Image illustrative de Doctor Who (2005)
Image illustrative de Doctor Who (2005)

Doctor Who (2005)

Dernier descendant des Seigneurs du Temps et âgé de plus de 900 ans, le Docteur parcourt l'espace et le temps dans son TARDIS (Time And Relative Dimension In Space). Amoureux de la race humaine, il se fait régulièrement accompagner par une femme ou un homme. Partagé entre folie et génie, insouciant mais ...

Lire le résumé complet >

En cours Anglaise 45 minutes
Fantastique, Science-Fiction, Adventure, Drama BBC One, France 4 2005
13.23

3 avis favorable
0 avis neutre
0 avis défavorable

Avis sur l'épisode 3.13

Avatar Tempo Tempo
Membre
Avis favorable Déposé le 26 juin 2020 à 00:10

Contrairement aux autres finals de saison de la série, Utopia, The Sound of Drums et Last of the Time Lords sont trois épisodes assez différents les uns des autres et cela n'impacte pas leur qualité en temps que final mais en fait 3 épisodes que l'on peut prendre plaisir à regarder pour des raisons totalement différentes.

On va donc commencer par Utopia ; Utopia est un épisode qui construit principalement son identité par son ambiance totalement unique : il s'agit de la fin de l'univers. Et c'est souligné par des décors très sombres en dehors, mais à l'intérieur ce sont des hangars colorés et lumineux mais néanmoins détériorés. L'ambiance "fin de l'univers" est totalement réussi et c'est clairement la plus grande force de l'épisode, puisqu'il traite la thématique du dernier espoir pour la vie humaine dans l'univers tout entier. Espoir donné par la promesse d'une cité nommée Utopia, dont le ciel serait parsemé de diamant. Et la thématique de l'espoir est une thématique qui sera au coeur de ces trois épisodes. Et dans ces trois épisodes l'espoir que porte le peuple se repose respectivement sur les personnages du professeur Yana, du premier ministre Harold Saxon et de Martha Jones.

Utopia est donc un épisode qui se veut comme une introduction à cette trilogie portée sur le personnage du Maître, qui est mon antagoniste de fiction préféré pour beaucoup de raison mais on y reviendra plus tard. L'une des meilleures choses qu'apporte cet épisode est le retour de Jack Harkness, délaissé dans le final de la saison 1 mais qui a eu le droit à un spin-off entié dédié à son personnage (d'ailleurs regardez Torchwood surtout la saison 3 mais ne regardez JAMAIS la saison 4 svp). Le retour de Jack Harkness fait plaisir et son alchimie avec le 10ème Docteur et Martha est satisfaisante même si je préfèrai le quatuor 9ème/Rose/Mickey/Jack. Cet épisode explique également l'immortalité de Jack Harkness (chose qui ne sera jamais expliqué dans son propre spin-off bizarrement). Bien qu'il aurait très clairement pu être enlevé de ce final sans que son absence ne le gêne dans les grandes lignes, c'est toujours un plaisir de voir Jack Harkness et en rajoute un peu au côté spécial de la trilogie.

Mais évidemment Utopia est surtout connu pour être le retour du personnage du Maître et ce avec l'un des meilleurs twists de la série. Toute la séquence entre Martha qui découvre la montre et le professeur Yana qui révèle son vrai visage est de très loin l'une de mes séquences préférées de la série : tout est parfaitement maîtrisé, tout est fait pour donner de l'importance à ce twist et c'est honnêtement difficile de ne pas apprécier ce passage qui est tout simplement millimétré et qui frôle la perfection. Bien qu'on n'ai pu le voir pas très longtemps qu'en temps que Maître, Derek Jacobi fait du bon travail et reste un minimum mémorable (bien plus que le Maître d'Eric Roberts qui a pourtant eu le droit à un film entier dédié à lui). 

En résumé, Utopia est un épisode absolument incroyable en temps qu'introduction de trilogie tant dans ses décors vraiment beaux que dans ses dialogues provoqués par la présence de Jack Harkness et surtout dans son twist absolument magistral. Mais une introduction de trilogie n'est rien sans ce qui arrive derrière et il est temps de parler donc de ma partie préférée de cette trilogie : The Sound of Drums. Si Utopia était porté par ses décors, son ambiance et ses twists, The Sound of Drums est porté par le seul personnage du Maître. 

Car c'est le Maître qui rend de cet épisode un épisode absolument incroyable : il crée la plupart des scènes d'actions de l'épisode, que ce soit la fuite du Docteur, Martha et Jack ou la mort du président des Etats-Unis. Mais il est également l'un des épisodes se centrant le plus sur la comédie, et sur ce point cet épisode est un pur délice. Que ce soit les scènes de dialogue entre le Maître et le Docteur qui ne restent jamais sérieuses bien longtemps, ou la scène où il détruit une partie de la population mondiale sur de la musique techno (Voodoo Child !), ou même la scène où il assassine tous les membres du gouvernement en faisant des grimaces (ou la scène des Teletubbies même si c'est une référence à The Sea Devils). John Simm prouve en un épisode qu'il est un excellent Maître : il est menaçant, cruel et hilarant. Et porter à lui tout seul un épisode, c'est une tâche extrêmement difficile qu'il réussit à merveille et The Sound of Drums est un épisode qui arrive à manier avec perfection tout ce que j'attends d'un épisode, le tout avec une satire politique encore plus exagérée qu'elle ne l'était dans n'importe quel épisode pondu par Russell T Davies (pas de la série car il y a quand même The Happiness Patrol qui reste un cran au-dessus à ce niveau). 

En revanche, après un Utopia excellent et un The Sound of Drums proche de la perfection, Last of the Time Lords est... une belle régression. Il en reste un bon épisode globalement, le Maître a toujours ses moments de comédie mémorables (la scène où il danse malheureusement supprimé de la VF comme d'autres scènes de l'épisode) et Martha Jones est absolument fantastique dans cet épisode et a effectué bien plus en un seul épisode que n'importe quelle compagne a fait jusque là ou fera après. Mais quelque chose dans le rythme me pose problème, là où les dialogues d'Utopia et The Sound of Drums portaient les épisodes, Last of the Time Lords en est parfois un peu soporifique. C'est un peu normal, l'épisode est bien plus sombre et on ne parle plus d'arrêter une invasion mais d'arrêter la victoire d'une invasion. Et c'est là où ça pose un autre problème : la conclusion n'est pas vraiment très bonne. Je veux bien pardonner les deus ex machina des deux premières saisons, et là même si je trouve assez inventif et symbolique le fait que le Docteur ai pu se servir du réseau instauré par le Maître pour se servir de l'espoir (thématique principale de la trilogie) pour sauver le monde, le coup du bouton reset ça ne fonctionne juste pas pour moi. C'est vraiment dommage de finir une trilogie sur un épisode dont je n'ai jamais spécialement envie de regarder (alors que Parting of the Ways et Doomsday étaient clairement dans la parfaite continuité de leur première partie !), et ça m'énerve particulièrement car à cause de cet épisode je ne peux juste pas considérer cette trilogie comme étant mon final préféré de la série. Les problèmes sont aggravés par la non-présence de Jack Harkness et du 10ème Docteur, qui retirent totalement de l'équation tous les bons dialogues qu'on a pu avoir dans les précédents épisodes. Et si Martha Jones est vraiment courageuse, elle n'est juste pas très intéressante à voir intéragir avec des personnages secondaires. 

Mais l'épisode n'est pas non plus dénué de qualité, les décors réussissent totalement à donner la sensation d'un monde détruit et impossible à sauver, à l'instar d'Utopia, comme quoi la boucle est bouclée. Et la famille Jones est particulièrement intéressante puisqu'elle arrive à se reconstruire dans cet épisode au long de toute l'année qui s'est écoulée et qui les aura traumatisé à jamais. Sauf si vous regardez l'épisode en VF, parce que la scène où la mère et le père de Martha s'embrassent est également supprimé de l'épisode. Le twist sur Jack Harkness qui est en réalité Face de Boe est tout autant surprenant que sortant totalement du sol. 

Mais pour revenir à ce que je disais dans l'introduction, cette trilogie traite de l'espoir sous plusieurs angles. L'espoir de voir la civilisation humaine arriver à combattre la fin de la création elle-même, l'espoir de voir la population humaine sauvée par un politicien auquel ils accordent tous une confiance aveugle, l'espoir donné par Martha Jones qui sauve à elle toute seule l'humanité tout entière, l'espoir placé envers le Docteur, l'espoir pour le Docteur de ne plus être le dernier Seigneur du Temps dans l'univers ou même l'espoir pour Martha de voir que le Docteur puisse voir en elle qu'elle est tout autant capable de Rose (spoiler : Rose n'aurait sûrement pas été capable de sauver l'humanité en se baladant sur toute la planète une année entière sans se faire prendre). Et c'est là où on arrive au problème de la saison : Martha Jones.

Ou plutôt comment elle est traitée, parce que je trouve que Martha Jones reste une excellente compagne dans les faits. L'idée de voir que le Docteur n'arrive pas à faire son deuil de Rose et se sert de Martha pour l'oublier et de le punir après est brillante, mais ça ne marche juste pas pour plusieurs raisons. Premièrement, parce qu'il est juste horrible avec Martha par moment. Que ce soit dans The Shakespeare Code où il l'emmène dans une époque et un lieu où elle peut littéralement être esclavagisée pour sa couleur de peau, ou pour toutes les fois où il la comparait à Rose en disant qu'elle ne la remplacerait pas. En lui proposant un unique voyage au début et en étant insistant sur le fait que ce n'est qu'un seul voyage, c'est assez cruel surtout quand on voit qu'il voulait inviter Donna sans problème dans The Runaway Bride. Et pourtant Martha a veillé sur lui pendant plusieurs mois dans Human Nature et a traversé la Terre entière pour lui dans Last of the Time Lords, c'est pas comme si elle était incapable, elle ne mérite pas ce traitement qu'il lui a infligé. Et c'est sûrement ce qu'elle essaye de lui dire dans la scène finale de Last of the Time Lords. 

Ça ou alors elle lui reproche le fait de ne pas être tombé amoureux d'elle alors qu'elle était amoureuse de lui durant toute la saison car Russell T Davies est tellement incapable de faire une compagne qui ne soit pas amoureuse du Docteur que c'était prévu que dans la saison 4 la compagne soit encore une humaine amoureuse du Docteur, avant que Catherine Tate n'arrive pour réinterpréter Donna Noble et louée soit cette décision. Et c'est particulièrement horrible de voir à quel point la romance est forcée de la part de Martha, car la relation amicale aurait totalement pu marcher entre eux deux, et la rendre amoureuse de lui est une décision que je trouve totalement stupide (sauf peut-être pour Human Nature). Et on ne saura jamais si c'est ce qu'elle a voulu lui dire, tellement cette scène est juste beaucoup trop expédié et subtile. Heureusement pour Martha, elle reviendra dans la saison 4 ainsi que la saison 2 de Torchwood le temps de quelques épisodes et ça la permet de mieux s'affirmer en temps que personnage sans qu'elle dépende du Docteur et c'est clairement la raison pour laquelle j'adore Martha, car la saison 3 ne m'a clairement pas convaincue vu comment elle est maltraitée par le Docteur ainsi que le scénariste.

Mais du coup que penser de cette saison 3 ? Pour moi c'est la plus solide de toute la série étant donnée qu'elle ne possède aucun mauvais épisode et que le point le plus bas de la saison reste quand même un épisode sur Shakespeare qui se sert bien du personnage pour se sauver. Cette saison 3 a également une continuité très forte, pas autant que la saison 1 mais le seul épisode vraiment dispensable pour tout comprendre est Blink (et non seulement il est important pour des saisons suivantes, mais en plus on skip pas Blink sinon on est inhumain). Niveau musique, Murray Gold arrive à être encore au-dessus de ses propres standards (notamment avec All the Strange, Strange Creatures et This is Gallifrey, deux de mes musiques préférées de la série). Même si le traitement de Martha m'énerve, elle reste quand même très agréable à voir et David Tennant se débrouille extrêmement bien. La trilogie finale est excellente, même si je trouve la troisième partie en retrait. Si je trouve que la saison 1 est la meilleure de la série majoritairement pour l'histoire qu'elle essayait de raconter, en terme d'épisode et de continuité la saison 3 se situe dans les mêmes standards de qualité. C'est également la première saison vraiment belle à regarder niveau effets spéciaux (sauf Lazarus, et encore) et j'apprécie les choix de couleurs donnés à certains épisodes. C'est la saison que j'ai le plus vu et beaucoup d'épisodes sont des réelles pépites (Gridlock, Human Nature/The Family of Blood, Blink) sans que cette saison n'ai vraiment aucun problème qui l'impacte excepté le traitement de Martha Jones (qui a quand même ses bons moments je le rappelle). 


Avatar OmarKhayyam OmarKhayyam
Rédacteur
Avis favorable Déposé le 02 novembre 2018 à 21:24
Spoiler

Bon là on a un final trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès imparfait mais que je préfère largement à Doomsday, car déjà y'a une prise de risque, que ce soit dans l'aspect cheap/nanard ou dans la résolution (sur laquelle je vais revenir) Mais y'a également beaucoup d'aboutissement, que ce soit en terme de travail thématique, ou en terme de travail sur les personnages, notamment Martha, Martha qui ici montre tout son courage et sa badassitude, ou même les Jones, que j'ai trouvé très très touchants et humains.

Puis en fait y'a un petit parfum révolutionnaire dans l'air, que ce soit dans comment les humains se libèrent, ou dans comment RTD valorise le pouvoir des histoires. (Bon j'avoue le Docteur-Dieu, c'est chaud, mais c'est un pb récurrent de Ten). Du coup, moi j'aime bien.


Avatar nicknackpadiwak nicknackpadiwak
Rédacteur
Avis défavorable Déposé le 22 janvier 2015 à 18:58

Alors là, je dis non !

A part le moment poignant entre le Docteur et le Maitre et l’anecdote Face de Boe (et encore*), tout le reste est d’une nullité à en tomber les bras.

Non, faire penser à toute la population de la terre le nom du Docteur sur le décompte d’une minuterie (qui en plus visible qu’aux seuls personnes dans le vaisseau) et que cela « ressuscite » le Docteur et règle toute la situation en un coup de baguette magique, même le pire dessin animé pour enfant, le plus mercantile, le moins respectueux, n’aurait pas oser !

Qu’en plus que Martha ait tout compris le plan juste grâce aux 3 mots chuchotés par le Docteur me déchire le cul.

Je ne vais pas faire le jeu des énumérations, mais chaque nouvelle idée ou plan enfonce l’épisode dans le grotesque ou le ridicule (la tentative d’évasion inutile à part à gagner du temps, idem la doctoresse).

Jamais, je n’avais vu la série touchait autant le fond.

Enfin, la fin copié collé de celle de la saison 2 a finit de m’achever.

Pauvre Martha qui sort par la plus petite des portes, elle n’aura jamais réussi à s’échapper de l’ombre écrasante de Rose.

(* pour face de Boe, quelque soit l’endroit par laquelle on tire cela, ça ne tient pas debout.

1er exemple- Ok, jack, avec 1 milliards et quelques années au compteur, est plus mature. Mais que jamais il n’a dit son identité au Docteur ???

2ème exemple- Pourquoi avoir attendu l’épisode avec la planète des voitures pour évoquer le Maitre ? Pourquoi n’en a-t-il pas parlé au docteur de la saison 1, par exemple ??)

11 réponses
Voir les réponses

Avatar arnoglas arnoglas
Membre
Avis favorable Déposé le 09 janvier 2015 à 18:09

Avis modéré par la rédaction de Série-All.


Avatar 4evaheroesf 4evaheroesf
Membre
Avis défavorable Déposé le 07 octobre 2014 à 02:43

Tout simplement mauvais...

Les transformations ridicules du Docteur, les personnages qui se fondent dans le décor, Face de Boe, la mort du Maître et j'en passe...

Seul point positif : Martha fout le camp !

Bilan : première fois qu'une fin de saison me déçoit...


Avis favorable Déposé le 31 décembre 2013 à 01:44

Suite et fin du très bon triptyque de fin de saison 3 !

J'ai eu mon explication de l'intérêt d'Utopia et de pourquoi le Dr vieillissait malgré "seulement" 100 ans de plus !

Martha Jones qui traverse le monde entier pour sauver le docteur c'était la classe !

Le Master était toujours aussi génial et ses faces à faces avec le Doctor étaient géniaux !

Par contre, c'est vraiment dommage que Martha parte déjà, on n'a finalement pas eu beaucoup de temps pour la connaître...

Ah oui, et la révélation de l'identité de Face of Boe était bien sympa !


Avatar MrZ MrZ
Membre
Avis défavorable Déposé le 25 décembre 2013 à 00:12

Et là, c'est le drame. Beaucoup de choses sont mauvaises dans cet épisode.

Smeagol en guest-star dans le rôle du Docteur, le réseau Archange à l'efficacité très relative, Jack Harkness qui ne sert à rien, Martha qui n'aura au final quasiment pas été dévelloppée, le coup des sphères monstrueusement prévisible, l'écriture de Ten qui contient à nouveau de gros bugs (comment peut-il vouloir sauver le Maitre alors qu'il a aussi voulu sauver les Daleks un peu plus tôt et qu'il fera la même chose avec Davros plus tard ?), et surtout, une succession de Deus Ex Machina tous plus ridicules les uns que les autres, entre le Doctor qui se rajeunit et qui passe en Super-Sayen (WTF ?) parce que tout le monde pense à lui par l'intermédiaire du réseau Archange, chose assez bien trouvée en soi si le vieillissement du Doctor avait quelque chose à voir avec le réseau archange, et le coup de l'année qui s'efface parce que c'est un paradoxe. (WTF ? C'est les Toclafanes le paradoxe, pas l'année en elle-même).

A pas mal de moments je commencais à penser que Russel aurait du arrêter d'écrire et laisser le flambeau à quelqu'un d'autre.

Heureusement, à la fin, Martha se conduit enfin comme une adulte, ce qui laisse ainsi une conclusion plutôt pas mal, mais pas suffisante pour rattrapper cet épisode.

J'ai oublié de citer la révélation sur Face of Boe, à nouveau un gros pétard mouillé à la Bad Wolf, puisqu'elle n'apporte strictement rien au scénario, à la série, aux personnages, etc. Cette révélation ne sert strictement à rien, et garder le mystère autour du personnage aurait été limite mieux.

Et j'ai encore oublié un truc (décidément...), çàd l'arc d'Harold Saxon, incohérent, simplement parce que notre pote Harry patiente gentiment que le Doctor débarque après Utopia pour tenter de le tuer alors qu'il aurait pu le faire laaaargement avant, et ce très facilement. (Le coup des petits "pièges" non mais non quoi.)

PS : Vous pourriez supprimer mes deux commentaires ? J'avais pas remarqué la fonction edit xD

5 réponses
Voir les réponses

Avatar Galax Galax
Administrateur
Avis favorable Déposé le 30 novembre 2013 à 23:25

Doctor : "I forgive you."

Cet épisode est le premier final de la série qui déçoit et divise complètement le fandom. Et à vrai dire ça sera la norme pour tous les autres (avec pour exception les finaux des saisons 5 et 10).

Pourtant je le trouve complètement épique et ébouriffant !

C'est d'ailleurs marrant car quand je parle de cet épisode, que je lis des choses ou que j'écris mon avis, j'ai toujours l'impression que je parle d'un épisode controversé de Moffat dans les saisons récentes. C'est un peu avant-guardiste. Et la raison est simple : ce final avance des concepts quand même vachement avant-guardistes, qui peuvent choquer à l'époque de la diffusion. Entre un Seigneur du Temps qui ne se régénère pas, un paradoxe donnant lieu à un reboot, une amnésie collective sauf pour un "oeil de cyclone", un Docteur extrêmement télépathe ou encore un scénario qui se repose beaucoup sur du symbolisme, de l'amour et de l'eau fraîche pour défaire un ennemi... oui, cet épisode est quand même osé. Et j'adore. Tous ces concepts seront gardés par la suite dans la série et ils sont complètement admis maintenant (les paradoxes, la régénération malléable des Seigneurs du Temps, le mot "oeil du cyclone" sont toutes des notions qui reviendront sous la même forme).

La partie voyage de Martha est top, c'est de l'univers post-apocalyptique à l'état pur et j'adore ça. Cela permet à Martha de grandir et de prendre en assurance et cela lui offre une très, très belle porte de sortie. J'aurais préféré qu'elle continue une saison de plus quitte à avoir deux compagnes en même temps, car du coup son histoire semble être écourtée... Et pourtant elle est très cohérente. Je trouve qu'elle rend vraiment honneur au personnage de Martha, fière, indépendante, spéciale et différentes des autres compagnes, certes parce qu'elle a moins de temps d'écran et de considération du Docteur, mais justement, parce qu'elle s'affirme donc et part d'elle-même, en reprenant le contrôle de sa vie et en gardant le Docteur en contact. Le départ de Martha n'est pas très grandiloquent, et l'émotion est peu présente, mais ce n'était pas son but. A l'image de la saison, le départ est froid, pas forcément joyeux mais pas non plus triste, et très réaliste, permettant au personnage de s'accomplir autrement. De plus d'un point de vue production, je comprends la volonté du showrunner de vouloir changer la team à chaque saison. Bref, pas un départ très triste - probablement le moins triste de toutes les compagnes, même ! - mais malgré tout différent, et réussi.

Les rebondissements dans l'histoire sont extrêmement cools, celui sur l'identité des Toclafanes étant le summum de la noirceur. Un côté tragique dans lequel ce final a vraiment baigné (il n'y a qu'à voir l'apparence du Docteur très vieilli...) et reliant très bien Utopia aux deux derniers. La bande son est magnifique comme dans l'intégralité de la saison 3 (même encore aujourd'hui cela reste l'une des meilleures saisons sur ce point).

La résolution du message "Doctor" par le réseau Archange a beau avoir attiré les foudres de tous les spectateurs, ce qui vaut à ce finale une des dernières places au classement des finaux... pourtant, elle m'a plu ! Certes, elle se traduit par quelques deux-ex-machina et un reboot énorme (en même temps quand on décime la moitié de la population, je vois pas ce qu'on peut faire d'autre...). Mais elle est plutôt logique vis à vis du réseau Archange et résulte de l'idée la plus universellement efficace pour combattre les méchants : utiliser leurs propres armes contre eux.

Et puis elle a beaucoup de symbolique, cette fin. Déjà, un Docteur élevé au rang divin, certes c'est too much mais cela fera partie intégrante de l'arc de Ten, il faut s'y faire. Deuxièmement, l'idée que la liberté de penser est fondamentale. Enfin, le pouvoir des mots (voilà donc comment The Shakespeare Code, dernière pièce manquante de la saison, est très joliment relié à l'arc de cette dernière). Martha n'a fait que raconter l'histoire du Docteur et l'espoir a vaincu l'ennemi. C'est un peu cucul mais j'adore le message. Il met un point de conclusion à cette saison s'étant attaché à dépeindre le côté sombre de l'humanité en finissant par une touche positive sur un acte commun et universel... même s'ils ne s'en rappelleront jamais.

Quant au moment où Ten prend le Maître dans ses bras, il est lui aussi extrêmement poignant. En soi comme je l'ai sous-entendu, c'est aussi le début d'un tournant un peu agaçant pour le personnage de Ten : celui qui se prend pour Dieu et qui pardonne tout. Mais ici j'ai la sensation que ce n'est qu'un effet secondaire de l'histoire que Russel T. Davies cherche à raconter, car voir un Docteur juste assagi par le temps et heureux de savoir qu'il n'est plus le dernier, c'est super touchant. Et puis, après deux saisons, il était enfin temps de définir un peu à quoi ressemble notre Dixième Docteur. Cette saison lui a permis de grandir et a permis à David Tennant de beaucoup plus briller.

La personne qui tue finalement le Maître, la scène de l'enterrement du Maître sur l'excellente piste "This is Gallifrey", ou encore le regard de Francine vers le Docteur et la petite conclusion pour le professeur Doberthy et Miller, sont d'autres bonus de l'épisode qui ajoutent des éléments de conclusion nécessaires. Quant à la révélation sur l'identité de Face de Boe, quel génie ! C'est dingue de penser qu'elle n'était pas prévue de base tant elle fait sens avec tout.

Je dois bien avouer cependant que le cliff de fin est un procédé déjà fait dans Doomsday avec la marié, et s'il est moins pire ici car nous ne sommes pas aussi fébril, il n'en reste pas moins pas très efficace. Bizarre, c'était déjà présent et déjà critiqué dans le final de la saison dernière mais c'est pourtant repris... Qu'en sera-t-il pour la saison 4 ? A voir...

C'est paradoxalement la meilleure fin de saison de l'ère RTD dans l'ensemble, celle qui est véritablement aboutie, possède un propos et une histoire globale bonne et cohérente parmi les trois épisodes qui sont tous les trois très bons, avec une régularité entre les trois parties très rares - même si je trouve que cette histoire n'a fait que prendre de l'ampleur et de la qualité au fur et à mesure que les enjeux s'envolaient.

Un final abouti et marquant, qui clôt cette deuxième partie de saison quasiment irréprochable et qui conclut également une saison 3 de très bonne facture dans l'ensemble, la meilleure depuis le début.


Avatar oberown oberown
Membre
Avis favorable Déposé le 20 octobre 2013 à 19:13

J'étais à fond dedans. On nous explique bien des choses.

Le cliff Face of Boe, où je ne m'y attendais pas.


Avatar Ostrya Ostrya
Membre
Avis favorable Déposé le 11 octobre 2013 à 22:49

Génialissime et délirant. Les sphères font vraiment flipper quand on se pose la question : jusqu'où l'humain irait pour survivre?

Et le Docteur qui "regénère" grâce à la foi et à l'amour de millions de personnes... ça aurait pu être guimauve mais quand on y est accroc comme moi...

DOCTEUR DOCTEUR DOCTEUR!


Liste des épisodes

Episode 3.01
La loi des Judoons
Episode 3.02
Peines d'amour gagnées
Episode 3.03
L'embouteillage sans fin
Episode 3.04
L'expérience finale
Episode 3.05
DGM Dalek génétiquement modifié
Episode 3.06
L'expérience Lazarus
Episode 3.07
Brûle avec moi
Episode 3.08
La famille de sang
Episode 3.09
Smith, la Montre et le Docteur
Episode 3.10
les Anges pleureurs
Episode 3.12
Que tapent les tambours
Episode 3.13
Le dernier seigneur du temps
Episode spécial
Children in Need: Time Crash
Episode spécial
Une croisière autour de la Terre