Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.33

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

11.09 - It Takes You Away

Pas de résumé pour l'instant ...

Diffusion originale Diffusion française
02 December 2018 01 January 2000
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)

Tous les avis

elpiolito
Administrateur
Avis favorable Déposé le 10 December 2018 à 17:07
Spoiler
Le découpage en trois parties de cet épisode est sa force mais aussi sa faiblesse. C'est sa force car chaque acte contredit le précédent, déjouant les pronostics du spectateur. La chasse au monstre dans la forêt promise qui se transforme en chasse au père dans un monde glauque avant de devenir un monde parallèle où le père fuit de son plein gré. C'est une structure intéressante et qui apporte pas mal de diversité. Mais c'est aussi sa faiblesse. D'une part parce que les actes ne sont pas bien équilibrés. Si l'intro est plutôt bien réalisée à défaut d'être originale, la seconde partie avec le monstre et ses mites est clairement décevante et s'approche plus du remplissage qu'autre chose. Le troisième acte relève néanmoins fièrement la tête en proposant un concept original et bienvenue et donne l'occasion à Graham de se confronter une bonne fois à son deuil et au docteur de se confronter à un être relativement similaire. D'autre part, les liens entre les actes sont très limités et contradictoires. Si le miroir reste la porte de passage et reste commun à tous, les autres détails autour varient au bon vouloir du script. la seconde partie, par exemple, nous montre la difficulté pour retrouvé son chemin dans le monde intermédiaire : le docteur tire une ficelle, qui est coupée, et ils finissent par se retrouver de l'autre côté du miroir car ils se sont paumés. Dans le troisième acte, pour le retour, aucun soucis, tout le monde trouve son chemin sans problème. Idem pour les mites : elles attaquent les gens qui courent dans l'acte 2, aucun problème dans l'acte 3. La motivation du père reste relativement ténue et la résolution un poil facile : merde, il abandonnait et terrorisait sa fille aveugle dans une cabane au fond de la Norvège... Bref, si l'épisode n'est pas déplaisant ni foncièrement mauvais, il comporte tout de même une multitude de petits détails qui l'empêchent de vraiment fonctionner correctement. Dommage parce que le concept était sympa. Grenouille <3

4evaheroesf
Membre
Avis neutre Déposé le 06 December 2018 à 15:26
Déjà neuf épisodes et je trouve que Ryan n'arrive toujours pas à se débarrasser de son côté "compagnon le moins intéressant du trio". C'est dommage surtout quand Graham et Yaz réussissent parfois à avoir des fulgurances. Pour le reste, c'était un peu divertissant (malgré l'idée du solitruc) donc suffisant à mes yeux.

MrZ
Membre
Avis défavorable Déposé le 04 December 2018 à 16:12
Chouette, un concept entièrement original et hyper intéréssant au potentiel titanesque qui permet un apport énorme de mythologie en plus de pouvoir être lié à toute la mythologie déjà préexistante ! Ouais, bah non. It takes you away est un épisode intéréssant ayant l'avantage de faire tout ce que la saison avait manqué de faire pour le moment, même si maladroitement, en s'occupant de manière concrète de Graham et de Ryan, de caractériser Ryan un peu plus profondément, et d'offrir un véritable concept de SF. Sauf qu'il s'avère que la série est vraisemblablement plus intéréssée par des propos politiques peu marquants et peu subtils plutôt que de s'emmerder à construire une mythologie pouvant marquer l'histoire et en profiter pour disserter de manière mémorable sur Le Docteur. Comme son épisode précédent mais de manière pitoyablement différente, It takes you away est flemmard au possible (et possiblement saboté par un Chibnall qui s'emmerde de manière définitive à son poste, je vois que cette solution) en retirant sa première menace de la manière la plus gratuite et stupide possible, en résolvant sa seconde sans que quelqu'un n'en aie quelque chose à cirer et en finissant sa troisième sur une quasi-trahison de ce que l'épisode avait pourtant à offrir comme possibilités. Chibnall et les producteurs ne sont pas intéréssé par le fait de créer des personnages, par le fait de créer une dynamique, par le fait de créer une mythologie, de créer un ensemble qui pourrait réellement susciter un minimum d'intérêt. Ils ne veulent même pas s'occuper de leur semblant de thématique à la platitude légendaire où les débuts de conséquences sont littéralement absents de la saison. Il n'y a plus que de la pseudo-politique qui intéresse la série, sans réel impact ou intérêt car il faut que ça aille de pair avec un véritable tout formé par le show pour que ça soit efficace.
4 réponses
Voir les réponses

nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 04 December 2018 à 08:52
Tiens, Moffat a laissé un script en partant? Car on est vraiment dans cela, ces histoires qui sautillent d'une idée à une autre, en les survolant et en donnant une impression de gâchis, tel une corde qui sert à se repérer dans une grotte qu'on coupe, qu'on retrouve, mais qui au final ne sert à rien du tout. Et tout ça pour terminer sur une scène où la Docteur parle ... à une grenouille. Non, mais, c'est sérieux, ça? Mais j'avais lâché depuis un moment, depuis le pourquoi du comment du monstre dans la foret. J'ai trouvé l'idée du père qui terrorise sa fille aveugle et l'enferme dans sa maison d'une débilité sans nom. C'était nul et bâclé comme explication. Ensuite est arrivé le concept du Solitract, un truc énorme, une idée qui pourrait servir à créer une mythologie, à un fil rouge d'une saison. Mais non, on en parle, on en fait une grenouille parlante, puis voilà, dix minutes après, on passe à autre chose. C'est très Moffian dans l'esprit. Il reste la partie dans la grotte avec le monstre à 7 estomacs et les mites mangeuses de chair qui étaient sympa, car le reste c'est vraiment trop nul.
12 réponses
Voir les réponses

Koss
Administrateur
Avis favorable Déposé le 03 December 2018 à 21:22
On atteind ici le point critique qu'il fallait pas atteindre, en tout cas, pas aussi tôt : celui de se dire que le précédent showrunner aurait fait mieux. Car cette fin est une formidable occasion gachée. L'occasion révé mais totalement non saisi de faire confronter le docteur avec une ou un proche disparu.e. L'occasion unique de donner le contre-point au formidable "The God Complex". Et ça aurait pu être n'importe qui. N'importe quoi même. Le docteur mentionne d'ailleurs sa grand mère (pour la première fois ?) et j'ai vraiment cru qu'on allait tout droit vers ça. Il fallait juste une idée, une seule... Malheureusement, après un showrunning de six saisons bouillonant de trop plein d'idées, Chris Chibnall semble nous garantir une chose : d'enchainer les épisodes platement, comme la série en a produit tant depuis 50 ans. Des loners immédiatement oubliés après visionnage. Car au final et jusqu'à là dans son run, c'est bel et bien la prise de risque qui a été "take away".
3 réponses
Voir les réponses

Galax
Administrateur
Avis neutre Déposé le 03 December 2018 à 12:27
Spoiler
Je... Euh... Hem... 90% de l'épisode est bien. Les concepts de SF sont intéressants. Le tout est une jolie métaphore sur les relations qui nous évincent du vrai monde, que ce soit les relations amoureuses nocives, les amitiés qui ne marchent plus ou le deuil. Et puis... c'est quoi cette idée d'univers conscient dans le corps d'une grenouille prenant la voix de Grace ? ???? UNE GRENOUILLE SUR UNE CHAISE EN GUISE D'UNIVERS CONSCIENT ? Décalage total de ton. Ça ruine la fin pour moi. Imaginez cet épisode dans le cadre d'une saison avec un showrunner qui n'hésiterait pas à injecter de la mythologie. Et avec une scène de fin plus longue. On aurait eu un vrai climax. Peut-être avec une figure importante pour le Docteur. Elle-même ? sa grand-mère qu'elle mentionne dans l'épisode ? la grange de Gallifrey ? Susan ? Un compagnon mort ? Une ancienne incarnation du Docteur ? Quelqu'un de son passé que nous n'avions pas encore vu ? N'IMPORTE QUOI D'AUTRE QU'UNE GRENOUILLE QUI N'A DE SENS QUE POUR GRACE ET GRAHAM ? C'est dommage car le speech précédent commençait vraiment à donner à Jodie de quoi jouer et de quoi prouver que son incarnation du Docteur peut avoir de l'ampleur. "I've lived longer, seen more, loved more and lost more.", ce speech aurait pu me donner des frissons entre les mains d'un bon scénario. Mais entre le père qui abandonne sa fille et la terrorise parce qu'il est en deuil (au lieu de, je sais pas, lui proposer de l'emmener avec lui ??), ce qui d'ailleurs rend le début de l'épisode extrêmement long et un peu lourd au revisionnage, puis le passage dans l'antizone avec une absence de soin des détails assez alarmante (la lumière nécessaire quand ça arrange les scénaristes, le manque d'explication sur l'origine de Ruben ou des mites, le fait que ce soit juste ultra moche et mal filmé, avec des mites en cartons...). Vraiment beaucoup trop d'invraisemblances dans cette histoire et beaucoup de questions sans réponses. Comme dit le Docteur, "on a seulement gratté la surface" de ce concept de Solitract qui aurait mérité plus d'ambition, plus de folie. Au moins le pire compagnon de la série a enfin dit "Grandfather". Sans vraie raison car Ryan n'a pas pu mettre les pieds un seul instant dans l'univers du Solitract ni revoir Grace, pour les besoins du scénario. Whouhou ya du progrès... Ryan était pas si mal dans l'épisode en vrai, sa relation avec Hanne est probablement la meilleure chose qu'il ait eu, mais la dynamique des compagnons ne fonctionne toujours pas. Cet épisode est in-notable. Entre les mains d'un scénariste plus compétent et d'un recalibrage de la fin de l'histoire, cela aurait pu être un chef d'oeuvre. En l'état, c'est probablement ma plus grosse frustration de l'histoire du show et ma pire déception de la saison étant donné le potentiel gâché de toutes les bonnes idées de l'épisode. L'ambiance, le concept et le ton de l'épisode, étaient tellement uniques, ils auraient pu vraiment en faire quelque chose de dingue.
14 réponses
Voir les réponses

OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 03 December 2018 à 10:43
Spoiler

Seulement 12,2 ici, autour de 6,5-7/10 sur les sites anglais :( Choquer déssu Alors y'a bien sûr quelques débilités et incohérences (c'est pour ça que je reste finalement sur une note de 15,5/16), mais tant il est macabre, bien écrit et raccord avec les thèmes de la saison, « It Takes You Away » est selon moi un autre de ses grands moments, là-aussi sous-estimé. Au fond pour moi, ni Le Doc', ni même le deuil, ne sont en fait le propos central. Ed Hime interroge plutôt ici l'idée de « reflet » et là où ça devient intéressant, c'est qu'on a en fait une réflexion sur chaque personnage (sauf Yaz, la pauvre), mais d'une façon assez différente. Hime développe en effet trois parallèles. Le premier concerne Ryan et Hanne et donne au personnage de Ryan un quasi-alter-ego qui lui permet de se remettre en question (détails dans la critique). Le second concerne Graham qui voit dans le miroir son propre deuil qui le pourchasse où qu'il aille (deuil qui prends bien sûr la forme de Grace). Enfin le Docteur voit dans le Solitract son propre reflet, un être solitaire aux visages multiples qui a besoin des autres pour exister. « It Takes You Away » peut donc sembler se limiter qu'à une grosse promesse gâchée ou à du potentiel non-exploité, mais passé la déception sur l'absence de mythologie, l'épisode est en fait cohérent, réfléchi et intéressant : Ed Hime s'impose donc ici selon moi comme l'un des meilleurs scénaristes de la saison, et le plus prometteur.


ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 03 December 2018 à 07:30
Spoiler
The Doctor's Wife x Twin Peaks ? C'était tellement bien ! Malheureusement cet épisode confirme que les meilleurs épis de la saison sont ceux qui ne sont pas écris par le showrunner, ce qui fait très très peur pour la suite. Le 10 déterminera si le run Chibnall va vraiment être un enfer ou juste médiocre.. Cet épisode aurait été dans l'ère Davies ou Moffat il aurait été un chef d'oeuvre, imaginez ce qu'aurait donné le climax dans l'univers alternatif avec des bons personnages ! Bon maintenenant que j'ai bien fait mon hater, c'était le meilleur épisode de cette saison et même le meilleur épisode hors moffat depuis Face the Raven. Un beau message passé subtilement et un des meilleur "antagoniste" de la série. 5 minutes de plus pour la dernière scène n'aurait pas fait de mal, surtout vu l'excellente performance de Jodie, ça fait 2 épisodes d'affilés qu'elle donne un speech assez génial et elle a une façon très... douce de faire passer ses idéaux. J'aime beaucoup ça, surtout après Capaldi Jamais je n'aurais cru être ému par un univers qui se sent seul et qui parle à travers une grenouille utilisant la voix d'une personne morte ! Du génie.
5 réponses
Voir les réponses

12.2

10 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Galax a noté cet épisode - 10
08 Jan 2019
OmarKhayyam a noté cet épisode - 16
02 Jan 2019
MrZ a noté cet épisode - 6
10 Dec 2018
elpiolito a noté cet épisode - 12
10 Dec 2018
Jasper a noté cet épisode - 14
07 Dec 2018
4evaheroesf a noté cet épisode - 11
06 Dec 2018
Gizmo a noté cet épisode - 11
04 Dec 2018
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 10
04 Dec 2018
Koss a noté cet épisode - 13
03 Dec 2018
ClaraOswald a noté cet épisode - 19
03 Dec 2018

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who (2005) 11.11

Doctor Who X La pire gueule de bois de jour de l'an que vous pouvez imaginer.

Critique : Doctor Who (2005) 11.10

Doctor Who X L'ennui.

Critique : Doctor Who (2005) 11.09

Doctor Who X Orphée.