Les Français dans les séries américaines

Le 08 novembre 2020 à 09:27  |  ~ 25 minutes de lecture
Les séries américaines parlent parfois de la France et de ses habitants : entre clichés et vérités, que dit-on outre-Atlantique sur nous ?

Les Français dans les séries américaines

~ 25 minutes de lecture
Les séries américaines parlent parfois de la France et de ses habitants : entre clichés et vérités, que dit-on outre-Atlantique sur nous ?
Par Mmaginère

 

Ah la France, quel beau pays ! Peuplé de sympathiques et merveilleux habitants toujours bien habillés, qui savent cuisiner et qui ont toujours le sourire et... Quoi ? Comment ça ce n’est pas vrai ? Et qu’est-ce qui vous permet de dire ça ? Les séries américaines, vraiment ? Ah, je proteste, vous avez touché mon âme patriotique ! Et si nous allions voir ça de plus près ?

 

La représentation de la France et des Français dans les séries américaines

 

Quand les séries américaines parlent de la France, c’est en général Paris. Eh oui, notre pays se résume à une seule ville, ce qui est bien dommage car nous vivons sur une terre riche et diversifiée. Mais bon, ce serait trop long de tous nous étudier et nous représenter, alors le choix s’est porté sur notre sublime capitale.

 

Image de Paris : on voit au loin la Tour Eiffel et en premier plan un drapeau français.

La France = Paris, si si, les séries américaines le disent donc c’est vrai

 

Ensuite, là où notre représentation continue d’être réduite, c’est que les séries américaines illustrent souvent la bourgeoisie voire les riches Français. Ce qui ne correspond pas à la majorité de la population, ni au public auquel s’adresse la série. Les clichés qui y sont présentés nous font donc d’autant plus bondir qu’ils ne nous parlent pas.

 

Le luxe et les paillettes

Commençons avec les séries de Darren Star : l’iconique Sex and the City nous a mis en lumière à deux reprises. Dans l’épisode 5 de la saison 1, Carrie flirte avec un riche homme d’affaires français qui est bien entendu un séducteur et un connaisseur en vin, mais plein de classe et de délicatesse. C’est tout à fait possible, le cliché reste ici assez superficiel. Puis c’est à Paris que se déroule le final de la série : personne ne parle vraiment anglais (on s’est beaucoup améliorés), il y a de la merde de chien partout (bon ça c’est plutôt vrai, même si c’est moins pire qu’à l’époque de la série), tout le monde fume (selon Carole Bouquet qui y fait une apparition, mais je ne suis pas d’accord, il y a des fumeurs et des non-fumeurs comme partout)... Bref, la vie de rêve imaginée par Carrie tourne au cauchemar dès qu’elle met un pied dans la capitale française. La seule défense de la série reste que c’est quand même dans cette ville que Carrie et Big sont retombés amoureux pour toujours (j’admets que comme toute fan c’était ce que je voulais, malgré la toxicité de leur relation). Mais je retiens surtout le fait que Paris c’est la ville de l’horreur et j’aurais aimé que la France ait bien moins mauvaise presse, en particulier dans une série aussi populaire.

Et comme ça ne suffisait pas à Darren Star, il a décidé de frapper encore plus fort avec Emily in Paris, série qui a suscité une vive polémique et enflammé la toile à cause des clichés véhiculés : nous retrouvons encore la merde de chien et les fumeurs à tous les coins de rue, mais on nous y ajoute entre autres :

  • La méchanceté sans aucune raison apparente : que ce soient les collègues d’Emily, la concierge, la boulangère ou la fleuriste, tous les Français qu’elle rencontre ou presque sont tout de suite méchants et agressifs avec elle. Ce cliché totalement faux est renforcé par la déclaration de la seule amie (non Française) qu’elle se fait. Heureusement qu’elle rencontrera son gentil voisin et sa petite amie qui sont les seuls gentils Français de Paris (mais qui ne sont pas Parisiens d’origine, là aussi un cliché dans le cliché ? ). Je suis vraiment blasée de cette représentation : il y a des gens agressifs et énervés de partout, mais aussi des gens sympas et souriants. Je n’ai pas eu le sentiment en allant à Paris que je me faisais agresser par toutes les personnes à qui j’adressais la parole. Au contraire, j’ai eu plus souvent de la gentillesse que de la méchanceté en face de moi.
  • La fainéantise : les Parisiens commencent plus tard que le reste de la France en général, mais plutôt entre 9h et 10h. En contre-partie, ils finissent plus tard le soir. Il est peut-être normal qu’une agence de marketing commence à 10h30 ou plus tard sachant que certaines soirées – comme on le voit dans la série – sont dédiées à leur travail. Je trouve juste dommage qu’au lieu d’expliquer ce contexte, la série se contente de dire que tous les Français bossent peu car ils commencent tard et prennent des pauses déjeuners à rallonge (c’est très secteur d’activité et personne dépendants, mes proches et moi-même avons pour la plupart une pause d’une heure, mais je dirai qu’en France, ça varie de quarante-cinq minutes à deux heures). Nous voyons aussi qu’Emilie semble finir assez tôt quand elle ne passe pas sa soirée à travailler, ce qui intensifie le cliché du fainéant travailleur Français.
  • Les séducteurs : tous les hommes qu’Emily rencontre cherchent à la séduire, qu’ils soient célibataires ou non – l’un d’entre eux lui offre même un ensemble de lingerie. Ils doivent être la version classe du harceleur de rue. Non Emily, il n’y a pas de beaux et élégants Français à tous les coins de rue et ils ne veulent pas tous être avec toi. Et le harcèlement sexuel, ainsi que les cadeaux inappropriés, ne sont pas acceptés chez nous (enfin pas par tout le monde, mais sûrement pas par la loi). Mais la séduction fait partie de notre culture, je ne peux pas le nier.
  • Les Français parlent en anglais entre eux. Lorsque Emilie est intégrée à la conversation, je suis d’accord, mais quand ce n’est pas le cas, je ne comprends pas du tout. Est-ce que vous faites ça, vous ? Parler à votre famille ou à vos amis en anglais de choses qui les concernent directement ? Moi, non. Mais dans une série américaine, même si c’est joli et chic, et qu’on est en France, il ne faudrait pas trop parler français pour la compréhension du public américain quand même, les pauvres !
  • L’affaire du pain au chocolat : bon d’accord, ce n’est pas vraiment un cliché, mais je voulais en parler. Le pain au chocolat coûte 1,40 euros pour Emily. Après une rapide enquête auprès de quelques Parisiens et d’autres proches, le prix du pain au chocolat oscille entre 1,05 et 1,10 euros, sauf dans certaines boulangeries un peu plus "haut de gamme" où il peut atteindre 1,40 euros et pas qu’à Paris. Emily évoluant dans un milieu plus aisé, ce serait donc une vérité plus qu’un cliché. J’ai quand même failli tomber de ma chaise quand la boulangère a annoncé le prix. À côté de ça, on a un bouquet de superbes roses à seulement 6 euros… Bon Darren, tu devrais te renseigner sur les vrais prix de la vie à Paris quand même, un peu de réalisme que diable !

Je ne listerai pas tous les clichés débités par la série, la vie est trop courte.

Darren Star et Lily Collins se défendent en disant que c’est la version de Paris qu’ils ont vécue, ainsi que les autres expatriés qu’ils connaissent, mais je la trouve dans certains cas bien trop exagérée. L’image de la France reste très négative de manière générale et ça me dérange. Je pense qu’il faut de l’équilibre pour tout sujet et ici, il n’y a que des aprioris négatifs.

 

A gauche, Carrie à Paris avec la Tour Eiffel en arrière-plan. A droite, Emilie devant la Tour Eiffel sur une affiche où elle est colorée dans des tons roses/violets..

Carrie and Emilie in Paris

 

Des séries comme Gossip Girl et The Bold Type ont aussi rapidement montré le Paris festif et doré le temps d’un épisode, mais je ne m’étendrai pas là-dessus, car il n’y a pas vraiment de gros clichés ou vérités qui méritent d’en parler.

Il y a d’autres clichés véhiculés dans les séries américaines, mais ce serait trop long de tous les décrire, les principaux étant ceux déjà abordés avec Emily. Je rajouterai juste la vision du criminel français (version petite frappe pauvre) de The Boys qui parle en anglais en ponctuant toutes ses phrases de "mon cœur" ou autre expression mielleuse en Français et qui écoute du rap français uniquement. C’est bien connu, c’est grâce à leurs goûts musicaux que la police a réussi à mettre la main sur tous les vrais méchants français. Quant au criminel riche, il doit écouter de la musique classique, probablement Chopin, mais ça quelle que soit sa nationalité. Je suppose que le Français boira du vin (un Bordeaux bien entendu) pour le différencier des autres.

 

Une culture différente

Emily trouve que les Français sont très méchants de base, alors qu’elle arrive tout sourire et essaie d’entamer la conversation avec tout le monde. Les Américains sont plus "friendly" de base (sans forcément chercher à créer une vraie relation), là où nous avons besoin de construire des liens avec une personne pour lui raconter notre vie. C’est tout simplement une différence culturelle, mais qui a un impact important sur notre vision de l’autre : elle donne l’impression aux Américains que nous sommes froids et elle nous donne l’impression que les Américains sont hypocrites. Je peux aussi citer le côté très positif des Américains, là où nous préférons dire les choses telles qu’elles sont. C’est exprimé de manière très cliché avec Emily toujours très souriante, encourageante et poussive, face à des Français ronchons et réalistes pessimistes.

Quand on va dans un autre pays, nous nous renseignons souvent en amont sur des choses pratiques (langue, monnaie, vie quotidienne...) ou culturelles touristiques, mais moins sur la culture mode de pensée (dans un même pays, il y a une telle diversité). Lorsque nous allons à l’étranger, nous avons besoin de certains repères que nous ne trouvons pas forcément ou nous avons certaines attentes qui sont déçues et qui peuvent renforcer le choc culturel et nos impressions sur le pays visité. Comme Emily, qui a eu vent de son départ à Paris peu de temps avant d’entamer son voyage, qui n’a pas pu apprendre le français, ni pris le temps de chercher ce qui l’attendait en dehors du fantasme qu’est Paris. La chute est dure et c’est aussi ce que la série nous montre (même si elle grossit clairement le trait et que la plupart des gens dans la situation d’Emily auraient mieux préparé leur voyage).

 

La Tour Eiffel à gauche, la Statue de la Liberté à droite

Nos cultures sont aussi différentes que nos monuments les plus célèbres

 

Finalement, que ce soit des clichés ou la vérité, c’est souvent venu de la perception d’une personne ou d’un groupe de personnes, qui dépend de tellement de facteurs, que rien de ce qui pourrait être dit ne serait jamais parfaitement vrai ou faux. Mais les séries américaines pourraient faire mieux pour se rapprocher de la vérité.

 

Les acteurs étrangers qui incarnent des Français dans les séries américaines

 

Passons maintenant à ce sujet qui me fait hurler et écorche mes oreilles : des personnages français interprétés par des acteurs étrangers.

 

Le trilogie du samedi des non-Français

La palme revient au personnage de Michel Gerard dans Gilmore Girls, interprété par le Canadien Yanic Truesdale. Bien que le jeu de ce dernier soit impeccable, sa manière de parler avec un accent pincé et hautain qui n’a rien de français me rend dingue. Je suis incapable de regarder cette série en version originale, je la regarde toujours en version française à cause de ça. Et dois-je parler de la version française qui a rendu Michel Italien (sans changer son nom pour ajouter de la crédibilité) et qui apporte donc les clichés français à une autre culture ? Je soupire très fortement, mais c’est moins pire que de subir la version originale.

Dans le même genre, entendre l’Israélien Tomer Kapon baragouiner en français, que ce soit des dialogues complets pour lesquels j’aurais souvent besoin de sous-titres, ou les quelques « oui Madame » et « mon cœur », fait saigner mes pauvres oreilles. Dans le comics, il n’est pas confirmé que le Frenchie de The Boys soit un vrai Français. Mais c’est très fortement sous-entendu dans la série (qui d’autre écouterait du rap français et s’appellerait Serge ?).

En parlant de sous-titres, ceux-ci m’ont été nécessaires dans Lost, lorsque la Française Danielle Rousseau (interprétée respectivement dans ses versions présent et passé par la Croate Mira Furlan et par l’Américaine Melissa Farman) parlait en français. Ce rôle est certes secondaire, mais un peu de crédibilité n’aurait pas fait de mal. Au passage, tout comme Michel dans Gilmore Girls, Danielle a changé de nationalité dans la version française : elle est devenue Allemande...

 

A gauche Michel Gerard, au milieu The Frenchie et à droite Danielle Rousseau.

Le trio infernal, j’en ai perdu la voix et l’ouïe

 

J’ai d’autres exemples en tête, mais je m’arrêterai là, le but n’est pas de tout lister. Quoi qu’il en soit, je trouve dommage de créer un personnage français et d’enlever une partie de sa crédibilité et de l’apport culturel en le faisant jouer par un étranger. Surtout lorsqu’il s’agit d’un personnage principal. Je peux comprendre et accepter que ce ne soit pas le cas pour un personnage qui fait une brève apparition (comme par exemple la fille de l’ambassadeur français dans l’épisode 13 de la saison 3 de Gossip Girl). Je pense qu’il serait possible de trouver des figurants français, mais c’est moins important. Je préférerais qu’il y ait plus de respect de la vérité, mais j’ai un minimum de souplesse qui me permet d’accepter que ce ne soit pas le cas.

 

L’erreur horreur absolue

Mais il y a bien pire que ce que je viens d’écrire : des acteurs étrangers qui jouent des Français dans une série française, série historique dont TOUS les personnages sont français et presque AUCUN acteur n’est français : Versailles, de Canal+. Je sais que ce n’est pas une série américaine, mais je ne pouvais pas écrire cet article sans en parler : mais pourquoi ??? Une de nos chaînes, l’un de nos plus célèbres monarques, le château le plus grandiose de notre pays, dans un monde où l’on nous parle de consommation locale, et pourtant, tout un casting étranger (à part deux actrices). Canal+ a enregistré la série en anglais et l’a diffusée uniquement en doublage français en France. La raison : la conquête de l’Amérique. En effet, une série directement en anglais a plus de chance d’être vendue aux États-Unis, un marché qui rapporte gros. Et même pour l’exportation à l’international que vise la chaîne française, c’était un plus, au détriment du public français (et des nombreux acteurs français qui auraient pu travailler dans cette série). Une décision que je trouve absurde et malheureusement uniquement motivée par l’appât du gain.

 

Affiche promotionnelle de la dernière saison de Versailles.

Bouh Versailles !

 

Qu’en est-il des personnages d’autres nationalités qui subissent le même sort ?

Je commencerai par une série que je n’ai jamais vue, mais dont j’ai beaucoup entendu parler : The Americans. Le couple d’agents du KGB de l’URSS est joué par une actrice américaine (Keri Russell) et un acteur gallois (Matthew Rhys). Aucun des deux n’est russe (la vraie nationalité des personnages), ni citoyen américain né au Canada (la nationalité de la fausse identité de leurs personnages). Si la Russie n’a pas apprécié ce fait, ce n’est pas sorti au grand jour. Et honnêtement, au vu du sujet compromettant traité par la série et de son impact, je pense que la nationalité des acteurs était un point très mineur. Dans ce contexte, il aurait peut-être été difficile voire impossible d’engager des acteurs russes.

De même, le contexte géopolitique a pu expliquer le choix de l’acteur britannique d’origine indienne Naveen Andrews pour interpréter l’Irakien Sayid Jarrah dans Lost.

Passons à une atmosphère plus légère avec la série The Tudors. À l’époque, les Anglais avaient vivement protesté contre le choix qu’était l’Irlandais Jonathan Rhys Meyer pour incarner le roi anglais Henry VIII. La polémique était plus liée au physique avantageux de l’acteur et à son manque de ressemblance avec le vrai roi qu’à sa nationalité. Je me souviens avoir lu un article sur le sujet à l’époque et m’être dit que ce n’était pas si grave que ça. Je comprenais leur agacement, mais je n’étais pas révoltée comme j’ai pu l’être pour le trio infernal ou Versailles. Et de vous à moi, comment j’aurais pu en vouloir à la série de voir Jonathan Rhys Meyer à chaque épisode ? Il n’est pas le seul du casting à avoir subi un changement de nationalité, puisque les Irlandaises Maria Dole Kennedy et Sarah Bolger ont respectivement joué la première épouse et la première fille d’Henry VIII, l’Espagnole Catherine d’Aragon et la mi-Anglaise mi-Espagnole Marie Tudor. Mais ceci n’a fait aucune vague auprès du public. Bon, Henri VIII était Roi d’Angleterre et d’Irlande donc ça a pu apaiser quelques revendications sur ces choix, mais sûrement moins que la plastique de l’acteur principal.

En parlant de ce dernier, il a joué récemment dans une autre série : Vikings. C’est une série canado-irlandaise donc un peu hors sujet (mais ce n’est pas la première fois que je prends des libertés dans cet article, vous pouvez le dire). Le casting y est très international, quelques acteurs venant des pays nordiques d’Europe. La plupart des Anglais sont interprétés par des Anglais et la Française Morgane Polanski a également interprété la fille de l’empereur français (tous les autres personnages français n’étaient pas joués par des Français). Mais ça a été moins critiqué que le fait que les personnages parlent parfois dans les langues de l’époque alors que la série est majoritairement tournée en anglais. J’ai trouvé intéressant de nous montrer ces anciennes langues, même si c’est exécuté maladroitement. Quand au casting international, j’avoue que ça ne m’a pas vraiment gênée, car ce sont des us et coutumes, des langues et des accents qui n’existent plus aujourd’hui, donc soumis à une importante liberté dans l’interprétation.

 

Images de Jonathan Rhys Meyer : à gauche dans The Tudors, à droite dans Vikings.

Ah merci Showtime et History !

 

D’autres séries historiques ont pris des libertés avec un casting très international comme Rome, sans susciter la polémique pour ce choix. Je n’ai pas d’autres exemples en tête qui ont pu faire grincer des dents nos voisins, mais je pense que nous sommes plus touchés quand ça nous concerne, quand ça décrit notre culture et notre pays.

 

Les acteurs français dans les séries américaines

 

À part dans Emily in Paris où la situation géographique imposait un casting français et y donnait du sens, je déplore assez souvent le fait que l’acteur français est là juste pour donner une touche "française qui fait bien" dans une série, sans jamais vraiment décoller en étant un atout, ni exploité.

Le dernier en date, Vincent Cassel, qui joue Enguerrand Serac dans Westworld, en est un parfait exemple. Il est juste là pour jouer le Français plein de classe et de mystère, mais ça aurait été pareil s’il avait été Allemand, Italien ou Anglais. Il parle très peu français pendant toute la saison, juste quelques mots pour bien dire qu’il est français parce que c’est cool. Il laisse même un message personnel à son propre frère en anglais... Vous faites tous ça, bien sûr ? Le personnage en lui-même manquait déjà de crédibilité, et ce détail en rajoute.

Le potentiel français n’est pas non plus exploré pour le rôle de Camille de Pazzis dans The Following ou encore Sébastien Roché dans The Vampire Diaries et The Originals. Leur véritable nationalité passait inaperçue et ne servait absolument pas pour les besoins de leur rôle. Idem pour Michaël Vartan (franco-américain) dans Alias, où il a utilisé son français parfait à une ou deux reprises pour la couverture de son personnage Michael Vaughn.

Dans certains cas, même quand ça sert, c’est assez ridicule, comme pour Gilles Marini pour son rôle de Sébastien Valet dans Teen Wolf. Il fallait juste un Français pour incarner la Bête du Gevaudan, mais pour sa sœur il a été décidé qu’elle serait le sosie de l’un des anciens personnages principaux de la série, histoire de faire revenir l’actrice américaine pour un moment de nostalgie. Par contre, le grand méchant Français, c’était important, il faut respecter la légende quand même ! Les autres rôles secondaires ou mineurs de l’acteur dans d’autres séries comme Switched at Birth n’ont pas non plus vraiment exploité sa nationalité.

 

En haut à gauche Vincent Cassel, au mileu Camille De Pazzis, à droite Sébastien Roché. En bas à gauche Michaël Vartan et à droite Gilles Marini.

Comme quoi, nous sommes partout, à la conquête des séries !

 

Enfin, la saison 4 de Gossip Girl a mis à l’honneur la France avec les rôles récurrents de Louis Grimaldi (Hugo Becker) et d’Eva Coupeau (Clémence Poésy). Parce que oui, il fallait de nouveaux amoureux aux personnages (ils avaient fait le tour des uns et des autres) et que la France, c’est beau et riche pour le premier, et authenticité et amour pour la seconde, donc un petit saut à Paris et le tour est joué ! Plus sérieusement, les deux acteurs ont très bien joué leur rôle, avec quelques clichés, mais plus liés à la vision de la jeunesse dorée de Manhattan et c’est plutôt bien géré. Bon, pour être tout à fait honnête, le personnage de Louis est Monégasque et non Français, et joué par un acteur français. Mais ce n'est qu'un détail, le plus important, c'est qu'il soit un prince qui parle français, n'est-ce pas B. ?

 

À gauche le couple Blair/Louis et à droite le couple Chuck/Eva.

Parce que les Américains aussi ont droit au French Kiss !

 

Est-ce que tout cela est vraiment si grave ?

 

Oui et non. Ah, je déteste quand on me répond ça, mais j’adore le dire.

NON car ça ne nous tuera pas et en plus, tout est cliché et pas toujours vrai dans les séries, donc finalement, ce n’est pas représentatif, même si tout le monde ne le sait pas.

Les séries sont là pour nous faire rêver et nous sortir du quotidien, mais OUI un minimum de réalité ne ferait pas de mal. Il y a des séries dont je vois le manque de réalisme et d’autres qui parlent de sujet que je ne connais pas ou peu et qui peuvent m’induire en erreur via leur représentation (en général, si le sujet m’intéresse, je ne me contenterai pas de la série, mais quand même).

 

En conclusion, malgré le côté interprétation et divertissement, j’apprécierais qu’il y ait une recherche plus approfondie des choses, plus de professionnalisme, quand il s’agit de traiter les Français, mais aussi les autres sujets. C’est donc avec mon béret sur la tête et un morceau de pain et de fromage entamés à côté de mon clavier que je finis ce voyage d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Je m’en vais lire le journal que j’ai acheté ce matin avec mon pain au chocolat à 1,40 euros et je vous dis à bientôt pour de nouveaux grincements de dents français devant des séries américaines.

L'auteur

Commentaires

Avatar Galax
Galax

L’affaire du pain au chocolat

J'ai eu des flashbacks de Jean-François Copé sur ce paragraphe. Peut-être un conseiller réalisme pour la série Emily in Paris ?

J'ai aussi eu des flashbacks PTSD sur Vincent Cassel dans Westworld. Je crois que c'est là où je me suis dit "ouais en vrai la représentation des français dans les séries US, c'est pas ça". Enfin nous au moins on peut se consoler en se disant qu'on a la sécu, et toc.

Bon article sur un sujet intéressant en tout cas ;)

3 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss
Koss

Hahah, "l'affaire du pain au chocolat" ;)

Bel article sinon, même si perso j'adore Yanic.

1 réponse
Voir les réponses

Avatar elpiolito
elpiolito

Il fallait juste un Français pour incarner la Bête du Gevaudan,

=> mais quand ? Quelle saison ? J'ai manqué des trucs ?

Article intéressant.

Déçu toutefois de ne pas y voir la magnifique prestation de Eric Laugérias face à Monk dans Miss Maisel. Pour une fois qu'un cast américain choisissait le bon français pour la discussion de comptoir :)

6 réponses
Voir les réponses

Articles similaires

Focus : Paw Patrol

Quatre membres de l'équipe de SérieAll se sont réunis pour répondre à la grande question que se pose tous les parents : La Pat'Patrouille, c'est bien ou pas ?

Focus sur Lost : Top 3 des meilleurs épisodes

Résumé des meilleurs épisodes qui ont essayé de s'amuser à nous retourner le cerveau.

Focus sur The 100

Pourquoi The 100 est-elle une bonne série ? Voici les raisons d'Antofisherb.