Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.35

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

11.10 - La Bataille de Ranskoor Av Kolos

The Battle of Ranskoor Av Kolos

Le Docteur reçoit neuf appels de détresse tous provenant de la même région sur la planète Ranskoor Av Kolos. Très vite, elle réalise qu'un champ magnétique perturbe les pensées des rares habitants, et qu'un ancien ennemi est derrière cette vaste machination.

Diffusion originale
09 décembre 2018
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)
Jamie Childs
Chris Chibnall
Phyllis Logan
Samuel Oatley
Mark Addy
Percelle Ascott
Jan Le

Tous les avis

Avatar elpiolito elpiolito
Administrateur
Avis neutre Déposé le 18 décembre 2018 à 10:36

Vu les avis, je m'attendais à une grosse purge alors que ce n'était pas aussi catastrophique.

L'épisode est à l'image des 2/3 des épisodes de la saison : plat, creux, mou, ennuyeux. Ce n'est pas mauvais mais ce n'est pas bon non plus. C'est juste moyen.

Il y a quelques idées intéressantes : les Ux, le retour de Tim Shaw, les planètes emprisonnées, les ondes cérébrales qui rendent amnésiques - très pratique ça. Il y a également de grosses conneries : la capture de Tim Shaw, la résolution que seul le final de la saison 3 dépasse en nawak, les robots tueurs débiles qui s'entretuent.

Et puis il y a les problèmes symptomatiques de la saison : le gang divisé de façon random vivant chacun dans son coin, le côté trop didactique où tout doit être expliqué, les idées sous-exploitées.

Le problème, c'est que cet épisode final, qui aurait du permettre de mettre un peu de liant à tout ça et indiquer la direction que voulait prendre la saison se retrouve être juste un épisode banal qui aurait pu être calé au milieu de la saison.

C'est assez décevant. Mais au final, on ne pourra pas reprocher son manque de cohérence à Chibnail : toute la saison est du même acabit, il l'a bien showrunner vers le médiocre tout du long.

2 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 16 décembre 2018 à 17:18

Doctor Who est la série de tout les possibles. Elle peut aller partout dans le temps, dans l'espace, dans plusieurs dimensions et entre elles. Il n'y avait qu'un seul endroit que la série n'avait pas encore exploré : l'ennui. Bienvenue dans cette 11ème saison !

Cf critique.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar Jasper Jasper
Membre
Avis défavorable Déposé le 16 décembre 2018 à 12:29

12 en partant du principe que cet épisode ne peut pas être une fin de saison et qu'il y en aura une "vraie" à l'épisode du nouvel an...

Edit après épisode du nouvel an : La note passe à 8...

2 réponses
Voir les réponses

Avatar 4evaheroesf 4evaheroesf
Membre
Avis neutre Déposé le 14 décembre 2018 à 22:06
Spoiler

Que dire ?

On ramène Tim pour donner l'impression d'une menace crédible et tout se dégonfle comme dans le premier épisode...

Bon, je ne suis pas trop exigeant donc on va dire que ça se laissait regarder et c'est tout.

Ah non, j'oubliais une chose :

Je viens sur Serie-All poster mon avis et c'est en lisant vos critiques que je découvre que c'est le dernier épisode de la saison...

Mais c'est n'importe quoi !

La saison se termine sur un épisode aussi fade ?!

Je ne voulais pas forcément un épisode explosif ou grandiose mais je n'aurais pas craché sur un peu d'émotion, ça m'aurait suffi.

J'ai adoré Capaldi mais sa dernière saison était mauvaise et là, j'ai aimé la Team Jodie (malgré son côté stagnant) et cette saison était tout de même ennuyante.

C'est dommage, Doctor Who me déçoit.

1 réponse
Voir les réponses

Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 12 décembre 2018 à 17:08

L'épisode n'est déjà pas extra-ordinaire en tant que tel. C'est un gloubiboulga d'idées (la secte des Ux, le vaisseau abandonné, le capitaine amnésique, des minéraux bizarres, la Terre menacée de destruction) et de péripéties peu gracieuses (ces booster de neurones bien pratiques, le crew qui se divise une nouvelle fois et où chacun vit sa vie dans son coin, ces gros nuls de méchants qui se tirent dessus dès que leurs ennemis se baissent). Et si Tim Shaw est plutôt pas mal de présence tant qu'il est assis, il est mis hors d'état de nuire comme un enfant. Ça la fout mal pour un chasseur de l'Espace.

Oui, mais voilà, il n'est pas qu'un épisode moyen, il est le final d'une saison ayant déjà connu peu de sommets. Et dans ce rôle, il est est vraiment très très trop léger. L'absence d'enjeu lui nuit énormément et le seul suspense (à savoir Graham va-t-il se venger et se faire dégager comme une crotte du TARDIS?) n'en est pas un.

Cette saison 11 se termine sur un épisode peu transcendant. Espérons qu'elle ne soit qu'un mise en route un peu laborieuse, une introduction pépère à une nouvelle ère et que les prochaines prennent plus de risque et proposent des scénarios un peu plus vertigineux que le confort proposé cette année.


Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 10 décembre 2018 à 18:08

Un finul pour Chibnul.

Ce serait trop d'honneur de dire que ce final était fascinant de nullité. Non, c'était juste un épisode fainéant, sans enjeux, sans personnages, sans envie, sans folie.

Un finul à l'image de Tim Shaw, moche, beaucoup trop bavard et totalement anecdotique.

Juste un truc qu'on regarde du coin de l'oeil au petit-déj' et qu'on oublie deux heures plus tard.

Un finul de Chibnul.

4 réponses
Voir les réponses

Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis défavorable Déposé le 10 décembre 2018 à 17:03

Contrairement à l'mmense foutage de gueule de l'épisode précédent, The Battle of Ranskoor Av Kolos s'inscrit complètement dans la lignée de cette saison et du run de Chibnall : complètement je-m'en-foutiste, sans émotion, qui torche ce qu'il fait et qui est surtout complètement interchangeable.

L'épisode a beau avoir comme thématique les conséquences des actions du Docteur, c'est incroyablement faible et l'épisode donne toujours et de manière systématique raison au Docteur là où toutes les saisons précédentes permettaient d'énormément nuancer le personnage le rendant ainsi beaucoup plus humain, complexe et attachant.

Chaque esquisse d'un conflit naissant est toujours mise de côté, chaque conséquence est d'une faiblesse incroyable et systématiquement éteinte, déjà parce que Tim Shaw n'a jamais été une menace crédible (l'épisode 1 passait l'essentiel de son temps à se moquer de lui, difficile de construire une vraie menace autour de ça quand la série a réussi auparavant à rendre terrifiantes des cafetières parlantes), que les Ux, malgré leur potentiel, sont des personnages excessivement plats (une habitude chez Chibnall) et que la transmission d'émotions est encore une fois la majorité du temps aux abonnés absent (l'épisode dit encore souvent les choses là où il devrait les montrer).

Chibnall, en grand timide (ou en grand feignant d'après moi, ce qui est pour sûr un contrepied là où son prédécesseur tentait souvent le tout pour le tout pour parfois terriblement se casser la tronche sur ses fils rouges, mais jamais sur ses ensembles thématiques) se contente de ce qui est en dessous du strict minimum thématique en gérant ses personnages sans folie ni originalité et comme je l'ai dis plus haut, esquisse les conséquences des actions des personnages lors des épisodes précédents, mais n'en fait absolument rien. Ainsi, comme j'ai pu le gueuler lors de l'épisode précédent et au début de ce texte, The Battle of Ranskoor Av Kolos, malgré ses aspects d'épisode oubliable sans être une honte, est un échec car il n'est la consécration de rien car rien n'a été construit dans la saison, pas même la thématique générale qui est au même stade de ce qui est laissé dans le premier épisode vu que tout début de conflit est annulé avec la défaite de Tim Shaw.

Ainsi on se rend compte que cette saison 11 de Doctor Who, au final malgré son peu de promesses, ne fait rien et ne raconte encore moins. A moins que l'épisode du nouvel an se pose comme une véritable conclusion saisonnière thématique et pour les personnages, Chibnall connait ici son premier échec, ce qui est triste vu que c'est sa première saison, au point où on est en droit de se demander s'il a seulement essayé de transformer ce qui est un échec en réussite au moins ne serait-ce qu'une seule malheureuse fois durant cette année...

1 réponse
Voir les réponses

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 10 décembre 2018 à 11:17
Spoiler

Et le château de cartes s'effondra...

Le problème c'est que c'est un épisode à la saison 11 : 20 minutes d'introduction où tu ne piges quedal, où on t'introduit un contexte plutôt sympathique à décortiquer façon enquête policière pour comprendre ce qu'il s'est passé.

Puis une, deux scènes à tout casser où on te balance TOUTES les réponses. Mais vraiment tout. Tim Shaw, les Ux, la planète, le vaisseau, l'arme, les capsules à densité infinie contenant les planètes (de très loin la seule bonne idée de l'épisode avec les Ux - dommage que cette idée soit pompée sur d'autres épisodes, et que les Ux soient sous-exploités).

Puis, 20 minutes de résolution pure et dure, avec un climax faible, du techno-blabla, des changements de coeur qu'on a tous vu venir (les Ux et Graham).

Tout ça pour passer tout un final sans aucune "bataille" vraiment vue (histoire de justifier un peu ce titre de merde).

C'est donc globalement un final chiant et sans enjeux. Avec un peuple comme les Ux, littéralement des êtres créateurs surpuissants dans le monde de Doctor Who, c'est quand même un comble vu le potentiel.

Les liens avec le reste de la saison sont faibles. Il aurait été judicieux d'expliciter certaines des planètes détruites et de faire le lien avec les démons du Punjab notamment, ou même ramener quelques anciens personnages, ou bien faire apparaître le reste des Stenzas... juste, quelque chose.

Les trois compagnons ont toujours moins de substance réunis que n'importe quel ancien compagnon dans leurs trois premiers épisodes. Graham/Ryan, on s'y attendait tous... Yaz fait toujours de la figuration. Et voilà. Rien de spécial n'est à signaler.

J'ai trouvé ce qui me pose problème avec Thirteen. Jodie Whittaker fait ce qu'elle peut mais elle n'a franchement pas de grand moment, juste quelques répliques Doctoresques sympathiques. Pas de vrai speech, pas de confrontation. Le vrai problème : son Docteur semble courir plus vite que le scénario. Elle est trop énergique pour l'histoire. Il lui faudrait des récits épileptiques à mille à l'heure à la David Tennant, pas des scénarios aussi "mous" et contemplatifs que ceux qu'elle a eu. Ces derniers marcheraient mieux avec un Peter Capaldi (s'ils étaient plus sombres et osés).

Idem : une autre qualité de la saison 11 qui ici, s'écroule. Le visuel. La lumière est belle et le show est bien filmé, mais qu'est-ce que ça apporte vraiment à Doctor Who ? Passer tout un final dans une usine, ça renforce plus le côté standalone qu'autre chose de cet épisode. Franchement, je crois que je préfère avoir 4 fonds CGI un peu moches mais avec une histoire en béton, qu'une usine bien éclairée... Ce final n'est donc pas simplement médiocre, il fait relativiser un peu tous les bons points de la saison.

L'ambition des saisons passées s'est définitivement envolée. On aurait bien vu une sorte de course interplanétaire, par exemple. Juste autre chose qu'une action qui se déroule sur même pas 2 heures dans un entrepôt, avec Tim Shaw la pire menace récurrente de la série, qui parle tout seul, déballe tout son plan au spectateur et se lève enfin et fait trois pas juste pour se faire maîtriser par deux humains.

Thématiquement, toute la partie sur Graham et le fait d'être "meilleur que l'ennemi", je m'en foutais un peu. C'est quand même quelque chose vu 50 fois dans la série. Et vu que je ne suis pas attaché aux personnages, ça ne risquait pas d'être mieux fait pour ma part. Sans parler du fait que c'est prévisible et archi cucul.

Le thème récurrent de la saison sur la passivité des personnages, revient légèrement mais il n'y a pas de vraie conclusion. Et attention, le côté hyper pacifiste du Docteur de Jodie pour au final, par trois fois, coincer ses "ennemis" dans une prison éternelle où ils agonisent ou sont seuls éternellement (les araignées, la grenouille, maintenant Tim Shaw), ça peut vite devenir gonflant et hypocrite.

En fait, la philosophie de base d'être toujours pro-vie se rapproche beaucoup de celle du Docteur de David Tennant. Peut-être parce que c'est le truc le plus basique du personnage du Doc et sans doute le plus simple à écrire : *violence* "non les armes c'est mal", *menace* "non ce n'est pas la voie", *volonté de faire mal* "non il faut toujours trouver autre chose". Mais le docteur de Tennant, bien que lourd sur ces points, était plus cohérent et c'était bien intégré à son arc avec une superbe évolution plus sombre.

Ce n'est certainement pas ce qui semble s'annoncer pour Thirteen. Donc concrètement : après tout ce qu'elle sait sur les Stenzas et Tim Shaw, être aussi catégorique envers Graham, c'est quand même improbable et un peu fainéant en termes d'écriture. Surtout que comme elle le dit, "my rules always change".

Et puis, Chibnall résume le plus gros dilemme de l'épisode à un bon vieux dilemme du tramway où Thirteen a le choix entre tuer 2 innocents ou mettre en péril l'humanité. Un dilemme écarté en 2 secondes par les neuros-capteurs, une facilité déconcertante. Tout l'épisode aurait pu challenger un peu Thirteen (il y a un moment où Tim Shaw lui pointe l'ironie de l'avoir laissé en vie et d'avoir ainsi causé la mort de plusieurs planètes, mais elle ne répond pas). Que d'opportunités manquées sur les conséquences de la vie du Docteur...

Et puis quand Chibnall réalise que les Sniperbots sont des ennemis nazes et inutiles (il suffit juste de se baisser au sol pour qu'ils ratent leurs tirs, youhou), et quand il se rend compte que Tim Shaw est un ennemi pathétique puisqu'il n'a aucun tir à distance et que son armure ne sert à rien, Chibnall comprend qu'il faut trouver un autre enjeu pour les 15 minutes restantes de l'épisode, donc il sort ce concept de planètes "qui ne peuvent plus tenir aussi proches les unes avec les autres" (comme c'est pratique que cela ne se manifeste que maintenant -- alors qu'à la base ça devait se produire SI une autre planète, la Terre, était prise également).

Bon. J'ai même plus envie de pointer du doigt les fautes et les fainéantises du scénario, tous les autres avis s'en occupent et je pense que tout le monde sera d'accord là-dessus.

Et pour couronner le tout, pas de saison en 2019, youhou. Si c'est pour sortir 10 épisodes sans fil rouge, ne rien apprendre sur la série ou le Docteur et juste découvrir quelques histoires, autant que je finisse de découvrir quelques épisodes de la série de 1963. Là, il n'y a juste pas beaucoup d'intérêt.

Espérons que le nouvel An sera bon histoire de boucler la saison sur une meilleure image que ce standalone bas-de-gamme.

EDIT : Et ben non, le nouvel An était encore pire ! On apprécie...

Bon, il faut croire que ce final restera dans les annales du pire de la série.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 10 décembre 2018 à 10:03
Spoiler

Aïe. Quelle chute. C'est assez calamiteux en fait .. Bon y'a au moins une vraie cohérence thématique (le deuil, la famille, la foi ..), esthétique (bel épisode soi-disant passant) et dans l'exécution des idées .. mais .. c'est tout On ne ressent rien, c'est vide, prévisible, et pire que tout, oubliable. La saison 11 laissait un potentiel thématique monstre (le deuil de Graham + la nécessité de non-intervention dans l'Histoire + Desolation : imaginez le final que ça aurait pu donner), mais Chibnall, du haut de son peu d'ambition, ne se contente que d'une excercice en automatique, gâchant ainsi toute une saison qui pourtant ne manquait pas d'atouts et de promesses. Note : 10/20 (-5 comme c'est le final) donc 5/20

4 réponses
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 10 décembre 2018 à 07:51
Spoiler

Un final plutôt sympa, c'est con mais faire revenir Tim Shaw ça pose des enjeux intéressants pour les personnages (surtout Graham) et c'est de ça dont la série avait besoin. C'est pour ça que cet épisode là et celui d'avant sont réussis d'ailleurs, je regrette beaucoup l'absence de fil rouge cette année, je trouve que ça a pas mal blessé la série.

En vrac sur l'épi :

Il y a du bon pour Ryan ! Ses échanges avec Graham, bien qu'attendus, étaient plaisants à voir, bien plus que le "Grandad" que je trouve un peu bizarre (c'est pas son grand père après tout, wtf)

Yaz n'a sa première conversation qu'à partir de 21min45... Et c'est tellement dommage, elle brille quand elle veut mais TOUT les scénaristes s'obstinent à la mettre en retrait, sauf dans l'épisode focus sur elle bien sûr.

Elle n'a eu qu'une seule et unique conversation avec Graham en plus de 8 heures de temps d'écran ! C'est complètement surréaliste et ça montre bien qu'avoir autant de compagnons ça ne marche pas, du moins pas pour Chibnall.

Et Graham... C'est un arc qu'on a déjà vu 20 fois le coup du "I'm better than this" mais l'acteur a vraiment tellement bien géré ses dialogues que ça passe comme une lettre à la poste et je me suis laissé prendre au jeu même en sachant très bien qu'il ne le ferait jamais.

La musique est pas terrible une fois de plus même si il y a quelques passages sympas, je n'aime toujours pas cette mise en retrait et surtout l'absence d'utilisations des thèmes qu'Akinola a créé. Je veux dire on avait quand même plein de scènes dans lequel il aurait pu caser le thème de Thirteen mais on ne l'a que quand le Tardis apparaît à la fin (Et c'était clairement pas le moment le plus glorieux), c'est une missed oppurtunity, a croire qu'il a fait l'inverse de Gold qui casait I am the Doctor partout (enfin même si c'était plus Moffat qui forçait Gold a réutiliser la musique en boucle car il l'aimé tro lol. Il est un peu con parfois)

Tim Shaw est bien plus menaçant quand il est dans l'ombre et assit, dés qu'il se met à marcher, le côté Power Ranger est de retour et le moment où DEUX FOIS dans une scène il nous sort cette tronche : https://i.imgur.com/VkRKf3Y.jpg est le moment où il est descendu en dessous des Daleks en terme de "Je suis un méchant ni sérieux, ni effrayant"

Mais malgré tout, c'était intense, très bien rythmé, très beau, les dialogues étaient vraiment bons (qu'est ce que j'aime Jodie par moment... et d'autres elle est cruel sans aucune raison), et on avait de vrais enjeux pour une fois.

Ça reste, pour moi, un final clairement en dessous de celui des saisons 1 2 3 5 6 7 8 9 10 mais au vu les épisodes écrits par Chibnall cette année je suis agréablement surpris et ça me donne espoir et que si il nous sort un ennemi en béton armé renforcé avec de l'alliage d'azbantium à la Moffat et qu'il nous fait une intrigue avec plus de fil rouge et une Yaz mise en avant, ça peut vraiment donner quelque chose de super.

Dommage que les audiences se cassent la gueule depuis l'épisode 1, mais on reste bien au dessus des saison 9 et 10 donc pas de crainte à une annulation heureusement. Puis ça va cartonner avec l'épisode du 1er janvier!

6 réponses
Voir les réponses

8.7

10 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 7
09 janv. 2019
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 5
05 févr. 2019
Avatar de elpiolito
elpiolito a noté cet épisode - 10
18 déc. 2018
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 5
16 déc. 2018
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 12
16 déc. 2018
Avatar de 4evaheroesf
4evaheroesf a noté cet épisode - 10
14 déc. 2018
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 11
12 déc. 2018
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 6
10 déc. 2018
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 8
10 déc. 2018
Avatar de ClaraOswald
ClaraOswald a noté cet épisode - 13
29 janv. 2019

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who (2005) 11.11

Doctor Who X La pire gueule de bois de jour de l'an que vous pouvez imaginer.

Critique : Doctor Who (2005) 11.10

Doctor Who X L'ennui.

Critique : Doctor Who (2005) 11.09

Doctor Who X Orphée.