Critique : This Is Us 5.4

Le 28 novembre 2020 à 11:01  |  ~ 8 minutes de lecture
Laisser pleurer ou ne pas laisser pleurer ? Telle est la question à laquelle This Is Us tentera de répondre cette semaine.

Critique : This Is Us 5.4

~ 8 minutes de lecture
Laisser pleurer ou ne pas laisser pleurer ? Telle est la question à laquelle This Is Us tentera de répondre cette semaine.
Par Mmaginère

 

Ce quatrième épisode de This Is Us se concentre plus sur Kevin et son besoin de réussite, même si les intrigues de sa sœur et de son frère sont aussi mises en avant, dans la continuité du dernier épisode.

 

Dur dur d’être une star

 

Les deux timelines du passé vont se concentrer sur Kevin : ses pleurs incessants lorsqu’il était bébé et son implication dans le sport pendant son adolescence. L’intrigue des pleurs de bébé coupe très bien l’épisode, mais n’a pas vraiment d’intérêt, à part apporter ces scènes simples de la vie quotidienne et montrer l’opposition entre la Rebecca Maman Poule et le Jack Papa Exigeant, qui est plus marquée dans la période de l’adolescence de Kevin. C’est d’ailleurs cette dispute que ce dernier écoutera et qui le poussera à se dépasser. Ce n’est jamais facile pour les parents lorsqu’ils sont en désaccord concernant leurs enfants, surtout qu’ils essaient de ne pas leur montrer. Au final, ils ont le même but, juste des manières différentes d’y arriver et ils finissent par se comprendre. Cette saison de This Is Us met vraiment l’accent sur le rôle de parent et ses difficultés, car tous les personnages sont concernés.

 

Rebecca dans le passé fait face à Jack.

Rebecca versus Jack : qui a dit qu’être parents c’était facile ?

 

Dans le passé, Kevin s’implique dans le sport, mais ne donne pas satisfaction à son coach qui demande à Jack que son fils travaille plus. Dans le présent, il essaie aussi beaucoup trop d’impressionner le réalisateur du film pour lequel il va travailler (qui l’ignore complètement, pourquoi l’avoir choisi ?). C’est terrible à regarder, en particulier dans le présent, car on a vu l’aîné de la fratrie tellement évoluer et se donner les moyens, que ça semble encore plus injuste. J’avais bien envie de jeter mon verre d’eau au visage de Foster et de lui demander quel était son problème. Bon, il semble juste vouloir que Kevin donne le meilleur de lui-même, car il croit qu’il peut faire mieux, mais je trouve sa méthode assez humiliante. Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas se contenter de dire clairement les choses au lieu d’espérer que la personne en face les devine seule ? C’est encore pire quand ces gens montrent leur mépris car la personne ose demander des explications. Au final, Kevin va se mettre à travailler encore plus dur, dans le passé comme dans le présent, et nous devrions voir le résultat dans les prochains épisodes.

 

Kevin et Randall adolescents se faisant face.

Dans le passé, Kevin demande à Randall de l’aider à travailler.

 

Mise à nu et conséquences

 

Kate et Toby continuent le chemin vers l’adoption. Nous sommes dans une série, tout ne peut pas aussi bien se passer, j’attends donc le coup de théâtre. Ils sont quand même tellement mignons dans cet enthousiasme qu’ils essaient de ne pas trop montrer par peur que ça capote. Ils ont même choisi un nom pour leur future progéniture : Chloé (ah, je pense tout de suite à la fille d’Emma et Fabien dans Scènes de ménages !). L’émotion est à son comble lorsque les futurs parents assistent à l’échographie d’Ellie. Et là, le drame : Kate prononce le nom du bébé, ce qui plombe l’ambiance. Heureusement, une rapide discussion avec Ellie dissipe tout ça et la jeune femme se confie sur ses sentiments, le fait qu’elle ait faillit avorter, le fait qu’elle soit sûre de son choix en ce qui concerne le couple de parents qu’elle veut pour son enfant (Kate et Toby)... La relation entre la jeune femme et le couple est donc maintenue, mais Kate va beaucoup réfléchir à leur échange et révéler un lourd secret à Toby : elle est tombée enceinte de son amoureux toxique à 18 ans. Deux hypothèses :

  1. Elle a caché sa grossesse via sa prise de poids et fait adopter son enfant (ce qui me semble peu probable).
  2. Elle a subi un avortement, ce qui me paraît plus crédible, faisant écho à la confidence d’Ellie. Ce droit est de nos jours plus important et mieux compris, mais il ne tient encore qu’à un fil, notamment aux États-Unis où il n’est pas autorisé dans tous les États. Les femmes sont souvent mal accompagnées et jugées, alors que c’est un moment difficile. Le fait d’en parler de plus en plus ouvertement dans les séries est une avancée qui, je l’espère, aidera à apporter des jours meilleurs dans les droits des femmes et la tolérance envers nos choix, quels qu’ils soient.

 

Kate et Toby se font face autour de leur table de salle à manger.

Quel est ton secret, Kate ?

 

Cette scène et la vulnérabilité de Kate m’ont beaucoup touchée, mais la série n’y a pas mis suffisamment de force. Notamment en coupant cette révélation sur plus d’un épisode.

Du côté de Randall, Malik va faire un stage avec lui. Deja est très contrariée par la joie de son père à cette idée, mais moi je l’ai trouvée très communicative. Je sentais des moments amusants se profiler et l’épisode m’a très vite donné raison, avec la première erreur de Malik : il n’a pas arrêté de filmer Randall lorsque ce dernier a terminé son bulletin et celui-ci s’est donc retrouvé à se déshabiller devant tout Philadelphie. Même si ce moment est assez embarrassant pour les deux personnages, il m’a fait beaucoup sourire dans sa mise en scène.

 

Randall fait face à Malik en tenue de sport après l'incident.

Vas-tu devenir strip-teaseur, Randall ?

 

La vidéo va devenir virale et le grand-père vietnamien aperçu dans le dernier épisode va la voir et faire le lien avec la mère de Randall. Encore une fois, c’est trop léger et pas très intriguant. La scène qui a suivi entre Malik et Randall était magnifique : la conversation a commencé par un Randall calme expliquant ses attentes envers Malik, une conversation d’adulte réprimandant un adolescent. Puis elle s’est transformée en une conversation d’un père parlant à un autre père. Comme je l’ai dit plus haut, cette saison est très axée sur le rôle des parents et ce moment a apporté un lien nouveau entre les deux hommes, qui se ressemblent. Malik est un garçon discret et qui aime s’amuser, mais qui est bien plus responsable qu’il n’y paraît et qui a des rêves ambitieux qu’il compte bien réaliser. Ce qui me plaît d’autant plus dans cette histoire, c’est que la plupart des parents adolescents sont des mères, rarement des pères, surtout en tant que parent isolé. This is Us montre une situation plus rare avec ce très jeune père seul qui fait de son mieux pour sa fille. Et c’est de loin la meilleure scène de l’épisode. Encore une fois, le duo Randall-Malik m’a enthousiasmée.

Rebecca est encore absente dans le présent, ce que je regrette, mais ses enfants pensent à elle, en particulier Kevin, leur relation étant mise en avant dans cette épisode à travers le passé.

Enfin, quelques interactions entre les Big Three ont fait du bien : Kevin et Randall dans le passé, Kevin et Kate dans le présent. J’espère qu’ils vont finir par crever l’abcès sur leurs problèmes, car ça devient un peu pesant. Kate a commencé dans cet épisode, mais ça ne suffit pas à mon impatience.

 

En conclusion, encore un bon épisode de This Is Us. Je suis vraiment charmée par cette saison 5, qui remonte la pente après une saison 3 médiocre et une saison 4 en demi-teinte.

 

J'ai aimé :

  • Les duos sont à l’honneur :
    • Randall et Malik.
    • Kate et Ellie.
    • Rebecca et Jack.
    • Les jeunes Randall et Kevin.

Je n'ai pas aimé :

  • Foster.
  • Le malaise qui persiste entre les Big Three dans le présent.

Ma note : 15/20

L'auteur

Commentaires

Pas de commentaires pour l'instant...

Derniers articles sur la saison

Critique : This Is Us 5.6

Ce nouvel épisode nous livre l’histoire de Laurel, la mère biologique de Randall.

Critique : This Is Us 5.5

Pour la nouvelle année, This Is Us nous offre un épisode plein d’émotions.

Critique : This Is Us 5.3

Cette semaine, This is Us nous montre l’une des plus terribles menaces de la vie des parents : les adolescents. Brrr, j’en frissonne déjà de terreur.