Image illustrative de Better Call Saul
Image illustrative de Better Call Saul

Better Call Saul

Six ans avant de croiser le chemin de Walter White, Saul Goodman, connu sous le nom de Jimmy McGill, est un avocat qui peine à joindre les deux bouts, à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Pour boucler ses fins de mois, il n'aura d'autres choix que se livrer à quelques petites escroqueries. Chemin faisant, il va faire ...

Lire le résumé complet >

En cours Américaine, US 45 minutes
Aventure, Drame, Crime, Drama, Comédie AMC, Netflix FR 2015
14.3

0 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Avis sur l'épisode 6.10

Avatar Koss Koss
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 04 août 2022 à 23:07

La fin de la K7. 

La vraie conclusion des deux séries. Dans le Granite State. Là où il est en réalité impossible de faire quelque chose. Un état froid, glacial et en noir et blanc où tous les déplacements se font sous l’œil des caméras.

« Un océan eleven du pauvre » dit Nick dans son avis plus bas. C’est bien au contraire un Océan Eleven Grandiose. Car Saul, même réduit à l’état de Gene se montre capable d’opérer sa magie chimique (ce que Walt n’avait pu faire quand il meurt dans sa voiture) en inventant un Heist complet à partir de rien, le tout dans une prison de Granite. Même avec un homme qui glisse sur le sol du grand magasin, Slippin Jimmy parvient à s’en sortir. 

C’est cette magie viscéralement américaine, composée d’un inébranlable sens du bagoue et de l’adaptation permanente qui font de Gene véritablement un homme de son pays et de son temps. Avec cette capacité hors du commun (on est vraiment très proche du super héroïque ici), Jimmy aurait pu faire n’importe quoi. Sauver n’importe qui. Mais il a fallu que quelque chose le fasse bifurquer sur la route de l’argent. Qu’est ce que ce quelque chose ? Même après six saisons, il est bien difficile de le dire tant la série à montrer les intrications psychologiques (Son frère, la non reconnaissance, la perte de Kim, etc) qui l’ont conduit de Jimmy à Gene. 

Mais une chose est sûr : aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a quelque chose de profondément joyeux de voir s’opérer une mise en scène de théâtre pour la dernière fois et de constater que derrière l’évidente volonté de Gene de devenir pour une dernière fois Saul, il créé de la joie. Car oui, il suffit de voir le sourire du taxi man pour percevoir la finalité morale de l’avocat. Un homme capable de créer magiquement un monde entier de ses mains, de transformer la triste réalité d’une vie en aventure pleine et entière. Comme un vrai Magic Man.

« Finally it’s an happy ending » dit Gene à la vieille femme dans la cuisine. Oui, clairement oui. 


Avatar Hopper Hopper
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 31 juillet 2022 à 14:47

J’ai adoré cet épisode. Il y a un aspect un peu expérimental que de filmer en noir et blanc l’entièreté des scènes et un charme indéniable à cette atmosphère qui rappelle celle des films noirs. Mais, le manque de couleurs n’empêche pas les protagonistes d’être eux hauts en couleur. La musique (notamment celle jouée quand Jeff sort du magasin après avoir réussi le cambriolage), les montages de plus fous en fous (pour montrer que Saul se rapproche des gardes) et le jeu d’acteurs rendent cet épisode spécial et particulièrement délicieux pour peu qu’on adhère au principe de départ.

D’ailleurs, Peter Gould affirmera que c’est son épisode préféré de toute la série. J’ai lu une analyse très intéressante qui affirmait que « Nippy » aurait été conçu comme une sorte de court-métrage qui pouvait être enseigné en école de cinéma. L’épisode en lui-même est très classique dans sa structure et ses procédés (la manière de construire le suspense et de détourner les attentes), mais fichtrement efficace.

Pour conclure, « Nippy » est un épisode qui divisera. Son placement dans la saison ne plaira pas à tout le monde. Mais, je pense qu’il faut saluer la proposition. Cet épisode est un pur concentré de ce qui fait le charme de Better Call Saul avec son humour parfois absurde et les plans loufoques fomentés par Jimmy. Par ailleurs, ces cinquante minutes nous instruisent beaucoup sur ce que devient Gene. Slippin’ Jimmy n’est pas mort… Il est aussi presque certain que ce n’est pas la dernière fois qu’on verra Jeff et sa mère Marion (campée par la célèbre Carol Burnett) qui donne l’impression d’en savoir plus qu’elle ne le montre. Bien sûr, il n’aura échappé à personne qu’il reste beaucoup de questions en suspens sur la transition de Jimmy à Saul et on attend des réponses de pied ferme. Vite la suite ! (Plus de détails dans ma critique)


Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 30 juillet 2022 à 13:06

Surprise surprise, j'ai bien aimé l'épisode.

Alors oui en soit 45 minutes pour affirmer des choses qu'on savait déjà (Gene est tenté par son Saul en lui, s'en sert pour se protéger de Jeff, résiste à la fin...), et encore une fois l'épisode est très sage et peu surprenant dans ses tournures, que ce soit le dialogue à cœur ouvert de Gene au chef de la sécurité ou le plan tarabiscoté et pourtant assez prévisible (j'avais compris que Jeff allait glisser).

Et oui, l'acteur de Jeff était 100 fois mieux avant, mais je mentirais si je disais que cela m'a gêné car honnêtement je ne me souvenais plus de l'acteur avant de revoir des extraits ensuite. Quand ne pas avoir de mémoire AIDE sur un épisode de BCS, il faut le souligner !

En fait je réalise quand même l'importance de suivre des personnages qui me font sentir quelque chose, même si c'est juste un Gene prévisible sur 45 minutes, c'est toujours mieux que des Mike ou des Lalo dont je n'avais, sincèrement, rien à secouer.

Et oui, il faut un peu mettre de côté le fait qu'il ne reste que trois épisodes. Mais d'un autre côté, je n'avais pas envie de déjà replonger dans l'univers de BB ou même de BCS.

Spoiler

Notamment je n'avais aucune envie de déjà revoir Jesse et Walter (btw je peux maintenant le dire vu que la saison est bien entamée : immense connerie que d'avoir spoiler leur retour selon moi...)

Cet épisode agit donc comme un petit intermède/célébration du Slippin' Jimmy des premières saisons, et au final ça m'a fait un peu de bien, de sortir un peu de la pression (et de la déception) des précédents épisodes super-mega-importants.

6 réponses
Voir les réponses

Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 27 juillet 2022 à 16:45

Exactement l'épisode que je ne voulais pas voir. J’ai noté haut le précédent épisode, je vais donc noter hyper bas. 

Quelle horreur d’épisode donc, on y retrouve la formule que BCS utilise depuis trop longtemps et que le fil rouge sur Howard (qui était bien trop long et avait occupé bien trop de temps d’épisodes) a fini par rendre écœurante : le plan qui se déroule sous nos yeux et dont il faut attendre la résolution finale pour en saisir le tenant, mais aussi un plan hasardeux reposant trop systématiquement sur la prédiction des comportements des personnes impliquées à leur insu pour que cela réussisse à chaque fois. En plus ici, ce n'est même pas épique, c'est de l'arnaque à la petite semaine, c'est du vol petit bras de vêtements de luxe, un Océan Eleven sans ambition, ni panache. Et histoire d’achever le truc, on a le droit au moment "faux suspense" quand le voleur tombe à terre et reste inconscient. Non mais franchement il reste 4 épisodes et nous inflige ce genre de truc ? Alors oui, peut-être qu'il s'agit d'une référence à la série BCS qui n'a jamais existé, celle qu'elle aurait dû être, à savoir les aventures à tendance comique de Saul Goodman et son arnaque de la semaine, mais tout de même, il n’y a vraiment rien d’autre à raconter ??

Là où je suis refroidi aussi, c'est vis-à-vis du traitement du personnage de Gene. Celui-ci était un homme taiseux, vivant presque dans la peur de respirer au risque de se faire prendre et obligé de se tenir à carreaux. Mais voilà, cette personnalité-là (intéressante pourtant) a totalement disparu, balancée aux oubliettes et sur cet épisode, on a le droit à un Gene en mode Jimmy/Saul, un bavard en pleine confiance de son talent d'arnaqueur, là où il aurait dû être un peu plus anéanti d'avoir tout perdu. Alors ok, c'est pour montrer que son côté filou est plus fort que lui et ne s’endort jamais, mais, pour le spectateur, se retrouver projeter dans BCS saison 2, mais en noir et blanc, est un sacré rétropédalage, d'autant plus frustrant, je le redis, qu'il ne reste qu'une poignée d'épisodes.

Après l'excellence de l'épisode précédent, quelle douche froide. Vivement le centric sur Kim....

3 réponses
Voir les réponses

Avatar Guismo Guismo
Membre
Avis neutre Déposé le 27 juillet 2022 à 01:14

J'ai pas trouvé l'épisode super emballant non plus, je sais bien que l'histoire de Jimmy/Saul Goodman est en grande partie close (voir même entièrement) et que donc il faut conclure celle de Gene Takovic, c'est la suite logique mais ça m'intéresse moins, je veux forcément savoir ce qu'il va lui arriver mais pas que ça prenne tous les derniers épisodes surtout pour ce genre d'épisode qui même si ça reste sympathique une grande partie de moi en a rien a branler de Jeff, qui a changer de visage apparemment, de Marion, de Franck de Nick de Kathy .. bref rien à branler d'eux, rendez moi ma Kim, mon Mike, mes 20 ans, ma mère .... 


Avatar cedric2506 cedric2506
Membre
Avis défavorable Déposé le 26 juillet 2022 à 22:29

Si le mot remplissage était un épisode et ben ce serait celui-là. Que c'était long et pénible à suivre. Et faut avoir une mémoire d'éléphant pour se rappeler des dernières aventures de gene pour comprendre quelque chose au début. Très décevant de la part de Better Call Saul de nous pondre un épisode pareil si proche de la fin. C'est pour ça que la série reste à des années lumières de breaking bad.

4 réponses
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 26 juillet 2022 à 19:49

Le recast de Jeff fait vraiment mal, surtout car l'acteur est tellement différent de celui des saisons 4 et 5. Ça m'a beaucoup fait sortir de l'épisode et je ne m'y suis jamais vraiment habitué.  L'original était tellement creepy et menaçant.

A part ça cet épisode faisait beaucoup de bien, quel bouffée d'air frais après tout ces épisodes intenses, j'avais l'impression de retrouver le Better Call Saul des saison 1 à 4.


Liste des épisodes

Episode 6.01
Du vin et des roses
Episode 6.02
La carotte et le bâton
Episode 6.03
Le marteau et l'enclume
Episode 6.04
Délit de fuite
Episode 6.05
Salement amoché
Episode 6.06
Dur à la hache
Episode 6.07
Plan et exécution
Episode 6.08
Dans le viseur
Episode 6.09
Partie de plaisir
Episode 6.10
Épisode 10
Episode 6.11
Épisode 11
Episode 6.12
Épisode 12
Episode 6.13
Épisode 13