« There is only one god and his name is Série-All. » Syrio Forel  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Critique : Doctor Who (2005) 11.11 - Resolution



Doctor Who X La pire gueule de bois de jour de l'an que vous pouvez imaginer.


Doctor Who (2005)
Genres :
Fantastique, Science-Fiction
Série anglaise
Année : 2004
Format : 42 min
BBC One France 4



Mais quelle calamité.

Je suis sidéré par les retours positifs de l'épisode et je ne sais pas par où commencer. Par malheur on m'a assigné la critique de ce spécial nouvel an, unique épisode que la série aura en 2019 et unique remplacement que nous aurons pour la suppression du spécial Noël de la série. Il fait office au passage de pseudo-fin de saison 11 et marque le premier retour d'un ennemi récurrent de la série après une saison exclusivement réservée à de nouveaux ennemis (dont très peu étaient mémorables...). Et pour ce dernier épisode avant très longtemps, Doctor Who bat absolument tous les records... d'abomination.

Sans même parler du flop objectif total de ce changement de date (l'épisode a récolté à la fois la pire audience et la pire réception du public britannique de tous les spéciaux de la série), il s'agit pour moi non seulement du pire spécial en date, mais également d'un des pires épisodes de la série.

Et une bonne année 2019 à tous.

 

Doctor Who Resolution 2019

 

 

Les Feux (d'artifice) de l'Amour

 

Côté scénario, rien ne va. L'épisode n'a aucun rythme. J'ai regardé l'heure un nombre incalculable de fois pendant les deux premiers actes. Le récit est cousu de fil blanc et l'action constamment interrompue par du remplissage alarmant. Par exemple, le fait que Graham soit "oublié" par la Doc pendant une scène n'est qu'un énorme prétexte artificiel à créer un dialogue avec le père de Ryan pour les ré-inclure tous les deux dans le climax.

Parlons du père de Ryan. A-t-on déjà vu plus mauvaise backstory (à plus mauvais compagnon) ? Je suis juste abasourdi. L'épisode perd facilement dix minutes de soap opera qui n'ont aucun sens, remplies de dialogues absolument irréalistes. Le monologue de Ryan sur ce qu'il "aimerait que son père lui dise", mon dieu, mais QUI parle comme ça ? Le tout avec une réconcilliation finale complètement incohérente : Ryan n'a pas changé une seule fois de position durant toute la saison vis-à-vis de son père, voire s'en est même émancipé et est devenu encore plus dur envers lui grâce à ses aventures dans le TARDIS ; c'est plutôt Aaron qui a changé d'avis durant ce final suite à la conversation avec Graham dont j'ai parlé plus haut (celle bien lourdement amenée). Donc, en toute logique, si tu as un minimum de talent pour écrire une histoire, tu ferais en sorte que le premier pas de la réconciliation vienne donc du père. Mais même pas. Ce dernier est capturé (comme c'est bien pratique...), mis en danger dans le TARDIS par une Docteur qui semble ne jamais savoir quoi faire : "allez avec un peu de chance le poulpe sera aspiré dehors, mais il lâchera miraculeusement l'humain qu'il serre de toutes ses forces et pénètre littéralement, fais moi confiance Ryan... oups ben non le père se fait aspirer aussi, ah je sais pas quoi faire"... Et la résolution de l'épisode ? Ryan sauve son père avec un « I love you ». Chris Chibnall vient de réaliser l'exploit de défaire les Daleks avec un micro-onde et de l'amour.

UN MICRO-ONDE ET DE L'AMOUR.

Merde quoi.

 

Doctor Who Resolution 2019 Ryan et Aaron

 

Même les épisodes des Cybermen, champions des climax pourris (cf. Closing Time, l'épisode où les Cybermen se cachent dans un supermarché et meurent à cause de pleurs de bébé), avaient au moins une once de logique dans leur résolution étant donné la nature des Cybermen (humains à la base, réprimant leurs sentiments). Ou bien les scénaristes un minimum compétents s'arrangeaient toujours pour donner un ton un peu émotionnel à la résolution avec des personnages attachants. Or, Craig et Stormaggeddon, ou même la méchante de The Next Doctor, ont plus de charisme que Ryan et son père réunis.

Pour couronner le tout, l'épisode est rempli de répliques de "développement de personnages" archi fausses qui me font grincer des dents, lever les yeux au ciel ou littéralement râler devant mon écran. J'ai nommé :

 

"Merci papi." "Oh quoi tu l'appelles papi ?" "Oui, papi."

 

Histoire d'en remettre une couche sur tout l'arc entre Ryan et Graham absolument terrible, ainsi que :

 

"Pas mal pour un mec avec une dyspraxie lol"

 

Oui, Chibnall, je me souviens de tes piètres tentatives pour rendre les compagnons attachants et te servir d'un handicap juste pour cocher une case sans rien faire d'intéressant avec. Je m'en souviens bien.

En attendant, la seule chose qui a été réussie cette saison en termes d'attachement aux trois compagnons, c'est Grace, et c'est un miracle que ça tienne encore. 

Et pendant ce temps, Yaz est toujours la compagne la plus supprimable de toute l'histoire de la série, ne tenant en sursis que grâce au bon souvenir de Demons of the Punjab, qui semble être à ce stade la seule raison de la création de son personnage.

 

 

La pire prestation des Daleks de la série ?

 

J'ai vu beaucoup d'avis évoquer "un retour en force des Daleks", un ennemi "vraiment intimidant", un changement après une ère où les morts n'étaient pas prises au sérieux, etc.

Mais je pose la question : à partir de quel moment un Dalek peut-il être considéré comme menaçant ? Qu'est-ce qu'il faut vraiment ?

Des nouvelles armes modernes sur un Dalek...? Dans cet épisode où ce même Dalek ne s'en sert pas plus d'une fois et est défait par un micro-onde et de l'amour, au cas où vous auriez oublié ?

Des tas de figurants qui meurent...? Dans cet épisode où l'archéologue, devenue inutile pour le Dalek, est épargnée pour absolument aucune raison, juste parce que c'est un personnage que l'on connaît ?

Personne ne voit donc à quel point des scènes inutiles et superflues où le Dalek tue des inconnus avec de nouvelles armes ne sont donc rien de plus que de la poudre aux yeux, pour contenter les fans et détourner l'attention de ce qui compte vraiment ? Que ça n'est pas comme ça qu'on peut juger si un Dalek est écrit de façon pertinente ou pas ? (en tout cas, c'est mon avis)

 

Doctor Who Resolution 2019 Dalek

 

À ce titre, le design du Dalek, très sobre, moderne mais illustrant bien l'aspect dépotoir, un peu à la façon dont Thirteen a construit son sonic, est bien joli, je l'accorde à l'épisode/aux designers (retenez bien, il s'agira probablement de la seule phrase positive dans ma critique). Mais qu'est-ce que ça apporte vraiment quand ce qu'il y a à l'intérieur de cette armure n'a jamais sonné aussi creux ? Les fans font les louanges d'un design sombre et original, et un Dalek foncièrement méchant qui tue tout sur son passage. Mais si les précédents showrunners de la série, Russel T. Davies et Steven Moffat, enchaînaient les épisodes questionnant la moralité des Daleks, multipliaient de plus en plus leur nombre et réinventaient leurs apparences pour créer de nouveaux concepts, ce n'est pas parce que c'est facile, ni par paresse d'écriture, au contraire : c'est parce qu'il le faut ! Quand bien même cela pouvait sembler redondant, c'est nécessaire. Et pourquoi ? Parce qu'un Dalek classique est un ennemi qui n'a aucun intérêt, tant leur apparence reste et restera toujours démodée, tant ils ne seront jamais menaçants s'ils se limitent à de simples tueries comme tout ennemi de SF, bref, c'est parce que les Daleks ne fonctionnent pas en tant que machine de guerre sanguinaire décervelée perdue dans la nature.

Ou du moins, pas quand ils sont le cœur de l'épisode. RTD et Moffat l'avaient bien compris, et ainsi résumaient leurs apparitions les plus "classiques" voire "sommaires" (comprendre : juste des aliens robotiques tuant tout sur leur passage) à des épisodes dont ils ne sont pas le cœur de l'histoire, pour créer un enjeu et une menace efficacement et rapidement sans déservir le récit (cf. Doomsday, The Time of the Doctor, The Pilot, même The Day of the Doctor...).

Donc je repose la question : à quoi sert la scène de combat assez bien réalisée/jolie entre le Dalek et des militaires ? Il s'agit juste d'un prétexte à faire une démonstration de nouveaux pouvoirs du Dalek (des missiles) – le tout avec très peu de contexte (il m'a fallu du temps pour comprendre pourquoi des militaires étaient là), et aucun intérêt à l'histoire. Tu enlèves la scène, l'épisode ne change pas. C'est de l'artificiel total. Et quand bien même cette scène est relativement passable : elle dure trois minutes. Le reste du temps, le Dalek de l'épisode ne fait quasiment rien. Cette scène peut donc vendre du rêve prise hors contexte, elle est en fait vraiment tragique quand on la replace dans son épisode, car elle trahit la faiblesse de Chris Chibnall en tant que scénariste et révèle clairement son incompétence à gérer le cahier des charges lié à inclure un Dalek dans un épisode, préférant écrire une scène gratuite de trois minutes au lieu de diluer les interventions de sa créature dans le récit.

Et puis, quand deux minutes après, le Dalek est incapable de ressortir la moindre de ses nouvelles technologies contre la Doc et la demi-douzaine d'humains qui l'entourent dans une petite pièce, ne faisant AUCUNE victime, manquant TOUS ses tirs contre la Docteur, ne se servant d'aucune de ses capacités... laissez-moi juste rire. Tout ça en se faisant par le tournevis magique et des putains de BOUTS DE MICRO-ONDE BORDEL J'EN SUIS TOUJOURS PAS REMIS ?

 

 

UN MICRO-ONDE !

 

Je le voyais tellement venir de loin ce micro-onde, mais je refusais d'y croire tellement ça paraissait débile... À l'instar du "jeune travailleur nocturne" du pilote ou du "cigare qui s'enflamme" de The Ghost Monument – Chibnall, peux-tu faire un TOUT PETIT effort pour dissimuler tes twists scénaristiques, au lieu de constamment faire des plans sur ton objet magique pour la résolution ? Je n'ai jamais vu un scénariste utiliiser aussi mal le fusil de Tchekhov dans la série. Sérieusement, comment un père voulant reprendre contact avec son fils endeuillé, se rend dans un café avec lui pour d'abord tenter de vendre un micro-onde récupéré sur Amazon pour faire du bénéfice, l'emporte avec lui dans la maison de sa défunte fille ? Pour qu'ensuite son fils le dépose dans le TARDIS, où la Doc peut ainsi s'attarder dessus plusieurs fois avant de s'en servir ? C'est un objet tellement commun et donc tellement improbable dans un récit autrement extrêmement basique, qu'il était évident dès la première seconde qu'il s'agissait d'un élément important. Quand j'ai compris ce qu'ils comptaient en faire, je n'en pouvais plus.

 

Doctor Who Resolution 2019 Trois Zigotos

 

On parle en plus de ce Dalek qui, dans le même épisode et avec son armure ORIGINALE de Skaro, ce Dalek qui est en plus un Dalek super-méga-plus-fort que les autres car il s'agit d'un éclaireur, se fait défaire au Moyen-Âge par de la vulgaire chaleur et par un troupeau d'humains qui n'ont même pas encore découvert l'électricité ? Un affrontement que Chris Chibnall choisit de montrer à travers un simple livre de croquis aperçu trois secondes, histoire qu'on ne comprenne pas bien et qu'on ne s'attarde pas trop sur ce détail embarrassant ? Ça m'avait manqué, ces hors-champs bien pratiques pour éviter les incohérences.

En parlant de hors-champs, quid des trois pièces aux trois coins du globe ? J'ai cru que cette partie de l'intrigue avait été abandonnée, je suis donc allé voir sur internet pour réaliser que j'avais apparemment raté une scène. Du coup, de ce que j'ai compris, les deux autres morceaux se sont automatiquement téléportés vers le corps du Dalek une fois que celui-ci commençait à se reconstituer, et cette téléportation a constitué un signal pour le Docteur pour tracer le Dalek... Encore une illustration de grosses ficelles scénaristiques, révélant un scénario poussif. J'ai peut-être eu un moment d'inattention, mais tout de même, l'épisode torche son récit. Et puis j'étais encore trop occupé à me demander pourquoi des guerriers anglais du 9e siècle n'ont pas simplement brûlé le Dalek ou enfoui au fond de l'océan au lieu de trouver comme solution un plan ridiculeusement tiré par les cheveux qui nécessite une surveillance constante pendant mille ans...

Je pense qu'il s'agit probablement de l'épisode qui comprend le moins bien les Daleks depuis 2005. Même Evolution of the Daleks en saison 3 (avec l'hybride Dalek-Humain) présentait plus d'idées – et était bien plus marrant. Resolution n'a pas d'armée imposante. Pas non plus de Dalek individuel suffisamment bien caractérisé. Pas de personnification du Dalek, donc pas de question autour du rapport entre la Docteur et les Daleks, juste de vulgaires annonces grandiloquentes et généralistes du Docteur de Jodie Whittaker, du genre "les Daleks et moi, c'est personnel" ou encore "j'essaye d'être gentille, mais je vous connais". Comme souvent, les speechs de Thirteen semblent trop forcés et génériques. Pas de question non plus sur la moralité des Daleks, aucun parallèle sur leur inspiration nazie. En plus ça aurait pu être grave politique, comment Chibnall a pu laisser passer cette occasion ? Où n'est-ce pas assez réac' et progressiste pour lui ?

Rien de tout ça. Juste un simple Dalek. Tueur. Méthodique. Ennuyant, au fond. Avec deux moitiés de nouveaux concepts sur leur arsenal (les missiles et le contrôle d'humains – bien qu'on ait déjà vu les boules du Dalek servir, tout comme on a déjà vu des associations physiques et télépathiques entre un humain et un Dalek, plusieurs fois même) et une nouvelle idée sur la mythologie de la race (les éclaireurs), inexploitée. Le degré zéro de bonne idée.

Le néant.

 

Doctor Who Resolution 2019 Extended Fam

 

L'épisode aurait pu redorer la saison en prouvant que le retour d'anciens éléments de la série peut revigorer celle-ci et peut être un bon apport du showrunner. Il n'en est rien.

Et TOUTE l'histoire fonctionne sur ce genre d'artifices. Dès le début de l'épisode, les deux archéologues font confiance à la Docteur en un battement de cil et doivent être les deux guest stars de la série les plus compréhensives et dociles de l'histoire. On notera au passage qu'un peu comme l'épisode Tsuranga, Chris débute un arc autour de ses personnages secondaires qu'il ne reprend pas par la suite, préférant partir sur une dynamique de groupe qui noie les interactions, sépare les personnages de façon artificielle et privilégie les beaux discours vides et le pouvoir de l'amitié pour accompagner des scènes d'action qui manquent clairement d'enjeux.

Ensuite, si la course-poursuite de la Docteur et du Dalek se déroule, c'est uniquement car le Dalek a désactivé une partie de la technologie du TARDIS à distance, sans AUCUNE explication même pas vulgairement scientifique-techno-blabla. Il en a juste le pouvoir. On en parle aussi, du compte à rebours de trois heures et demi du Dalek ? Combien de temps faut-il pour lancer un signal à une flotte spatiale ? D'après le passif de la série, j'aurais dit même pas deux minutes, mais bon, on pourra dire que je chipote sur ce point, qui est effectivement loin d'être le pire.

 

 

La goutte d'eau : UNIT

 

Je n'ai même pas encore parlé de UNIT. Chris Chibnall vient de supprimer UNIT de la série en en profitant pour faire une pique au Brexit. UNIT, éjecté de la série à cause du Brexit. Quelle blague. On en n'était pas à la première tentative d'humour qui ne marche pas (cette blague sur le wifi, wtf...), mais celle-ci dépasse tout. J'aimerais me dire que ce n'est pas grave car à n'importe quel moment, Kate Stewart ou UNIT dans sa globalité peut revenir avec n'importe quel prétexte, que ce soit sous un épisode de Chibnall (qui aurait donc voulu écarter UNIT seulement pour cet épisode et pour caser une blague) ou d'un autre scénariste. Il est possible que ça soit juste temporaire, comme une sorte de mini-reboot pour faciliter la suite de la série. Et après tout, du changement, pourquoi pas... mais je ne peux juste pas laisser passer la manière dont cela a été fait. Comme une blague.

 

Doctor Who Resolution 2019 Kate Stewart

 

Russel T. Davies et Steven Moffat ont passé dix saisons à soigneusement lier série classique et nouvelle ère, avec plus ou moins de succès certes. Mais c'est un lien dont UNIT est clairement l'un des piliers. Après l'avoir réintroduit sous David Tennant, avoir rendu multiples hommages à la mémoire du Brigadier, par des références, caméos ou en créant sa fille, un personnage pour lequel je n'ai vu qu'un accueil positif de la part de toute la fanbase (rarement une telle unanimité sur un personnage je crois), bref, en solidifiant enfin UNIT comme organisation terrienne majeure de la série... pour en arriver à cette fin ? "Lol y'a plus de budget because Brexit". Mais vraiment, je crois que je vais faire mon fan puriste rageux pour sans doute la première fois avec cette série, mais qu'est-ce que c'est que ce manque de respect ? Même si on peut trouver que je dramatise, il n'empêche que dans un épisode qui veut enfin renouer avec les traditions de la série en reprenant les Daleks, ça la fout très mal.

 

 

Le mot de la fin

 

On peut dire que cet épisode a pour """thème""" les bonnes résolutions et le pouvoir de l'amitié collégiale comme signe de former une famille, le tout se voulant être (selon les mots de son scénariste) un feu d'artifice épique et frénétique. Si bien que Chibnall a choisi de mettre une véritable séquence de feu d'artifice spatial (ç'aurait été une bonne idée de reprendre cette explosion pour le climax de fin, pour donner un semblant de cohérence à l'épisode, mais passons). Et ça représente très bien l'épisode finalement, car c'est exactement de ça dont il s'agit : un feu d'artifice, une belle explosion colorée qu'on peut admirer de loin mais qui finit par nous brûler les yeux et qui détourne notre attention de tous les problèmes qu'il y a en-dessous.

Joli concept méta, Chris. Je valide, je me suis fait prendre au piège. J'ai été tenté, j'ai même adhéré à la saison à ses débuts. Manque de bol, le torticolis est vite arrivé, j'ai fini par voir la réalité en face et oublier le faux-spectacle d'en haut.

 

J'en viens à me dire qu'il s'agit peut-être de l'épisode que j'aime le moins de toute la série. Oui, vraiment. Voilà comment commence l'année 2019 pour Doctor Who. C'est... triste.

 

J'ai aimé :

 

  • Le joli design du Dalek

 

Je n'ai pas aimé :

 

  • Tout le reste : les incohérences du scénario, le rythme absent, l'absence d'idées ou de concepts malins pour qu'on puisse passer outre ces incohérences, la dynamique des compagnons toujours pétée, le soap avec Ryan insupportable, le manque de respect envers les Daleks et UNIT qui est probablement involontaire, l'absence de créativité, Jodie Whittaker qui n'a toujours rien à faire, le fait que l'épisode semble condenser tous les défauts du scénariste et donc de la série à l'heure actuelle, le fait que cet épisode conclut une saison déjà fragile sur une note extrêmement basse...

 

Ma note : pas plus de 7/20




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

Galax Galax
3176 avis
4055 notes
Moyenne : 13.28

 Visioneur raffiné

Listen !

22 commentaires sur cet article


gravatar
#1
MrZ a écrit le 05/01/2019 à 19h50
Tu vois, c'est assez drôle. Dans les faits, je suis d'accord sur tout (ou presque), mais j'en suis arrivé à un point où je suis tellement faché avec la série que le retour d'un Dalek et une Thirteen qui montre des dents me suffit. Mais après oui, quand on y regarde d'un peu plus près, l'épisode est une catastrophe, peut-être même plus que les épisodes précédents. Mais j'ai quitté tous mes standards de qualité pour pouvoir apprécier un peu ce que je regarde ici.
gravatar
#2
Gizmo a écrit le 05/01/2019 à 19h56
Merci d'avoir mis des mots très justes sur cet épisode. Les retours très positifs d'une partie des fans anglais, aveuglés par le retour de l'ennemi iconique de la série, m'a presque fait douter.

Sinon, pour UNIT je serais moins critique que toi. Oui, on peut y voir un manque de respect, mais Moffat a aussi eu recours à ce type de procédés parfois (le Docteur qui efface tout son historique avec les Daleks dans Asylum, pour finalement oublier l'idée à leur apparition suivante). Ce n'était pas pour la blague, mais ça révèle assez bien l'élasticité de la mythologie du show, qui peut à tout moment supprimer ou ramener une idée. Bref, la blague du wi-fi reste la pire.

Et sinon, merci d'avoir accepté de reprendre cette critique, car je n'arrivais vraiment pas à pondre quelque chose de constructif sur cet épisode.
gravatar
#3
ClaraOswald a écrit le 06/01/2019 à 04h47
"Voilà comment commence l'année 2019 pour Doctor Who. C'est... triste."
D'un autre côté vois le bon côté des choses, ce sera aussi le meilleur épisode de 2019 car Chibnall est pas capable d'écrire ses (très complèxes) saisons en 1 an. *Tousse* Moffat qui écrivait Doctor Who et Sherlock en 1 an *Tousse* Davies qui écrivait Doctor Who et Trochwood en 1 an

Je suis d'accord avec MrZ, mes standards ont énormément baissés, perso je mets 16 ( - 5 pour Unit) en comparaison du reste de la saison mais si l'épisode avait été dans la saison 4 ou 9 il se serait mangé un beau 11 ( - 5)

Gizmo : La différence c'est que quand Moffat fait ça pour les Daleks ça fait déjà 3 ans qu'il écrit des histoires avec eux donc il efface aussi son propre travail et non pas seulement celui des Showrunner précédents. Et surtout, c'est fait dans la scène de climax de l'épisode pour mettre en valeur Oswin et donner un dernier indice sur son identité, c'est pas pour faire un statement politique à la con / une blague
gravatar
#4
OmarKhayyam a écrit le 06/01/2019 à 21h00
Contrairement à toi je pense que l'épisode a de vraies qualités, en témoigne ma note, mais il est vrai que beaucoup (trop) d'aspects sont ou poussifs, ou ratés. Sur le coup, ça se voit pas nécessairement (j'ai vu l'épisode en plein congé, j'étais alors très bon public), mais si le fond est bon (l'idée d'une humanité unie, un Dalek plus malsain et effrayant, la thématique de la famille ..), c'est vrai que c'est très très mal exécuté, et quelque part franchement décevant si on prends du recul.

J'aurais adoré à la place des blagues sur le Wifi (non mais sérieusement ..) une intrigue qui sert vraiment son propos. C'est explosif comme il faut, prenant, mais beaucoup trop générique peut-être, et surtout poussif. En vrac : Lin aurait pu mourir héroïquement plutôt qu'être épargnée et servir de plante verte, le Dalek aurait pu être vaincu autrement que par un micro-onde (j'avoue, c'est juste con, et voir un vrai élan collectif pour le vaincre aurait été sympa) .. Et la liste s'allonge.

Critique intéressante en tout cas.
gravatar
#5
Galax a écrit le 07/01/2019 à 01h03
"Mais j'ai quitté tous mes standards de qualité pour pouvoir apprécier un peu ce que je regarde ici."

Nooon ne baisse pas les bras ! (reprends ta bible... je veux dire les 10 premières saisons, pour te consoler !)

"Merci d'avoir mis des mots très justes sur cet épisode."

Derien Giz. Je te rejoins dans le hate club.

"Et surtout, c'est fait dans la scène de climax de l'épisode pour mettre en valeur Oswin et donner un dernier indice sur son identité, c'est pas pour faire un statement politique à la con / une blague"

Déjà.
Mais aussi ça n'a pas du tout la même portée : que les Daleks oublient le Doc X000 années dans le futur, c'est beaucoup moins "grave" que de supprimer UNIT en 2018 sur Terre, un contexte que 50% des épisodes de chaque saison (au moins) reprend (dont sûrement la saison 12).
Ensuite, c'est une question de contexte, de dynamique de la série. Pour Asylum of the Daleks, c'était dans un contexte d'une saison qui rend hommage à tout le show, et était donc une remise à plat bienvenue : on rappelle quand même qu'à l'époque les Daleks sortaient de leur Dark Age, leur dernier bonne apparition remontant à la fin de saison 4, 4 ans plus tôt. A l'inverse, UNIT était en train de connaître un fort regain d'intérêt depuis les 50 ans, une dynamique qu'il aurait été bon de garder au lieu de les réintroduire - inévitablement - maladroitement dans quelques saisons...
Et enfin, et le plus important, ça relève d'intention vraiment différente : Moffat n'a pas fait la suppression du nom par fainéantise scénaristique comme l'a fait Chibnall, c'était un vrai choix : d'une part parce que ça s'ancrait très bien avec le fil rouge de l'époque (le nom, un Docteur plus en retrait) mais aussi de façon un peu méta car ça reflétait très bien la philosophie de la série/du scénariste à l'époque, qui voulait une saison en apparence minimaliste après le feu d'artifice saison 6, bref, qui voulait un retour aux sources. Plus globalement, supprimer les Seigneurs du Temps (cf. RTD) ou le nom du Doc (cf. Moffat), c'est prendre à deux mains la mythologie du show et en faire quelque chose, tandis que retirer UNIT, ça illustre le manque de confiance et de prise de risque de Chibnall, qui ne veut vraiment pas rendre son Doctor Who un peu osé. Plus grossièrement, RTD et Moffat retiraient quelque chose mais s'en servaient pour autre chose, Chibnall créé juste du vide pour 2 secondes de politique.

Non franchement la comparaison ne tient pas dès qu'on remet les choses dans son contexte. Vraiment j'ai halluciné en voyant cette blague.

"(j'ai vu l'épisode en plein congé, j'étais alors très bon public)"

Ahh ben tout s'explique, tu l'as vu avec la gueule de bois ! :p

"mais si le fond est bon (l'idée d'une humanité unie, un Dalek plus malsain et effrayant, la thématique de la famille ..)

Je ne trouve pas le fond bon non plus, c'est ça le pire. Sinon je ne serai pas aussi exigeant avec la forme et les incohérences micro-ondesques.

L'humanité unie et le "bon dans chaque être humain" c'est le même refrain toute la saison et vraiment une thématique globale de tous les Docteurs. Dans A Christmas Carol, Eleven dit "In 1100 years, I've never met anyone who wasn't important". En une ligne, Smith, Moffat, la série fait mieux que l'entièreté des 3 ou 4 speechs humanistes de Jodie sur sa saison.
Chibnall choisit de zoomer sur cette thématique humaniste à mort, pourquoi pas, mais alors dans ce cas en faire quelque chose. Faire du méchant principal de la saison un humain. Prendre un compagnon différent à chaque aventure et tous les retrouver dans le final (pourquoi pas ?). Quelque chose d'original quoi, pas juste prendre trois humains avec des troubles familiaux, les mettre ensemble sans aucun conflit et crier sur tous les toits "nous sommes une famille, l'humanité est bonne".

Le Dalek malsain, je ne l'ai pas vu. Le Dalek se réveille, est bestial, tue. Cite-moi un épisode Dalek de la série moins malsain que Resolution. Même Victory avec son humanoïde-bombe, ses Daleks faussement gentils et son Docteur tout nouveau qui pète les plombs, est plus dérangeant et effrayant.

"Critique intéressante en tout cas."

Merci ! ^^
gravatar
#6
MrZ a écrit le 07/01/2019 à 01h27
C'est vrai que tout ça fait repenser un peu Victory of the Daleks à la hausse. L'épisode il s'inscrivait vraiment dans une trilogie introductive : Après la découverte d'un Docteur fou et fantasmé, on découvre dans l'épisode suivant ses faiblesses puis dans Victory une partie de sa noirceur; çàd sa haine incommensurable pour ses pires ennemis. Qu'est ce qu'on a dans cette saison ? Un pseudo double-épisode qui fait redonner à Thirteen son TARDIS, mais rien de plus, le personnage n'est pas utilisé. Et quand Chibnall se construit une occasion parfaite en pouvant construire un Dalek en miroir à Thirteen, il n'en fait rien et fait des blagues sur le wi-fi et sur le Brexit.
Heureusement que Resolution a quand même réussi à pas mal me divertir parce qu'autrement, ça serait vraiment une catastrophe.
gravatar
#7
MrZ a écrit le 07/01/2019 à 01h28
Par contre oui, prochainement je me referais les 10 premières saisons, mes critiques de 2013 sont assez effrayantes à lire.
gravatar
#8
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 02h52
J'étais dans la région parfaite pour une gueule de bois, mais comme je bossais, j'ai vécu le 1er et le 31 quasiment sobre :( Puis le 2 où j'étais en congé le seul pub du village était fermé ..


Euh dans toutes les saisons tu veux dire ?
Dans toute la saison 11, oui, même si c'est hyper-maladroit et sous-exploité, dans le reste des saisons, pas vraiment. En fait Davies a beaucoup joué de cette corde en son temps (et très bien), mais avec une forte déification du Docteur. Par contre Moffat a plus centré la série sur le Docteur pour interroger le personnage et la mythologie gigantesque du show, quitte à délaisser l'Humain, même si il n'avait pas du tout (mais alors pas du tout) oublié l'essence du Docteur et sa propension à aider (je repense à The Beast Below où les pleurs d'un enfant suffisent à une intervention). Les deux avaient donc une approche très différente, mais très bonne, et à chaque fois, plus ou moins maîtrisée.


Chibnall .. C'est plus compliqué. L'approche qu'il annonçait dans The Woman Who Fell to Earth semblait vraiment sympa (un recentrage sur l'Humain, un Docteur moins surpuissant mais porteur d'une énergie positive), mais si ça a au final très bien marché dans deux ou trois des épisodes de la saison (surtout Rosa ou Demons of the Punjab), la plupart du temps, ou c'était bancal avec une profusion de personnages inutiles, ou cela ne prenait la forme que de dialogues d'exposition en mode « on est unis » mais du coup le tout apparaissait gnangnan et la Team Tardis horriblement béni-oui-oui. Plutôt que de refléter le meilleur de l'Humanité, mais dans toute sa complexité, Chibnall ne s'est donc contenté que d'un fonctionnement en automatique avec des quotas de tant à autres, et c'est ce qui moi me déçoit le plus avec cette saison, car oui, j'ai beau pourfendre le bashing de la saison 11 et les croisades de l'internet anglais, je suis quand même très déçu.


(..)

Alors sur la forme j'apprécie beaucoup ce Dalek car il est cruel, malsain dans sa manière de manipuler Lin .. En fait il est un pur amas de haine pure et de fanatisme, et ça me plaît. MAIS, grand MAIS, sur le fond, il est vrai qu'il est non seulement simpliste et ultra-manichéen, mais qu'en plus, il n'apporte strictement rien au show et aux Daleks, et rien au Docteur. C'est un méchant, et méchant pas bien, et on est très très loin du Dalek de Dalek, ou de la réflexion inachevée qu'avait engagé Moffat sur comment l'armure du Dalek conditionne la moindre de ses émotions en haine pure.

Au fond, oui, l'épisode est très très décevant. Mais sur la forme, il a été très prenant, et je suis de plus en plus à deux doigts de modifier mon avis et passer en neutre tant je me suis concentré lors de mon visionnage sur la forme.
gravatar
#9
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 02h54
que sur la forme*
gravatar
#10
Koss a écrit le 07/01/2019 à 12h00
"De l'amour et un micro onde !!" Un dark Galax au top <3

Tu soulignes surtout le point manqué par l'épisode de la caractérisation du héros par son antagoniste principal (Batman / Joker, Chibnall / Une idée, etc.), ce que Chris ne fait absolument pas. Alors que c'était très facile comme le souligne Gizmo.
gravatar
#11
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 13h04
"Tu soulignes surtout le point manqué par l'épisode de la caractérisation du héros par son antagoniste principal"

Comme dans Dalek, Into the Dalek, The Witch's Familiar .. Les contres-exemples parfaits.
gravatar
#12
Galax a écrit le 07/01/2019 à 13h15
"de la réflexion inachevée qu'avait engagé Moffat sur comment l'armure du Dalek conditionne la moindre de ses émotions en haine pure."

Cette idée <3

"je suis de plus en plus à deux doigts de modifier mon avis et passer en neutre"

Fais donc

"Chibnall / Une idée, etc.)"

Ahahah Koss, très bon
gravatar
#13
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 13h21
"Fais donc"

C'est fait ! De plus, ma note passe à 10 car passé l'euphorie, l'épisode est effectivement divertissant mais trop moyen voir médiocre pour mériter plus. J'assume mon erreur de départ haha.

"Cette idée <3"

Oui, une superbe idée, mais malheureusement inexploitée. Je ne le reproche pas à Moffat car il avait tout un dialogue (excellentissime) à construire entre Davros et Le Docteur. Mais un épisode Dalek où cette idée serait enfin exploitée, non seulement ce serait très bon, mais en plus révolutionnaire.

gravatar
#14
Galax a écrit le 07/01/2019 à 13h35
"Oui, une superbe idée, mais malheureusement inexploitée."

Ah tu trouves ? En quoi ?
gravatar
#15
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 14h04
Je trouve cette idée inexploitée dans le sens où elle redéfinit très très bien les Daleks, mais sans qu'il y ai de conséquence sur l'utilisation et la caractérisation de ces derniers .. Alors, pas dans l'épisode bien sûr (y'aurait pas eu de place et il était excellent comme ça), mais à une échelle plus globale puisque plutôt que de voir les quelques Daleks de la saison 10 comme victimes de leur propre aliénation et de leur folie, on les retrouve comme des monstres folkloriques sans saveur, ce que je trouve dommage car l'idée était super, et aurait pu être raccord avec l'esprit de la série.

Au fond c'est même un peu déprimant .. J'espère sincèrement qu'on retrouvera cette idée un jour, car elle est révolutionnaire, mais vu comment Chibnall écrit son Dalek, sans la moindre nuance, et pour servir le pur spectacle sans qu'il y ai de réflexion, les Daleks risquent de se limiter, encore et toujours, à du folklore, malgré un potentiel monstre.

gravatar
#16
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 14h07
D'ailleurs, je reste partisan d'un Dalek comme compagnon du Docteur. Ce serait couillu, puis y'aurait des conflits moraux entre les méthodes du Dalek et celles de Jodie, avec une double-évolution qui serait intéressante à suivre.

(Ou alors le fil rouge de la saison serait que le Dalek doive accepter son père et appeler Davros papa ..)
gravatar
#17
Galax a écrit le 07/01/2019 à 14h28
"Je trouve cette idée inexploitée dans le sens où elle redéfinit très très bien les Daleks, mais sans qu'il y ai de conséquence sur l'utilisation et la caractérisation de ces derniers .."

Je t'avoue que je ne te suis pas ^^ C'est une idée géniale qui nous en apprend plus sur la conception des Daleks et sur leur fonctionnement physique. Cela peut s'appliquer à tous les épisodes Daleks que tu as vus, passés ou futurs. Ce n'est par définition pas quelque chose dont les Daleks vont parler et cela ne change fondamentalement par leur comportement ni le résultat quand ils exterminent quelqu'un.

Je ne vois pas comment tu pourrais concrètement revenir dessus à moins de remettre un compagnon au contrôle d'une armure Dalek et de la faire parler comme Clara. Auquel cas ça serait juste de la redite.

C'est comme si tu trouvais dommage de ne pas être "revenu sur les concepts" du "TARDIS qui amène toujours au bon endroit" de The Doctor's Wife ou encore du "petit Docteur apeuré qui veut découvrir les étoiles" de Listen. C'est normal de ne pas revenir dessus, par définition c'est en filigrane de tous les épisodes passés ou à venir, et on ne va pas remettre le TARDIS dans une femme ou revenir dans la grange à chaque épisode.

L'unique apparition du Dalek en saison 10 était en plein milieu d'une bataille où Bill les découvrait pour la première fois, le Doc n'allait pas s'arrêter pour expliquer que "tu vois quand ils disent Exterminate ça se trouve ils disent "je suis désolé" car en fait leurs émotions contrôlent le fusil". Tout comme Jodie ne va pas justifier à chaque fois que son TARDIS l'emmène quelque part "oui mais vous voyez une fois le TARDIS est devenue une femme et m'a expliqué qu'elle m'emmène toujours où j'ai besoin d'aller", parce qu'au fond : un Dalek ça tire des lazers, et le TARDIS ça amène à des endroits, un point c'est tout, c'est ensuite au fan de choisir de voir plus loin derrière en repensant aux explications plus poussées des anciens épisodes.
gravatar
#18
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 15h06
Oui, tout à fait, ça change notre regard d'un point de vue rétrospectif ! Mais en fait, contrairement à ce que nous montre The Doctor's Wife, l'idée de Daleks comme victimes et instruments peut donner lieu à une autre utilisation des Daleks, et avec d'autres enjeux que « bouh on est méchants » : pour moi en fait, une rédemption de certains daleks, non plus partielle, mais totale, ce serait le top du top, et révolutionnaire.

Je ne sais pas si tu vois. Mais au pire tant pis haha.
En tout cas ça m'a donné envie de revoir The Witch's Familiar :(

gravatar
#19
Koss a écrit le 07/01/2019 à 15h38
""Tu soulignes surtout le point manqué par l'épisode de la caractérisation du héros par son antagoniste principal"

Comme dans Dalek, Into the Dalek, The Witch's Familiar .. Les contres-exemples parfaits. "

Je n'ai pas compris.
gravatar
#20
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 15h47
Contre-exemples à l'épisode je veux dire, pas à ton propos avec lequel je suis d'accord.
gravatar
#21
Galax a écrit le 07/01/2019 à 16h05
Je ne trouve pas que The Witch's Familiar laisse sous-entendre que tous les Daleks peuvent être bons. Je n'avais même jamais vu les choses sous cet angle là, c'est plutôt ton interprétation. Pour moi c'est juste un twist sur leur programmation (et ça reste déjà révolutionnaire ^^) mais ils restent fabriqués pour tuer. Et puis si tu veux des bons Daleks, Dalek (Saison 1), Evolution of the Daleks ou encore Into the Dalek abordaient déjà le sujet et évaluaient déjà le fait qu'un bon Dalek peut arriver sous des conditions exceptionnelles mais que cela reste impossible en temps normal.

Ton idée pourquoi pas mais je ne pense pas que c'était le propos de The Witch's Familiar (même s'il reste super <3)
gravatar
#22
OmarKhayyam a écrit le 07/01/2019 à 16h12
Oui c'est purement subjectif haha. Mais j'aime bien l'idée d'un Dalek prisonnier et victime d'une armure qui le conditionne pour haïr et tuer.

Les épisodes que tu cite abordent ça avec plus (Dalek, Into the Dalek ..) ou moins (Evolution of the Daleks) de succès, mais ils ne vont pas jusqu'au bout de l'idée et c'est dommage. Après ça reste un de mes nombreux fantasmes de fan. On en a tous haha.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


8.5

8 notes

Dernières notes :

  • 9 par elpiolito
  • 5 par ClaraOswald
  • 10 par OmarKhayyam

Noter cet épisode :


Vous devez posséder un compte pour noter cette série.
favorables
1 avis
neutres
5 avis
défavorables
2 avis

Derniers avis sur cet épisode



ClaraOswald - neutre
Chibnall est nettement meilleur que Moffat et Davies pour rendre son Dalek menaçant. Le seul qui avait réussi avant ...

MrZ - favorable
Et bizarrement, c'est avec un ancien ennemi que Chibnall, toujours en très piètre scénariste, se débrouille le ...

Donner votre avisTous les avis