Bilan 2019-2020 de Mmaginère

Le 20 septembre 2020 à 16:19  |  ~ 41 minutes de lecture
C’est le moment de faire le bilan de ce cru 2019/2020.

Bilan 2019-2020 de Mmaginère

~ 41 minutes de lecture
C’est le moment de faire le bilan de ce cru 2019/2020.
Par Mmaginère

 

Comme chaque année, j’ai regardé beaucoup de séries… Vous pouvez même dire que je me suis gavée, et la digestion a été plus ou moins facile :

 

Celles à qui j’ai dit adieu (ou au prochain revival/reboot, on n’est jamais à l’abri)

 

DJ, Stéphanie et Kimmy se serrent dans les bras les unes des autres, tristes, sous le regard de Danny.

Un petit câlin d'adieu pour la route avec les Fuller/Tanner

 

Fuller House - Saison 5

Cette série fait partie de mes guilty pleasures : elle n’a rien d’extraordinaire, tant niveau scénario que dialogues, mais j’aimais ces deux petits moments de l’année où je me plongeais dans les aventures de la famille Fuller/Tanner. Il y a tellement d’excentricité, d’humour (plus ou moins bien placé), d’amour et de joie que je n’ai pas pu m’empêcher de me laisser entraîner. J’avoue donc qu’elle me manquera un peu, maintenant que la porte de la maison de San Francisco est définitivement fermée.

 

How To Get Away with Murder - Saison 6

J’avais arrêté à la saison 4, ne supportant plus la majorité des personnages et les intrigues plus poussives les unes que les autres. Ayant appris que la saison 6 serait la dernière, je me suis finalement décidée à connaître le sort d’Annalise Keating et de ses Keating 5 4 3. Cette dernière saison n’a pas brillé par son intérêt.

 
Spoiler

Et en plus, ils ont osé tuer mon personnage préféré, Asher.

Mais elle a eu le mérite de clôturer proprement la série. La fin est plutôt bien adaptée à la série, dommage que les personnages que je déteste le plus

 
Spoiler

(Laurel, Connor et Michaela)

s’en soient si bien sortis.

 

Arrested Development - Saison 5

Je suis en retard, je sais, puisque la série s’est terminée en mars 2019. Mais je n’ai regardé les épisodes que cette année. Il était temps que la série se termine, vraiment. Quelle déception après ses trois excellentes premières saisons.

 

Dark - Saison 3

C’était prévu depuis le début, la saison 3 sonnait le glas de Dark. J’étais à la fois triste et heureuse de suivre cette dernière saison que j’ai adorée, comme le reste de la série.

 

13 Reasons Why - Saison 4

Quelle souffrance de regarder cette saison : les intrigues, les dialogues, le jeu des acteurs… Tout était navrant, mauvais… Nul. La saison 1 était géniale (tellement plus développée que le livre), la 2 vraiment bien sauf le dernier épisode (elle apportait un complément par rapport aux autres personnages), mais après c’est devenu aussi horrible qu’inutile, ils auraient dû s’arrêter.

 

Light as a Feather - Saison 2

Bon, je l’ai mise ici, mais son annulation n’est pas encore si claire que ça. La saison 2, dont la première partie a été diffusée lors de l’été 2019, a su nous amener petit à petit à découvrir les secrets du jeu. Je l’ai moins aimée que la saison 1, mais ça reste une série sympa à regarder et les personnages étaient assez attachants. MacKenna a parfois été insupportable dans cette saison quand même, et son histoire avec Trey a connu des bas un peu ridicules, mais le groupe a su affronter le danger ensemble et triompher (bon y’a quand même eu quelques morts au passage, mais c’est le jeu). Le petit cliffhanger du dernier épisode ne nécessite pas forcément une suite.

 

The Affair - Saison 5

La série s’est enfin arrêtée au terme d’une cinquième saison meilleure – enfin, moins mauvaise – que la précédente, mais encore de trop. Elle aurait dû s’arrêter à la saison 2. Cette dernière salve d’épisodes s’est faite sans deux des personnages principaux : Cole et Allison. La série a tenté de faire un lien avec une intrigue dans le futur centrée sur leur fille adulte, Joanie, enquêtant sur la mort de sa mère. Mais cette partie est mauvaise et ennuyeuse, portée par Anna Paquin qui n’a jamais su me convaincre quel que soit son rôle. Les épisodes se centrent donc sur Noah et Helen, clôturant les histoires laissées en suspens à la fin de la saison 4. J’ai trouvé cette saison longue et je suis nostalgique des excellentes deux premières saisons. On nous emmène vers plus d’espoir pour les personnages, à part pour Noah qui est encore une fois particulièrement maltraité (les scénaristes se sont vraiment acharnés sur lui tout au long de la série, et c’est devenu insupportable, même si je ne l'apprécie pas spécialement). La partie sur le harcèlement sexuel/viol dont il est accusé est arrivée brutalement en fin de saison, comme un dernier rebond inutile, au lieu d’être pleinement construite sur toute la saison. La fin est plus "joyeuse" et correcte, mais j’étais juste soulagée que ce soit fini.

 

Breaking Bad - L’intégrale

À l’époque de sa diffusion, la série ne m’avait pas séduite, ce n’est pas le genre d’histoire qui m’attire. Mais elle a rallié de plus en plus de gens autour de moi qui m’ont conseillé de la regarder tellement elle est géniale et tout et tout… Eh bien, je ne suis pas d’accord : je fais partie des quelques personnes qui ont détesté la série. Je l’ai quand même terminée (fallait bien s’occuper, les week-ends du confinement) et je suis d’accord pour dire que la fin était vraiment très bien faite et adaptée à la série. Mais j’ai détesté les deux personnages principaux (ce qui a malheureusement eu une incidence sur mon visionnage de la saison 3 de Westworld), les trouvant aussi arrogants et stupides l’un que l’autre, n’étant rattrapés que par des personnages secondaires vraiment tops comme Hank, Walter Jr. et Gus. La prochaine fois, j’écouterai mon instinct.

 

Le Bazar de la Charité - Saison 1

J’étais à la fois ravie et horrifiée de découvrir la terrible histoire vraie du Bazar de la Charité : ce lieu de vente de bienfaisance qui a brûlé en 1897, et dans lequel plus de 125 personnes ont trouvé la mort : essentiellement des femmes, condamnées par la lâcheté des hommes qui les accompagnaient. Le premier épisode relatant le drame passé, la série était vraiment trop longue. J’ai apprécié qu’elle nous raconte la vie des survivantes et les conséquences de l’incendie, mais ça aurait dû être plus court. Les prestations des actrices principales étaient excellentes, avec en particulier Audrey Fleurot et Josiane Balasko qui sortaient du registre "comédie" dans lequel j’étais habituée à les voir. Les autres personnages étaient plus ou moins bien interprétés, mais le spectacle offert était soigné, tant du point de vue de l’histoire, que du décor et des costumes. L’incendie m’a bouleversée et c’est bien dommage que le reste de la série n’en ait pas fait autant.

 

The Good Place - L’intégrale

J’avais beaucoup entendu parler en bien de cette série, mais jamais pris le temps de la regarder. Magnifique découverte : j’ai beaucoup ri devant les épisodes de cette série, qui est drôle, attachante, loufoque et originale. Les personnages sont assez caricaturaux au début (ce qui est voulu), mais on finit par s’attacher à chacun d’entre eux (même à Jason, et pourtant j’ai eu du mal). Mention spéciale pour Michael et Janet, mes personnages préférés, brillamment interprétés. Le quatuor des humains principaux est plus ou moins appréciable, mais les acteurs nous emmènent vraiment dans cet univers décalé, secondés par d’autres personnages hauts en couleur (comme la Juge et Shawn). L’histoire évolue avec ses personnages tout au long des quatre saisons, avec une vraie fin. Tout a été très travaillé, le scénario, les dialogues, les décors et les personnages. The Good Place a juste la bonne durée pour ne pas laisser des saisons en trop la gâcher.

 

The Killing US - L’intégrale

Mes week-ends de confinement m’ont permis de rattraper pas mal de séries que je voulais voir, The Killing y compris. Les deux premières saisons axées sur le meurtre de Rosie Larsen étaient vraiment excellentes : chaque personnage est soupçonné, épisode après épisode, et la tension ne fait que monter. Malheureusement, les saisons 3 et 4 sont de trop et j’ai peiné à terminer la série.

 

Treadstone - Saison 1

Je trouvais déjà que les films Jason Bourne avaient bien trop tiré sur la corde de cette histoire et la série n'a fait que confirmer ce sentiment. Ce préquel n'a d'ailleurs pas survécu à sa première saison, et c'est tant mieux.

 

Gold Digger et Casual - L’intégrale

Ces séries auraient pu être vraiment sympa, mais elles sont sans intérêt et pleines de longueurs.

 

Celles qui m’ont convaincue de les arrêter

 

Five devant la maison Umbrella détruite suite à l'apocalypse de la saison 1.

Tu sais Five, la meilleure façon d'empêcher l'apocalypse, c'est de ne plus regarder la série

 

Umbrella Academy - Saison 2

J’avais donné une chance à Umbrella malgré une saison 1 qui ne m’avait pas emballée, et j’ai eu tort. Vous ne m’y reprendrez plus jamais.

 

See - Saison 1

Nouvelle série Apple TV+, See partait sur des bases intéressantes : un monde où tout le monde est aveugle et où naissent deux voyants, Jason Momoa en tête d’affiche… mais c’est un flop. L’histoire est sans intérêt, j’attendais juste la fin de la saison en espérant qu’il se passe quelque chose, mais non. La plupart des personnages n’avaient aucun charisme et je ne pourrai pas vous en dire plus parce que j’ai déjà presque tout oublié.

 

Celles que je continue en demi-teinte

 

Dolores et Maeve en train de se battre.

Pas la peine de vous battre, vous m'avez déçue toutes les deux !

 

Westworld - Saison 3

La transition vers le monde réel ne s’est pas aussi bien passée que je l’aurais espéré. J’ai adoré l’aspect visuel de la série (mention spéciale à la robe de Dolores qui se transforme dans l’épisode 1, je la veux !), tant dans les décors que dans les effets spéciaux et les tenues, rien à dire. J’ai aussi aimé le développement de Dolores (même si elle était souvent détestable) et j’ai été très émue par le final. Charlores a aussi été une force, mais maladroitement utilisée sur la fin. Malheureusement, je ne suis pas du tout convaincue par le nouveau personnage principal, Caleb, qui est pour moi une grosse faiblesse de cette saison 3 : son histoire, qui est très lourdement amenée via ses flashbacks répétitifs, est ennuyeuse, tout comme ses "amis" qui ne servent à rien, à part voler de précieuses scènes à des personnages plus intéressants comme Bernard et Stubbs, qui ont été sous-utilisés cette saison. De plus, Serac était vraiment un méchant en carton et son intrigue avec Maeve n’était qu’une promesse vide (qu’est-ce qu’ils ont fait de l’un de mes personnages préférés ?). Enfin, que dire de William… sérieusement ? Je suis atterrée de ce qu’ils en ont fait. Cela m’aura juste permis de revoir James Delos (mais pas Logan, snif) qui m’amuse toujours autant. Je serai là pour la saison 4, mais j’espère que la saison 3 n’était qu’une transition mal gérée.

 

Cursed - Saison 1

Une version revisitée de la légende arthurienne mettant en avant la Dame du Lac, un casting qui a fait ses preuves (auprès de moi du moins) dans d’autres séries, de la magie et des combats... Cette série avait tout pour me plaire, mais j’attends encore que ses promesses se réalisent. J’espère que la saison 2 ne me décevra pas autant que la première, sinon je n’irai pas plus loin.

 

Manifest - Saison 2

Ne me demandez pas pourquoi je continue Manifest après deux saisons que j’ai trouvées tout juste potables, je ne comprends pas vraiment moi-même. Je veux juste savoir ce qui se cache derrière tout ça, mais la saison 2 a perdu trop de temps avec l’histoire de Zeke ou la guerre adorateurs versus haters des passagers du vol 828. Je comprends qu’il faut faire durer le suspense, mais avec du remplissage, je sens qu’une annulation ne tardera pas et que je n’aurai pas mes réponses.

 

A Million Little Things - Saison 2

Là aussi j’ai du mal à comprendre pourquoi je continue : je ne trouve pas les personnages vraiment attachants, la série est trop mielleuse et les intrigues de cette année sont de plus en plus ridicules. L’oscar du pire est à attribuer à Maggie avec le cœur de son frère... Non, ne m’en demandez pas plus, souffrez comme moi en regardant si vous voulez savoir. Par contre, j’ai été agréablement surprise par Katherine cette année : ce personnage montre enfin ce qu’elle a dans le ventre et elle est devenue ma préférée. L’énigme sur John donne un résultat aussi inintéressant que l’année dernière, dommage que la série repose un peu beaucoup sur le mystère (qui n’en est plus un) autour de son suicide. Je n’en parlerai pas plus, il n’y a pas grand chose à en dire, à part que si la saison 3 se poursuit sur cette lancée, j’arrêterai.

 

The Other Two - Saison 1

J’ai découvert cette sympathique série un peu par hasard : un ado qui devient une star du jour au lendemain, et sa fratrie qui doit composer avec. Le scénario n’a rien d’extraordinaire, et les personnages non plus. C’était amusant et j’ai passé un bon moment à regarder la saison 1, donc je me laisserai tenter par une saison 2.

 

Altered Carbon - Saison 2

J’avais beaucoup aimé la première saison (contrairement aux livres) : l’histoire, le visuel, les personnages (Poe en particulier) et j’avais hâte de voir ce que donnerait la saison 2, surtout avec la possibilité de voir plus de Quellcrist Falconer. La saison 2 est arrivée de manière bien plus discrète que la saison 1 : j’ai dû l’apprendre par hasard quelques jours avant la diffusion, alors que pour la saison 1 je me souviens qu’il y avait des affiches placardées partout dans la ville. J’ai été pas mal déçue : nous retrouvons un Kovach clairement diminué, un Poe détraqué et de nouveaux personnages qui ne se démarquent pas avant la deuxième moitié de la saison. Le changement de casting pour le personnage principal était prévu, mais je ne saurais dire si c’était positif ou non pour la série : les deux acteurs ont un jeu assez différent et je préférais la froideur de Joel Kinnaman à l’humour d’Anthony Mackie. Le retour sur Harlan, la planète natale de notre héros, est assez maladroit, mais donne quelques révélations qui enrichissent l’histoire de la saison 1. Les derniers épisodes sont les plus haletants, avec des personnages qui se réveillent enfin et offrent un final plein d’émotion qui me donne envie de voir la suite.

 

You - Saison 2

Joe a décidé de tout recommencer à Los Angeles avec une nouvelle fille qui se révèle être

 
Spoiler

… comme lui. Cela ressemble à un conte de fées version psychopathes, mais le héros n’apprécie pas d’être la "proie" dans ce nouveau jeu.

Le déroulement de l’intrigue et cette révélation sont très bien amenés, mais c’est tout ce que je retiendrai de bien de cette saison 2. Les personnages secondaires sont mauvais, le retour de son ex Candace est juste ridicule et mal amené, les voisines sont inutiles et ennuyeuses. Bref, je suis curieuse de voir la saison 3, mais elle risque d’être la dernière pour moi.

 

Sex Education - Saison 2

Cette deuxième saison a perdu son étincelle : la relation entre Otis et Maeve. Cela dure plus ou moins toute la saison et j’ai été vite lassée. Il y a quand même eu des moments sympas, marrants et touchants, mais j’ai regardé cette saison 2 avec moins d’enthousiasme que la première et je n’attends pas tant que ça la troisième saison. Surtout avec ce final que je trouve ridicule, vu et revu.

 

Upload - Saison 1

Dans cette série Amazon, Nathan meurt prématurément des suites d’un accident de voiture, son esprit étant téléchargé dans un paradis numérique juste avant son dernier souffle. Il devra s’adapter à ce nouvel endroit à l’aide de l’Ange qui lui est attribué et pourra échanger avec ses proches encore en vie. L’idée de la série est intéressante et m’a séduite dans ma période The Good Place. Les deux séries sont très différentes, même si elles abordent leur version de la vie après la mort. J’ai trouvé cette série très plaisante, mais je ne suis pas encore convaincue : le jeu des acteurs est parfois fade ou ils en font trop, les intrigues sont parfois mal exploitées, mais elle a son charme et sa légèreté. Je reviendrai pour une saison 2 qui a intérêt à décoller.

 

The L Word Generation Q - Saison 1

The L Word revient pour une suite, conservant uniquement trois de ses héroïnes : Bette, Shane et Alice. Nous suivons donc une nouvelle génération LGBT qui n’est guère convaincante : les personnages sont trop caricaturaux, les intrigues ennuyeuses. Il aurait sûrement mieux valu en rester à la série mère, un bon souvenir qui s’était fané sur les dernières saisons. Je me laisserai quand même tenter par une saison 2, qui sera sûrement la dernière pour moi.

 

Vikings - Saison 6

La première moitié de la dernière saison prouve une nouvelle fois que la série aurait dû se terminer plus tôt. Bjorn n’est que l’ombre de lui-même, l’élection du Roi de Norvège une ridicule mascarade et le voyage d’Ubbe vers Floki sans intérêt. Je suis également dégoûtée de la mort, certes prévisible et attendue, de mon personnage préféré, Lagertha, tuée par Hvitserk qui est sûrement le fils le plus détestable et insipide de Ragnar. Enfin, le périple d’Ivar – mon deuxième personnage préféré – était très prometteur au début, mais les longueurs prises par la série avec cette intrigue ridicule sur le sosie de sa femme ont tout gâché. Tout ne servait qu’à préparer le final de mi-saison et la suite, donc totalement inutile. Autant faire une saison plus courte, comme au début de la série, mais de meilleure qualité. Je regarderai la deuxième moitié de la saison afin de connaître la fin.

 

Twin Peaks - Saisons 1 à 3

J’ai enfin découvert Twin Peaks, que je gardais dans ma liste depuis la diffusion de la saison 3. Une saison 1 absolument géniale, une saison 2 qui continue dans cette lancée, mais dont la fin perd en qualité, et une saison 3 qui m’a perdue. J’espère que, si saison 4 il y a, elle saura clôturer proprement la série.

 

Fais-moi peur (2019) - Saison 1

« Soumise à l'approbation de la société de minuit, cette histoire s"intitule... », même vingt ans après, cette phrase me fait toujours frémir de plaisir. Le revival de la série des années 90 a donné lieu à trois épisodes diffusés en octobre 2019. Nous retrouvons l'ambiance du feu de camp de mon enfance, mais pas la magie. Cette nouvelle version propose un changement majeur : nous voyons l'histoire des conteurs. Je n'aime pas cette idée, l'essence de la série reposait sur leur anonymat et c'était bien mieux. De plus, l'histoire s'étale sur toute la saison, ce qui est bien trop long. Enfin, le générique retravaillé, trop plein d'effets spéciaux, est lui aussi moins efficace. Mais ma déception est peut-être aussi due au fait que je suis une adulte aujourd'hui, bien que, suite à ce visionnage, j'ai revu d'anciens épisodes qui m'ont rendu cette étincelle qui me manquait tant dans les nouveaux. Je pense quand même continuer car j'aime les histoires effrayantes au coin du feu.

 

Celles que je continue avec plaisir

 

Max entouré par ses collègues qui chantent et dansent.

Max, fais pas semblant d'être blasé, t'es aussi emballé par cette danse que moi par les prochaines saisons des séries de ce paragraphe

 

Zoey’s Extraordinary Playlist - Saison 1

Après une IRM, Zoey se retrouve à entendre les pensées des gens via un véritable show musical qui se déroule devant ses yeux. Pour les faire arrêter, elle doit les aider à résoudre le problème qui les perturbe. J’ai eu quelques hésitations avant de regarder la série, je ne suis pas très fan des séries musicales, mais la présence de Lauren Graham et Jane Levy au casting m’a convaincue. Et j’ai bien fait : une vraie pépite ! C’est très bien interprété, drôle et touchant. Les personnages sont vraiment travaillés et hauts en couleur, que ce soit la famille, les amis, ou les collègues de Zoey, et, bien entendu, Zoey elle-même qui porte le show avec brio. Certaines interventions musicales ne quitteront jamais ma mémoire, comme le duel des chefs pour Max sur The Boy is Mine de Brandy et Monica. D’autres moments m’ont brisé le cœur comme

 
Spoiler

la mort du père de Zoey à la fin de la saison, même si je l’avais vu venir dès le premier épisode.

Par contre flop sur le triangle amoureux très pénible Max-Zoey-Simon. Malheureusement la saison 2 va conserver ce sujet d’actualité. Je la regarderai quand même, parce que la série donne vraiment la pêche et le sourire !

 

The Bold Type - Saison 4

Cette saison était plus longue, mais ça ne voulait pas dire plus de plaisir. Les trois filles ont eu des développement assez inégaux : Jane a été la plus intéressante et une agréable surprise, Sutton a commencé fort puis a été totalement bâclée, Kat n’a fait que s’enfoncer de plus en plus. Dommage, la série a perdu un peu de son côté fun et frais, mais elle continue à aborder et défendre des sujets qui touchent les femmes. On aime ou on n’aime pas la manière, mais le côté Bold est toujours présent. J’espère donc que la série sera renouvelée, parce que la saison 5 promet une amélioration bienvenue.

 

This Is Us - Saison 4

La saison 3 m’avait pas mal déçue et ennuyée par rapport à l’intrigue du frère de Jack. Cette saison 4 remonte le niveau, ayant compris qu’il ne fallait pas tirer la même histoire en longueur sur plusieurs épisodes, nous offrant de nouveaux personnages (bon je me serais bien passée de Jennifer Morrison), de nouveaux flashforwards et de nouvelles intrigues. J’ai aimé le handicap de bébé Jack et le courage de Kate, surtout face à l’indifférence de Toby (qui m’a profondément agacée toute la saison), la remise en question de Kevin (même si elle est parfois trop prise de tête) et sa relation avec son oncle, le couple Randall-Beth qui retrouve sa complicité et la maladie de Rebecca qui commence. Je ne suis plus aussi enthousiaste que lors des premières saisons, c’est parfois lassant ou ennuyeux, mais j’ai retrouvé de la joie à regarder la série cette année.

 

Legacies - Saison 2

J’avais réussi à me sortir de l’univers de Vampire Diaries après The Originals (qui avait été assez mauvaise dans son ensemble), mais je me suis retrouvée à nouveau piégée par Legacies. Ce n’est pas bon, ni mauvais, c’est juste assez divertissant et les personnages sont attachants. Pour cette deuxième salve d’épisodes, je suis contente qu’ils n’aient pas trop perdu de temps avec l’intrigue sur l’oubli de l’existence d’Hope. L’idée de Dark Josie était bonne, mais le déroulement était assez mou et prévisible. Alaric semble passer son temps à faire de grosses erreurs que ses filles découvrent avec Hope, et c’est lassant de voir ça, il faudrait renouveler les gros twists. Il y a toujours des moments amusants et des épisodes assez originaux grâce au méchant de la semaine (comme le passage de Cupidon ou le jeu/prison), mais certains n'ont pas l'effet attendu et sont mauvais comme l’épisode en noir et blanc. Le final de la saison n’était pas celui prévu, mais a très bien joué le rôle.

 

Mom - Saison 7

Quand Mom a commencé, je lui aurais donné tout au plus deux saisons, mais la série a su surprendre et se renouveler et je trouve qu’elle se Bonnie-fie bonifie avec le temps. Le  duo mère-fille offre en général les meilleurs scènes : Bonnie se remet pas mal en question et progresse à sa façon, pas toujours très charmante (même souvent pas charmante), tandis que Christy continue ses études, me faisant toujours autant rire. Du côté des autres filles du groupe, l’année de Jill a été difficile, c’est elle qui a eu l’intrigue "émotions"  la plus forte de l’année, pendant que Marjory  a essayé de renouer avec son fils et que Tammy a vécu une histoire loufoque avec le cuisinier du restaurant dans lequel travaille Christy (ayant connu les deux acteurs dans la géniale Troisième planète après le Soleil, leurs retrouvailles ne pouvaient qu’être explosives). Par contre, les blagues sur Wendy deviennent carrément lourdes et j’en ai marre, ce personnage mérite mieux. Anna Faris et Allison Janney sont au mieux de leur forme, nous offrant toujours des moments dingues, amusants, mais aussi émouvants. Avec ce duo de choc secondé par des personnages solides et très bien joués, cette série ira loin.

 

Atypical - Saison 3

La saison 3 d’Atypical continue sur la lancée des deux premières : un casting au top, des intrigues travaillées et touchantes. J’aime vraiment le passage de Sam à l’université, avec le détail de tout ce que ça implique en terme d’adaptation et de nouvelles relations. Du côté de sa famille et de ses amis, les moments vécus ne sont pas toujours faciles, mais chacun tire son épingle du jeu et se soutient. Des moments de légèreté ponctuent aussi toujours les épisodes aux bons moments. La saison 4 sera la dernière et j’ai hâte de savoir ce qui lui reste à nous offrir.

 

Pose - Saisons 1&2

Grâce à une amie, j’ai découvert Pose cette année et je n’ai qu’une chose à dire : merci ! Une très belle série, tant d’un point de vue émotionnel (mention spéciale à Blanca), que visuel (ah les paillettes). C’est parfois très triste et dur de suivre le destin des personnages, mais il y a aussi un message d’espoir et ils arrivent à trouver de la joie dans la famille qu’ils forment. La saison 3 se fait attendre.

 

The Witcher - Saison 1

Le Witcher, Geralt de Riv, est un chasseur de monstres. Son destin va croiser celui de la puissante sorcière Yennefer et de la princesse Ciri, autres personnages principaux de la série. Je n’ai pas lu les livres et je ne savais pas à quoi m’attendre, surtout que je n’étais pas très convaincue par la présence d’Henry Cavill en tête d’affiche. Et pourtant, très agréable surprise : la série est captivante, les personnages très intéressants et bien joués, les jeux de temporalité vraiment maîtrisés. Geralt et Yennefer sont mes personnages préférés, une belle découverte, même si parfois leurs motivations ne sont pas très claires. Côté Ciri, les événements étaient un peu longs et pas toujours intéressants. Il me tarde de voir la saison 2, la saison 1 était bien trop courte !

 

Locke & Key - Saison 1

Bien moins sombre que les comics dont elle est adaptée, Locke & Key nous raconte l’histoire d’une famille dont le père vient d’être assassiné et qui déménagent dans la maison de son enfance, truffée de clés magiques. Celles-ci offrent des pouvoirs fabuleux comme réparer ce qui est cassé, ouvrir une porte vers l’endroit de notre choix, entrer dans notre tête… Ce qui attire bien entendu un être démoniaque, emprisonné dans un puits par le père de la fratrie et ses amis. La saison 1 nous déroule petit à petit leur histoire et les pouvoirs des clés, jusqu’à nous dévoiler le mystère de la fascinante clé Omega. J’ai apprécié ce côté magique plus léger que dans les comics, le jeu des acteurs et le visuel de la série. Malheureusement, les personnages sont affublés d’une profonde bêtise qui gâche l’intrigue à plusieurs reprises. J’espère que ce défaut sera gommé dans la saison 2 que je suis impatiente de découvrir, surtout après le cliffhanger de la saison 1.

 

Dollface - Saison 1

Petite nouveauté d’Hulu, cette série raconte l’histoire de Jules, plaquée par son copain, qui essaie de renouer contact avec ses anciennes amies et d’apprendre à gérer sa nouvelle vie de célibataire. La série est assez loufoque (via des scènes tout droit sorties de l’imaginaire de Jules), pleine de fraîcheur et portant un message fort sur le lien entre amies. J'ai souri à chaque épisode, et franchement ri lors de la rencontre entre le groupe de filles et le petit ami de Madison.

 
Spoiler

Les scènes avec le stripteaser, en particulier quand il danse, m'ont donné une belle crise de fou rire.

Je serai donc présente pour la saison 2, déjà commandée par la chaîne.

 

Munch - Saisons 1 à 3

J’ai découvert cette série un peu par hasard en zappant et elle m’a beaucoup plu. Les personnages sont sympas, la série plutôt fun, même si les intrigues ne sont pas extraordinaires et que le jeu d’acteur laisse parfois à désirer. J’ai passé un très bon moment à regarder les frasques de cette avocate pas comme les autres et j’espère que la série continuera.

 

His Dark Material - Saison 1

Je n’avais jamais lu la trilogie d’À la croisée des mondes, mais elle m’avait toujours intriguée. Je n’ai pas été déçue par la série, bien au contraire : une histoire intrigante, des personnages attachants et très bien joués, des antagonistes solides et de vraies prises de risque. J’ai fini par lire les livres et malgré ma déception dès la fin du deuxième tome, je reviendrai pour la suite de la série.

 

Brave New World - Saison 1

L’adaptation du roman éponyme d’Aldous Huxley est assez inégale, mais m’a plu dans l’ensemble, m’éblouissant à chaque épisode par son visuel. J’ai fini par m’attacher aux protagonistes et par être touchée par leurs histoires. La série n’a pas été au fond de son potentiel, en terme de critique sociale et politique, mais elle m’a convaincue de revenir pour une saison 2, s’il y en a une.

 

Celles que je n’arrêterai jamais

 

Image du gâteau du 350ème épisode de Grey's Anatomy et d'une partie du casting de Scènes de Ménages pour les 10 ans de la série.

Mes deux chouchous ont battu des records ces deux dernières années

 

Grey’s Anatomy - Saison 16

Après seize saisons de Grey’s Anatomy, je ne suis toujours pas lassée. C’est la série que j’attends avec le plus d’impatience chaque semaine (bon, je l’avoue, un peu moins sur certaines saisons particulièrement médiocres). La série se renouvelle sans cesse, tant niveau intrigues que casting, faisant évoluer les personnages principaux d’une manière qui me plaît. Gros gros flop sur le départ d’Alex Karev : l’intrigue a été très mal gérée (les circonstances du départ de Justin Chambers n’ayant pas aidé) et a détruit toute la construction brillante de ce personnage. Il était l’un des quatre anciens et un vrai pilier de la série, j’ai encore du mal à réaliser qu’il ne reviendra pas. Je regrette d’autant plus son absence que l’intrigue à Pac-North offrait un vrai renouveau au personnage, ainsi qu’à Richard et Owen qui en avaient bien besoin. Du côté du trio survivant depuis le premier épisode de la série,

 
Spoiler

Meredith a essuyé un procès qui heureusement n’a pas duré (ce type d’intrigue est un point faible de la série) et s’en sort bien (c’est assez peu crédible, mais ça nous arrange). Le reste de la saison est plus léger, en particulier avec le "cadeau" de Christina. J’aime cette nouvelle Meredith que la série construit : plus posée, plus drôle, plus sympa. Richard, de son côté, a vu l’intrigue intéressante de Pac-North lui passer sous le nez au profit d’une intrigue de démence (encore !) qui, heureusement, finit bien. Enfin, Miranda a connu une intrigue plus personnelle avec une fausse couche et l’adoption d’un adolescent. Cette femme continue à porter une partie de la série par sa force et son humanité, elle reste un personnage que j’adore.

Autre flop avec Owen : sérieusement, les scénaristes n’ont rien de mieux à faire avec ce personnage que des histoires d’amour foireuses et douloureuses ? Je suis fatiguée de ces allers-retours Amélia-Teddy, et le final est juste horrible pour lui. Mais qu’ils lui fichent la paix et qu’ils lui mettent une intrigue sur ses compétences de chirurgien trauma ! Je finirai avec les autres personnages secondaires principaux de la série : j’aime toujours autant Jo et son évolution après Alex a été vraiment bien faite, je ne supporte plus Amélia depuis bien longtemps et ça ne change pas, je ne sais pas toujours quoi penser des DeLuca, Teddy m’a beaucoup déçue, Koracick et Schmitt sont sous-utilisés et Jackson, Link et Maggie ne servent à rien. La série a souffert également d’une saison raccourcie, avec une fin un peu faible, mais pouvant passer pour un final de saison. Je serai bien entendu présente pour la saison 17, vivement le retour du TGIT !

 

Scènes de ménages - Saison 11

2019 a fêté les dix ans de la série avec un prime spécial (La Ch’tite Compet’!). Je n’avais pas réalisé que j’avais la chance de rire avec cette série depuis si longtemps. Il y a des gags mieux que d’autres, des couples que je préfère, mais de manière générale, c’est un rendez-vous quotidien qui me remplit de joie. Cette année, Liliane et José ont découvert la série Cœur Hôpital, ont été la victime d’un corbeau, ont testé la relation libre, ont vécu l’angoisse suite à un meurtre à la mairie et ont accueilli de nouveaux voisins (que Liliane va passer son temps à espionner). C’est mon couple préféré et chacune de leurs scènes (ou presque) me fait rire (je crois que je ne me remettrai jamais de la révélation du corbeau, ni de l’obsession de Liliane pour Cœur Hôpital).

Huguette et Raymond continuent leur vie de retraités avec la découverte d’un fils caché de Raymond (qu’ils préfèreront même à leur propre fille !) et les péripéties du fan-club de Michaël François. Ils ne me font pas rire à tous les coups, mais je les adore et ils sont souvent accompagnés de personnages secondaires hauts en couleur (leur locataire Laura, leur neveu Estève et Michaël François bien sûr !).

À la campagne, Emma et Fabien sortent enfin la tête de l’eau financièrement, grâce à leurs produits Annouck&Quentin, et la promotion d’Emma à la direction de Bricoflex. La série fait aussi plus régulièrement intervenir l’un des frères d’Emma, ce qui donne des moments assez drôles. Leur fille Chloé, maintenant âgée de trois ans, apporte aussi un petit plus (chapeau pour diriger ainsi une actrice aussi jeune, les scènes devant être tournées d’un seul tenant). Je trouve que ce couple a vraiment bien évolué ces dernières années, alors qu’ils stagnaient pas mal sur les première saisons où ils étaient présents.

Par contre, j’ai toujours du mal avec les deux autres couples : Camille et Philippe sont trop caricaturaux, surtout Camille qui en devient insupportable, mais la liaison des employés de Philippe et la grossesse de sa fille apportent une dose d’humour qui contrebalance l’ennui. J'avoue qu'ils s'améliorent avec le temps et me font souvent rire. Quant à Léo et Leslie, je les trouve plus intéressants depuis qu’ils n’ont plus leur entreprise de t-shirts, mais sans plus, trop dans l’excès.

J’ai commencé la saison 12, excitée comme une gamine devant ses cadeaux de Noël, et je n’ai pas été déçue : vive Super Petit Commerçant !

 

Celles qui m’ont manqué cette année

 

Josh, les larmes aux yeux,  face à Liza.

Liza, je suis aussi triste que Josh que tu ne reviennes pas cette année

 

Il y a plusieurs séries que j’attendais et qui ont été repoussées par la crise Covid-19 ou sont sans nouvelles pour la suite :

  • La saison 7 de Younger (celle qui m’a le plus manqué, Liza va-t-elle épouser Charles (non !) ou se remettre avec Josh (oui !) ?) ;
  • Stranger Things saison 4 (qu’est-il arrivé à Hopper ?) ;
  • The Boys saison 2 (bon, c’est diffusé depuis le 4 septembre 2020, donc je me sens mieux au moment où j’écris ce bilan) ;
  • Mindhunter saison 3, True Detective saison 4 et Typewriter saison 2 (verront-elles le jour ?) ;
  • Another Life et Bonding saisons 2 (renouvelées, mais sans nouvelles depuis).

 

C’est enfin fini, merci de m’avoir lue jusqu’ici, vous pouvez arrêter de pleurer. Et bonne année séries 2020-2021 !

L'auteur

Commentaires

Avatar nicknackpadiwak
nicknackpadiwak


Très bon bilan, bravo.

Je compatis pour The Affair et Arrested Development, que ce fut difficile d'arriver au bout.

Sinon, si tu as bien aimé l'atmosphère de Breaking Bad, mais pas les personnages principales, je te conseille Better Caul Saul, le même avec deux protagonistes touchant et attachant.

Et sinon, moi aussi, j'attends avec impatience Pose saison 3.

1 réponse
Voir les réponses

Avatar Silencieux
Silencieux

Beau bilan. Mais je me pose une question... Il n'y a que moi qui apprécie "The 100" ? Dois-je consulter ?

1 réponse
Voir les réponses

Articles similaires

Bilan 2019-2020 de Nicknackpadiwak

Les séries sont nos amies.

Bilan : Cursed (2020) Saison 1

Cursed, adaptation du roman illustré de Frank Miller et Tom Wheeler, nous raconte sa version de la légende arthurienne.

Bilan 2019-2020 de Manoune398

The Most Wonderful Time of the Year...