Doctor Who (2005)

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l'espace à l'aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s'adapter à l'environnement, a l'apparence d'une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d'une jeune fille. ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 42 minutes
Fantastique, Science-Fiction BBC One, France 4
13.33

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

11.02 - The Ghost Monument

Pas de résumé pour l'instant ...

Diffusion originale Diffusion française
14 October 2018 01 January 2000
Réalisateur(s) Scénariste(s) Guest(s)

Tous les avis

Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 26 December 2018 à 03:46
Forcément quand on revient sur un bon début d'une saison qui s'avère loupé, c'est un peu le malaise. Cet épisode reste sympathique et offrait plein de promesses, mais vu que ses défauts à la base petits (le scénar basique, l'absence de menace, l'absence de fil rouge, les compagnons transparents) sont devenus des failles symptomatiques de toute la saison, l'épisode en prend un coup et perd des points.

elpiolito
Administrateur
Avis neutre Déposé le 24 October 2018 à 11:20
C'est un peu creux malgré de bonnes idées. On sent la volonté ici de remettre les compagnons au coeur de la série. Ce n'est pas le docteur, c'est une équipe avec des gens différents qui contrebalancent par leur caractère "lambda" le côté exceptionnel du docteur. Il y a un peu plus de coeur dans l'ensemble, c'est plus sentimental, moins clinique, chose que l'on avait un peu perdu depuis quelques années (coucou super Clara qui savait tout). Le désespoir du docteur quand il ne retrouve pas le tardis et l’interaction avec les compagnons à ce moment là donne une très jolie scène. Dommage que le point "on est meilleur ensemble" soit beaucoup trop appuyé de façon un peu lourdaude tout au long de l'épisode par le script. La scène de retrouvaille avec le Tardis est également très belle (même si le nouveau look du tardis ne me plait pas trop, on a l'impression d'être dans une boîte hyper étriquée, je trouve ça limite angoissant, surtout après les grands espaces des versions précédentes) et il y a de jolies trouvailles visuelles/ de réalisation pour pallier le manque de moyen. C'était vraiment très joli comme épisode, pas de ratés de ce côté là, c'était chouette. Sortit de ça, le reste est relativement creux et, il faut bien l'avouer, l'épisode est long et ennuyeux entre l'introduction et la conclusion. C'est du remplissage à coup de péripéties qui s'enchaînent bien sagement les unes après les autres, de façon très linéaire et très didactique et qui sont résolues, soit à coup de tournevis sonique, soit par le truc insignifiant dont on te parle depuis le début de l'épisode "et t'as vu mon beau cigare hein, tu l'as bien vu, tu es sûr hein, tu ne veux pas que je te le remontre ?". Tout nous est présenté au début de l'épisode et rien ne dévie de ce postulat : "un bateau va vous permettre de traverser la mer et ne touchez pas l'eau". Oh, un bateau et le tournevis sonique me dit qu'il y a des bactéries tueuses dans l'eau, ni touchons pas."Traversez ensuite les ruines piégées" Oh, des ruines piégées.... "Ne voyagez pas de nuit" Oh, la nuit et oh, les "monstres" se réveillent la nuit. Oh, un bon gros bout de script poilu pour mettre en place un fil rouge, comme ça, sans trop de rapport : après tout, rien ne pourra faire pire que le fil rouge ramené à la fin de l'épisode des Cybermens à la fête foraine je pense. L'épisode avait deux objectifs : terminer l'introduction du docteur en le faisant retrouver son tardis et solidifier l'équipe. C'est réussit. Mais c'est dommage que le tout ait été noyé dans une intrigue insipide, convenue et ultra linéaire. Je pense que l'épisode aurait gagné à ne pas raconter tout le déroulé de l'intrigue lors de la première rencontre du mec dans la tente.
5 réponses
Voir les réponses

Gizmo
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 19 October 2018 à 07:57
Un bel écrin très vide. Mes craintes de l'épisode précédent se confirment. Comme l'explique assez justement MrZ, l'intrigue passe plus de temps à expliquer ses enjeux qu'à les représenter. La planète si cruelle et dangereuse ne le sera jamais à l'écran. L'esprit d'équipe et la complémentarité des personnages vantés par le Docteur n'est jamais palpable. L'intrigue n'avance qu'à coups de tournevis sonique que Thirteen brandit une scène sur deux (un défaut récurrent des scripts de Chibnall). Pire encore, l'épisode ne développe finalement aucun concept de science-fiction intéressant, en dépit d'un postulat plutôt intriguant. Quelques ébauches (cette course à travers les galaxies qui se résume à 2 obstacles), mais rien n'est développé, si ce n'est pour alimenter le fil rouge de la saison. Heureusement, il reste la réal et la photographie, et cette très belle découverte du Tardis. Mais c'est faible, très faible.
2 réponses
Voir les réponses

4evaheroesf
Membre
Avis favorable Déposé le 17 October 2018 à 05:16
Spoiler
Personnellement, cet épisode lance vraiment le 13ème Docteur. Petit à petit, Jodie s'impose en Docteur, son équipe s'intègre à la série et l'épisode m'a gâté avec ce final. Honnêtement, j'avais cru que ça prendrait plus de temps pour le récupérer. Et quelle émotion ressentie en voyant le Tardis, son nouveau design et la musique qui accompagne la scène. Je pourrais dire que l'intrigue de cet épisode était banale et réutilisait les bons vieux codes usés de la série mais tout ce qui est fait avec les personnages compense largement. Bilan : Je suis peut-être un peu trop joyeux mais c'est pas grave, je suis content de retrouver Doctor Who, ses bons moments m'avaient manqué. Après une saison 10 que je n'ai pas eu envie de finir, je veux croire en Jodie, je veux croire en cette saison donc faut pas me décevoir.^^
1 réponse
Voir les réponses

nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 16 October 2018 à 20:19
Le début est tonitruant, il y a même un effet cinématique de jeux vidéo PS5 ou 6 très sympathique lors de la scène avec le Doctor et Epzo dans le vaisseau. Mais une fois tout le monde atterri sur la planète, c'est un peu plus laborieux. J'ai même un peu piqué du nez et lorsque j'entrouvrais les yeux, cela n'avait pas l'air génial (des torchons géants belliqueux, Ryan qui joue à Call of Duty avec des robots, mais là, je pense que j'ai du rêver cette scène). Et cela redevient juste formidable (et beau (et émouvant)) avec le retour du TARDIS. La saison 11 vient d'être lancée.

Tan
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 16 October 2018 à 04:07
Cet épisode est du grand doctor who! C'est un poil nanardesque mais ça marche nickel parce que finalement c'est aussi ça l’âme de la série. L'épisode joue aussi avec les codes de la série: si la forme est assez classique, second épisode avec nouveaux compagnons, donc planète extra-terrestre, on peut voir aussi quelques infractions aux poncifs dans les dialogues. Pas de "It's bigger on the inside!" tout comme l'épisode précédent n'avait pas le classique : -I'm the doctor! -The doctor? Doctor Who? J'ai beaucoup aimé!
1 réponse
Voir les réponses

Koss
Administrateur
Avis favorable Déposé le 15 October 2018 à 19:52
Il y a des plans séquences dans Doctor Who maintenant. Il y a de la vie. Face aux manques de moyen, on compense par des trouvailles filmiques (cette merveille de plan séquence dans le vaisseau), du hors champs et par une utilisation ultra intelligente de la lumière. 13th est tout temps éclairée d'une manière légèrement différente et elle est la source de chaleur auquelle s'accroche tout les compagnons pendant 90 % de l'épisode. Lorsqu'elle croit avoir perdu le Tardis, cette lumière s'éteint. Et ce sont les compagnons qui lui réinsuflent. Lumière qu'elle va à son tour passer au Tardis : elle lui dit "I like it" et les colonnes s'illuminent. Ce passage de relais là, c'est l'essence même de la série. Son âme. Une merveille que cette scène avec ce petit travelling arrière avec le visage de Jodie qui découvre son Tardis. J'en ai eu des frissons. Vive Chibnall. Vive Doctor Who quand il possède ce qui lui manquait depuis tant d'année : un coeur.
4 réponses
Voir les réponses

ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 15 October 2018 à 19:05
Spoiler
Il y a du mieux ! Beaucoup de mieux ! Le concept de l'épisode était vraiment cool, le Tardis est magnifique et Jodie est toujours au top. J'ai beaucoup aimé le mec qui faisait des siestes, l'acteur est vraiment bon (Misfits ♥) et sa fin avec sa concurrente, bien que prévisible, est touchante. Maintenant on a toujours le soucis des personnages, je me fous de Graham, j'aime bien Yazmine (mais malheureusement elle dit 2 mots par épisodes), et je DETESTE Ryan. Ce mec est inutile et l'acteur ne sait pas jouer, sérieux ce plan quand il baille, mon dieu. L'épisode vaut 16 mais j'enlève 1 point pour la scène de Call of Duty, ridicule et mal jouée !
5 réponses
Voir les réponses

MrZ
Membre
Avis favorable Déposé le 15 October 2018 à 03:27
Spoiler
En fait, Chibnall nous a menti. Les deux premiers épisodes forment un two-parters dans lequel le but est simplement pour Le Docteur de retrouver l'entièreté de ce qui compose son être. Elle, et le TARDIS. Et maintenant que c'est fait, le voyage peut enfin véritablement commencer. Mais mis à part cet aspect là de l'épisode et du précédent, je crois avoir trouvé le souci que j'aurais avec l'ère Chibnall. Chibnall écrit en fait des épisodes audios, mais mis en image. Quasiment tout est dit et montré par le dialogue, comme dans les audios, mais l'image montrant exactement la même chose en parallèle, le côté libre à l'imagination disparait ici et l'on se retrouve spectateur sans réelle implication durant le coeur de ce que nous raconte l'épisode. Moffy (qui restera à jamais dans mon petit coeur), lui, adorait créer souvent un script qui s'associait à l'image pour nous montrer des choses, pour nous faire ressentir et parvenir des choses, avec plus ou moins de réussite. Ici, niet, on peut aisément couper l'image et ne laisser que le son pour que le spectacle soit ici strictement le même si ce n'est même meilleur. Quand à l'épisode en lui-même, c'est d'un très grand classicisme, avec des scènes de remplissage pour créer une tension artificielle (les snipers, Chibnall n'aurait pas pu trouver mieux ?) ou des scènes un peu ridicules (Ryan et Call of Duty...sérieusement ? Surtout qu'il vise au final assez bien) qui manquent un peu le coche et rallongent un épisode sans l'avantager pour autant. Là où l'épisode fait paradoxalement sa réussite, notamment émotionnelle à mon sens, c'est lors des divers rappels à l'héritage de la série (Timeless Child, toute la scène pré-apparition du TARDIS, et le TARDIS en lui-même) qui terminent ce qu'avait amorcé le premier épisode : l'arrivée de Jodie Whitaker en 13ème Docteur. Je pense être prêt et je pense à nouveau t'avoir compris maintenant, Doctor Who, et même si toi et moi à partir de maintenant, on aura probablement un peu de mal tous les deux, je suis prêt à embarquer à nouveau à l'aventure.
3 réponses
Voir les réponses

OmarKhayyam
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 15 October 2018 à 01:06
Spoiler
Passé le très bon début de saison, « The Ghost Monument » un épisode très "chibnallien" : révélateur à la fois des forces et des faiblesses du scénariste, mais révélateur aussi d'une saison qui garde une cohérence mais qui se cherche et peine à trouver son équilibre. En fait « The Ghost Monument » est fort de certaines idées alléchantes (l'odyssée du Docteur et de ses compagnons dans une planète dévastée, les monstres draps ..), mais le tout est mal exécuté, sans surprise et sans ambition. Certaines scènes (TYPICAL CHIBNALL) font d'ailleurs office de remplissage (comme les sortes de robots qui ne savent pas tirer ) et alors que les facilités scénaristiques abondent (le coup du cigare, l'impulsion magnétique pour désactiver les robots ..), les bonnes idées sont sous-exploitées (la planète tueuse), et l'épisode ne sert donc que d'illustration au nouveau ton de la série : quelque chose de plus humain et plus contemplatif. La force de l'épisode, c'est en effet qu'on voyage ; la traversée du désert étant comme une sorte de catharsis ; et alors qu'on voit dans ce cadre magnifique évoluer et interagir les personnages (même si parfois le traitement est maladroit), une certaine poésie se dégage et Chibnall aidé par la réal fait donc de « The Ghost Monument » une expérience assez intéressante puisque très contemplative. Ce second épisode a alors beau être prévisible et sans ambition, il reste un moment suffisamment sympathique pour dégager certaines promesses et donner à ses personnages un bon développement Note : 10,5/20
6 réponses
Voir les réponses

13.27

11 notes

Connectez-vous pour noter cet épisode
MrZ a noté cet épisode - 12
02 Jan 2019
Galax a noté cet épisode - 14
26 Dec 2018
OmarKhayyam a noté cet épisode - 10
19 Dec 2018
Gizmo a noté cet épisode - 10
16 Dec 2018
elpiolito a noté cet épisode - 12
31 Oct 2018
Jasper a noté cet épisode - 13
19 Oct 2018
4evaheroesf a noté cet épisode - 14
17 Oct 2018
nicknackpadiwak a noté cet épisode - 14
16 Oct 2018
Tan a noté cet épisode - 16
16 Oct 2018
Koss a noté cet épisode - 16
15 Oct 2018
ClaraOswald a noté cet épisode - 15
15 Oct 2018

Derniers articles sur la saison

Critique : Doctor Who (2005) 11.11

Doctor Who X La pire gueule de bois de jour de l'an que vous pouvez imaginer.

Critique : Doctor Who (2005) 11.10

Doctor Who X L'ennui.

Critique : Doctor Who (2005) 11.09

Doctor Who X Orphée.