Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Dernier descendant des Seigneurs du Temps et âgé de plus de 900 ans, le Docteur parcourt l'espace et le temps dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space). Amoureux de la race humaine, il se fait régulièrement accompagner par une femme ou un homme. Partagé entre folie et génie, insouciant mais ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 50 minutes
Fantastique, Science-Fiction, Adventure, Drama BBC One, France 4 2005
13.02

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

12.03 - Orphan 55

Orphan 55

Having decided that everyone could do with a holiday, the Doctor takes Graham, Yasmin, Ryan to a luxury resort for a spot of rest and relaxation. However, they discover the place where they are having a break is hiding a number of deadly secrets. What are the ferocious monsters that are attacking Tranquillity Spa?

Diffusion originale : 12 janvier 2020

Cliquez pour voir plus d'informations sur l'épisode

Diffusion française : 12 janvier 2020
Réalisat.eur.rice.s : Lee Haven Jones
Scénariste.s : Ed Hime
Guest.s : James Buckley , Laura Fraser

Tous les avis

Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 14 janvier 2020 à 10:25

L’épisode ne dure que 45 minutes, au lieu de l’heure habituelle. C’est sa seule qualité.

Car, sinon, c’est vraiment zéro de chez zéro, un moche plagiat d’Aliens, avec des personnages secondaires affligeants dont on espère qu’ils vont tous se faire croquer. Manque de pot, les 3 Stooges sont une nouvelle fois épargnés (je n’en peux plus des « gags » de Graham alors qu’il est en danger mortel et que les morts se succèdent autour de lui. On se croirait dans Avengers).

Le message écologique final est tellement opportuniste et lourdement explicatif, qu’il m’a donné envie de prendre 20 bains sur une journée, acheter une voiture diesel, la faire tourner dans le vide et jeter mes déchets plastiques directement dans l’Océan.

3 réponses
Voir les réponses

Avatar Jasper Jasper
Membre
Avis défavorable Déposé le 13 janvier 2020 à 23:32

Je croyais qu'on avait touché le fond avec The Pyramid at the End of the World, mais non. On dirait une mauvaise fan fiction d'un débutant qui veut copier sa série préférée. On voit les intentions, les schémas habituels des épisodes. Sauf qu'il est fascinant de constater qu'absolument tout est raté. Les monstres, la réalisation, les dialogues, les personnages secondaires, la cohérence même de l'intrigue...

Le run de Jodie va laisser un sale goût alors qu'il a fallu tout ce temps pour avoir un Docteur femme et je sens gros comme une maison l'amalgame se construire chez certains...

Affligeant de bout en bout

2 réponses
Voir les réponses

Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis défavorable Déposé le 13 janvier 2020 à 21:58

https://www.youtube.com/watch?v=CoB36zxT940

Empilement d'idées de merde sans cohérence ni vraisemblance, pire réalisation de toute la série (virez moi ce tacheron et rendez nous Talalay), message politique infantilisant et insultant, storyline débiles pour combler un scénario qui peut tenir en l'espace de quinze minutes, après un épisode qui refusait de prendre un quelconque risque mais qui possédait tout de même certaines qualités derrière la déception, Ed Hime nous offre un des pires épisodes de toute la série.

C'est tellement nul à chier sur tous les points que j'ai même pas envie de prendre la peine de les décrire, tant l'épisode n'est sauvé du 1/20 que par le fait que cette fois la saison semble un minimum showrunnée et construite sur la longueur. (Thirteen quand même plus amère qu'avant et je sens une tension grandissante dans la team tardis.)

Je retourne sur les classics et sur big finish, là au moins y a du contenu.

4 réponses
Voir les réponses

Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 13 janvier 2020 à 14:43

Comme prévu, c'est nul à chier. Comme le seront la quasi intégralité de cette saison (et de la suivante aussi). Les personnages secondaires sont sous-écrits et leurs arcs sont baclés à toutes vitesse. Mention spéciale à l'arc du père et son fils. Les incohérences se ramassent à la pelle comme les seringues sur les trottoirs de la rue La Chapelle et la fin se voit venir au bout de 5 minutes d'épisode.

Allez purge suivante...

2 réponses
Voir les réponses

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 13 janvier 2020 à 11:23

... 

It Takes You Away, puis ""ça"" 

En fait y'a deux Ed Hime c'est pas possible. Car la grenouille était limite plus puissante en terme de message politique que le discours final du Doc' cette semaine. (Limite It Takes You Away est plus politique tout court) 

Bon cela dit au moins on aura pas eu de défense du capitalisme éthique (cc Kerblam!) ou je ne sais quelle autre chibnallerie. 

Mais c'est quand même nul. Vraiment trop nul.

Le fond est bon, l'exécution un désastre. 


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 12 janvier 2020 à 21:28

?????

Un épisode qui parvient à donner l'impression que In The Forest of the Night est un chef d'oeuvre. Vraiment, j'ai envie de le revoir maintenant.

Il y a 3-4 bonnes idées éparpillées dans l'épisode, pour la plupart au début :

  • les petits virus multiformes qui passent de machines à humains, un bon concept qui aurait mérité plus de développement, au lieu de simplement revenir sur la fin lors d'une résolution sortie du chapeau "oui en fait ils transforment aussi une substance X en substance Y oh bah pile ce qu'il nous fallait"
  • l'implentation d'un dôme spa au sein d'une planète désolée, idée très "Midnight" en saison 4, avec un world building qui démarrait bien et qui aurait pu amener une bonne satire ?
  • les bracelets oxygènes, pas con (mais la Doc en a-t-elle vraiment besoin ?...)
  • Spoiler

    le twist Planète des Singes qui sort de nuuuuulle part mais écoutez, ça reste un twist

  • Jodie qui a des moments Doctor-esque assez cool (sa négociation avec le monstre, que j'ai trouvé bien menée)(même si c'est une aberration que le monstre parle anglais ?)

Autrement, on a un ensemble cast de 12 personnages (12 purée !) dont on se contrefout totalement. C'est bordélique, les monstres ont un design correct mais la réalisation est une catastrophe. Il n'y a pas UN SEUL plan où un monstre est filmé près d'un humain pour donner une sensation de menace : le montage est d'une atrocité sans nom. On dirait qu'ils ont filmé d'abord toutes les scènes entre humains, puis qu'ils ont entrecoupé ça de gros plans sur les têtes des Dregs. Probablement la pire tentative d'épisode "horrifique" de l'histoire. Fear Her est plus poignant avec son placard, vraiment. Les costumes sont horribles (entre Cats et le duo Cetelem, qui est le pire...) et les beaux décors sont entraperçus 2 secondes entre deux passages dans le couloir. Terrible manque de figurants également. Rien ne va.

L'écriture est un calvaire aussi. Chaque personnage a son putain de subplot, le scénar ne respire jamais, c'est un vrai enfer. Les persos secondaires sont tous plus débiles les uns que les autres (le gosse qui enferme tous les persos bordel, la résurrection de la mère perdue sortie de nulle part, cette même soldat complètement sociopathe qui annonce à une femme avoir tuée son mari OKLM, la pire terroriste de l'histoire qui ne se souvient pas avoir posé ses bombes, la grand-mère relativement attachante qui ne fait que hurler la même ligne de dialogue)...

C'est assez tragique.

Le ton moralisateur de la fin est quand même relou, la subtilité est absente. Quand je repense à la saison 10 et ses épisodes comme Thin Ice, Oxygen ou même Smile, c'était quand même autre chose. Sur le papier je vois comment cela a pu passer, mais vraiment tout tombe à plat tellement le rythme et la forme de l'épisode sont éclatés. Cela pénalise plus le message de l'épisode qu'autre chose : je ne vois pas quel climatosceptique va changer d'avis ou réfléchir avec cette fin d'épisode, ça va plus les borner qu'autre chose. Le message de fin est de plus vraiment vain, In the Forest of the Night était délivré par une enfant donc forcément c'était simpliste, mais la poésie fonctionnait et cela collait au scénar' de l'épisode (je défends vraiment Forest of the Night damn). Culpabiliser le téléspectateur vraiment, à quoi bon ?

Et puis peu importe la politique, tout le monde sait juste reconnaître une écriture aussi mauvaise.Je mets 5 parce qu'il faut bien mettre une note à "Orphan 55". Mais ça pourrait vraiment varier du 1 au 8. Je n'ai pas l'habitude de mettre des notes aussi basses (pendant 9/10 saisons, je suis descendu au-dessous du 9 peut-être deux fois ?), autant dire que je n'ai pas encore trop la notion d'une "échelle de nullité" dans des notes si basses... Il faudrait que je me revois Tsuranga, Arachnids in the UK, Battle of Ranskor av Kolos et Resolution, bref, toutes les bouses Chibnallesques dans le Bottom Tiers de la série, pour vraiment déterminer à quel point c'est nul. Mais bon, ce ne sont pas des épis que je reverrais de sitôt, donc en attendant, 5.

Je reconnais là le Doctor Who saison 11 de Chibnall. Si la sériei passe vite à autre chose et change de showrunner, et qu'elle perdure, cette ère sera sans doute retenue comme la partie la plus honteuse du show, à mon avis.

Allez. Mettons qu'il s'agisse de l'accident de la saison. On efface tout et on recommence. La semaine pro un épisode historique, clairement les plus réussis de cette ère, espérons que cela soit mieux géré.

1 réponse
Voir les réponses

3.83

6 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
Avatar de nicknackpadiwak
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 1
14 janv. 2020
Avatar de Jasper
Jasper a noté cet épisode - 1
13 janv. 2020
Avatar de MrZ
MrZ a noté cet épisode - 4
13 janv. 2020
Avatar de Koss
Koss a noté cet épisode - 6
14 janv. 2020
Avatar de OmarKhayyam
OmarKhayyam a noté cet épisode - 6
13 janv. 2020
Avatar de Galax
Galax a noté cet épisode - 5
12 janv. 2020

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who (2005) 12.4

Doctor Who X AC/DC.

Critique : Doctor Who (2005) 12.3

Doctor Who X La Planète des Singes.

Critique : Doctor Who (2005) 12.2

Doctor Who X Inglourious Basterds.