« Série-All, c'est maintenant. » François Hollande  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Bilan personnel 2017/2018 - Jo_


Un bilan riche en émotions où, pour une fois, je ne parlerai pas de Twin Peaks (ou presque).


The Deuce
Genres :
Drame, Historique
Série américaine
Année : 2017
Format : 60 min
HBO

Suite au succès de mon bilan personnel 2016-2017 (quand même douze clics en tout !), une horde de fans déchaînés a souhaité que je remette le couvert. L'année dernière, j'avais voulu allier ma passion du karaoké et des séries. Il serait trop facile de refaire la même chose aujourd'hui, même si ce n'est pourtant pas l'envie qui me manque.

Réfléchissons. Je dois trouver quelque chose dont je parle souvent, que je peux revoir encore et encore, dont j'apprécie l'œuvre globale, à la fois sérieux mais complètement barré, où je peux fredonner le générique à tue-tête...

Oh ! Mais que vois-je apparaître ?

Un oiseau...?

Une cascade...?

Une forêt de pins...?

Une scierie et une bûche...?

 

MAIS C'EST BIEN SÛR !

 

À défaut de parler de la saison 3 de Twin Peaks (plusieurs petites voix dans ma tête suggèrent une envie de meurtre à mon égard), parlons d'autres séries en les reliant aux personnages de la susnommée. Et comme je pense également aux petits fifous qui n'ont pas vu le show, mais qui le feront prochainement, j'en suis sûre : #nospoiler.

 

Bilan personnel Jo_

 

 

The Handmaid's Tale - BOB

 

The Handmaid's Tale, aka LA série dont on ne peut passer à côté sous peine d'être considéré comme un gros has been (avec une option "boloss" si, en plus, on ne regarde pas La Casa de Papel). La saison 1 posait les bases de ce show complètement dystopique, mais effrayant de par sa probabilité d'arriver pas si lointaine que ça. La saison 2 entre selon moi dans le vif du sujet. Sans parler de ce qui s'y passe en détails, je l'ai trouvée beaucoup plus sombre, beaucoup plus malsaine.

J'ai l'impression que tous les personnages jouent carte sur table et cessent d'être dans le paraître. L'attitude des servantes, et plus globalement de l'ensemble des femmes durant toute la saison, en est un parfait exemple. Celles-ci agissent enfin, et se rendent compte (si ce n'était pas déjà le cas) des limites du système de Gilead. Les hommes sont presque relayés au second plan, mais chacune de leur apparition nous ravit ou nous horrifie (Fred, je te laisse te placer dans l'une ou l'autre de ces catégories. Choisis bien.).

Si cette saison est synonyme d'une étincelle d’émancipation de la femme, elle est également synonyme de réelles atrocités. Vous vous en doutez, je vise plus spécifiquement l'épisode The Last Ceremony, qui m'a fait lâcher de nombreuses larmes par la douleur qui s'échappe de June. Je pense encore qu'il m'est difficile de revoir ces moments sans pleurer à nouveau.

Telle BOB, la série fait peur. Elle nous met mal à l'aise, nous effraie, et nous révulse parfois aussi. Son image nous reste en mémoire même lorsqu'on essaie de s'en débarrasser. Vigilance cependant : à trop vouloir nous troubler, la routine pourrait presque poindre le bout de son nez. (Note pour l'année prochaine : faire un bilan entièrement en rimes.)

 

The Handmaid's Tale - Les servantes se rebiffent

Image rare de Galax et ses amis durant le visionnage de la série.

 

 

Legion - The Arm

 

Legion, c'est clairement l'OVNI télévisuel de ces dernières années. Honnêtement, j'avais eu du mal à accrocher aux premiers épisodes : trop barrés et incohérents pour moi. J'avais du mal à m'attacher aux personnages, car j'avais à peine le temps de les comprendre qu'ils avaient déjà disparu. Et puis, j'ai fini par m'habituer. La série a su gagner en cohérence et les pièces du puzzle se sont doucement mises en ordre. Pour cela, je remercie grandement Lenny, cette espèce de Nemesis aussi flippante que sensuelle jouée avec un immense talent par Aubrey Plaza.

J'espérais la même chose en saison 2, mais je dois avouer que j'ai été un peu déçue. J'ai eu ce sentiment étrange que la série faisait parfois du flou pour faire du flou, en faisant clairement fi de la cohérence des intrigues mais avec comme unique objectif "d'imposer sa patte". C'est dommage, car Legion est réellement capable d'une créativité à toute épreuve. Mais l'innovation ne justifie pas l'incohérence. Cette saison avait des idées intéressantes, mais en-dessous de ce qu'elle a pu nous montrer précédemment. Heureusement que le personnage de Farouk et le cliff de fin ont su maintenir mon attention.

Telle The Arm, il convient tout de même de s'assurer que cette série atypique ne devienne pas une caricature d'elle-même, et n'évolue pas petit à petit en arbre des possibles avec un chewing-gum qui lui sert de cerveau (sinon, regardez Twin Peaks hein, je vous assure que c'est cool !).

 

Legion - Lenny et David

Sans vous, cette série n'est rien, sachez-le.

 

 

Marvel's Jessica Jones - Leo Johnson

 

Soyons franche et claire dès le départ : la saison 2 de Jessica Jones a été une énorme déception/purge pour moi. Peut-être la pire de l'année 2017-2018. J'avais vraiment beaucoup apprécié la première saison. Krysten Ritter excellait dans son rôle de nana badass mais terriblement torturée, et David Tennant, en grand méchant manipulateur et sans aucun scrupule, avait vraiment réussi à me mettre mal à l'aise.

Mais quel horrible gâchis que cette saison 2, aussi plate que la poitrine de Jane Birkin (#vannedesRobinsdesBois). On s'ennuie, on se demande ce qui va se passer de ridicule et d'incohérent, et surtout, on se retrouve entouré de personnages tous plus horripilants les uns que les autres. J'ai vraiment le sentiment que ceux-ci ont laissé leurs neurones au placard entre les deux saisons. Ils ne font QUE des mauvais choix. Rien n'est à sauver, rien n'est défendable et les situations ridicules s'enchaînent (mention spéciale à AKA Playland, dernier épisode de la saison). Cet état végétatif n'est pas sans rappeler celui de Leo Johnson. Personnage malaisant au début, violent et cruel, qui se transforme rapidement en légume sans réel intérêt. Mais contrairement à lui, Jessica Jones rempile pour une saison 3. Et très honnêtement, la direction prise ne me donne pas franchement envie de voir la suite. C'est d'autant plus frustrant quand on sait à quel point la série et les personnages ont du potentiel.

 

Jessica Jones est vénère.

Moi, face aux scénaristes de la saison 2 de Marvel's Jessica Jones.

 

 

Black Mirror - James Hurley

 

Fut un temps où Black Mirror était une série complètement novatrice. Elle nous plongeait dans un univers dystopique qui avait pour but de nous faire réfléchir à notre condition d'être humain dans un monde bercé et submergé par la technologie. Reprogrammée par Netflix en 2016 avec plusieurs épisodes de qualité (San Junipero pour ne citer que lui), la série remet le couvert fin 2017 avec six histoires inédites.

Si quelques épisodes sortent du lot (USS Calister de par son univers original et second degré, et Hang the DJ pour son message globalement positif), on reste sur une impression de très conventionnel et d'un peu ennuyant. Malheureusement, on est à des années lumières de ce que proposait la série sur Channel 4. Le parallèle avec notre motard chanteur mélancolique de Twin Peaks est vite trouvé : un rebelle en apparence, mais quand on creuse un peu, la routine reprend le dessus. Et fatalement, on s'ennuie très vite, quitte à le délaisser aussi rapidement qu'on s'y est intéressé.

Je ne sais pas quand sera programmée la saison 5 de Black Mirror, mais elle a très clairement intérêt à s'inspirer de ce qu'elle a pu faire par le passé pour continuer à attiser mon intérêt. Car contrairement à ce que peut penser Netflix, la boulimie d'épisodes n'a pas que des avantages.

 

 

Brooklyn Nine Nine - La femme à la bûche

 

Cette saison de Brooklyn Nine Nine a été un peu particulière. Je ne pensais pas dire ça un jour en le pensant vraiment et sans parler du dernier album de Patrick Bruel, mais cette saison, c'est un peu celle de la maturité. Les acteurs et les personnages ont grandi. Leurs enjeux sont différents, et on nous le fait bien sentir. L'humour est parfois plus sombre, plus noir, les thématiques abordées ne sont plus uniquement liées aux crises existentielles et narcissiques dispensables de Jake : racisme, homosexualité, bisexualité... Le tout avec finesse, et avec une sensibilité rare pour une sitcom.

Car oui, malgré certains épisodes bien en deçà de la moyenne, la série est devenue touchante. Elle arrive à jongler entre le comique et le drame de manière vraiment intéressante et assez naturelle. Je l'avoue, ce ressenti positif est peut-être en partie lié à l'absence de Gina durant la majorité de la saison. L'actrice étant enceinte, elle n'apparaît qu'au milieu/fin de celle-ci. Ayant toujours trouvé que ce personnage desservait la série, ne pas la voir m'a vraiment permis d'apprécier d'autres aspects du show.

Comme la femme à la bûche, on se demande quel est cet OVNI complètement à la ramasse et franchement un peu lourdingue. Et puis, on apprend à la connaître, elle se dévoile un peu, pour finalement réussir à ce qu'on s'attache à elle. Je n'ai pas toujours dit cela, mais je suis contente que la série continue sur une autre chaîne malgré son annulation. Si elle persévère dans cette voie, elle peut vraiment asseoir sa position de vraie bonne série comique.

 

 

Stranger Things - Audrey Horne

 

L'année dernière, Stranger Things avait créé l'événement. La faute aux trentenaires désireux de nostalgie et de vintage que nous sommes. Voir une série qui nous plongeait à nouveau dans l'univers d'E.T., des Gremlins et autres Goonies, forcément, cela fonctionne plus que de raison sur une population ciblée. Ajoutez à cela un scénario plutôt pas mal ficelé et des personnages attachants, pour que cela créé un véritable engouement.

La saison 2 était source de grandes attentes. En ce qui me concerne, l'intrigue m'importait relativement peu tant qu'on retrouvait cette ambiance si particulière. Eh bien, avec ces quelques épisodes, je me suis rendue compte que j'accordais plus d'importance au scénario que ce que je pensais. En effet, la saison a souffert d'une trop grosse notoriété, et a tenté de satisfaire les attentes d'un trop grand nombre de fans en se basant quasiment uniquement sur la nostalgie. Exercice toujours casse-gueule en règle générale et pour ce cas particulier. Les intrigues de cette saison sont assez poussives, et il faut attendre le Chapitre 16 pour qu'Eleven retrouve ses petits copains. C'est un événement que tout le monde attendait depuis le début de cette reprise, et l'insérer si tard dans le scénario pointe du doigt le binge-watching dont pâtissent certaines séries Netflix, incluant Stranger Things. Avec le recul, la saison souffre de trop grosses longueurs, et c'est dommage, car l'univers et les personnages sont tellement attachants qu'il est possible de faire une saison 3 à la hauteur de nos attentes.

PS : vous vous demandez le rapport avec Audrey Horne ? Lisez bien entre les (dernières) lignes. :)

 

Stranger Things - La Maman de Will

Comment ça "il y aura un épisode entier centré sur la famille d'Eleven" ?

 

 

The Deuce - Dale Cooper

 

LA bonne surprise de cette saison 2017-2018. Pour moi, c'est vraiment un réel coup de cœur. J'ai commencé la série en me disant que le sujet pourrait être intéressant à regarder : l'introduction du porno dans le New York des années 70, ça pouvait clairement être sympa (rhô, et pas que pour les raisons auxquelles vous pensez, bande de satyres !). Ajoutez à cela une réalisation par David Simon, un double James Franco ainsi que la présence de Chris Bauer qui est un acteur que j'apprécie beaucoup, et vous obtenez quelque chose qui commence déjà vachement bien.

Par contre, clairement, il ne faut pas vous attendre à une série à cliffs. On suit la progression de plusieurs personnages dans leur vie, leurs déboires et leurs espoirs, sur fond d'un New York crasseux et corrompu de toute part. On ne s'attache pas forcément à un protagoniste, mais plutôt à une ambiance globale et à des enjeux qui les (et nous) dépassent un peu.

Dès le premier épisode, on est complètement happé par cet environnement si particulier. On ne souhaite que connaître la suite alors que finalement, il ne se passe pas grand-chose. Finalement, The Deuce est assez proche de Dale Cooper : on s'y attache immédiatement sans comprendre pourquoi et on adore ce qu'on voit à l'écran.

 

 

The Good Place - Docteur Jacoby

 

The Good Place, c'est la série comique qu'on nous avait conseillé de suivre l'année dernière. Honnêtement, pendant plusieurs épisodes, je n'ai pas compris pourquoi. La série était sympathique, mais rien de transcendant non plus. Puis est venu le cliff de fin. Un truc de gueudin, comme disent les jeunes (enfin, ils disaient ça quand moi, j'étais jeune). Forcément, je me demandais comment la saison 2 pourrait innover.

Eh bien, force est de constater que les scénaristes ont réussi leur coup. Les premiers épisodes sont particulièrement inventifs et surfent sur le cliff de la saison 1 avec brio. Le reste de la saison est portée par un Ted Danson au meilleur de sa forme, qui enchaîne les performances de qualité. On continue à explorer la Good et la Bad Place toujours de manière sympathique et inattendue, suffisamment pour attendre la saison 3 impatiemment.

Une série sans prétention, barrée et attachante bien qu'un poil perverse. Le parallèle avec le Docteur Jacoby était tout trouvé.

 

 

Westworld - Laura Palmer

 

Comme vous le savez si vous avez écouté les podcasts de la saison 2 de Westworld (et si ce n'est pas le cas, filez le faire de suite, bande de coquinous), la série et moi, ce n'est pas franchement une grande histoire d'amour. J'apprécie le concept, j'apprécie l'idée d'être surprise et de faire des recherches sur le Net pour comprendre ce que j'ai vu, mais au-delà de cela, je ne suis pas une grande fan de l'univers western, des personnages et de leur quête de liberté.

Si certains épisodes m'ont réellement semblé innovants (car oui, avec le recul, Kiksuya était sans doute le plus intéressant de la saison), l'ensemble a souffert du syndrome dit de "Game of Thrones" que j'ai déjà évoqué plus haut.

Définition issue du Jo_Jo_ 2018 : Syndrome Game of Thrones - Faire plaisir au plus grand nombre de fans, quitte à perdre en intérêt et en subtilité. Symptôme associé : la Dolores.

Ses interventions sont aussi clichées qu'inutiles. Oui, Dolores est énervée par sa condition de robot, mais peut-être pas de là à perdre tout son bon sens (et ses neurones). Heureusement qu'il y a Bernard ; roi de l'expressivité de chaque instant (bon, ok, là, je fais un peu de mauvaise foi).

Dans tous les cas, je commence réellement à avoir le sentiment d'une série surcotée. On a apprécié une saison 1 innovante, et on se dit que la saison 2 suivra forcément le même chemin. Pourtant, ce n'est pas le cas, et elle ronronne un peu. Dans la même veine, le personnage de Laura Palmer est essentielle à Twin Peaks. Pour autant, méritait-elle un sosie grossier juste pour la voir plus longtemps dans la série ? Rien n'est moins sûr. De là à dire que j'ai le même avis envers la saison 2 de Westworld, il n'y a qu'un pas (Koss, range ce couteau).

 

Westword - Bernard Heureux ? Bernard Triste ?

Moi, devant certains épisodes de Westworld.

 

 

Sense8 - Gordon Cole

 

La saison 2 de Sense8 s'est terminée de manière fracassante. Alors que la série était plébiscitée par ses fans, Netflix a décidé de tuer le poussin dans l'œuf en l'annulant. Mais comme c'est une entreprise sympa et bienveillante (...), elle consent tout de même à produire un vrai final, sorte d'épilogue dédié à l'amour.

Après avoir vu l'épisode et avec un peu de recul, on assiste surtout à un immense fourre-tout (sans jeu de mots salace, je vous vois venir !) pour tenter de faire plaisir au plus grand nombre de spectateurs. On a de l'action, de la stratégie, des scènes d'amour/de sexe, et le retour des personnages secondaires. Sur le papier, pourquoi pas. Le fait est que tout est tourné de manière extrêmement brouillonne.

J'ai le sentiment d'être à la fin d'un RPG, où tous les anciens boss viennent te combattre avant le boss final. On ne sait pas pourquoi ils sont là, mais ils arrivent tous au fur et à mesure et commencent presque à te saouler avant l'apothéose et la cinématique de fin. Bref, vous l'aurez compris : une série avec plein de potentiel mais qui a un peu été fauchée en plein vol. Super au début, mais qui peut vite être lourde quand on tire trop sur les ficelles. Comme Gordon Cole, en somme.

 

 

GLOW - Lucy

 

Il y a un an, j'ai commencé à regarder cette série qui semblait sans prétention mais assez fraîche malgré tout. Du catch féminin durant les années 80, le pitch pouvait franchement me plaire (toujours cet effet nostalgie). Si la saison 1 posait un peu les bases de ce qu'allait être la série, la saison 2 s'est franchement lâchée, et tant mieux !

On retrouve des personnages tous plus barrés les uns que les autres. Certains sont dans une totale caricature, mais la série a tellement décidé de s'en foutre que c'en est génial. Le summum de ce délire arrive lors de l'épisode The Good Twin, concentré d'humour et de coupes brushinguées.

Car là où GLOW est franchement très forte, c'est qu'elle arrive à nous attacher très fortement à l'ensemble des personnages. Chacun a, à sa manière, quelque chose de touchant ; et tous réunis, l'alchimie est si belle qu'on n'a qu'une envie, c'est qu'elle dure. J'ignore si les acteurs s'entendent hors caméra, mais ils ont tellement l'air d'être une belle brochette de potes qu'on a envie de faire partie de cette famille si particulière. La série est également très forte dans l'émotion, où certaines situations sont évoquées de manière subtile et très douce (cf. l'appel de Bash). Bref, cette saison a été une franche réussite : à la fois déglinguée et touchante, à l'image de la secrétaire du commissariat de Twin Peaks.

 

Glow - Zoya VS Liberty Bell

GLOW vs. les autres séries.

 

~~~

 

C'est tout pour moi. J'espère que ces quelques lignes vous auront donné envie de regarder Tw... plein de séries plus ou moins sympatoches. On se donne rendez-vous l'année prochaine, même jour même heure, même pommes.

Mais en attendant, place au bilan de Ras qui critiquera sans nul doute de façon extrêmement violente la saison 5 de Brooklyn Nine-Nine !




Autres articles sur cette série :



Aucun article pour le moment.

Dernières critiques de cette série :



Aucune critique pour le moment.


A propos du rédacteur

Jo_ Jo_
1522 avis
2491 notes
Moyenne : 13.06

 Visioneur raffiné

"You can't take a picture of this. It's already gone."

7 commentaires sur cet article


gravatar
#1
MarieLouise a écrit le 26/08/2018 à 11h04
Bilan au top, Jo ! Superbes parallèles avec les personnages de Twin Peaks ; c'était très bien vu et fort bien exécuté (je me suis bien marrée quelques fois :D).
Vu que tu as l'air de te bonifier avec le temps, je pense que ce bilan te vaudra au moins 23 clics cette année !
gravatar
#2
Manew a écrit le 26/08/2018 à 15h15
Génial ! C'est juste dommage que tu ne parles pas de Bojack Horseman :-(
gravatar
#3
nicknackpadiwak a écrit le 27/08/2018 à 19h33
"je pense que ce bilan te vaudra au moins 23 clics cette année ! "

23 clics, pfff, soyons sérieux, personne n'est jamais arrivé à un tel niveau!

Black Mirror = James, best comparaison ever !!!
gravatar
#4
Jo_ a écrit le 27/08/2018 à 20h56
@ML : merci beaucoup ! Mais je reste modeste, je vise les 20 clics pour le moment.

@Manew : je ne connais pas du tout cette série. Tu m'en as déjà parlé ?

@Nick : j'avoue honteusement que c'est cette comparaison qui m'a donné l'idée du concept du bilan :p
gravatar
#5
Galax a écrit le 30/08/2018 à 22h48
"Comme la femme à la bûche, on se demande quel est cet OVNI complètement à la ramasse et franchement un peu lourdingue. Et puis, on apprend à la connaître, elle se dévoile un peu, pour finalement réussir à ce qu'on s'attache à elle."

Ahahahaha non mais les parallèles de dingue que tu vas cherché, je te jure. Je n'avais qu'une hâte à chaque paragraphe : voir quelle pirouette tu allais faire pour lier la série à Twin Peaks !

Excellent !
gravatar
#6
Galax a écrit le 31/08/2018 à 18h12
"Image rare de Galax et ses amis durant le visionnage de la série."

Ahahah j'avais raté ça aussi ! Totalement, j'assume mon étiquette fanboy !


Ps : superbe image d'entrée avec un logo parfait, qui te correspond totalement ! Le monteur photo qui a fait ça a vraiment du talent !
gravatar
#7
Jo_ a écrit le 01/09/2018 à 14h20
@Galax : merci pour le compliment :)
Quant à l'image du logo, c'est vrai que je n'en ai pas parlé, mais j'ai beaucoup ri en voyant mon héros si charismatique dessus !



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !

The Deuce


2 saisons
  Saison 1
  Saison 2

Moyenne


15.44

0 note

Dernières notes :




Pas encore de notes.

favorables
0 avis
neutres
0 avis
défavorables
0 avis

Pas encore d'avis



» Donner votre avis


  • Diffusion US : 10 septembre 2017 (HBO)
  • Diffusion FR : 01 janvier 2000 ()

Créateurs : David Simon

Réalisateurs :

Scénaristes :

Générique : voir

The Expanse sauvée par Amazon pour une saison 4


27/05/2018

0 commentaire

La plateforme géante a racheté les droits de la série pour diffuser une quatrième saison. Une perte symbolique pour Syfy.


Actualité » Toutes les news



Critique : Better Call Saul 4.07


23/09/2018

0 commentaire

Où on fait une ellipse.


Critiques » Toutes les critiques



Bilan - Podcast : Westworld saison 2


12/07/2018

0 commentaire

Où on fait le bilan de la saison 2.


Bilans » Tous les bilans



Tous les trailers de la Comic-Con


26/07/2014

0 commentaire

L'instant overdose geek du jour


Vidéos » Toutes les vidéos



Focus sur The 100


07/11/2017

0 commentaire

Pourquoi The 100 est-elle une bonne série ? Voici les raisons d'Antofisherb.


Focus » Tous les focus