Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Dernier descendant des Seigneurs du Temps et âgé de plus de 900 ans, le Docteur parcourt l'espace et le temps dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space). Amoureux de la race humaine, il se fait régulièrement accompagner par une femme ou un homme. Partagé entre folie et génie, insouciant mais ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 75 minutes
Fantastique, Science-Fiction, Adventure, Drama BBC One, France 4 2005
13.19

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Avis sur l'épisode 8.10

Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis neutre Déposé le 16 septembre 2018 à 19:10
Spoiler

Un conte expérimental aussi agaçant qu'attachant, mais qui sans pour autant échapper à certains clichés (les enfants, la morale écolo) saisit malgré tout là-aussi assez bien ses personnages principaux en amenant en plus une esthétique agréable.


Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 06 mars 2016 à 18:32

Ah mais je savais pas que la section d'écriture de scénario de Doctor Who était ouverte aux élèves de 6eme....

Sinon je déteste Danny. Il est prétentieux, chiant comme la pluie et con comme une chaise ("ca suffit, j'exige la vérité -ok- euh non, pas maintenant, une autre fois")

Quel calvaire cet épisode.


Avatar arnoglas arnoglas
Membre
Avis défavorable Déposé le 27 septembre 2015 à 21:20

Avis modéré par la rédaction de Série-All.


Avatar MarieJeanne MarieJeanne
Membre
Avis favorable Déposé le 01 mai 2015 à 21:06

Assez surprise de la si basse moyenne de l'épisode qui n'était quand meme pas si chatastrophique que ça. J'ai aimé l'univers de l'épisode et le fait qu'on y suive une sortie scolaire avec nos persos principaux, malgré le jeu d'acteur de certains enfants et quelques facilités. J'ai passer un bon moment et trouver quand meme l'épisode assez original...


Avis neutre Déposé le 22 décembre 2014 à 18:19

Ah oui en effet...

En effet, il y a avait une idée de base très intéressante (les arbres protégeant la terre d'une attaque extérieure) mais ce qui en est fait était assez moisi...

Et puis WTF cette scène de fin... Bon, j'ai pas passé un mauvais moment non plus mais c'est clair que là, on est dans les bas fonds des épisodes "classiques" de Dr Who...


Avatar Revan115 Revan115
Membre
Avis neutre Déposé le 25 novembre 2014 à 14:22

Au premier visionnage j'ai détesté mais au deuxième c'est bien mieux passé. Ce n'est pas un superbe épisode mais ça reste d'un niveau correct.


Avatar elpiolito elpiolito
Administrateur
Avis défavorable Déposé le 07 novembre 2014 à 14:21

Dommage, quelques bonnes idées mais qui n'auront malheureusement été que très mal exploitées.

Vraiment con parce que pourtant ça partait pas trop mal.


Avatar dewey dewey
Membre
Avis défavorable Déposé le 01 novembre 2014 à 19:02

Quand on en arrive au point que la chose la plus mémorable de l'épisode soit le Next Time du suivant, c'est qu’on a la certitude, si on en doutais encore, qu'il y a définitivement quelque chose qui ne va pas avec l'aventure du jour ...

Bon, le point positif, c'est que c'est quand même moins pire que ce que le Next Time de Flatline laissait augurer (où on avait juste l'impression d'avoir déniché le pire épisode de l'histoire du show depuis très très longtemps). Et c'était pas gagné compte tenu en plus de sa réputation behind-the-scenes d'épisode fait fissa à la dernière minute, des critiques pre-air spoiler-free absolument désastreuses, et du fait qu'il est issu d'un tout nouvel auteur (et comme toujours, c'est la loterie dans ces cas là pour Doctor Who), eux aussi au final un poil trop sévère avec l'épisode. C’est pas, comme j’ai pu le lire, le nouveau Fear Her non plus …

En revanche, ils ne nous avaient pas menti sur le fait que c'est de loin le pire épisode de la saison (et à part ceux qui sont fondamentalement contre le traitement du message politique de Kill the Moon, je pense qu'on sera pour une fois en cette saison tous d'accord dessus), et donc aussi le pire épisode du 12ème Docteur jusqu’ici. Et puis c'est sûr qu'en plus dans mon cas, passer en plus juste après ce chef d'oeuvre de Flatline, tu le sens bien ton contraste qualitatif ...

Car In the Forest of the Night n'en reste pas moins un épisode globalement raté. Le pire, c'est que l'épisode avait de vraies qualités et, contre toute attente, un vrai potentiel. En voici les quelques bons points ...

Visuellement, sans avoir l'audace d'autres épisodes de la saison en la matière, il faut reconnaître que c'était toutefois très beau (ce que le Next Time de Flatline ne mettait pas du tout en valeur d'ailleurs).

Et, il faut également reconnaître que l’épisode est très original, avec un concept de base très intéressant et rafraichissant. C’est peut-être même - à sa base - l’épisode avec le pitch le plus original de toute la saison. Cependant, vu qu’il ne sait absolument pas quoi en faire et comment exploiter le reste de son potentiel, l’épisode aura tout le loisir de nous démontrer que l’originalité ne fait pas la qualité, tout comme cette saison nous aura montré que le réemploi n’est pas signe de médiocrité s’il est fait intelligemment (et contrairement à la saison 7, ce fut le cas).

Techniquement, bien que ça tienne à peu près la route, c'est déjà moins ça, avec certains effets de réalisations assez moches et incompréhensibles (notamment sur le début), même si on a déjà eu bien pire. La présence en revanche d'erreurs dans des domaines où la série est d'habitude irréprochable (ici la sono, avec un décalage sonore sur le générique qui ne le fait pas du tout (et c'est manifestement une erreur de leur part parce que le reste de l'épisode est parfaitement calibré de ce côté-là)), c'est déjà moins agréable et pardonnable (d'autant que ça confirme la réputation d'épisode fait à la va-vite) ...

Mais bon, ça ce sont des détails, agaçants certes, mais insuffisants à eux seuls pour justifier l'échec de l'épisode. Car il y a trois vrais points qui font chuter ce dernier :

- Un children cast et une ambiance enfantine absolument catastrophiques, pas tant de la part des acteurs d'ailleurs (même si c’est pas la joie) que de leur utilisation vis à vis du scénario. Car la gamine au manteau rouge mis à part, les autres élèves, on les enlèvent de l'épisode, ça aurait été la même. L’épisode finit d’ailleurs par complètement oublier ce qu’il avait lancé sur la gamine très premier degré qui comprend et interprète soudainement tout. Quant au petit black rebelle et au jeune garçon qui a des problèmes pour contrôler sa colère … c’est bien de créer du background aux personnages du jour. Si c’est pour qu’ils ne servent après absolument à rien, ce n’est pas la peine, c’est même de la perte de temps. Alors forcément, quand déjà l’écriture des personnages ne suit pas et auquel peuvent s’ajouter des interprétations approximatives de la part des jeunes acteurs, on ne risque pas d’atteindre des sommets … pas ceux voulus en tout cas. Et puis, ça dénote aussi d’un vrai problème de traitement des thématiques (mais ça, on reviendra dessus plus en détail dans 2 secondes), car à quoi bon placer le sujet de l’enfance au cœur de l’épisode si ce n’est pour au final ne rien faire des premiers concernés ?

- Des thématiques globalement traitées avec le cul, la palme d’or étant remise à un sous-texte écolo absolument insupportable et très mal foutu. C’est juste dingue à quel point on sait si peu bien traiter de l’écologie dans les médias, culturels comme informatifs. A chaque fois c’est la même rengaine : on nous fait la morale comme si on était un gosse de 5 ans qui venait de faire une grosse connerie sous un ton d’une condescendance tellement débectante que ça donnerais presque envie de foutre le feu à une forêt, jeter ses déchets par terre, faire comme si son chez-soi c’était Versailles et envoyer se faire foutre le tri sélectif juste pour le plaisir de les chier et de les énerver. C’est quasiment tout le temps balancé avec une lourdeur incroyable et extrêmement pénible. Le jour où il comprendrons que ce n’est pas en harcelant les gens sur le sujet tout en les prenant de haut et les traitant comme des gosses voir des cons que les choses risquent de changer, et qu’il est possible de parler du sujet de manière intelligente, ce sera un putain de soulagement. En attendant on va continuer à souffrir, et In the Forest of the Night, sans être toutefois la pire chose que j’ai vu en la matière, ne déroge pas à la règle, oh que non … Et s’ils ne sont pas aussi atrocement traités, l’intégralité des autres thèmes abordés à l’exception des diverses relations Clara / Danny / Docteur (et encore, c’est moins ça pour Danny que sur les deux autres) le sont fait d’une très mauvaise manière.

- Un scénario rempli de plot holes et failles abyssales qui ravagent totalement le potentiel du truc. Soyons sérieux 5 secondes : le gros de l’intrigue ne tiens juste pas debout. Et cela, tant d’un point de vue scientifique que par les explications données par l’épisode … quand il en donne. Mais ce n’est pas tout, car le vrai génie de ce script, c’est qu’en dehors de ses thématiques abordés d’une manière peu concluante, de ses plot holes béants, de ses incohérences (comment les plantes sont au courant que le soleil déconnent ? Comment peuvent-elles reprendre le pouvoir si vite et pourquoi ne le gardent t’elles pas si c’est amené à se reproduire ? Comment peuvent-elles s’en aller en confétis comme ça ?!) et de ses facilités scénaristiques déconcertantes (le retour d’Annabel, le «Bonjour Messieurs les hommes de pouvoir de ce monde, j’ai 8 ans et je trouve que c’est prout ce que vous faîtes avec la nature, alors arrêtez vos conneries et ne foutez rien pour résoudre la situation» qui marche, le « Vous allez tout oublier parce que on a pas envie de se faire chier avec les évènements de cet épisode de merde pour la suite de la série», …), eh bien c’est qu’il est vide sur tout le reste. Parfois vide d’explications donc, mais aussi vide d’enjeux (qui, comble de l’ironie, sont en fait présent mais jamais ressentis ni bien mis en avant, n'étant jamais fonctionnels parce que justement on ne nous explique rien du phénomène en cours), vide de réflexion sur la situation de l’épisode (car non, nous dire quoi penser, ce n'est pas amener une réflexion. L’épisode aurait d’ailleurs même pu avoir les couilles d’être anti écolo, ou de faire la balance et la juste mesure des choses entre les deux partis), vide de menaces concrètes (Vu que les plantes sont en fait un bouclier et qu’il ne faut rien faire contre elle et qu’en plus on ne peut de toutes façons rien faire contre elles [encore un truc qui aurait été intéressant à exploiter et qui n’est fait qu’à moitié], le truc le plus menaçant de l’épisode, c’est Tigrou ! Je ne sais pas si on a déjà eu une menace aussi faible dans toute l’histoire du Whoniverse), vide de couilles donc (tant de choses étaient à faire, et l’épisode ne tente RIEN. C’est quand même dingue d’arriver à pondre un truc aussi terriblement classique avec un pitch de base aussi atypique), vide d'évènements (la solution au mystère du jour ? Ne rien faire ! Ca aurait été couillu si ça avait été bien amené. Mais ça ne l'est pas ...) et bien entendu, et c’est ça le pire au bout du compte, vide d’intérêt. Il n'y a en effet rien de particulier à retirer de cet épisode. Pas une scène, ni même un instant marquants dans le bon sens du terme n'en ressort vraiment. Tout au plus constatera t-on quelques bons points pris individuellement pour ce qu'ils sont, mais jamais ils ne s'harmonisent pleinement, pas même une seule fois, pour nous offrir quelque chose à nous mettre sous la dent.

Et, comme si ça ne suffisait déjà pas assez comme ça, à eux trois, ces points détruisent complètement ce qui aurait été le plus gros atout de l’épisode, qui aurait peut-être pu le sauver si ces failles ne l’empêchait pas de pouvoir fonctionner, voire peut-être même, si l’épisode n’avait pas eu ces failles, permis à ce dernier de pleinement rayonner : l’aspect poétique de la chose. Un aspect qui cherche à être mis en avant pour pouvoir embellir l’épisode, mais qui ne parviens au final jamais qu’à (mal, parce que même avec ça ne fonctionne pas) servir d’argument « Ta gueule, c’est magique » (bien que "Ta gueule, c'est poétique" serait ici plus approprié donc) afin de justifier certains trous béants du scénario, et absolument rien d’autre. Encore un truc complètement gâché …

Cet épisode n'est en plus pas toujours très bien relié au reste de la saison. Si on retrouve des détails où c'est parfaitement le cas, comme effectivement une Clara réagissant comme le Docteur à l'enquête du jour (montrant bien l'irréversibilité de son processus de transformation et pour le coup complétant parfaitement Flatline à ce niveau) et que la relation Danny / Clara suit bien ce qu'il s'est passé (bien qu'il soit gros que Danny n'ait pas compris suite au coup de fil de Flatline que Clara lui ait menti), ainsi que des références pertinentes à Time Heist et Kill the Moon, il est déjà moins logique que personne ne reconnaisse le Docteur chez les enfants alors qu'il a été le concierge de l'école un certain temps. De même, l'apparition finale de Missy, mal incorporée, lourde et à l'utilité très discutable (contrairement à ses précédentes apparitions qui, à défaut d’une nécessité absolue, avaient une légitimité) ne viens pas arranger l'affaire ...

Ajoutez en plus à tout cela la scène de fin la plus ridicule que j’ai vu depuis très longtemps et vous aurez une vague idée de ô combien l’épisode est irrattrapable.

Ah oui, et aussi, le mot "selfie" a été prononcé durant l'épisode. Et je hais ce mot. Je le hais très fort ...

En résumé, In the Forest of the Night, c’est un épisode qui s’annonçait catastrophique dès le début et qui a tenu à faire honneur à sa réputation. C’est d’excellentes idées jamais exploitées alliées à une réalisation improbable, une ambiance ratée sur tous les plans et surtout un scénario abyssal qui enterre toutes les chances de l’épisode de pouvoir être seulement ne serait-ce que seulement bon, sauvé de justesse du very worst of Doctor Who ever par un visuel magnifique et quelques très rares bons points qui sont de surcroît généralement plus du fait de la saison que de l’épisode lui-même. Mais là où en plus c’est vraiment dommage, c’est que l’épisode est une vraie occasion gâchée de délivrer une magnifique et touchante histoire. Car autant il y a certains épisodes de la série où on n’a aucun regret vis-à-vis de l’épisode parce que c’était de toutes façons condamnés à être pourri, autant il y en a certains où ça aurait pu être génial et c’est limite pire que le précédent cas de figure car ça rajoute une couche de déception en plus.

Il semblerait donc que oui, il ne peut pas se passer une saison entière de Doctor Who sans qu’on tombe sur au moins un épisode caca. Dommage pour la saison 8 qui avait pour moi failli réussir à briser cette triste règle. Pas vraiment de quoi remercier Frank Cottrell Boyce de son intervention dans la série donc, en espérant que cette première collaboration sera aussi sa dernière.

3 réponses
Voir les réponses

Avatar bigben1294 bigben1294
Membre
Avis défavorable Déposé le 28 octobre 2014 à 00:08

Alors bon je n'ai jamais été fan du trop écologique dans les séries mais des fois quand c'est bien fait ça passe! Mais alors la colonie de vacances, les animaux du zoo et "le tout le monde va mourir " a ba non c'était l'inverse j'ai détester, la où Killing the moon permettrai de poser des questions sur le choix celui la rend le docteur inutile mais aussi l'épisode entier inutile. je préfère le docteur qui voyage avec un compagnon voir deux mais pas avec une classe entière et encore moins quand ses pseudo personnages secondaires sont inutile. la dernière scène avec la sœur de maebh non mais WTF c'est sérieux!!! pire épisode de DW que j'ai vue dommage dans une saison que je trouvai jusque-là presque sans fautes .... Seul point positif de l'épisode le next Time qui donne envie !

3 réponses
Voir les réponses

Avatar ClaraOswald ClaraOswald
Membre
Avis favorable Déposé le 27 octobre 2014 à 21:08

Un épisode que j'ai trouvé très poétique avec une très belle image, des musiques somptueuses, un bon jeu d'acteur et une réalisation au top.

Dommage que le scénario soit si peu consistant mais ce n'est pas le but premier de l'épisode.


Liste des épisodes

Episode 8.01
En apnée
Episode 8.02
Dans le ventre du Dalek
Episode 8.03
Robot des Bois
Episode 8.04
Jamais seul
Episode 8.05
Braquage temporel
Episode 8.06
Le Gardien
Episode 8.07
La Première Femme sur la Lune
Episode 8.08
La Momie de l'Orient-Express
Episode 8.09
À plat
Episode 8.10
Promenons-nous dans les bois...
Episode 8.11
La Nécrosphère
Episode 8.12
Mort au paradis
Episode spécial
Douce nuit
Episode spécial
Doctor Who Extra: Last Christmas