde partie. Entre les écritures, l'existence des fantômes, leur but, le "pilote" dans le caisson récupéré de l'Eglise, et bien sûr le cliff, il y a un paquet de choses et nous n'avons pour l'instant aucune réponse.

Il y a aussi quelque chose de beaucoup plus subtil qui se trame chez le personnage de Cass. Elle refuse par deux fois que Lunn, son traducteur, aille voir les écritures. Cela n'a aucun intérêt scénaristique, pourtant on met l'accent dessus deux fois. De plus, le message de détresse envoyé au continent est écrit en morse. Qui de mieux placer qu'une sourde-muette pour l'envoyer ? Qui plus est, les fantômes ne peuvent pas prendre un téléphone, cela ne peut pas être eux. Plus, sa réaction quand le Docteur lui dit qu'ils peuvent partir. Quelque chose me dit que Cass n'est clairement pas innocente dans l'histoire, ou joue en tout cas un rôle avec les fantômes. Etant restée avec son traducteur et surtout Clara, cela peut donner lieu à de très bonnes choses si le huis-clos à 3 est conservé longtemps dans l'épisode suivant.

Autrement, Cass elle-même est fantastique. Le perso en lui-même est déjà super (il est le seul ne serait-ce qu'un minimum intéressant du groupe) et l'actrice est hyper attachante par dessus le marché. Si le making-off de son personnage vous intéresse, une vidéo très intéressante voire touchante (ya même un passage explicatif de Toby lui-même) : http://www.bbc.co.uk/programmes/p0346nnh

Le reste du guest cast ne brille pas du tout. Entre le cliche du ripoux qui crève tout de suite, le cliché du scientifique, celui de la fangirl (nothing beats Osgood)... Il faut être honnête, Withouse nous a habitué à bien mieux, nous ayant offert de bien meilleurs personnages secondaires par le passé (spécialement dans The God Complex et A Town Called Mercy). Cela reste au-dessus des personnages secondaires lambdas classiques, mais pour son premier two-parter je m'attendais à mieux.

Globalement en revanche, il a toujours l'art de bien savoir manier les mots et nous intriguer dans son mystère. Cela fait du bien d'avoir un peu de Doctor Who "clasique" comme on n'en a jamais eu depuis les épisodes de Mathieson. C'est posé, c'est léger en auto-référence (mais elles sont toutes sympas, notamment l'utilisation du Trivoli, le rat dans The God Complex, afin de montrer que les fantômes ne pensent pas par eux-mêmes (car jamais un lâche ne se mettrait en tête d'aller tuer des gens), ou encore l'excellent rappel à Sarah Jane Smith).

Assez dubitatif au départ (pour des raisons que j'évoquerais ensuite), j'ai été surpris d'être vraiment saisi par le mystère des fantômes en même temps que Twelve lorsqu'il réalise qu'une réponse entraîne plus de questions, vers la fin. C'est assez fascinant toute cette histoire.

Dernier point que je souhaitais souligné : Twelve & Clara. Leur développement s'insère extrêmement bien dans cet épisode et le foreshadowing de cette compagne est toujours aussi exquis à voir. Leur relation retourne ici à sa base (le coup des cartes m'a fait hurler de rire) mais individuellement, les deux personnages ont beaucoup évolué avec l'autre. "There's only room for one ME" dit le Docteur dans le TARDIS. Je suis ravi de voir que lui-même s'en rendre compte et qu'il commence à s'inquiéter pour le sort de Clara. Evidemment, lorsqu'il dit "I've got a duty of care", on ne peut que repenser à la même expression utilisée par Clara dans Into the Dalek. L'inversion des rôles (ou plutôt la tendance qu'a chacun à se rapprocher du rôle de l'autre sans toutefois dépasser les limites) est flagrante.

Puisqu'il faut parler de Twelve d'ailleurs, quel Docteur ! Je me plaignais qu'il s'adoucissait un peu trop avec l'âge, mais je pense à bien y réfléchir que cela reste très en continuité avec son personnage depuis que Mummy on the Orient Express nous l'a montré sous un angle différent. Dans cet épisode, il ne perd pas son piquant (ça faisait longtemps qu'il n'avait pas interagi avec des humains "banals" aussi) tout en prenant son pied et en étant plus décomplexé que la saison précédente. Bien sûr, on n'est pas à l'abri d'un effet "Ten saison 4" ou d'un "Eleven saison 7", où le personnage frôlait l'auto-caricature, mais jusqu'à maintenant j'adore l'évolution de ce Docteur et j'espère que cela continuera comme ça.

Bien sûr, tout n'est pas parfait dans le scénario. Il y a UN truc qui m'a énormément gêné, et qui empêche carrément l'épisode de dépasser le stade du 14 pour moi. C'est à quel point le Docteur tombe aussi facilement dans l'irrationnel quand il évoque les fantômes. Le Twelve sceptique que l'on connaît laisse la curiosité prendre le pas sur son intelligence et je trouve ça limite out-of-character. "They're not holograms..." ben qu'est-ce que tu en sais, tu les as étudié genre, deux secondes ?? Quand en plus, il est évident qu'ils ont l'air plus d'être un phénomène électromagnétique que de vrais fantômes, j'ai vraiment tiqué sur ce point. On serait arrivé au même résultat si Twelve avait dit "They're not ghosts, I will prove it" et qu'il avait ensuite mis en place la capture des fantômes. Cela aurait été beaucoup plus intéressant.

Un autre problème c'est que même si le scénario est très malin, ses personnages sont un peu cons. Le Docteur met un sacré paquet de temps avant de penser à insérer les écritures dans l'histoire. A deux reprises dans l'épisode il réunit le groupe et leur demande quelle est la chose à se demander, et à deux reprises je m'attendais à ce qu'ils parlent des écritures, mais non. Les "murder-mystery" sont toujours à double-tranchant car cela peut être très efficace mais aussi raté son effet si le spectateur a une longueur d'avance sur l'enquêteur. Heureusement le scénario apporte bien d'autres questions croustillantes comme je l'ai dis donc ce défaut est pardonné.

Un autre problème, cette fois bien réel, c'est que si l'épisode arrive à se démarquer visuellement d'un bon paquet d'autres, ce n'est absolument pas le cas de l'histoire. "I've never met a propre ghost" nous dit le Docteur... Comme je le craignais, l'épisode nous donne un sacré gros "fuck" à la cohérence de la série. Surtout après les événements de Dark Water, quoi (dans lequel Twelve est très sceptique justement). Il y a bien des concepts sympas mais voyons les fantômes on les a vu cent fois. Dans The Unquiet Dead, ce sont des boules de gaz conscientes. Dans Army of Ghosts, les échos de Cybermen d'une autre dimension. Dans le double de la bibliothèque, des esprits uploadés dans un disque dur. Dans Hide, une voyageuse temporelle piégée dans un univers de poche. Dans Dark Water, des consciences digitales dans une matrice. Même dans des épisodes qui n'ont rien à voir comme A Christmas Carol on aborde la question des fantômes. STOP. CA. SUFFIT. Je ne veux plus d'histoire de fantômes avant la saison 20.

Pour palier à ce pitch de départ (et donc à une grosse partie de l'épisode) hyper classique, Withouse va jouer avec les codes du genre. Il fait ouvertement mention aux films qui le caractérisent (The Cabin in the Woods) et utilise de beaucoup de ficelles connues pendant un certain temps. La chasse aux fantômes, étant grosso modo du pur run-the-corridor, est un exemple. Seulement, plus l'épisode avance, plus on sent que Withouse va s'amuser à tous nous surprendre et à briser les codes. Déjà, il nous épargne le cliché du TARDIS qui disparaît pour renforcer la teneur dramatique du huis-clos, et s'évite par la même occasion un fardeau scénaristique que tous les scénaristes ont déjà connu (et qui entraînait des réapparitions ri-di-cules comme celle de The Almost People - oui c'est mon défouloir aujourd'hui). Mais il va plus loin, puisqu'il se moque carrément de cette "tradition" de faire disparaître le TARDIS avec une phrase toute conne : "We put the handbrake on". Bon, encore une fois, c'est un peu un gros "fuck" à plein de huis-clos qui précédaient, mais c'était très marrant (et puis on n'a pas de mal à imaginer que le Docteur a fini par installer un frein à main pour éviter ce genre de situations).

Du coup, le plus intéressant de l'épisode, et c'est aussi ce qui est un peu dommage, c'est ce qu'il promet. Le cliffhanger est en effet extrêmement intéressant. On se doute de ce qui va arriver suffisamment tard pour tomber dans le panneau malgré tout. La promesse d'une seconde partie divisée en deux scènes, dont l'une agira sur les conséquences directes de la première, le tout avec nos protagonistes séparés, un Docteur au sort inévitable et l'insertion parfaite du contexte de "ville engloutie"... Tout ça fait de Before the Flood un épisode qui a l'air carrément unique (tout en utilisant tout de même des grandes lignes classiques - la mort du Docteur, du timey-wimey) et qu'en tout cas j'attends avec extrême impatience.

Le tout maintenant est de voir si, comme The Witch's Familiar l'avait fait, il saura honorer le très bon départ lancé par cet épisode.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Administrateur
Avis favorable Déposé le 05 octobre 2015 à 13:40

Un épisode comme il y en a déjà eu 100 auparavant et comme il y en aura 100 ensuite.

Il y a juste 3 petits morceaux de chocolat à se mettre sous la dent qui maintiennent à flot (did you get it ?) l'épisode : le fait que l'actrice soit vraiment sourde, le coup des cartes (très bon) et le fait que le Docteur remonte dans le temps pour résoudre le problème (ce qui est de l'inédit avec la nouvelle série (?)).

2 réponses
Voir les réponses

Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis favorable Déposé le 04 octobre 2015 à 16:29

Excellente première partie avec des monstres un peu flippants, quand même. (Leur design est vraiment excellent)

Le tout était assez étrange, ça m'a cruellement fait penser aux peu d'épisodes de l'ancienne série que j'ai vu niveau construction (faut que je rattrappe mon retard d'ailleurs) mais tout en se placant dans la nouvelle série avec un bon twist des familles bien NuWho à la fin de l'ep. Mais ce qui aura surtout retenu mon attention sur cet épisode, c'est le tout léger rappel à l'ordre du Docteur sur Clara. Un passage vraiment intéréssant qui en dit beaucoup sur la direction que prendra (et qu'a déjà pris) le personnage de Clara dans la suite de la série...

4 réponses
Voir les réponses

Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 04 octobre 2015 à 14:31

Le problème de cette saison, c'est qu'il est très difficile de juger les premières parties d'épisodes sans savoir si le jeu en vaudra la chandelle dans la seconde partie.

Néanmoins, juger une première partie devient quasiment un exercice à part entière, puisqu'on connaît à peu près le fonctionnement d'un two-parters dans la série.

En l'occurence, cet épisode fonctionne bien: le cadre est bien défini, intrigant, plutôt joliment rendu (comme toujours, quand on sait qu'on voit quasiment toujours le même couloir vu sous des angles différents, on peut saluer le boulot de la réal). L'équipage est grossièrement dépeint, mais les rôles sont clairement définis (si on avait pu éviter le classique égoïste très méchant condamné à crever dès les premières secondes de l'épisode, ça aurait été encore mieux).

Les monstres ont un design assez efficace, et représentent une véritable menace, même une fois que leur véritable fonction est révélée (ce qui est assez rare pour être souligné dans la tradition du Whoniverse). Enfin, des zones d'ombre demeurent, tout en ayant suffisamment de réponses pour savoir où va se diriger la seconde partie. Le cliffhanger est sympathique, tout en restant assez inoffensif, bien évidemment.

Alors certes, on pourra citer "The Impossible Planet", "The Almost People" ou "The Waters of Mars", mais cet épisode fonctionne suffisamment bien pour s'en démarquer. A vrai dire, je n'ai quasiment jamais pensé aux précédents huis clos de la série (même pas à "Cold War", c'est dire), car l'épisode réussit à se démarquer pour le moment, avec un mystère qui semble s'orienter vers de nouveaux horizons dans la seconde partie.

Quand en plus Capaldi est enfin pleinement le Docteur, et que son duo avec Clara fonctionne correctement, on se réjouit de cette bonne petite aventure des familles, à regarder au coin du feu, avec un bon chocolat chaud.


14.36

14 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de ClaraOswald
ClaraOswald a noté cet épisode - 17
22 déc. 2018
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 14
26 juil. 2018
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 14
07 juin 2016
Avatar de Revan115
Revan115 a noté cet épisode - 19
24 déc. 2015
Avatar de bigben1294
bigben1294 a noté cet épisode - 14
23 nov. 2015
Avatar de oberown
oberown a noté cet épisode - 14
06 nov. 2015
Avatar de dewey
dewey a noté cet épisode - 14
19 oct. 2015
Avatar de MembreSupprime2
MembreSupprime2 a noté cet épisode - 14
12 oct. 2015
Avatar de arnoglas
arnoglas a noté cet épisode - 13
10 oct. 2015
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 14
05 oct. 2015
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 11
05 oct. 2015
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 15
04 oct. 2015
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 14
04 oct. 2015
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 14
03 oct. 2015

Derniers articles sur la saison

Bilan : Doctor Who (2005) saison 9

Les rédacteurs font le bilan et reviennent sur la deuxième saison pour Peter Capaldi dans Doctor Who.

Critique : Doctor Who (2005) 9.13

River Song revient dans un épisode de Noël imparfait mais divertissant, bouclant au passage l'une des intrigues les plus iconiques du show.

Critique : Doctor Who (2005) 9.12

Allez, ce fut une plutôt excellente saison, mais que vaut son final ? Égale-t-il le chef d'oeuvre qui le précédait ? Sans surprise, non, mais cela signifie-t-il mauvais épisode pour autant ? Là encore non, bien au contraire...