Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.34

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

11.03 - Rosa

Pas de résumé pour l'instant ...

Diffusion originale Diffusion française
21 October 2018 01 January 2000
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)

Tous les avis

Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 26 December 2018 à 14:13
Rarement Doctor Who aura eu l'occasion de faire des épisodes purement historiques, sans invasion ni fioritures, et même si Rosa n'en est pas vraiment un, la faute à Krasko et à ses gadgets créatifs mais un peu débiles (il ne sait vraiment pas viser...), il est sans aucun doute l'épisode qui s'en rapproche le plus, la seule menace SF présente de l'épisode étant... un autre humain. Rosa est surtout un retour aux sources éducatives de la série. A ce titre, la séquence au motel et toute la partie sur le racisme contre les compagnons fonctionne très bien. L'histoire très bien ficelée est vraiment rafraîchissante pour un épisode dans le passé centré sur une figure historique : ne rien changer des événements, absolument rien, faire en sorte de préserver l'Histoire. Bien sûr, comme les meilleurs épisodes historiques le font souvent (Pompéii, 1969...), le Docteur et ses compagnons se retrouvent ainsi parties prenantes de l'événement, mais avec une tournure un peu différente cette fois lors de cette merveilleuse scène finale du bus. Le jeu de Graham "No, I don't want to be a part of this" fait tout et la lente réalisation de ce qu'il se passe est assez horrible, mais la fin de l'épisode tout de même très inspirante. Un épisode sobre, efficace, fourmillant de nombreux détails et rondement mené. La vraie réussite de la saison 11.

Gizmo
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 04 November 2018 à 12:43
Rosa pose les bases de ce que devraient être bien plus souvent les épisodes historiques au sein de la série. Tout n'est pas totalement réussi (la menace de la semaine ou la musique en fin d'épisode), mais il se dégage de l'épisode un respect pour son sujet et une retenue tout à fait bienvenue. Quand en plus la Team Tardis est parfaitement exploitée, tandis que Thirteen s'impose un peu plus dans son rôle de leader.
5 réponses
Voir les réponses

elpiolito
Administrateur
Avis favorable Déposé le 31 October 2018 à 09:45
C'est bien sans non plus être époustouflant. Le groupe docteur/compagnons fonctionne vraiment bien, tous leurs échanges sont fluides et intéressants. Encore une fois, le fait qu'ils se focalisent avant tout sur des problématiques "humaines" plus que sur le pourquoi du comment le vortex temporel change de couleur est appréciable. Le thème de l'épisode historique est aussi bien choisit. La reconstitution est bonne (même si on ne fait pas dans la subtilité), le contexte bien utilisé pour mettre en avant les avancées sociales par rapport au temps présent, quelques bons échanges entre les persos. C'était casse-gueule mais ils s'en sortent bien. Le reste est en revanche en demi-teinte. Le méchant était très drôle mais ce n'était pas volontaire. Ces motivations ne sont pas claires du tout (s'il en a) et il ne semble être, à aucun moment, une réelle menace. Reste que l'idée de mettre de changer les petits détails de l'histoire pour impacter des plus importants était bonne mais là encore, un peu trop vite expédiée à coup de raccourcis/téléportation/grosse aide du script. Et puis cette musique en fin d'épisode, mon dieu, stop.

4evaheroesf
Membre
Avis favorable Déposé le 24 October 2018 à 19:23
Spoiler
Peu de choses à dire, malgré une intrigue assez faible à mon goût, c'était un bon épisode grâce aux personnages (Ryan et Graham). Seul bémol : un méchant vraiment dispensable.

ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 23 October 2018 à 21:04
Episode sympa, un peu surcôté. Ce n'était pas très subtil mais en même temps vu l'époque abordée c'est normal, puis c'est avant tout destiné aux enfants. J'ai beaucoup aimé l'idée d'avoir un épisode centré sur la maintenance de l'Histoire et d'avoir un méchant en retrait ! Yaz enfin mise en avant et elle confirme que c'est la best des trois, j'aime son optimisme ! Malheureusement elle était toujours un peu retrait. Ryan toujours aussi catastrophique et insupportable et Graham je suis toujours neutre à son égard. En bref les compagnons c'est toujours pas ça et je commence à penser qu'en avoir trois était une très, très, très mauvaise idée, surtout pour introduire un Docteur. Là où Davies et Moffat l'avaient compris en introduisant d'abord un duo (Rose/Doc - Amy/Doc) puis un groupe (Rose/Jack/Doc - Amy/Rory/Doc), Chibnall fait l'erreur de tout balancer en même temps et le résultat est que tout le monde est sous-développé et on ne s'attache à personne (Du moins moi :p ) Ça restait quand même assez bon mais j'ai peur pour la suite. 16 - 1 pour les deux scènes de fins qui auraient pu être excellentes si elles n'avaient pas été gâchées par une musique pop à la con. Murray revient stp.
4 réponses
Voir les réponses

Koss
Administrateur
Avis favorable Déposé le 23 October 2018 à 18:11
La recette Chris Chibnall est désormais très claire : un début franchement enthousiasmant, un ventre mou de 20 minutes et une bonne idée à la fin. Bonne idée sur lequel a sûrement été bâtie l’épisode (la mort de Grâce, la découverte du Tardis et donc cette fin dans le bus). C’est un peu l’histoire du verre à moitié vide ou plein, et en fonction de notre humeur, on retiendra soit les choses négatives (le méchant Torchwood, les raccourcies scénaristiques, etc.) ou le positif (toute la partie sur le racisme et notamment cette super discussion Yaz-Ryan). On semble bien partie sur une saison comme cela, entre deux eaux. Je note, également qu’on repart sur une structure en trois partie (découverte du Doc, épisode dans le futur et épisode dans le passé). Pour l’originalité, on repassera. Il y a, malgré tout, une seconde lecture que j’ai particulièrement appréciée. Les 10 dernières minutes sont complètement anti-climatique. Il s’agit de faire en sorte qu’absolument rien ne change, que tout reste fixe. Et après un showrunner qui a passé six saisons a tout chambouler, accompagné de discours épiques, de timey wimey stuff et de guitare électrique, voir nos quatre héros, tenter de faire en sorte la ligne du temps ne bouge pas d’un pouce, avait un côté méta-troll pas déplaisant du tout. Nous dirons que c’était totalement involontaire ?
11 réponses
Voir les réponses

MrZ
Membre
Avis favorable Déposé le 22 October 2018 à 14:18
Premier épisode historique de la saison et meilleur épisode des trois premiers, Rosa est d'une simplicité folle mais arrive à être beaucoup plus impactant que les deux épisodes précédents mous du cul de part la mise en place directe des enjeux personnels très forte et évidemment de ses tenants et aboutissants. Ici, il est question de l'Histoire telle qu'on la connait. Le souci c'est que la partie SF est complètement ratée, avec un bad guy osef et franchement ridicule dont on se fout complètement et qui vient parasiter l'épisode, qui aurait été bien meilleur sans lui.
12 réponses
Voir les réponses

OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 21 October 2018 à 21:38
Spoiler
Si tout n'est pas parfait et manque peut-être d'originalité, Rosa est un épisode simple, mais efficace. Très didactique et pourtant profond et prenant .. Une réussite. Chibnall et Blackman articulent au sous-texte (évident) sur le racisme une réflexion subtile et intéressante sur le progrès et la lutte contre l'injustice et l'oppression : d'une part, à travers Rosa Park (son acte est-il si important dans l'Histoire ?), mais aussi et d'autre part à travers les compagnons, qui à la fois se questionnent en tant qu'individu dans une époque où on est limité qu'à sa couleur de peau, mais qui en même temps questionnent l'avenir et le sens du combat « ordinaire » contre l'injustice et l'oppression. Et alors que le passé interroge donc le présent, l'épisode redonne à l'Histoire sa grandeur et sa complexité. Y'a en effet cette impuissance (et ce visage déchirant) de Graham quand il se rend compte de son rôle dans l'arrestation (nécessaire) de Rosa Parks. Il veut fuir, refuse cette condition, mais il doit assumer sa triste place : il est acteur malgré lui de ce qui se passe, et n'a aussi d'autres choix que de rester là, impuissant, pour que les choses se passent comme elles doivent se passer. Et y'a aussi et en même temps ce fond toujours très humain, où Le Docteur ne fait rien d'autre qu'accompagner les humains dans leur longue lutte pour l'émancipation. Ici ça marche, en plus la dynamique de la Team Tardis est très bonne. Rosa tient en fait très bien les promesses du « pilot », et plus qu'un historical sur le racisme, forme un tout assez sous-estimé, tant il est plus profond que sa forme ne le laisse penser. Note : 15,5/20

14.44

9 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Galax a noté cet épisode - 16
26 Dec 2018
Gizmo a noté cet épisode - 15
16 Dec 2018
OmarKhayyam a noté cet épisode - 15
05 Dec 2018
elpiolito a noté cet épisode - 13
31 Oct 2018
Jasper a noté cet épisode - 15
26 Oct 2018
4evaheroesf a noté cet épisode - 13
24 Oct 2018
ClaraOswald a noté cet épisode - 15
23 Oct 2018
Koss a noté cet épisode - 14
23 Oct 2018
MrZ a noté cet épisode - 14
22 Oct 2018

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who (2005) 11.11

Doctor Who X La pire gueule de bois de jour de l'an que vous pouvez imaginer.

Critique : Doctor Who (2005) 11.10

Doctor Who X L'ennui.

Critique : Doctor Who (2005) 11.09

Doctor Who X Orphée.