« Je ne sous-estime pas du tout Série-All. C'est tous les autres que je sous-estime. » Daria  
      facebook  twitter  google plus  playlist bo series spotify  rss  

Critique : Better Call Saul 4.01 - Smoke



Sous l'apparente tranquillité du cours d'eau qu'est cette reprise, un tsunami gronde...


Better Call Saul
Genres :
Aventure, Drame, Crime
Série américaine
Année : 2015
Format : 42 min
AMC Netflix FR



Better Call Saul, la série préquelle et spin-off de Breaking Bad, est de retour pour une quatrième saison. Allons-nous assister à la naissance définitive de Saul Goodman ? Walter White viendra-t-il faire un petit coucou ? Le monde se rendra-t-il compte que cette série est intrinsèquement supérieure à sa grande sœur ? Attention, aucune des réponses n'est dans la critique qui suit.

 

 

Le jour d'après

 

Ce premiere s'ouvre sur la vie post-Breaking Bad, dans ce noir et blanc si caractéristique. Saul Goodman, anciennement Jimmy McGill et devenu Gene Takavic, modeste employé d'une pâtisserie après avoir fui les événements finaux de Breaking Bad, vient d'avoir un malaise. On le retrouve, à terre, entouré de pompiers et tout de suite, on tremble pour lui. La tension ne cesse alors de monter au fur et à mesure des examens médicaux et de la proximité du corps administratif qui le soigne et qui risque à tout moment de dévoiler la supercherie de cette fausse identité, avant qu'un chauffeur de taxi chelou ne fasse encore plus augmenter la paranoïa.

Avec cette séquence introductive, j'ai replongé directement dans ce que j'aime le plus dans la série : cette beauté tranquille, ce sens des détails, ce léger décalage (la musique rétro), etc. Même si c'est assez cliché ("Hi, hi, j'ai mis des O à la place des zéros" ou "Monsieur, vous avez oublié votre carte d'identité"), la scène est efficace et permet de nous replonger instantanément dans la série. L'épisode nous amène ensuite quelques années plus tôt, avec des cendres (imaginaires) qui volent et qui atteignent un Jimmy en train de dormir. Une manière très belle de nous faire comprendre que la mort de Chuck va avoir des retombées (probablement dramatiques) sur son frère, et par la même occasion de lancer cette saison 4.

 

Jimmy en train de passer une radio

 

Donc oui, Charles McGill est mort, c'est officiel, cette pourriture n'embêtera plus son petit frère et ce premier épisode est un aftermath de cet événement. Nous suivons un Jimmy sous le choc, essayant de comprendre ce qui a pu bien se passer. L'épisode fait aussi un détour rapide auprès d'Ignacio qui, lui, vient de porter un coup quasi fatal à son chef, l'horrible Hector Salamanca. Enfin, le tour d'horizon se termine avec l'habituel subplot sur Mike... Hélas pour nous.

Car j'adore le personnage, mais les aventures qu'on lui propose depuis un bon moment ne sont pas très palpitantes ; leur seul intérêt est de comprendre après coup ce qu'il avait derrière la tête. Et une nouvelle fois, sa mission d'infiltration de la société qui l'emploie, c'est sympa, il doit bien y avoir une raison (exister au moins une fois pour les employés de Madrigal et justifier son emploi fictif en cas de problèmes avec la police ?), mais cela continue de me donner l'impression que les scénaristes se butent à maintenir en vie un personnage dans une série qui n'a plus (pour l'instant) besoin de lui.

 

 

À l'ombre d'un géant

 

Mais cet épisode de reprise, finalement assez calme et sans éclat particulier, n'a-t-il pas pour but d'annoncer l'arrivée imminente de Walter White dans le show ? On est en droit de se poser la question, car s'il n’apparaît pas ou n'est jamais évoqué, rarement son ombre n'a autant imprégné Better Call Saul.

Car on peut voir beaucoup de références à lui, à commencer par le malaise de Jimmy/Saul/Gene qui renvoie inévitablement au pilote de Breaking Bad, cet évanouissement qui avait révélé un cancer du poumon, point de départ des aventures de Heisenberg.

Plus tard, lorsque Jimmy et Kim discutent sur un banc devant les restes carbonisés de la maison de Chuck, derrière eux s'échinent des pompiers, tout de jaune vêtus, de cette couleur qui fera partie de la combinaison de chimiste du mal de Walter White. Il pourrait s'agir d'une coïncidence, mais on sait qu'avec Vince Gilligan, rien n'est jamais vraiment laissé au hasard... Il y a aussi le sifflement joyeux de Jimmy à la toute fin, renvoyant à celui de Walter dans l'épisode 6 de la saison 5, quelques heures après que Todd ait tué un gamin, comportement significatif de l’égoïsme du personnage et qui avait choqué Jesse et provoqué la rupture définitive avec son ancien acolyte.

Et enfin, lorsqu'apparaît Barry, l'homme à qui Mike vole le pass, n'avez-vous pas vu comme un air de ressemblance ? Cette silhouette chauve d'Américain moyen, n'avez-vous pas eu un moment de flottement, un doute sur l'identité de cette personne au fur et à mesure où l'objectif se rapprochait de lui ? Moi, si.

 

Mike et Barry dans l'entrepot de Madrigal

 

Je ne sais pas si Walter White interviendra cette saison (ou plus vraisemblablement celle d'après), mais en tout cas la jonction de Better Call Saul avec les aventures tragiques d'Albuquerque est imminente, tant la Breakingbadérisation de la série s'accélère.

 

 

La métamorphose

 

Un moment donné, Jimmy McGill deviendra Saul Goodman et c'est tout le sel de cette série. Car si Breaking Bad suivait peu ou prou la même évolution, il y a une énorme différence selon moi : Walter White n'a jamais été un personnage positif, même au tout début. Pleutre, menteur, frustré, égoïste, il est un petit homme qui se brûlera les ailes à jouer au Grand Méchant. Tandis que Jimmy, même s'il a toujours été magouilleur et un peu escroc, est un homme sensible et bon, ayant la volonté d'être avocat pour aider son prochain. Savoir qu’il va devenir Saul Goodman, cet avocat cynique, sans foi, au portefeuille à la place du cœur, est la vraie tragédie de la série.

Mais on ne se sait toujours pas quel événement provoquera la mue définitive. On peut deviner que ce sera lié au départ de Kim, ou du moins que cela la provoquera. Il y a d'ailleurs un plan très beau, très symbolique, qui rappelle ce destin inéluctable dans cet épisode : le moment où, après qu'ils aient appris la mort de Chuck, les deux sont sur le canapé : Jimmy mutique semble sourd aux appels de Kim dans un premier temps, avant de finalement la rejoindre. Mais même s'ils sont proches, il reste immobile, perdu dans ses pensées, tandis que Kim disparaît progressivement du plan, le laissant seul. Une scène très prophétique, selon moi.

 

Kim et Jimmy sur un banc

 

Avec ce fameux moment qui provoquera le revirement sans retour, Vince Gilligan et son équipe se plaisent à jouer avec les téléspectateurs et à leur tendre des pièges. Ainsi, on nous a fait croire que l'arnaque de Jimmy envers Chuck pour donner à Kim le dossier Mesa Verde scellerait la fin du couple. Non, ce ne fut pas ça. Après, j'ai cru que Kim ne pourrait pas accepter que Jimmy manipule de vieilles dames pour arriver à ses fins. Perdu. Il était alors clair que la culpabilité dans la mort de son frère allait faire basculer Jimmy dans le côté obscure de la Force. Les trente dernières secondes (géniales et inattendues) prouvent que non, au contraire, car c'est avec une joie qu'il a du mal à dissimuler que Jimmy apprend être à l'origine de la mort de son frère.

Donc, encore une fausse piste. Ou alors peut-être que Saul Goodman est déjà là, que la transformation a déjà eu lieu, sans qu'on n'y ait vraiment fait attention...

 

Un premiere tranquille, qui reprend le cours là où la saison 3 s'était arrêtée. D'apparence, il ne se passe pas énormément de choses en surface, mais comme toujours dans Better Call Saul, c'est en profondeur (et sur du long terme) qu'on voit où les auteurs ont planté leurs graines. En tout cas, tout but d'une reprise est de nous redonner envie de reprendre l'aventure. Mission accomplie.

 

J'ai aimé :

 

  • RETROUVER LA SÉRIE. Bordel, ça fait du bien.
  • Avoir douté quelques secondes lorsqu'on voyait Barry de loin.
  • Le sifflement final qui donne une teinte inattendue à l’épisode et à la couleur de la saison à venir.

 

Je n'ai pas aimé :

 

  • Les aventures de Mike, une nouvelle fois un peu superflues.
  • Better Call Saul confirme qu'elle ne s'adresse une nouvelle fois qu'aux fans de Breaking Bad. Ceux qui ne l'ont jamais regardée ne verront qu'un intérêt très limité.

 

Ma note : 14/20

 

 

Le Coin du Fan

 

  • La petite chanson qui suit Gene durant son malaise est tout mignone. Mais elle n'est pas si innocente que ça, si on en juge les paroles :

 

We three - we're all alone

Living in a memory

My echo, my shadow, and me

We three - we're not a crowd

We're not even company

My echo, my shadow, and me

What good is the moonlight

The silvery moonlight that shines above?

I walk with my shadow

I talk with my echo

But where is the one I love?

We three - we'll wait for you

Even till eternity

My echo, my shadow, and me

 

  • Lorsqu'au début de l'épisode, Jimmy entoure des annonces sur le journal, il passe à côté d'une future connaissance (malheureuse) : Ted Beneke, le futur employeur-arnaqueur et amant de Skyler White.

 

Gros plan sur les petites annonces du journal

 

  • Le petit verre de réconfort que propose Kim à Jimmy vient d'une bouteille qu'on avait déjà vue auparavant (cf. Coins du Fan de la critique de Fall et de la critique de Switch).

 

La bouteille de tequila

Dans cet épisode

 

Jimmy fête une victoire avec une bouteille

Dans la saison 3, lorsque Jimmy veut fêter la victoire dans l'affaire Sandpiper

 

Un méchant futur mort avec la bouteille

Mais aussi dans la saison 4 de Breaking Bad : il s'agit ici d'un présent offert par Gus aux membres du Cartel (auf que ce coup-ci, la liqueur est... empoisonnée)




Autres articles sur cette série :



Dernières critiques de cette série :





A propos du rédacteur

nicknackpadiwak nicknackpadiwak
2617 avis
3141 notes
Moyenne : 12.91

 Visioneur raffiné

ne restez pas dehors, profitez pour regarder la télé!!!

11 commentaires sur cet article


gravatar
#1
MarieLouise a écrit le 10/08/2018 à 10h55
"Et enfin, lorsqu'apparaît Barry, l'homme à qui Mike vole le pass, n'avez-vous pas vu comme un air de ressemblance ? Cette silhouette chauve d'Américain moyen, n'avez-vous pas eu un moment de flottement, un doute sur l'identité de cette personne au fur et à mesure où l'objectif se rapprochait de lui ? Moi, si."

Mais tellement ! Et la maison, hyper ressemblante à celle de Walter, y était pour beaucoup aussi je pense.

Et je te rejoins sur le mystère qui entoure le basculement de Jimmy en Saul : je pense qu'il n'y aura pas vraiment de gros élément déclencheur comme tout le monde s'y attend, mais que sa mutation - déjà entamée - sera progressive.
gravatar
#2
Jo_ a écrit le 10/08/2018 à 21h50
Pour moi, la transformation de Jimmy en Saul est déjà faite. Elle est simplement progressive.

La scène de fin où il sifflote tranquillement m'a un peu faite penser à celle-ci, dans une moindre mesure (car la concernant, j'ai du mal à garder les yeux ouverts en la voyant tellement elle me met mal à l'aise) : https://www.youtube.com/watch?v=F2_oFE9ovNk
On retrouve cette réaction complètement décorrellée de la situation. Et c'est tout aussi annonciateur du drame qui va toucher Jimmy pour le transformer définitivement en Saul.
gravatar
#3
nicknackpadiwak a écrit le 11/08/2018 à 08h55
"https://www.youtube.com/watch?v=F2_oFE9ovNk "

Cette scène géniale. N'empêche que BCS me donne bien envie de me retaper l'intégrale BB, une fois la série terminée.
gravatar
#4
Lollie a écrit le 14/08/2018 à 21h00
Remarquable critique, sauf que pourquoi t'aimes pas Mike? Le second épisode montre bien que le perso a du fond.. Et aussi que la série peut se voir indépendemment de BB, m'enfin!!
gravatar
#5
Galax a écrit le 14/08/2018 à 21h09
"Et aussi que la série peut se voir indépendemment de BB"

Ça dépend vraiment des épisodes selon moi. Entre Kim et Gus VS. les Salamancas, il y a une vraie différence. Je suis d'accord avec la remarque de nick dans l'ensemble.
gravatar
#6
Lollie a écrit le 15/08/2018 à 19h44
Certain que ceux qui ont vu BB ne peuvent s'empêcher de voir les références, et qu'il y en a plein.. Ce que je veux dire, c'est que qq n'ayant jamais vu BB peut tout autant apprécier la série, sans être gêné...
gravatar
#7
Galax a écrit le 16/08/2018 à 04h59
Je prends à témoin mon padre qui n'a jamais vu BB et est juste tombé sur la série, et qui après avoir bien kiffé les deux premières saisons, commençait à me poser de plus en plus de questions avec qu'il ne cesse de m'en parler, visiblement pour de bon, le tout sans avoir fini la saison 3...

Son cas n'est peut-être pas la norme mais il n'est sans doute pas isolé et il colle au ressenti que le show devient de plus en plus lié à BB et pour les fans de BB.

Je pense surtout qu'un nouveau fan peut apprécier BCS en tant que telle au début, suffisamment pour avoir envie de se rattraper BB progressivement et d'être à jour en saisons 3/4, mais inévitablement plus on s'approche de la fin, plus on loupera des choses sans avoir vu BB donc moins on aura le sentiment de tout apprécier. Certes ça doit sûrement exister aussi des gens qui s'en foutent de ne pas tout suivre et qui n'ont aucune envie de voir BB non plus, m'bon.
gravatar
#8
Koss a écrit le 16/08/2018 à 11h48
@Jo : La scène de sifflotage me fait plus penser à ça :

https://www.youtube.com/watch?v=F2_oFE9ovNk
gravatar
#9
Jo_ a écrit le 16/08/2018 à 13h26
@Koss : je commence à connaître la bestiole, j'ai vu que l'adresse du lien était la même que celle que j'ai postée :p
gravatar
#10
Koss a écrit le 16/08/2018 à 13h47
Hahah merde. Troll involontaire. Le bon lien :


https://www.youtube.com/watch?v=BvfUEE8G9T4
gravatar
#11
nicknackpadiwak a écrit le 16/08/2018 à 15h48
@Koss

Oui c'est bien cette scène que j'évoque dans ma critique.



Laissez un commentaire



Vous devez vous créér un compte ou vous connecter afin de pouvoir laisser un commentaire.
C'est rapide et gratuit !



Moyenne


13.82

11 notes

Dernières notes :

  • 14 par Gizmo
  • 14 par Contrairement
  • 15 par Koss

Noter cet épisode :


Vous devez posséder un compte pour noter cette série.
favorables
3 avis
neutres
1 avis
défavorables
0 avis

Derniers avis sur cet épisode



Jo_ - favorable
Allez savoir pourquoi, j'ai trouvé l'épisode vraiment excellent pour une reprise. Il a su tout de suite nous ...

Galax - neutre
Je me suis bien fait suer. Better Call Saul devient 3 séries en une, où je n'aime qu'une sur trois. Le ...

Donner votre avisTous les avis