Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Dernier descendant des Seigneurs du Temps et âgé de plus de 900 ans, le Docteur parcourt l'espace et le temps dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space). Amoureux de la race humaine, il se fait régulièrement accompagner par une femme ou un homme. Partagé entre folie et génie, insouciant mais ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 50 minutes
Fantastique, Science-Fiction, Adventure, Drama BBC One, France 4 2005
13.18

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Image illustrative de l'épisode 12.07 - Can You Hear Me?

Can You Hear Me?

From ancient Syria to present day Sheffield, and out into the wilds of space, something is stalking the Doctor and infecting people’s nightmares. Location: Aleppo, Syria/Sheffield, UK, Earth Date: 1380/2020 Enemy: Zellin, Chagaskas, Rakaya

Diffusion originale : 09 février 2020

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 09 février 2020
Réalisat.eur.rice.s : Emma Sullivan
Scénariste.s : Charlene James , Chris Chibnall
Guest.s :

Tous les avis

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 16 février 2020 à 23:26

"C’est là qu’on voit le traitement totalement différent de Steven Moffat et Chris Chibnall sur le même sujet : l’un met l’accent sur les peurs enfantines et on aboutit à quelque chose de poétiquement parfait, symbolique et méta (“Fear is a superpower” “Fear makes companions of us all”). L’autre aboutit à un message moins méta, moins sobre, mais teinté d’une forte vision sur l’humanité, dans le but d’aider et d’instruire plus explicitement. Tout deux en tirent une morale particulière et nous adressent un message. J’ai toujours trouvé cela beau quand Doctor Who se répond à elle-même à travers les ères, c’est ce qui fait que le show est aussi spécial. Et c’est aussi grâce au renouvellement des esprits qui travaillent dessus qu’on peut avoir un même sujet traité plusieurs fois, de façon complémentaire. Qu’on ait une préférence est tout à fait normal, mais les deux peuvent cohabiter en paix."

Extrait de ma critique, cf. l'article pour lire la suite :)

(ouah comment je me prends un pour un journaliste célèbre alors que j'ai juste pas envie de réfléchir davantage à un avis concis !)


Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 11 février 2020 à 22:16

Ébauche de la critique de l'épisode sur laquelle je m'étais engagée mais que j'ai dû abandonner par faute de temps.

Chapô : Doctor Who X Freddy

Introduction : rappeler que cette saison 12, c'est de la merde, à l'exception d'un épisode.

1er paragraphe : dire qu'il y a du mieux sur le gros point négatif de DW selon Chibnall à savoir les 3 compagnons. Dire qu'ici, ils prennent un peu d'épaisseur, cela ne vole pas très haut, surtout pour Ryan, mais au moins, ils ne font plus de la figuration. Piquer l’air de rien des avis déjà publiés l’idée que cela arrive néanmoins à un drôle moment de la saison, qu’il aurait mieux valu proposer ce genre d’épisode en début de run. Par contre, poser la question de la pertinence de la présence de Tahira, à part en tant que Deus Ex Machina pour la résolution finale. Faire constater qu'une nouvelle fois qu’un inconnu a le droit d'entrer dans le TARDIS, faire le grincheux devant cette étonnante récurrence. Dire qu'une lutte contre un cancer pour Graham serait un excellent fil rouge intéressant. Constater que la Docteur s'en sort une nouvelle fois mieux seule, faire semblant de comprendre au détour d'une scène qu'elle a besoin de la compagnie UNIQUEMENT pour ne pas parler seule. Troller Ryan par une comparaison avec un poisson rouge.

2ème paragraphe : parler du méchant, en dire du bien, dire qu'il en impose, que son look et son visage sont un effet spécial à eux-seuls qui fonctionne très bien, faire un parallèle pertinent avec Freddy Krugger, rechercher le gif où celui-ci se coupe les doigts par plaisir pour illustrer le propos. Par contre, critiquer le dénouement rushé à mort et complètement débile avec ces méchants qui reviennent en Syrie pour une excuse à la con où les attends la Docteur qui a apprivoisé les doigts méchants et a une boule magique. 

3ème paragraphe : trouver une 2ème grille de lecture à l'épisode comme le fait très bien Galax. Chercher. Chercher. Chercher. Se rabattre sur "les rêves, c'est quelque chose quand même". Évoquer en exemple les rêves coquins avec ma DRH que je fais régulièrement.

Conclusion : dire que c'est pas fameux, mais au moins, je ne me suis pas ennuyé et n'est pas été consterné durant une heure. Radoter qu'une heure, c'est tout de même bien long. 

Coin du fan pas fiable qui a déjà bien du mal à se rappeler de quoi parler l'épisode précédent : Un moment, Zellin évoque un Marchand de Jouet. Peut-être un méchant de la saison 15 des anciens Doctor Who? Vérifier.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar Jasper Jasper
Membre
Avis favorable Déposé le 11 février 2020 à 13:48

Chibnall démontre encore une fois à quel point il se troue en tant que showrunner, via ces scènes présentant les 3 compagnons qui auraient dû être présentes en début de saison 11. Et même, en acceptant qu'il se soit raté pour sa première saison, il aurait fallu les montrer au début de la saison 12, pas maintenant... Sentiment ambivalent pour les fans de Doctor Who où on se contente de cet épisode, plutôt agréable, par opposition à toutes les daubes que l'on subit depuis la saison 10. À défaut de grives...

La petite note d'espoir, malgré tout, est de se dire qu'il suffit de réduire le nombre de personnages secondaires, d'avoir 2 méchants corrects, et tout de suite l'épisode devient regardable. Comme quoi, rien n'est perdu.

Par contre, la scène entre Thirteen et Graham me gêne quand même beaucoup. Dans ce registre, le dialogue équivalent entre Twelve et Clara dans Mummy on the Orient Express était bien meilleur, beaucoup plus compréhensible dans la personnalité de ce Docteur et dans le fait que ça ne choque pas Clara outre mesure.

Malgré le plan de Chibnal en 5 saisons, j'ose espérer qu'on aura des réponses concrètes sur la personnalité de ce Docteur d'ici la fin de saison...

1 réponse
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 11 février 2020 à 10:36

Chibnul fait la même la chose avec le Doctor, qu'avec les compagnons : de la retcon bien violente.

C'est un épisode qui aurait du être en première partie de saison 11. Voir même dans le pilot de Chibnull. Tu as tous les éléments qui posent un enjeu : des compagnons gouvernés par la peur qui quittent la Terre pour échapper à ce qui les terrifie. Le fait de l'amener maintenant n'a aucun sens et créé de surcroit plusieurs incohérences : Tibo qui fait du basket dans l'épisode 1 de la saison 12 et qui se cloître chez lui en même pas quelques mois. Il y a aussi Yaz qui célèbre avec sa soeur l'anniversaire d'un évènement mystérieux qui n'est jamais révélé (si vous avez une explication, je prends). Sa relation avec la flic sort d'absolument nul part et nous est pourtant, expliqué comme étant pivot dans le choix de carrière de Yaz. Ce sont des bonnes idées, mais toute la construction est mal amenée et aussi bien racontée qu'un enfant de CM2, avec des élements déconnectés les uns des autres que tu essayes d'assembler pour créer un semblant de narration fluide : "Alors , Theo et Ryan font du basket. Et puis Graham, il joue aux cartes avec ses amis. Yaz est amie avec une policière. Ah non, ça c'est au début de l'histoire ! Et après, ils font des cauchemars !"

Alors face à cela, on peut avoir deux solutions : tout jeter par terre dans un rejet absolu comme Gizmo, ou considérer comme Mr Z que Chibnul est un enfant en progrès et que ça mérite récompense. Je pense, pour l'instant, pour cette seconde approche (Gizmo, ce non-pédagogue...). Car mine de rien, j'ai apprécié l'épisode dans sa grande partie. Le fait de mettre la Docteur seule et de la relier après coup avec ses compagnons est une bonne idée. Le méchant fout franchement les jetons (j'avais fait un cauchemar similaire avec une vieille qui m'observait pendant que je dormais) et j'ai trouvé que l'ensemble était variation intéressante sur le Sandman et sa soeur, la Mort. À propos de Marvel d'ailleurs, je vois que ça a pas mal pompé sur Jack Kirby pour créer les Eternals dans les années 80. Les deux planêtes qui sont contrôlées par des Dieux semblent d'ailleurs être inspirées par le "4ème monde" du même Jack Kirby.

Un épisode ambivalent, qui pose à la fois des enjeux pour les compagnons (même si ça a changé 3 fois pour Ryan), mais qui dans le même temps démontre avec une extrême limpidité pourquoi Chris Chibnal est un mauvais scénariste (limite, ça pourrait être enseigné dans les écoles). Plus embêtant encore, 13 confirme son rôle de Docteur vraiment à part. Il y a cette scène hallucinante où Graham demande de le rassurer et où elle ne fait rien. Et il est extrêmement difficile de savoir si c'est lié au fait que le dialogue soit plat ou mal écrit ou si c'est une vraie continuité de son arc "The Useless Doctor", teasé depuis une saison et demi. Gizmo le dit dans son avis : tout est tellement faiblement écrit que tout est encore narrativement possible. C'est comme si Chibnal se servait de sa plus grande faiblesse (ne pas savoir raconter correctement une histoire) pour en faire sa plus grande force. Et au fond, ce message.... ben il est très Doctor Who.

PS : Avec tous les appels du pieds de Chibnul sur les mondes parrallèles qu'on a cette année, difficile de ne pas s'imaginer que Ruth vienne aussi de ces univers parrallèles. Ca sent un peu la douille quand même.

5 réponses
Voir les réponses

Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis favorable Déposé le 10 février 2020 à 15:34

Il y a des idées de réalisation maintenant dans l'ère Chibnall. Des idées, des vraies.

Chris Chibnall est un showrunner un peu particulier. Comme un mauvais élève en constante mais légère amélioration tout en étant parti sur de mauvaises bases.

En dehors de son manque habituel d'idées et son habitude de prendre les spectateurs pour des imbéciles quand il sagit de politique, Chris Chibnall a fait une erreur majeure dès le départ qui a eu et aura des conséquences majeures sur tout le reste de son run : la Team TARDIS

Configuration impossible où même les scénaristes de l'ère Davison n'arrivaient pas à gérer le tout de manière correcte, Chibnall n'a jamais réussi à échapper au piège et nous a offert des épisodes batards où aucun développement véritable n'a été apporté à ses personnages qui se sont retrouvés baladés d'un endroit à un autre dans des storylines qui souvent servaient à combler le fait que l'épisode n'avait en réalité que peu à raconter.

Can You Hear Me ?, lui, est un épisode qui prend le soin d'éviter de s'éparpiller en liant son seul personnage secondaire à un membre de la Team TARDIS et prend le soin de développer son casting principal via la menace de l'épisode. On se retrouve donc avec un développement plus important en l'espace de cinquante minutes que sur tous les épisodes précédents et ce depuis le tout premier épisode de Chibnall.

Can You Hear Me ? c'est aussi l'épisode qui donne enfin l'impression de prendre au sérieux son spectateur. Fini les stupides messages infantilisants où le spectateur est constamment pris pour un imbécile, ici l'épisode jure fidélité à l'essence même de Doctor Who. Il nous pousse à devenir meilleurs parce qu'il sait que l'on peut devenir meilleurs et qu'on réussira à atteindre nos objectifs malgré tous les défauts qui nous sont caractéristiques. 

Certains diront que c'est quelque chose qui a été fait des milliers de fois dans la série, et c'est bien vrai. Mais quelle agréable impression cela procure de ne pas être pris pour un imbécile..

Can You Hear Me ? c'est aussi l'épisode qui, comme Demons on the Punjab la saison précédente, a la lourde tache de mettre en valeur tous les défauts de la saison et du run de Chibnall. Car en effet, il fait à quatres épisodes de la fin tout ce qui n'a pas été fait avant et qui aurait du être fait avant.

Que ça soit la réalisation inventive (les rêves, l'excellentissime passage animé), ou le développement des personnages, l'épisode montre que Chibnall ne sait pas quoi faire de son casting principal, inventant pour certains (La peur de Yaz sort de nulle part, quand bien même sa scène est la plus réussie, un lien avec ce qui est sous-entendu dans Praxeus et les évènements montrés dans Spyfall auraient du être là), ne se décidant que maintenant pour d'autres (Ryan après une saison d'errance amoureuse mal jouée prend enfin une direction intéréssante et complètement originale) et restant sur ce qui a été fait pour les derniers (même si c'est touchant et bien vu, rien de nouveau chez Graham.)

On fait face donc à un fourmillement d'idées qui, malgré la rapidité de sa résolution, crée un excellent épisode qui amuse énormément avec un duo d'ennemis très convaicant (les Elder Gods, je dis mille fois oui) et qui est plus malin qu'il n'y parait, mais qui met aussi et surtout en valeur le fait que Chibnall a encore beaucoup de chemin à faire en tant que showrunner, car son meilleur niveau ne se situe qu'en tandem avec quelqu'un d'autres.

Allez courage, Chris.

Je crois en toi, tu peux y arriver.

9 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 10 février 2020 à 11:39

C'est bien... Mais peut-être trop tard.

Car en fait l'épisode est assez inventif et développe enfin Yaz comme il faut. (Et l'actrice le mérite).

Mais bizarrement, ça sonne faux. Ça sonne faux car on dirait plus un pansement post-saison 11 qu'une réelle étape du voyage. Ça sonne faux car rien n'a été construit avant.

Can You Hear Me ?, c'est en effet comme une sorte de rafistolage de dernière minute, qui comble plus les trous qu'il ne sublime la saison. Le développement des héros reste intéressant et parfois touchant. Mais pourquoi ça a pas été fait avant ? 

Car du coup c'est un épisode qui a peut-être de belles idées, mais il ne reste que sur une sorte d'entre-deux frustrant, comme le reste de la saison.

5 réponses
Voir les réponses

Avatar Gizmo Gizmo
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 10 février 2020 à 10:21

Oh, y'a de l'animation dans Doctor Who maintenant. Chouette.

Par contre ils ont récupérer un script de Once Upon a Time. Moins chouette.

Nous avons un peu le It Takes You Away de cette saison,  en plus nul. L'épisode qui essaye de se la jouer un peu serious business et développement des personnages, mais qui se contente de brasser du vent et de traiter sa thématique avec la maturité d'une écriture d'invention au baccalauréat.

Il suffit de comparer l'épisode à Amy's Choice, qui embrassait pleinement son sujet pour explorer son trio principal et ne perdait que très peu de temps avec la menace du jour, pour se rendre compte de la faiblesse de cet épisode. Le duo de méchants est ridicule, l'épisode passe un temps fou à brasser du vent, à traiter ses péripéties par dessus la jambe ("haha, vous êtes piégée pour l'éternité Docteur !!" > le Docteur enlève ses menottes 2 secondes après) et à prendre ses spectateurs pour des enfants en répétant ad nauseam les mêmes trucs depuis le début de la saison (on a compris que les humains ont l'ESPOIR comme arme, bordel).

Comme si Fugitive of the Judoons n'avait été qu'une parenthèse inattendue, Thirteen n'a strictement rien à faire cette semaine, si ce n'est mal jouer son speech de victoire, tandis que la Fam s'aligne derrière elle tels des Power Rangers.

Sans doute faut-il donc voir cet épisode comme un moyen de développer les compagnons avant leur potentiel départ dans 3 épisodes (bonne idée au bout de 15 épisodes). Mais il est tout de même fascinant de constater que chaque compagnon hérite d'un défaut d'écriture différent :

- Ryan est sous-écrit depuis le début, semblant développer un nouvel arc tous les 3 épisodes. Grandad ,le vélo, le basket, la zouze et donc maintenant son pote Tibo qui n'est pas in shape ainsi que son questionnement sur son avenir. Heureusement on a eu le retour des Dregs <3

- Graham, donc, qui est assez touchant mais tourne autour de 3 idées depuis le début : Grace, le cancer et faire des blagues. On fait donc un best-of cette fois-ci, mais tout cela sent légèrement le réchauffé. Heureusement que la Docteur était là pour le réconforter... Ah ben non ! 

- Yaz, enfin, qui bénéficie du meilleur développement dans cet épisode. Sa scène à la fin de l'épisode est touchante, même si la voir un peu plus dans sa vie de flic aurait aidé à rendre cela pertinent. J'ajouterai que l'épisode en fait quand même des tonnes lors de la scène avec sa soeur, semblant nous teaser un énorme secret de famille refoulé (je pensais à une soeur morte). 

Bref, encore un épisode totalement vain, mal écrit, ne parvenant jamais à se hisser à la hauteur de ses ambitions. Neeeeeeext !

12 réponses
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 10 février 2020 à 07:07

C'était beau, original, bien rythmé, bien joué, malin... Non franchement bravo

Honnêtement, il n'y avait pas eu cette résolution du climax complètement baclée en 30 secondes avec les antagonistes, j'aurais mis 20.
Alors oui c'est pas le but de l'épisode mais on passe quand même beaucoup de temps sur eux : ils ont même des scènes sans les personnages principaux, on explique leur mythologie et les acteurs sont sylés et pouf, en 3 plans cutés façon express et illisible c'est réglé, dommage!

A part ça c'était de loin le meilleur épisode depuis Twice Upon a Time. Enfin un scénario avec un message organique ! C'était très bien fait et original, il ne me semble pas que Doctor Who ait abordé les maladies mentales / depression dans le new who si ? Du moins pas en thème central d'un épisode. C'était très cool de revoir les monstres de Orphan dans le cauchemar de Ryan, ça connecte la série et montre l'impact que peu avoir un épisode sur un personnage!

Forcément avec un seul personnage secondaires au lieu de 50 on peut enfin passer du temps sur les personnages et chaque compagnon à le droit à son moment, même le pote de Ryan m'a touché (faudrait qu'ils switchent) et Yaz se révèle vraiment être la compagne la plus intéresante des trois, si seulement on pouvait avoir juste elle et la Doc. Sa scène flashback avec la flic est excellente et touchante, tout comme celle de l'ami de Tibo qui cherche enfin de l'aide.
Pour la première fois depuis The Doctor Falls j'ai ressenti de l'émotion. Et allez rien que pour ça fuck it, je pardonne la résolution baclée et je donne mon premier 20 à l'ère Chibnall!

Koss avait un jour dit qu'il continuait de regarder la série malgré un désintérêt car chaque année elle t'envoyait un épisode chef d'oeuvre, bon c'est Chibnall donc il aura fallu attendre deux ans mais je crois bien que je viens de trouver le mien en ce qui concèrne cette nouvelle ère <3

8 réponses
Voir les réponses

14

8 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 16
16 févr. 2020
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 13
11 févr. 2020
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 13
11 févr. 2020
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 13
11 févr. 2020
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 16
10 févr. 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 13
10 févr. 2020
Avatar de Gizmo
Gizmo a noté cet épisode - 8
10 févr. 2020
Avatar de ClaraOswald
ClaraOswald a noté cet épisode - 20
10 févr. 2020

Derniers articles sur la saison